La langue française

Quiétiste

Définitions du mot « quiétiste »

Trésor de la Langue Française informatisé

QUIÉTISTE, adj. et subst.

RELIGION
A. − Subst. et adj. [Désignant une pers. ou en parlant d'elle] (Celui, celle) qui professe le quiétisme, qui est partisan du quiétisme ou d'une tendance qui s'en rapproche. Il ne serait pas bon à toute âme de s'abandonner, pour laisser faire l'esprit divin, suivant les maximes des quiétistes ou des mystiques. Il faut d'abord avoir fait prédominer en soi la tendance céleste sur la terrestre et alors seulement laisser faire l'esprit sans vouloir le diriger (Maine de Biran,Journal, 1823, p. 392).Les pauvres âmes que voici (...) seraient bien embarrassées de dire si elles sont jansénistes, quiétistes ou je ne sais quoi de différent (Gide,Porte étr., 1909, p. 570):
Élevé dans des milieux quiétistes et piétistes, payant son tribut au Sturm und Drang dans un drame de jeunesse, séduit un instant par le rationalisme berlinois, Moritz se rapproche du classicisme weimarien dans ses écrits esthétiques, tandis que ses œuvres d'imagination sont comme les premiers épanchements d'un romantisme de l'extase, du rêve, de l'ironie, qui sera celui de Jean-Paul et de Novalis. Béguin,Âme romant., 1939, p. 21.
P. anal. Qui est passif, inactif. Gavarni raconte que Godefroy Cavaignac lui dit un jour: « Vous, vous êtes un jacobin quiétiste ». Et ajoutait: « On n'aime pas sans haine (...) » (Goncourt,Journal, 1857, p. 423).
B. − Adj. [Appliqué à une chose] Qui se rapporte au quiétisme ou aux quiétistes. La révolte de Gide, comme celle de Rousseau − et tous deux sont pareillement marqués de puritanisme et de trouble quiétiste − est, en son fond, une révolte théologique (Massis,Jugements, 1924, p. 55).Cette idée quiétiste de l'amour pur le consolait de sa solitude (Guéhenno,Jean-Jacques, 1950, p. 171).
Prononc. et Orth.: [kjetist], [kɥije-]. V. quiet. Ac. 1718, 1740: quietiste; dep. 1762: quié-. Étymol. et Hist. 1687 ([Jurieu], Lettres pastorales, t. 1, p. 93, 2ecol.). Dér. de quietisme* par substitution du suff. -iste* à -isme. Fréq. abs. littér.: 37. Bbg. Quem. DDL t. 18.

Wiktionnaire

Adjectif

quiétiste \kje.tist\ masculin et féminin identiques

  1. (Religion) Qui concerne le quiétisme.
    • Une contemplation quiétiste. — (Rathenau)
    • Des milieux quiétistes et piétistes. — (Béguin, L’Âme romantique et le rêve, 1939)
    • Cette idée quiétiste de l'amour pur le consolait de sa solitude. — (Guéhenno, Jean-Jacques, 1950)
    • Le mépris de la sagesse, la haine du libre arbitre, le renoncement à l’action, voilà l’enseignement de Julie.
      « Quel est le plus heureux dès ce monde, du sage avec sa raison, ou du dévot dans son délire ? qu’ai-je besoin de penser, d’imaginer, dans un moment où toutes mes facultés sont aliénées ? « L’ivresse a ses plaisirs, » disiez-vous. « Eh bien, ce délire en est une. » Elle recueille le fruit du délire, de l’ivresse, qui est d’oublier, d’ignorer, de se perdre de vue soi-même, d’apaiser sa conscience. « Mes réflexions ne sont ni amères, ni douloureuses. Mes fautes me donnent moins d’effroi que de honte. J’ai des regrets,
      et non des remords. » Pente admirable, rapide. Elle ne se croit pas quiétiste. Elle rit de madame Guyon. Mais madame Guyon elle-même a-t-elle dit davantage ? On s’enfonce, non sans volupté, au fond de ce demi-sommeil. Le souvenir, s’il n’est pas douloureux, devient très-doux et Molinos nous apprend qu’on jouit de la honte même. — (Jules Michelet, Histoire de France : Louis XV et Louis XVI, tome seizième, Ernest Flammarion, Paris, 1893, p. 62)
    • Mais le conservateur musulman traditionnel, quiétiste […] croit toujours que la vérité et la sagesse suprêmes résident dans l’Islam, supérieur, non dans l’Occident, inférieur. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p. 38)

