La langue française

Prétentaine

Définitions du mot « prétentaine »

Trésor de la Langue Française informatisé

PRÉTENTAINE,(PRETENTAINE, PRÉTENTAINE) subst. fém.

Familier
A. − Loc. verb. Courir la prétentaine
1. Vieilli. Aller, courir çà et là; être (toujours) en vadrouille. Synon. être (toujours) sur les chemins/par voie(s) et par chemin(s); aller (toujours) par les chemins (v. chemin I A 3).Elle s'arrêta net devant le petit Paul. −Eh! le voilà réveillé! cria-t-elle. Vois-tu comme ça court déjà la prétentaine! Au milieu de la couverture rouge, Paul en effet venait de se dresser sur ses petits genoux; et il s'était traîné, il se sauvait à quatre pattes, furtivement (Zola,Joie de vivre, 1884, p.1126).Il chérit Poil de Carotte, mais ne s'en occupe jamais, toujours courant la prétentaine, pour affaires (Renard,Poil Carotte, 1894, p.226).
Au fig. Laisser (son imagination, son esprit) vagabonder. Il est absurde de s'évaguer de la sorte, pensa Durtal; je ferais mieux de suivre mes vêpres que de courir ainsi la prétentaine à propos d'une fête dont la légende est d'ailleurs controuvée (Huysmans,Oblat, t.1, 1903, p.43).L'heure de la toilette est, entre toutes, propice aux réflexions. Tandis que le corps se livre à une série de mouvements fastidieux et en ordre immuable, l'esprit court la prétentaine et suit sa fantaisie (Estaunié,Solitudes, 1917, p.87).
2. En partic. Faire des escapades amoureuses; rechercher, multiplier les aventures galantes. Synon. courir le guilledou*.Mon père, dit-on, passait la soixantaine Qu'en jeune homme il courait encor la pretentaine (Augier,Homme de bien, 1845, p.123).[La fille-mère] n'a plus qu'à mourir de faim et de misère, tandis que l'homme qui l'a fécondée court la pretentaine (Le Dantec,Savoir!1920, p.72).
B. − Rare. Coureur de prétentaines. Homme qui recherche, multiplie les aventures galantes. Synon. coureur de guilledou(s)*.Henri IV, ce vieux coureur de prétentaines (Cladel,Ompdrailles, 1879, p.315).
Prononc. et Orth.: [pʀ ətɑ ̃tεn], [pʀe-]. Ac. 1718: pretentaine, mais ,,courir la pretantaine``; 1740: pretantaine, mais ,,on dit qu'une femme court la pretentaine``; 1762: pretantaine; 1798: pretantaine, pretantène, pretentaine; dep. 1835: pretantaine, pretentaine (id. ds Littré; Ac. 1935: ,,on écrit plutôt aujourd'hui pretentaine``); Rob.: pretantaine, pretentaine ou prétantaine; Lar. Lang. fr.: prétantaine, pretantaine, prétentaine, pretentaine. Étymol. et Hist. 1. 1604 courre la pretantaine «courir çà et là» (La Response de maistre Guillaume au soldat fr., p.55 ds Quem. DDL t.19); 1605 courir la pretentaine (Le Lunaticque à M. Guillaume, p.22, ibid.); 2. 1615 id. «(en parlant d'une fille) chercher des aventures galantes» (Gabriel Le Bien-Venu, Foucade aux Estats, p.14, ibid.). Orig. obsc. D'apr. FEW t.13, 1, p.346a-b, le mot serait formé sur le verbe retentir, la notion de mouvement, d'agitation pouvant être reliée à l'expression du bruit. Le préf. pré- (au lieu de re-) pourrait être tiré de verbes de mouvement tels que précipiter*; la finale le serait de refrains tels que dondaine, faridondaine; cf. prétintaille. Fréq. abs. littér.: 11.

prétentaine, -

Phonétique du mot « prétentaine »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
prétentaine pretɑ̃tɛn

Citations contenant le mot « prétentaine »

