La langue française

Rhubarbe

Sommaire

  • Définitions du mot rhubarbe
  • Étymologie de « rhubarbe »
  • Phonétique de « rhubarbe »
  • Citations contenant le mot « rhubarbe »
  • Images d'illustration du mot « rhubarbe »
  • Traductions du mot « rhubarbe »

Définitions du mot rhubarbe

Trésor de la Langue Française informatisé

RHUBARBE, subst. fém.

BOT. Plante herbacée vivace, dicotylédone, de la famille des Polygonacées, à larges feuilles portées par de gros pétioles charnus, cultivée à des fins alimentaires ou décoratives et utilisée en pharmacologie pour ses propriétés purgatives. Sa faim se comblait; il chipota un bout de fromage bleu de Stilton dont la douceur s'imprégnait d'amertume, picora une tarte à la rhubarbe (Huysmans, À rebours, 1884, p. 180).La fleur de la rhubarbe est insignifiante; cette plante est cultivée uniquement pour ses belles feuilles, très ornementales (Gressent, Créat. parcs et jardins, 1891, p. 936).
[P. allus. littér. à Molière, L'Amour médecin, III, 1] . Les Cointet certifiaient au besoin pour Gannerac ce que Gannerac certifiait pour les Cointet. C'est la mise en pratique de ce proverbe connu, passez-moi la rhubarbe, je vous passerai le séné (Balzac, Illus. perdues, 1843, p. 592).
SYNT. Compote, confiture de rhubarbe; tarte à la rhubarbe; feuille, racine de rhubarbe; rhubarbe officinale, potagère; rhubarbe en poudre; faire infuser de la rhubarbe; extrait, infusion, macération, sirop, teinture, tisane, vin de rhubarbe.
Prononc. et Orth.: [ʀybaʀb]. Att. ds Ac. dep. 1694. Ac. 1835, 1878: rubarbe, renvoi à rh-. Étymol. et Hist. xiiies. reubarbe (Simples médecines, éd. P. Dorveaux, 221); 1306 rubarbe (Joinville, St Louis, éd. N. L. Corbett, § 189). Empr. au b. lat.rheubarbarum, att. au viies. chez Isidore de Séville, d'apr. qui rheu est un mot barbare signifiant « racine ». On trouve aussi en lat. médiév; rhabarbarum (Latham) et chez Rabelais rhabarbe qu'il explique ainsi: ,,du fleuve barbare nommé Rha (c'est-à-dire la Volga) comme atteste Ammianus`` (1546, Tiers Livre, L, éd. M. A. Screech, p. 334, 76). On disait aussi rhapontic*, rheupontic. Le rapport des 2 formes rha et rheu reste obscur. Les lang. européennes ont des formes se rattachant aux 2 types: ital. rabarbaro, reobarbaro, all. Rhabarber. Fréq. abs. littér.: 23. Bbg. Quem. DDL t. 17.

Wiktionnaire

Nom commun

rhubarbe \ʁy.baʁb\ féminin

  1. Plante du genre Rheum (famille des Polygonaceae) dont la racine est médicinale (amère, tonique à petites doses et purgative à des doses plus élevées) et dont le pétiole est consommé en tarte ou confiture.
    • Les forêts renferment des palmiers, du bois de Brésil, de campêche, des arbres à encens, à manne et à copal; des cochenillers, des plantes médicinales, telles que séné, rhubarbe , etc. — (« Goyaz, Goyas ou Goyazes », dans le Grand dictionnaire de géographie universelle, ancienne et moderne, par M. Bescherelle ainé et M. G. Devars, nouvelle édition, tome 3 (G-M), Paris : Librairie illustrée de A. Courcier, 1863, p. 121)
    • La partie de la rhubarbe que l’on mange est la tige des feuilles, tige qui pousse directement sur le collet de la plante. — (Philippe Collignon, Charlie Nardozzi, Un potager pour les Nuls, First éditions, 2010)

Forme de verbe

rhubarbe \ʁy.baʁb\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de rhubarber.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de rhubarber.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de rhubarber.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de rhubarber.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de rhubarber.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RHUBARBE. n. f.
Plante médicinale dont la racine, qui porte le même nom, est très grosse, jaune, amère, tonique à petites doses et purgative à des doses plus élevées. Confiture de rhubarbe. Tarte à la rhubarbe. La racine de rhubarbe. Une infusion de rhubarbe. Prendre de la rhubarbe. Rhubarbe en poudre. Prov. et fig., Passez-moi la rhubarbe, je vous passerai le séné, se dit en parlant de Deux personnes qui se font mutuellement des concessions, qui ont l'une pour l'autre des complaisances intéressées. Il se dit ordinairement en mauvaise part, ou pour plaisanter.