Nom commun

quiétiste \kje.tist\ masculin et féminin identiques

  1. (Religion) Adepte du quiétisme.
    • S’abandonner, pour laisser faire l’esprit divin, suivant les maximes des quiétistes ou des mystiques. — (Maine de Biran, Journal, 1823)
    • [Fénelon]: […] s’il diffère des quiétistes absolus qu’il affecte de condamner, c’est moins pour le fonds de la doctrine que pour le degré où il admet cette doctrine. […] En reconnaissant l’inaction comme supérieure à l’action, et comme l’état parfait, ne fait-il pas désirer que l’inaction soit perpétuelle? — (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, ch. VIII, Hachette & Paulin, 1845, 2e éd., p. 136)
    • En 182.., j’étais dans le salon d’un de mes oncles, maire de cette petite ville que je vous ai décrite comme la plus antipathique aux passions et à l’aventure; et, quoique ce fût un jour solennel, la fête du roi, une Saint-Louis, toujours grandement fêtée par ces ultras de l’émigration, par ces quiétistes politiques qui avaient inventé le mot mystique de l’amour pur: Vive le roi quand même ! on ne faisait, dans ce salon, rien de plus que ce qu’on y faisait tous les jours. On y jouait. — (Barbey d’Aurevilly, « Le Dessous de cartes d’une partie de whist », in Les Diaboliques, 1874)
    • Chuang-Tzù passa sa vie à prêcher la grande religion de l’Inaction et à faire remarquer l’inutilité de toutes les choses utiles. En fait, on peut dire que Chuang-Tzù a résumé en lui presque toutes les formes de la pensée métaphysique ou mystique, depuis Héraclite jusqu’à Hégel.
      Il y avait aussi en lui quelque chose du quiétiste, et dans son culte du Rien, on peut dire jusqu’à un certain point, de ces étranges rêveurs de l’époque médiévale, qui comme Tauler et le Maître Eckart ont adoré le
      Purum Nihil et l’Abîme. — (Oscar Wilde, Derniers essais de littérature et d’esthétique : août 1887-1890, traduction d’Albert Savine, 1913)
    • La prière, c’est […] une sorte de tapage doublé de flagornerie. Ainsi en jugent les quiétistes qui la prétendent en contradiction avec le pur amour de Dieu. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 248)
    • Que sa dénomination dérive d’un nom commun ou d’un nom propre, l’adepte ne prend jamais de majuscule initiale. L’adhérent, le disciple, le fidèle, le membre pas davantage. Toutes les catégories sont concernées (religion, philosophie, littérature, arts, politique, etc.) : un anglican, sept bouddhistes, trois catholiques, un dadaïste, deux existentialistes, un gnostique, un hindou, deux impressionnistes, trois jansénistes, quelques kharidjites, soixante laxistes, trois marxistes, quatre nudistes, deux oulipistes, dix presbytériennes, un quiétiste, un rexiste, des saint-simoniens, deux trotskistes, dix ultras, une voltairienne, un wahhabite, un zoroastrien. — (« Adepte », in Jean-Pierre Lacroux, Orthotypographie : D’Accolade à Allemand, aussi Orthotypo : Orthographe & typographie françaises : Dictionnaire raisonné, 2007)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

QUIÉTISTE. adj. des deux genres
. Qui professe le quiétisme. Ce directeur est quiétiste. Il s'emploie aussi comme nom. C'est un quiétiste.

Littré (1872-1877)

QUIÉTISTE (kui-ié-ti-st') adj.
  • 1Qui professe le quiétisme. Un directeur quiétiste.

    Substantivement. Les nouveaux mystiques ou contemplatifs, connus sous le nom de quiétistes, Bossuet, Ét. d'oraison, I, 12. Il n'y a que ceux qui ont éprouvé ces sentiments intérieurs qui peuvent juger de la conduite des âmes qui les éprouvent, comme Molinos, chef des quiétistes, tâche de le persuader, Nicole, Essais, t. VIII, p. 168, dans POUGENS. La fameuse quiétiste Mme Guyon avait ébranlé l'archevêque de Cambrai, avait séduit et entraîné d'autres personnes de la cour, entre autres le pieux et austère duc de Chevreuse, D'Alembert, Éloges, Bossuet, note 12.