  • Autant vous le dire, je n’apprécie guère les premières chaleurs du printemps. Encore engourdi par les longs mois d’hiver, me voilà courant la prétentaine dans l’espoir de me refaire une santé. Il me faut rependre du poids coûte que coûte et pas un lombric ne doit m’échapper. Dès lors, toutes les nuits, je pars en chasse… « Et là, c’est le drame », comme dirait Baffie. Aveuglé par la faim, je traverse les routes sans précaution en risquant d’être écrasé à tous moments. Les associations de protection de la nature qui se sont penchées sur mon destin concluent à un bilan effrayant. Chaque année, 1 800 000 hérissons sont écrasés sur les routes, précisent-elles. L’affaire est si grave que mon clan s’est effondré des 2/3 durant les vingt dernières années. Il faut dire que le cortège de pesticides que nous ingurgitons en nous gavant d’escargots et autres limaces n’arrange rien. Après la mortalité sur les routes, c’est la deuxième cause de disparition de notre espèce. Charlie Hebdo, Lettre des animaux aux humains confinés : le hérisson - Charlie Hebdo
  • Je dois confesser que ma compagne mérite un compliment analogue puisque bien malin qui serait capable de faire la différence entre nous deux. Notre déclaration d’amour se traduit par une prise de bec. Rien de grave, il s’agit seulement de se toucher nos beaux appendices en signe d’intérêt. Puis on passe à l’acte en rejoignant l’eau, l’élément qui nous est le plus familier. Je n’irai pas courir la prétentaine. Notre couple doit rester fidèle, en tout cas pour cette année. Car c’est à deux que nous allons poursuivre l’aventure en commençant par creuser un terrier afin d’abriter notre futur rejeton. Charlie Hebdo, Lettre des animaux aux humains déconfinés : le macareux moine - Charlie Hebdo
  • Tout dépend, pour survivre, de l’espace utile. Qui ne dispose que de quelques mètres-carrés pour tenir à plusieurs, en ville, sous les toits, sans air ni balcon, respire mal. La ville s’enorgueillit de l’anonymat. Courir la prétentaine y est une fête. Mais le confinement annihile ce privilège. Le sexe au bercail, la campagne offre un espace de liberté à nul autre pareil. On y parle à soi-même, à défaut du voisin. L’occasion s’offre à tous d’engager une introspection. Qu’est-ce qui importe à chacun ? Marianne, Coronavirus : le confinement, cette prise de responsabilité à valeur collective
  • On boit, on joue, on courre la prétentaine et il n’y a jamais assez d’argent pour satisfaire toutes ces turpitudes. Bien sûr, de temps à autre, il exerce le métier de carrier. Mais le manque de sérieux dans les tâches à exécuter a fini de lasser ses employeurs. Le père qui se prénomme aussi Jean, âgé de 44 ans, n’en peut plus de passer chez les uns et les autres, régler les dettes de jeu, calmer les ressentiments de celles et ceux que Jean a floués dans d’invraisemblables histoires qui semblent témoigner de son esprit « tordu ». SudOuest.fr, Série noire en Lot-et-Garonne : Jean Laprade, auteur d’un triple parricide ?
  • En 1642, on disait d'un homme qui allait et venait sans but ni raison qu'il «courait la prétentaine». Utilisée au sujet d'une femme, l'expression prenait un sens figuré, signifiant que la personne du sexe se livrait à un vagabondage interdit par la bienséance et donc suspect de libertinage! Le mot prétentaine ne nous est plus familier, et pour cause, il évoque un bruit qu'on n'entend plus au 21e siècle. Ménage expliquait dans son dictionnaire que c'est «une onomatopée du bruit que font les chevaux en galopant: pretantan, pretantan, pretantaine». Le Figaro.fr, Fichtre ! Dame ! D'où sortent ces expressions anciennes qui courent encore ?

Traductions du mot « prétentaine »

Langue Traduction
Anglais pretentious
Espagnol pretencioso
Italien pretenzioso
Allemand protzig
Chinois 自命不凡
Arabe رنان
Portugais pretensioso
Russe притязательный
Japonais 大げさな
Basque pretentious
Corse pretenziunale
Source : Google Translate API

Prétentaine

Retour au sommaire ➦

Partager