Littré (1872-1877)

RHUBARBE (ru-bar-b') s. f.
  • 1Nom collectif deplusieurs racine employées en médecine, qui toutes appartiennent au genre rheum, polygonées. Pour moi, je prendrais toute la rhubarbe de la Sibérie et tout le séné des apothicaires, sans que jamais je fisse un chant de la Henriade, Lett. du roi de Pr. à Voltaire, 4 janv. 1770. Il est bien connu que la vraie rhubarbe croît sans culture entre le trentième et le trente-neuvième degré de latitude boréale, Raynal, Hist. phil. V, 30. La société formée à Londres pour l'encouragement des arts et du commerce distribua en 1774 des médailles à deux cultivateurs anglais qui avaient recueilli de la rhubarbe d'une qualité supérieure, Raynal, ib. V, 30. Il établit dans ses terres la culture de la rhubarbe, production inconnue en France dans sa jeunesse, Condorcet, Duhamel.

    La rhubarbe de Chine, de Perse ou des Indes, rheum palmatum, L.

    La rhubarbe de France, rheum compactum, L.

    Fig. Passez-moi la rhubarbe et je vous passerai le séné, voy. SÉNÉ.

  • 2Rhubarbe des moines, nom sous lequel on a désigné tantôt la patience, tantôt le rumex alpinus, L.
  • 3Rhubarbe blanche, voy. MÉCHOACAN.

    Rhubarbe des pauvres, thalictrum flavum, L.

  • 4Sorte de fromage qu'on fabrique à Roquefort, avec les raclures de ceux qui sont destinés au commerce. De ces raclures on compose une espèce de fromage en forme de boule qu'on nomme rhubarbe, et qui se vend dans le pays trois ou quatre sous la livre, Dict. des Arts et mét. au mot laitière.
  • 5Jaune de rhubarbe, synonyme de rhéine.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et es montaignes de ceste cité croist reobarbe et gingembre aussi à grant planté, Marc Pol, p. 490.

XIVe s. La reubarbare purge l'humeur colerique, Oresme, Thèse de MEUNIER.

XVIe s. Cognoistre la force de la rubarbe et du polypode, Montaigne, II, 171.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RHUBARBE, s. f. (Botan. exot.) La vraie rhubarbe, ou celle de la Chine, est une racine que l’on nous apporte en morceaux assez gros, légers, inégaux, de la longueur de quatre, cinq ou six pouces, & de la grosseur de trois à quatre. Elle est jaune, ou un peu brune en-dehors, de couleur de safran en-dedans, jaspée comme la noix muscade, un peu fongueuse, d’un goût tirant sur l’âcre amer, & un peu astringent ; d’une odeur aromatique, & foiblement desagréable. Elle croît à la Chine. Il faut choisir soigneusement celle qui est nouvelle, qui n’est point cariée, pourrie, ni noire, qui donne la couleur de safran à l’eau, & qui laisse quelque chose de visqueux & de gluant sur la langue.

Muntingius, dans son Histoire des plantes d’Angleterre, a donné une description de la rhubarbe, sous le nom de rhabarbarum lanuginosum, sive lapatum chinnese longifolium ; mais il n’avoit pas vu cette plante, non plus que Matthiol, dont il a emprunté sa description & la figure qui l’accompagne, sur les relations des marchands qui apportoient cette racine de la Chine.

Il est fort étrange parmi le grand nombre d’européens qui depuis un siecle vont tous les ans dans ce pays-là, que personne n’ait tâché de connoître exactement une plante dont on use tous les jours, & qui est d’un grand revenu. La description du P. Parennin, quoique fort vantée dans l’histoire de l’académie des Sciences, ann. 1726, laisse beaucoup de choses à désirer, n’est même qu’une copie de ce que le P. Michel Boym en avoit publié dans sa flora sinensis, imprimée à Vienne en Autriche, en 1656 in-fol.

