La langue française

Réséda

Sommaire

  • Définitions du mot réséda
  • Étymologie de « réséda »
  • Phonétique de « réséda »
  • Citations contenant le mot « réséda »
  • Images d'illustration du mot « réséda »
  • Traductions du mot « réséda »

Définitions du mot « réséda »

Trésor de la Langue Française informatisé

RÉSÉDA, subst. masc.

A. − BOT. Plante herbacée, dicotylédone dialypétale (de la famille des Résédacées), généralement caractérisée par des feuilles alternes, des petites fleurs irrégulières, de quatre à sept pétales, jaunâtres ou blanchâtres, disposées en grappe plus ou moins allongée, et répandue dans les régions tempérées, notamment le bassin méditerranéen. Elles iront recueillir le pollen rouge du réséda (Maeterl., Vie abeilles, 1901, p. 123).
Réséda jaunâtre/réséda des teinturiers. Réséda à fleurs jaunes, utilisé autrefois comme plante tinctoriale. Synon. gaude, herbe* aux juifs. (Dict. xixeet xxes.).Réséda jaune. Réséda à fleurs jaune verdâtre, répandu dans les lieux arides (Dict. xixeet xxes.). Réséda (odorant, des jardins). Réséda à fleurs blanc verdâtre, odorantes, cultivé comme plante ornementale et utilisé en parfumerie. Synon. herbe* d'amour, mignonnette.Pot de réséda. La mollesse odorante que lui communiquait la proche corbeille de résédas (Noailles, Nouv. espér., 1903, p. 70).
B. − P. méton.
1. [P. réf. aux fleurs du réséda odorant] Vert pâle tirant sur le jaune ou le gris.
a) Empl. adj. inv., en appos. couleur (ou vert) réséda ou, p. ell., réséda. Les tentures réséda éteignaient un peu l'éclat des lumières (Zola, Page amour, 1878, p. 889).À côté des verts réséda pâlissant jusqu'au soufre, les roses atténués (Lorrain, Âmes automne, 1898, p. 33).
b) Empl. subst. masc. Les cachemires de nuance claire (...), les maïs, les réséda, les myosotis (Mallarmé, Dern. mode, 1874, p. 781).Nous avons fait la guerre, porté les couleurs de nos nations, le bleu horizon, le gris, le kaki, le réséda (Guéhenno, Journal homme 40 ans, 1934, p. 82).
2. Parfum extrait du réséda. Nous ne rapportions plus l'odeur du tabac fumé en cachette, mais le parfum des petites Américaines. Était-ce le géranium ou le réséda? (Larbaud, F. Marquez, 1911, p. 41).P. métaph. Flava, tu es le flacon le plus odorant, le réséda le plus suave, le baume arabique le plus précieux! (Borel, Champavert, 1833, p. 238).
REM.
Résédacées, subst. fém. plur.,bot. Famille de plantes phanérogames angiospermes qui a pour type le genre réséda. Les fleurs des Résédacées sont zygomorphes (...) ni l'ovaire ni le fruit (une capsule) de ces Angiospermes ne sont clos (Bot.,1960,p. 982 [Encyclop. de la Pléiade]).
Prononc. et Orth.: [ʀezeda]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. 1562 reseda (Du Pinet, Histoire du Monde de Pline, XXVII, 12, t. 2, p. 382: une certaine herbe [...] que ceux de la Romaigne appellent Reseda), attest. isolée, à nouv. 1750 (Dalibard, Obs. sur le réséda à fleur odorante ds Mém. de math. et de phys., p. 96); 1659 resede (N. Duez, Dittionario italiano et francese, 504 ds Fonds Barbier: Resede, reseda un'herba); 1723 resida (Lémery, Traité Universel des drogues simples, Paris, D'Houry, p. 659 ds Quem. DDL t. 34: Phyteuma est une espèce de Resida); 2. 1864 « couleur d'un vert jaunâtre » (Barb. d'Aurev., Memor. pour l'A... B..., p. 426: ma chambre jaune de réséda); 1874 (Mallarmé, loc. cit.); 1878 adj. (Zola, loc. cit.). Empr., par l'intermédiaire des trad. de Pline (comme pour l'ital., cf. infra) au lat.reseda « réséda », empl. subst. de reseda, impér. de resedare « calmer (un mal), guérir », dér. de sedare « calmer, apaiser » (cf. sédatif), préf. re- (re-*). D'apr. Pline (Hist. nat. 27, 131 ds André Bot. et OLD), le réséda était censé faire disparaître les abcès et les inflammations, et en l'appliquant, on prononçait cette formule: Reseda morbos reseda. En ital., resèda est att. en 1561 dans une trad. de Pline (Prati). Fréq. abs. littér.: 90. Bbg. Baldinger (K.). À propos de l'infl. de la lang. sur la pensée. R. Ling. rom. 1973, t. 37, n o147/148, pp. 259-260; Die Reseda im Spielfeld der Linguistik. Washington, 1964, pp. 41-46.

