La langue française

Publiable

Sommaire

  • Définitions du mot publiable
  • Étymologie de « publiable »
  • Phonétique de « publiable »
  • Citations contenant le mot « publiable »
  • Traductions du mot « publiable »
  • Synonymes de « publiable »

Définitions du mot publiable

Trésor de la Langue Française informatisé

Publiable, adj.Qui peut être publié, édité. Mais je serais une canaille si je dissimulais ma pensée. La voici, ma pensée: cette œuvre n'est pas publiable telle qu'elle est, et je te supplie de ne pas la publier (Flaub.,Corresp., 1854, p. 172).Même s'il est publiable, un livre autobiographique amènera de l'éditeur cette objection: Que fera ensuite cet auteur? (Civilis. écr., 1939, p. 16-1). [pyblijabl̥]. 1resattest. a) 1601 [éd.] « qui peut être rendu public » (Charron, Sagesse, p. 346), attest. isolée, b) 1639 « qui peut être publié » (Richelieu, Lettre ds Lettres, Instructions diplomatiques, éd. Avenel, t. 6, p. 586: escrit publiable), de publier, suff. -able*. Fréq. abs. littér.: 13.

Wiktionnaire

Adjectif

publiable \py.bli.jabl\ masculin et féminin identiques

  1. Que l’on peut publier, digne d’une publication.
    • Le relecture est faite, le document est désormais publiable.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PUBLIABLE (pu-bli-a-bl') adj.
  • Qu'on peut publier. La première assurance est un écrit réciproque, publiable en cas de manquement de part et d'autre, Richelieu, Lettres, etc. t. VI, p. 586 (1639).
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « publiable »

(Siècle à préciser) De publier avec le suffixe -able.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « publiable »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
publiable pyblijabl

Citations contenant le mot « publiable »

  • La filiale camerounaise du groupe bancaire nigérian United Bank for Africa (UBA Cameroun S.A) s’attèle à rapprocher épargnants et emprunteurs pour le plus grand bien de l’économie nationale. La situation mensuelle publiable au 31 mai 2020 de cet établissement de crédit témoigne de son implication dans le financement de l’économie. Les actifs et le passif culminent à 421,593 milliards de FCFA. L’on note que la banque a accordé plus de 117 milliards de crédits à la clientèle à fin mai dont 65,464 milliards de crédit à court terme et 50,802 milliards de crédit à moyen terme. EcoMatin, UBA Cameroun accorde plus de 117 milliards de crédits à la clientèle en un mois – EcoMatin
  • La photo a été publiée parce qu'elle était "publiable"; la Plupart du temps il n'y a pas de photos pour des raisons politiques donc si il n'y a pas de photos il y a suspicion de "politiquement correct". midilibre.fr, Disparition d'une fillette et de son père près d'Avignon : un appel à témoins est lancé - midilibre.fr
  • "Pourtant, malgré tout cela - et c'est crucial - je peux faire des choses incroyables en anglais. Je peux apprécier les plus grandes œuvres littéraires, je peux produire des textes significatifs et cohérents de qualité publiable", écrit-elle plus tard dans un courriel. BBC News Afrique, Apprendre une nouvelle langue : quel est le meilleur âge pour tout apprendre - BBC News Afrique
  • À la réception du manuscrit, le directeur décide, après une lecture rapide, si l'article est potentiellement publiable dans la revue. La pertinence de la question évoquée et l'intérêt des résultats pour les lecteurs de la revue sont évalués, en fonction des critères de publication propres à la revue. La proportion de manuscrits refusés dès cette première phase est très variable selon les revues ; ce pourcentage s'élève à 90 % pour des revues multidisciplinaires comme Nature ou Science, selon leurs dires. TV5MONDE, Étude retirée du Lancet : la science à l'épreuve des revues scientifiques ?
  • Voilà, donc ces outils d’évaluation quantitative, ils sont intéressants et ils ont un certain attrait — on comprend bien la folie des classements — mais ils ont des effets pervers qui peuvent être considérables. Et de plus en plus, une critique se fait jour sur cette course à la publication, cette course à la bibliométrie. On se rend bien compte qu’on peut être un chercheur qui a un impact absolument majeur dans une discipline en ayant très peu de publications si on a des publications vraiment importantes et originales. Parfois, il peut être difficile d’arriver à publier lorsqu’on a des idées originales qui vont contre le conformisme ambiant et, pourtant, ce sont ces articles-là, même s’ils sont peu nombreux, qui vont parfois renouveler entièrement une discipline, et il y a de nombreux exemples célèbres de cela. Et puis, fondamentalement, la quantité de publications et même la publication, ça n’est qu’une partie du travail scientifique d’un chercheur. Il y a beaucoup d’autres choses qui sont très importantes : il y a des aspects de conception théorique, de réflexion théorique, de conceptualisation. Il y a des effets de tutorat des plus jeunes, d’encadrement des plus jeunes, qui ne sont pas pris en compte par les publications. Il y a des effets d’enseignement, des tâches d’enseignement qui sont extrêmement importantes dans la production des universitaires et qui ne sont, évidemment, pas pris en compte par les scores de bibliométrie. Et la tendance à rapporter tout à un chiffre unique, quantitatif, d’évaluation bibliométrique est une tendance qui est reconnue, maintenant, pour produire des effets pervers, avec une incitation à toute force à la publication. Dans certains pays, la bibliométrie est assortie de récompenses financières pour les chercheurs et ceci produit parfois des conséquences catastrophiques avec des publications qui sont soit inutiles, soit, même, parfois, une tentation des chercheurs de céder à tout prix à la nécessité d’une publication avec, parfois, une tentation d’enjoliver les résultats pour absolument arriver à avoir un p significatif et un résultat publiable, voire, même, parfois, tout simplement de la fraude. Et on a vu récemment des exemples tout à fait retentissants de l’emballement des publications sur la COVID. Je rappelle qu’il y a eu, déjà, depuis le début de l’épidémie COVID, plus de 18 000 publications sur la COVID et des exemples célèbres dans cette littérature d’articles qui ont dû être retirés, rétractés, et, pour certains, pour lesquels il y a fraude probablement avérée. Et, donc, je crois que la conclusion qu’on doit retirer, c’est que la bibliométrie quantitative, c’est un outil intéressant qui peut être utile dans certains aspects, mais que l’évaluation qualitative de la production d’un chercheur est absolument critique pour une véritable évaluation scientifique. Je vous laisse méditer ces considérations et, probablement, réfléchir à produire mieux plutôt que produire plus de publications. À bientôt. Medscape, La course à la bibliométrie a des effets pervers

Traductions du mot « publiable »

Langue Traduction
Anglais publishable
Espagnol publicable
Italien pubblicabile
Allemand publizierbar
Chinois 可发表的
Arabe قابل للنشر
Portugais publicável
Russe опубликованию
Japonais 発行可能
Basque argitara
Corse publicable
Source : Google Translate API

Synonymes de « publiable »

Source : synonymes de publiable sur lebonsynonyme.fr
Partager