Selon la relation de ces deux peres jésuites, le thai-hoam, ou la rhubarbe, croît en plusieurs endroits de la Chine ; la meilleure est celle de Tie-chouen, celle qui vient dans la province de Xansi & dans le royaume de Thibet, lui est fort inférieure. Il en croît aussi ailleurs, mais dont on ne fait ici nul usage.

La tige de la plante est semblable aux petits bambous, elle est vuide & très-cassante ; sa hauteur est de trois ou quatre piés, & sa couleur d’un violet obscur. Dans la seconde lune, c’est-à-dire au mois de Mars, elle pousse des feuilles longues, épaisses, quatre à quatre sur une même queue, & posées en se regardant ; ses fleurs sont de couleur jaune, & quelquefois violette. A la cinquieme lune, elles produisent une petite semence noire, de la grosseur d’un grain de millet. A la huitieme lune, on arrache la plante, dont la racine est grosse & longue. Celle qui est la plus pesante, & la plus marbrée en-dedans, est la meilleure.

Cette racine est d’une nature qui la rend très-difficile à sécher. Les Chinois, après l’avoir arrachée & nettoyée, la coupent en morceaux d’un ou de deux pouces, & la font sécher sur de grandes tables de pierre, sous lesquelles ils allument du feu ; ils tournent & retournent ces tronçons jusqu’à ce qu’ils soient bien secs. Comme cette opération ne suffit pas pour en chasser toute l’humidité, ils font un trou à chaque morceau de racine, puis ils enfilent tous ces morceaux en forme de chapelet, pour les suspendre à la plus forte ardeur du soleil, jusqu’à ce qu’ils soient en état d’être conservés sans danger de se corrompre.

L’hiver est le meilleur tems pour tirer la rhubarbe de la terre, avant que les feuilles vertes commencent à pousser, parce qu’alors le suc & la vertu sont concentrés dans la racine. Si on la tire de la terre pendant l’été, ou dans le tems qu’elle pousse des feuilles vertes, non-seulement elle n’est pas encore mûre, & n’a point de suc jaune, ni des veines rouges, mais elle est très légere, & par conséquent n’approche point de la perfection de celle que l’on retire en hiver.

On apportoit autrefois la rhubarbe de la Chine par la Tartarie à Olmuz & à Alep, de-là à Alexandrie, & enfin à Venise. Les Portugais l’apportoient sur leurs vaisseaux de la ville de Canton, qui est un port célebre où se tient un marché de la Chine. Les Egyptiens l’apportoient aussi à Alexandrie par la Tartarie ; présentement on nous l’apporte de Moscovie, car elle croît abondamment dans cette partie de la Chine qui est voisine de la Tartarie. Les petites variétés de couleur qu’on trouve dans la rhubarbe qui vient directement de Moscovie, d’avec la rhubarbe qui nous arrive par le commerce des Indes orientales, ne procedent que de ce que celle de Moscovie est plus nouvelle ; car elle prend, en la gardant, la même couleur, la même consistance & le même goût que celle qu’on reçoit par mer.

On a envoyé de Moscovie en France, une plante nommée par M. de Jussieu, rhabarbarum folio oblonguo, crispo, undulato, flabellis sparsis. Cette même plante avoit déjà été envoyée du même pays en Angleterre, pour être la vraie rhubarbe de la Chine, & M. Raud la nomma, lapathum bardanæ folio undulato, glabro. La maniere dont cette plante fructifie fait juger que c’est une véritable espece de rhubarbe de la Chine ; car non-seulement elle a été envoyée pour telle, mais encore les graines de cette plante, semblables à celles de la vraie rhubarbe que M. Vandermonde, docteur en Médecine, avoit envoyée de la Chine, ne permettent pas d’en douter : ajoutez que la figure des racines de ces deux plantes, la couleur, l’odeur & le goût, fortifient cette opinion. On a élevé la plante dans le Jardin du Roi à Paris, où elle réussit, fleurit, & supporte les hivers les plus froids.