Wiktionnaire

Nom commun

réséda \ʁe.ze.da\ masculin

  1. Plante herbacée, à feuilles alternes, qui a des fleurs irrégulières, d’un jaune verdâtre et d’une odeur agréable.
    • Un bouquet de réséda.
    • Cueillir du réséda.
    • À peine un siècle s’est écoulé depuis que nous possédons le réséda; il nous est venu d’Égypte. Linnée comparait ses parfums à ceux de l’ambroisie. Ce parfum est plus doux, plus pénétrant au lever et au coucher du soleil que pendant le reste du jour. Le réséda fleurit depuis le commencement du printemps jusqu’à la fin de l’automne; mais on peut en jouir l’hiver, en le conservant dans une serre tempérée; alors il devient ligneux, vit plusieurs années, s’élève, et forme, moyennant quelques soins, un petit arbuste du plus charmant effet.— (Charlotte de Latour, Le langage des fleurs (Neuvième édition augmentée de plusieurs chapitres ornée de douze gravures coloriées et de nombreuses vignettes dans le texte), Paris, 1861, p.77)
    • « La fleur par son langage,
      L’oiseau par son ramage,
      Souvent par son plumage,
      En nous parlant de Dieu
      Pour qui les créer fut un jeu,
      Proclament sa puissance Et prêchent la reconnaissance,
      Disait, un jour, Irma ;
      Toi, que dis-tu, chétif et pauvre Réséda ?
      — Moins beau que le camélia,
      A mon école on peut aussi s'instruire,
      Gentille et bonne Irma,
      Lui dit la fleur ;
      j'ai mon langage ;
      Par mes couleurs,
      ma taille et mon feuillage,
      Je vis caché ;
      Mais mon humble et chétive vie,
      Jointe à mon parfum recherché.
      Apprend comment la modestie De la vanité fait éviter le péché,
      En épargnant mainte avanie. »
      — (Justin Barthélemy de Beauregard, Irma et le Réséda in La Comédie universelle, apologues et proverbes, Paris, 1869, p.14)
    • Voici là, au milieu de la fenêtre, la même caisse de réséda avec les mêmes pots à fleurs, deux de chaque côté, que j’ai apportés avec moi en entrant ici. — (Charles Dickens, Vie et aventures de Nicolas Nickleby, 1885)
    • On imagine les voir rougir du prix exorbitant qu'elles entendent exiger d’elles. En avons-nous cassé, chez nos grand’mères, de ces flacons de verre bleu, de ces boîtes à épingles, de ces vide-poches, de ces commodes minuscules, qui servaient à conserver un bouquet de réséda ou des souvenirs en cheveux !— (Albert Flament, Le Trottoir roulant publié dans l’Excelsior, 12 décembre 1910)
    • Emmenez Jenny cueillir du réséda à Verrières ou à Marly et, avec elle, la smala des ancêtres, des petits, et — pourquoi pas ? — de l’amoureux sans lequel nulle campagne ne saurait sourire à Jenny... Et, avec l’intime satisfaction que l’on éprouve à faire des heureux, vous aurez la surprise de voir fleurir aux joues des pauvres les roses que vous rêviez de mettre en caisse sur leurs balcons...— (G. Davin de Champclos, L’Oeuvre des campagnes fleuries, Le Vélo, 30 mars 1904)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉSÉDA. n. m.
Plante herbacée, à feuilles alternes, qui a des fleurs irrégulières, d'un jaune verdâtre et d'une odeur agréable. Un bouquet de réséda. Cueillir du réséda.

Littré (1872-1877)

RÉSÉDA (ré-zé-da) s. m.
  • 1Genre de la famille des résédacées.

    Réséda gaude, reseda luteola, L. bisannuel, commun dans presque toute l'Europe et cultivé pour la teinture en jaune.

    Le réséda odorant, reseda odorata, L. annuel et originaire de Barbarie et d'Égypte.

  • 2Réséda marin, espèce de polypier du genre gorgone.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « réséda »

Du latin reseda, impératif du verbe latin resedare,calmer, en raison des propriétés thérapeuthiques de la plante.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. reseda, de resedare, calmer, qui vient de re, et sedare (voy. SÉDATIF). Pline, XXVII, dit qu'on employait cette plante pour résoudre les tumeurs, et qu'en l'appliquant on prononçait cette formule magique : reseda morbos.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « réséda »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
réséda reseda

Citations contenant le mot « réséda »

  • Le réséda odorant est cultivé depuis des siècles pour ses fleurs qui attirent les abeilles et dont le parfum demeure malgré le fait qu’elles soient coupées et séchées. Il aurait été utilisé pour ses propriétés médicinales calmantes. Binette & Jardin, Réséda odorant (Reseda odorata) ou mignonnette : culture et entretien
  • La rose et le réséda à la manière d’Aragon n’a jamais été aussi vivace et porteur de sens… Que « Mûrisse un raisin muscat  » ! La Règle du Jeu, François Heilbronn, La Rose et le Réséda - La Règle du Jeu - Littérature, Philosophie, Politique, Arts

Images d'illustration du mot « réséda »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « réséda »

Langue Traduction
Anglais reseda
Espagnol reseda
Italien reseda
Allemand reseda
Chinois reseda
Arabe ريسيدا
Portugais reseda
Russe резеда
Japonais レセダ
Basque reseda
Corse reseda
Source : Google Translate API
Partager