La langue française

Provincialisme

Sommaire

  • Définitions du mot provincialisme
  • Étymologie de « provincialisme »
  • Phonétique de « provincialisme »
  • Citations contenant le mot « provincialisme »
  • Traductions du mot « provincialisme »

Définitions du mot provincialisme

Trésor de la Langue Française informatisé

PROVINCIALISME, subst. masc.

A.− Souvent péj. Caractère provincial. Je suis frappé du provincialisme de tous ces Parisiens, rentrant dans la capitale, un petit sac à la main (Goncourt, Journal,1871, p. 821).Ses mots, d'un provincialisme naïf, son fils ne les entendait jamais que dans ce coin de France (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 15).
P. méton. Détail à caractère provincial. Sa fille, en se trempant dans ce milieu d'une élégance et d'une distinction suprêmes, pouvait y effacer quelques provincialismes de toilette ou de langage (Feuillet, Camors,1867, p. 206).
LING., vieilli. Mot, emploi d'un mot, expression propre à une province, qui n'est pas en usage à Paris. Synon. régionalisme.Les expressions locales, des provincialismes introduits brusquement dans la langue politique et administrative (A. Daudet, Nabab,1877, p. 49).Non seulement les parlers locaux se font toujours plus rares, mais on fait la guerre aux provincialismes, les prononciations locales sont tournées en ridicule (Bally, Lang. et vie,1952, p. 47).
B.− Attitude favorable à une province, à ses particularités; attachement plus ou moins passionné à une province face à l'État. Il n'est pas jusqu'aux bonapartistes, dévoués par tradition, semble-t-il, à la plus rigoureuse centralisation, qui n'aient eu des velléités de provincialisme (Barrès, Scènes et doctr.,t. 2, 1902, p. 214).Une culture plus générale et la fréquentation des gens d'une autre région annulent rapidement le provincialisme (Sorel, Réflex. violence,1908, p. 81).
REM.
Provincialiste, adj. et subst.(Celui, celle, ce) qui est attaché(e) à une province, qui la défend. Ce marquis napolitain, provincialiste énergumène (...) accusait les gardes nationaux de n'être qu'une coterie (Taine, Voy. Ital.,t. 1, 1866, p. 85).Mouvement provincialiste (Barrès, Scènes et doctr.,t. 1, 1902, p. 113).
Prononc. et Orth. : [pʀ ɔvε ̃sjalism̭]. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1. a) 1779, 4 janv. ling. « caractère de ce qui est propre à la province » (Journal de Paris, p. 15a : Quant aux rimes [...] je les confesse repréhensibles, atteintes de provincialisme); b) 1823 id. « terme propre à une province » (Boiste); 2. 1864 péj. « mœurs étriquées que l'on prête aux provinciaux » (Goncourt, R. Mauperin, p. 39). Dér. de provincial*; suff. -isme*. Fréq. abs. littér. : 12.

Wiktionnaire

Nom commun

provincialisme \pʁɔ.vɛ̃.sja.lism\ masculin

  1. (Vieilli) Locution particulière à une province.
    • On remarque dans le style de cet écrivain un certain nombre de provincialismes.
  2. (Plus rare) Attachement sentimental à sa province.
    • Une culture plus générale et la fréquentation des gens d'une autre région annulent rapidement le provincialisme : […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence Chap.I, Lutte de classe et violence, 1908, page 72)
    • Le provincialisme ou le fait de vivre dans une région, d’y travailler et, de quelque manière, de participer d’elle, a longtemps grevé les destins d’artistes dans une France centralisatrice. — (Jean-Jacques Lerrant, « La quête de Jacques Truphémus », dans Jacques Truphémus, Musée des Beaux-Arts, Lyon, 1986, page 25)
  3. (Canada) Tendance à favoriser les droits des provinces (du Canada) vis-à-vis du pouvoir fédéral.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  4. (Québec) Tendance à se borner au rôle donné à un gouvernement provincial ou une législature provinciale, par opposition à planifier la construction de l’État québécois en vue de son indépendance.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  5. (Biogéographie) Caractéristique d'une unité géographique.
    • La province zoogéographique était définie comme une vaste aire où est présente une faune caractéristique en raison d'une position géographique par rapport à des barrières (y compris climatiques), en excluant ainsi le faciès en tant que facteur de contrôle du provincialisme. — (Fabrizio Cecca & ‎René Zaragüeta i Bagils Paléobiogéographie, EDP Sciences, 2015, page 110)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PROVINCIALISME. n. m.
Locution particulière à une province. On remarque dans le style de cet écrivain un certain nombre de provincialismes.