C’est une grosse racine vivace, arrondie, d’environ une coudée & plus de longueur, partagée en plusieurs grosses branches, qui donnent naissance à d’autres plus petites, de couleur d’un roux-noirâtre en-dehors. Lorsqu’on enleve quelques morceaux de l’écorce, on trouve la substance pulpeuse de la racine, panachée de points de couleur jaune safranée, à-peu-près comme dans la noix muscade, dont le centre est d’une couleur de safran plus vive, & d’une odeur fort approchante de celle de la rhubarbe de la Chine, que l’on apperçoit sur-tout vers son collet. Lorsqu’on mâche celle qui est nouvellement tirée de la terre, elle a un goût visqueux, mêlé de quelque amertume qui affecte la langue & le palais ; & sur la fin il est gommeux, & un peu astringent.

Du sommet de la racine naissent plusieurs feuilles couchées sur la terre, disposées en rond les unes sur les autres ; elles sont très-grandes, entieres, vertes, taillées en forme de cœur, & presque en fer de fleche, garnies de deux oreillettes à leur base, & portées sur de longues queues charnues, convexes en-dessous ; elles se partagent vers la base des feuilles, en cinq côtes charnues, saillantes en-dessous, & anguleuses ; la côte du milieu s’étend dans toute la longueur de la feuille ; les côtes latérales se répandent obliquement, se partagent en plusieurs nervures, & s’étendent de tous côtés, jusqu’au bord de la feuille qui est ondée & fort plissée. L’extrémité de la feuille est obtuse, & légerement échancrée. Du milieu des feuilles s’éleve une tige anguleuse, comprimée, cannelée, haute d’environ une coudée, garnie un peu au-dessus de son milieu de quelques enveloppes particulieres, qui l’entourent par leur base, & qui sont placées à des distances inégales, jusqu’à son extrémité.

Les fleurs, en sortant de ces enveloppes, forment des petites grappes ; chaque fleur est portée sur un petit pédicule particulier, blanc & menu ; elles sont semblables à celles de notre rhapontic, mais une fois plus petites ; elles n’ont point de calice, & sont d’une seule piece en forme de cloche, étroites par la base, découpées en six quartiers obtus, & alternativement inégaux. Des parois de cette fleur s’élevent neuf filets déliés aussi longs que la fleur, & chargés de sommets oblongs, obtus & à deux bourses. Le pistil qui en coupe le centre est un petit embryon triangulaire, couronné de trois stigmates recourbés & aigrettés : cet embryon devient une graine pointue, triangulaire, dont les angles sont bordés d’un feuillet membraneux. Elle pousse dans le printems, fleurit au mois de Juin, & les graines mûrissent au mois de Juillet & d’Août.

Il ne faut pas confondre la rhubarbe chinoise avec le rhapontic des anciens Grecs, ce sont des racines bien différentes ; le rha ou rheum de Dioscoride est une racine odorante, assez agréable, & qui ne laisse rien de mucilagineux dans la bouche, comme la rhubarbe de la Chine ; mais la description de Dioscoride convient au rhapontic de Prosper Alpin, que l’on cultive dans les jardins d’Europe, & qui est originaire de la Thrace & d’autres endroits de la Scythie.

Les Chinois emploient communément la rhubarbe en décoction ; mais quand c’est en substance, ils la préparent auparavant de la maniere suivante.

Ils prennent une certaine quantité de tronçons de rhubarbe, & les font tremper un jour & une nuit dans du vin de riz jusqu’à ce qu’ils soient bien amollis, & qu’on les puisse couper en rouelles assez minces ; ensuite ils posent sur un fourneau de briques une espece de chaudiere, dont l’ouverture va en se retrécissant jusqu’au fond en forme de calotte ; ils la remplissent d’eau, couvrent la chaudiere d’un tamis renversé, qui est fait de petits filets d’écorce de bambou, & qui s’ajuste avec l’ouverture de la chaudiere. Sur le fond du tamis, ils posent les rouelles de rhubarbe & couvrent le tout avec un fond de tamis de bois, sur lequel ils jettent encore un feutre, afin que la fumée de l’eau chaude ne puisse sortir.