  • 2Il se dit aussi des partisans de doctrines analogues durant le moyen âge et dans l'Orient. Ne nous arrêtons pas à remarquer qu'on les nommait [les béguards] quiétistes, à cause qu'ils se glorifiaient de leur quiétude ; c'est Rusbroc qui nous l'apprend, Bossuet, États d'oraison, X, 2. Cette secte fut suivie de celle des quiétistes, nihil agentium, Diderot, Opin. des anc. philos. Chinois.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « quiétiste »

(1687) Du latin quietus (« quiet ») et -iste.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « quiétiste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
quiétiste kietist

Citations contenant le mot « quiétiste »

  • Avec la requête déposée par la mosquée d’Ecquevilly (Yvelines) devant le Conseil d’État, le salafisme qualifié de « quiétiste » était en position d’accusé. Dans cette salle de prière – et contrairement à la vingtaine de mosquées déjà fermées depuis l’instauration de l’état d’urgence –, aucune arme n’a été trouvée, aucun fidèle n’est parti accomplir le djihad en Syrie ou en Irak. La Croix, Le « salafisme quiétiste » devant la justice
  • La sociologie de l'islam identifie au moins deux courants au sein de ce fondamentalisme puritain. Un salafisme quiétiste, majoritaire en France, rejetant la violence armée, et un salafisme jihadiste qui la promeut. Le Point, Pas de quartier pour le salafisme, même quiétiste? - Le Point
  • Le salafisme quiétiste est ultra-orthodoxe, ultra-conservateur, avec une approche littéraliste de l’islam. Il s’intéresse particulièrement à la prédication et à la formation religieuse, mettant l’accent sur l’éducation islamique. Ses fidèles partent du principe que les musulmans pratiquent un islam galvaudé, et qu’il est important de les appeler au « véritable islam ». Particularité du salafisme quiétiste : il ne s’intéresse pas aux questions politiques. Il est également non-violent : un certain nombre de figures du salafisme mondial ont émis des fatwas condamnant les actions menées par Al-Qaïda ou l’État islamique. Le salafisme politique reprend la lecture religieuse du salafisme quiétiste, mais prône la nécessité de s’organiser en partis politiques. L’archétype même de ce salafisme politique est le parti salafiste An-Nur (le Parti de la Lumière), en Égypte. Enfin, le salafisme révolutionnaire partage l’approche littéraliste et ultra- conservatrice du salafisme quiétiste, mais considère que le changement passe non pas par l’éducation religieuse, mais à travers l’action armée et l’usage de la violence. Ces trois mouvements entretiennent des relations dans la mesure où ils partagent une matrice idéologique commune, mais divergent sur les modalités du changement social. De plus, ils se jettent mutuellement l’anathème. Salafistes quiétistes et salafistes révolutionnaires s’accusent l’un l’autre d’errance ou d’égarement théologique. Le Monde des Religions, Quiétistes, politiques, djihadistes : qui sont les salafistes ? - Actualité - Le Monde des Religions
  • Mais si quiétistes et djihadistes « sont les pires ennemis », fait valoir le « djihadologue » Romain Caillet, c'est aussi « parce qu'ils sont proches » et partagent un « socle commun ». Notamment autour du dogme de « l'alliance et le désaveu » (« al-wala wa al-bara »), idéologie de rupture avec l'Occident pour les uns (quiétistes), de guerre contre les « infidèles » pour les autres (djihadistes). Le Point, Le salafisme, une nébuleuse fondamentaliste en croissance en France - Le Point
  • Dès samedi, ce salafiste quiétiste -courant de l’islam hyperconservateur mais qui refuse toute forme de violence, y compris le djihad-, qui a pris la tête de la mosquée Sunna après l’expulsion pas les autorités du prêcheur Abdelkader Yahia Cherif en 2004, avait condamné les attentats de Paris. Il martelait ainsi que ces actes « inqualifiables » et « barbares », « commis par des terroristes », n’ont « rien à voir avec l’islam » dans une vidéo publiée sur son compte YouTube et visionnée près de 29.000 fois. , Qui est Rachid Abou Houdeyfa, l'imam salafiste quiétiste de Brest?
  • Il se découpe en trois tendances : quiétiste, politique - très peu présente dans l'Hexagone - et révolutionnaire, qui prône l'action armée. "En France, la très grande majorité est composée de salafistes quiétistes, souligne le chercheur. Ceux-ci ont une sainte horreur des activités politiques faites au nom de l'islam, comme le font les Frères musulmans, et des actions violentes. L'Etat islamique et Al-Qaida sont considérés comme des chiens de l'enfer." Radicalisation religieuse et radicalisation djihadiste ne sont d'ailleurs pas toujours liées. "Le salafisme quiétiste a développé un argumentaire religieux efficace pour empêcher ce type de basculement", assure le sociologue. lejdd.fr, Islam : en France, des salafistes plutôt jeunes et convertis

Traductions du mot « quiétiste »

Langue Traduction
Anglais quietist
Espagnol quietista
Italien quietista
Allemand quietist
Chinois 安静主义者
Arabe هادئ
Portugais quietista
Russe квиетист
Japonais 静かな
Basque geldikoia
Corse silenziu
Source : Google Translate API

Quiétiste

Retour au sommaire ➦

Partager