Littré (1872-1877)

PROVINCIALISME (pro-vin-si-a-li-sm') s. m.
  • Accent, idiotisme, particuliers à une province.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « provincialisme »

 Dérivé de provincial avec le suffixe -isme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « provincialisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
provincialisme prɔvɛ̃sjalism

Citations contenant le mot « provincialisme »

  • Dans notre provincialisme, il nous a fallu attendre 16 ans pour pouvoir disposer d’une traduction de cette œuvre magistrale et majestueuse. On la doit à Catherine Audard, traductrice attitrée par l’œuvre entière de John Rawls. Elle sera avec nous mercredi et vendredi. France Culture, Avoir raison avec... John Rawls – série de podcasts à écouter – France Culture
  • Mais il y a pire. Pour rendre plus recevable cette improvisation qu’on assimile à du gros bon sens — après tout, affirme-t-on, c’est ce que la population veut —, on brasse un vieux fond de provincialisme qui a notamment été à la source d’un anti- intellectualisme durable au Québec et qui teinte toujours notre rapport collectif à l’éducation. N’est-ce pas ce dont témoignent les propos du premier ministre quand il soutient que l’opposition des universités et des cégeps à la réforme du PEQ est essentiellement motivée par des préoccupations économiques ? Comme si des institutions étaient des entreprises. Et comme si l’héritage de la commission Parent était réductible à la seule augmentation du nombre de diplômés des études supérieures et à leur contribution à la sphère de l’économie. Il s’agit là, on en conviendra, d’une bien pauvre conception de l’éducation. Or, si elle est avancée, c’est qu’une partie de l’électorat y est réceptive. La Presse, Brasser le vieux fond de provincialisme
  • Le dialecte montréalais, qui versait déjà dans cette forme particulière de la démence linguistique qu’est le franglais, se détachera encore plus du français international. Nos Inclusifs, qui se croient ouverts sur le monde, nous enfoncent dans un provincialisme étouffant. Le Journal de Montréal, Montréal dans un nouveau délire | Le Journal de Montréal
  • Un roman senteurs – quel plaisir de découvertes botaniques et sensorielles mêlées, de paysages amenés à la vie –, une fresque à la fois tumultueuse et romantique sur l’Inde de la première moitié du XXe  siècle à travers trois générations faites d’espoirs et de renoncements. Mais à cet axe intergénérationnel assez conventionnel s’ajoute une dimension spatiale inédite où s’explore le dessin des mains, le périmètre de fouilles, la géographie de petites et grandes villes. Le roman s’ouvre au Gujarat – un État assez pauvre aujourd’hui encore –, dans une famille de petite bourgeoisie qui est à la fois dédaignée par l’occupant anglais mais aussi par la petite élite de Calcutta. C’est le roman de l’éloignement, du provincialisme, de la « montée à la grande ville ». Sans clichés. Le Soir Plus, Les poches des Livres du Soir - Le Soir Plus
  • Je vous en avais touché un mot, au moment du juste hommage de la maison à Louise Bachofen-Burckhardt. L’une des plus grandes donatrices de l’institution, qui voulait tirer Bâle de ce qu’elle jugeait son provincialisme. L’exploration des caves avait conduit les conservateurs à un tableau «désattribué». Le portrait très sale de la Renaissance ne pouvait plus se voir considéré comme un authentique Titien. Et pourtant… En le regardant bien… Il fallait lui donner une nouvelle chance. Et de fait, nettoyé, l’effigie est impressionnante. Il s’agit sans doute d’un fragment. Pourquoi ne serait-ce pas celui de l'effigie réalisée par Titien en 1527 du poète l’Arétin? L’artiste en a exécuté bien plus tard l’image canonique, aujourd’hui conservée aux Offices. Mais on sait par les archives qu’il en a existé cet autre exemplaire, aujourd’hui réputé perdu. Bilan, Le portrait du poète l'Arétin est de retour aux cimaises bâloises. Un vrai Titien? - Bilan
  • D’entrée de jeu, l’arrivée de la Coalition avenir Québec au pouvoir s’est faite sous un fond de provincialisme. Après tout, c’est avec le même thème que Maurice Duplessis a dirigé le Québec pendant 18 ans dans les années 40 et 50. La Presse, Le retour du nationalisme a sonné

Traductions du mot « provincialisme »

Langue Traduction
Anglais provincialism
Espagnol provincialismo
Italien provincialismo
Allemand provinzialismus
Chinois 地方主义
Arabe الإقليمية
Portugais provincianismo
Russe провинциальность
Japonais 地方主義
Basque provincialism
Corse pruvinzialisimu
Source : Google Translate API
Partager