Ils allument ensuite leur fourneau, & font bouillir l’eau. La fumée qui s’éleve par le tamis pénetre les rouelles de rhubarbe & les décharge de leur âcreté. Enfin cette fumée se résolvant, comme dans l’alambic, retombe dans la chaudiere bouillante, & jaunit l’eau. Ces rouelles doivent demeurer sept ou huit heures dans cette circulation de fumée, après quoi on les tire pour les faire sécher au soleil, & s’en servir au besoin.

Ils pilent cette rhubarbe & en font de pilules purgatives, dont la dose est de quatre ou cinq drachmes. Ceux qui ont de la répugnance à avaler un grand nombre de pilules prennent la même quantité de rouelles seches, & les font bouillir dans un petit vase de terre avec neuf onces d’eau, jusqu’à la réduction de trois onces qu’ils avalent tiedes.

L’eau est le meilleur menstrue de la rhubarbe ; aussi la teinture de cette racine faite avec l’esprit-de-vin ne devient pas laiteuse comme les autres teintures résineuses, lorsqu’on la jette dans l’eau.

La rhubarbe a deux vertus, celle de purger & de fortifier par une douce adstriction l’estomac & les intestins ; c’est ce qui en fait un excellent remede que l’on peut prescrire en sûreté aux enfans, aux adultes, aux vieillards, aux femmes grosses & aux femmes en couche ; cependant on en doit faire usage avec précaution ; on la prescrit en substance jusqu’à drachme & demie, & en infusion jusqu’à trois, on en compose un excellent sirop pour purger les petits enfans. (D. J.)

Rhubarbe bâtarde, (Botanique.) on appelle vulgairement rhubarbe bâtarde ou fausse rhubarbe le lapathum folio rotundo, alpinum, I. R. H. 504. Rai, hist. 171.

Sa racine est longue, branchue, ridée, fibreuse, fort jaune, d’une saveur amere. Sa tige est haute de deux ou trois coudées, creuse, profondément sillonnée, rougeâtre, garnie de plusieurs rameaux. Ses feuilles sont semblables à celles de la bardane, arrondies, lisses, d’un verd pâle & comme jaunâtre, portées sur une queue rougeâtre & cannelée. Ses fleurs sont nombreuses & composées de plusieurs étamines à sommet jaunâtre & d’un calice verd ; il leur succede des graines triangulaires un peu rougeâtres. Cette plante vient dans les montagnes ; on la cultive aussi dans les jardins ; sa racine est d’usage ; elle est panachée de jaune-rouge, d’une saveur amere, styptique & gluante. (D. J.)

Rhubarbe des moines, (Botan.) c’est le nom vulgaire de l’espece de lapathum, nommé lapathum hortense, latifolium, par C. B. p. 115. & par Tournefort, I. R. H. 504.

Sa racine est fibreuse, longue, épaisse, brune en-dehors, jaune en-dedans. Sa tige qui s’éleve quelquefois à la hauteur d’un homme, est cannelée, rougeâtre, partagée vers le haut en plusieurs rameaux. Ses feuilles sont longues d’un pié ou d’un pié & demi, larges, pointues, fermes sans être roides, lisses, d’un verd foncé & portées sur de longues queues rougeâtres. Ses fleurs sont sans pétales, à étamines, semblables à celles de l’oseille, placées sur les rameaux dans toute leur longueur ; quand elles sont passées, il leur succede des graines anguleuses telles que celles de l’oseille, enveloppées de follicules membraneuses.

On cultive cette plante dans les jardins ; elle a presque les mêmes vertus que la rhubarbe bâtarde ; l’une & l’autre purgent légerement & resserrent ; on les emploie quelquefois utilement dans le flux de ventre. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rhubarbe »

Du bas latin rheubarbarum attesté au VIIe siècle chez Isidore de Séville, d’après qui rheu est un mot barbare signifiant « racine », l’adjectif barbarus (« barbare ») renforçant l’origine étrangère. En latin classique, Pline utilise rheuponticum qui donne rhapontic en français, formé de ce même rheu et de Ponticus (« pontique, de la mer Noire »).
Rabelais l’écrit rhabarbe et justifie sa graphie par une étymologie gréco-latine : « du fleuve barbare nommé Rha (c’est-à-dire la Volga) comme atteste Ammianus ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Prov. reubarba ; catal. riubarbarro ; espagn. ruibarbo ; port. rheubarbo ; ital. reobarbaro, rabarbaro ; du lat. rha barbarum, de Rha, nom indigène du Volga, et barbarum, barbare : la plante qui vient sur les bords du Rha des barbares. Le latin dit aussi rheubarbarum, et Isidore interprète rheu par racine.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « rhubarbe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rhubarbe rybarb

Citations contenant le mot « rhubarbe »

  • Le jour même, épluchez et coupez 100g de rhubarbe en cubes. Placez-les dans une casserole avec la cassonade et la pectine de fruit. Faites compoter à feu doux, jusqu’à ébullition, laissez cuire encore 5 mn. Ôtez la casserole du feu et laissez refroidir. , Tarte crumble à la rhubarbe de Christophe Michalak pour 6 personnes - Recettes Elle à Table
  • Le mercredi 29 juillet, la sortie à la journée avait pour destination la ferme des 1 000 pieds de Laurent et Léna à Plouvorn Cette journée a été agrémenté d’un parcours dans la carrière, d’une promenade dans le jardin bio à la découverte des plans de rhubarbe, de fraise et autres légumes. Les maîtres des lieux ont expliqué aux jeunes pleybériens la méthode de plantation. Les échanges ont été très fructueux et les enfants en sont revenus enchantés. Le Telegramme, Les jeunes du Marsupilami en visite à la ferme - Pleyber-Christ - Le Télégramme
  • La rhubarbe est une plante herbacée présente en toutes saisons, principalement utilisée comme digestif. Utilisé depuis 2700 avant J.-C. en Chine, il est originaire du Tibet et de la Chine elle-même, mais aujourd’hui il est répandu dans le monde entier. Parce que les bienfaits de la rhubarbe sont nombreux. À quoi sert donc la rhubarbe ? Nous l’expliquons ici. Metamag, Pourquoi devrions-nous commencer à prendre de la rhubarbe | Metamag
  • Si vous n’aimez pas ce légume (eh oui !), c’est peut-être que vous manquez d’inspiration pour le préparer. Voici quelques pistes pour cuisiner la rhubarbe qui vous feront peut-être changer d’avis ! ConsoGlobe, 7 façons de cuisiner la rhubarbe pour ceux qui n'aiment pas
  • Pour lutter contre une infestation de pucerons, une solution efficace est de réaliser un purin de rhubarbe. Sa fabrication est très simple : faites macérer 100 grammes de feuilles de rhubarbe dans un litre d'eau froide. Portez à ébullition et laissez réduire à feu doux d'1/3. Filtrez le mélange avec un tamis. Une autre solution est de plonger vos feuilles de rhubarbe fraîchement cueillies dans de l'eau bouillante. Laissez refroidir le mélange, et faites macérer pendant 24h avant de filtrer. Pulvérisez le purin sur tous les végétaux victimes des pucerons. Si les indésirables sont toujours là après 15 jours, renouvelez l'opération. Cette solution naturelle est d'une redoutable efficacité sur les pucerons, mais aussi contre le ver et la teigne des poireaux, la mouche de la carotte et les limaces. , Nos astuces naturelles pour éliminer les pucerons
  • Cultivez la rhubarbe pour la consommer en tarte, en compote ou en accompagnement de plats salés. Franceinfo, Jardin. C'est le moment de planter de la rhubarbe !
  • La rhubarbe est toujours de saison. Denis Tabouillot, chef de "le p'tit comptoir", à Lunéville, nous a donné des idées pour le cuisiner... France Bleu, on a toujours autant de rhubarbe

Images d'illustration du mot « rhubarbe »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rhubarbe »

Langue Traduction
Anglais rhubarb
Espagnol ruibarbo
Italien rabarbaro
Allemand rhabarber
Chinois 大黄
Arabe راوند
Portugais ruibarbo
Russe ревень
Japonais ダイオウ
Basque rhubarb
Corse rabarbu
Source : Google Translate API
Partager