La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « porphyre »

Porphyre

Variantes Singulier Pluriel
Masculin porphyre porphyres

Définitions de « porphyre »

Trésor de la Langue Française informatisé

PORPHYRE, subst. masc.

A. − MINÉRALOGIE
1. Usuel. Roche magmatique ancienne très dure, présentant de grands cristaux de feldspath clairs dispersés dans une pâte foncée à grains très fins, généralement rouge ou verte, parfois bleue ou noire (d'apr. Noël 1968; ds Fouc.-Raoult Géol. 1980). Mais ce coeur obstiné, plus dur que l'airain, le porphyre et le basalte, ne se rendit pas encore (Gautier, Rom. momie,1858, p.334).Tout tremble, et nous régnons, graves et couronnés. Au fond de nos palais de jaspe et de porphyre Nous avons des milliers d'esclaves à genoux (Samain, Chariot,1900, p.207).Cassé en fragments, le porphyre donne également un excellent caillou pour chaussée d'empierrement (Bourde, Trav. publ.,1928, p.72):
. Le granit et le porphyre des sarcophages pharaoniques gardent, après quatre mille ans, leurs moulures intactes et un poli qui est une caresse pour l'oeil. Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, p.155.
SYNT. Porphyre granitique, feldspathique, quartzifère; porphyre vert antique, rouge antique; dallage, arche, table, colonne de porphyre; carrière de porphyre; tailler le porphyre.
P. méton. Bloc de porphyre, objet taillé dans du porphyre. Il nous montre d'abord sa galerie, une galerie énorme (...), ornée de ces vases de marbre, de ces porphyres à grande tournure Louis XIV, qui sentent leur vieux Louvre (Goncourt, Journal,1863, p.1208).Elle était toute jeune, pâle et sans rides comme un beau galet, avec cette rondeur dure et pleine des porphyres usés par l'eau (Giono, Chant monde,1934, p.84).
2. ,,Micro-granite à quartz automorphe`` (George 1970).
B. − P. méton. Petite table en pierre très dure, ordinairement du porphyre, sur laquelle les pharmaciens, chimistes brisent les substances à l'aide d'une molette de la même matière. (Dict. xixeet xxes.). Une pierre plutonienne très-dure qu'on a désignée sous le nom de porphyre (Deschamps d'Avallon, Compendium pharm. prat.,1868, p.113).
C. − RELIURE. ,,Veau utilisé en reliure dont la surface a été parsemée de fines taches diversement coloriées`` (Brun 1968). Les nouveaux possesseurs des belles reliures en veau fauve ou porphyre [vendus à l'Hôtel des Ventes] (...) vont, en échange de quelques centaines ou quelques milliers de francs Pétain savourer les mêmes durables voluptés [que leur ancien propriétaire] (L'OEuvre,15 févr. 1941).
REM. 1.
Porphyréen, -éenne, adj.,hapax. Qui a l'aspect du porphyre. Mon navire au nom bouffon, le «Narrenschiff», est entré dans cette nuit de poix et ce chaos du Pont-Euxin... Encore enfant, j'ai parcouru ce chemin d'obscurité, ce déroulement du grand flot porphyréen tout chargé des livides fleurs d'edelweiss maritime (Larbaud, Barnabooth,1913, p.58).
2.
Porphyreux, -euse, adj.,hapax. De porphyre. Synon. porphyrique (infra dér.).Pour peu que les vents nous fussent contraires, nous risquions d'aller faire connaissance avec (...) les rochers porphyreux des antiques Phéaciens (Nerval, Voy. Orient,t.2, 1851, pp.18-19).
3.
Porphyris, subst. fém.,porphyrion, subst. masc.,vieilli, rare. Poule sultane. On avait servi (...) une magnifique porphyris bleue et rouge, et un cygne avec toutes ses plumes, qu'on avait cuit en quarante-huit heures pour ne pas lui roussir les ailes (Louys, Aphrodite,1896, p.138).
Prononc. et Orth.: [pɔ ʀfi:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1180-90 minér. porfire (Alexandre de Paris, Alexandre, IV, 1263, in Elliott Monographs, no37, p.348); 1539 porphire (G. Corrozet, Les Blasons domestiques, fo30 vo); 1548 porphyre (N. du Fail, Baliverneries ds OEuvres, éd. J. Assézat, t.1, p.185); 2. 1672 p.ext. «table en matière très dure sur laquelle on broie des substances à l'aide d'une molette» (B. Bauderon, F. Verny, La Pharmacopée, p.146). Du lat. médiév. porphyrium (ca 1100, v. FEW t.9, p.192b, note 2), altér. de porphyrites «porphyre», empr. au gr. π ο ρ φ υ ρ ι ́ τ η ς (λ ι ́ θ ο ς) «id.», dér. de π ο ρ φ υ ́ ρ α «pourpre». Fréq. abs. littér.: 149.
DÉR.
Porphyrique, adj.a) De porphyre; qui contient du porphyre. Roche, tuf, lave porphyrique. Après avoir, un temps suffisant, admiré l'assaut jamais lassé du flot contre la falaise porphyrique (...) il faut enfin revenir sur ses pas (Arène, Veine argile,1896, p.168).La montagne porphyrique de Tarare se dresse ainsi au passage de la célèbre route de Roanne à Lyon (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr.,1908, p.250).Nous longeons le torrent boueux qui grandit sans cesse, saute les rocs, entraîne des cailloux porphyriques (Morand, Air indien,1932, p.176).b) Relatif, propre au porphyre, à sa formation, à sa structure. Les éruptions porphyriques ont différé en plusieurs points essentiels de celles des granites (Élie de Beaumontds B. Sté géol. Fr.,t.4, 1847, p.51).Sc. de la terre. Dont la structure présente des cristaux de grande taille dispersés au sein d'une pâte à cristaux microscopiques (d'apr. Plais.-Caill. 1958; ds Fouc.-Raoult Géol. 1980). Synon. porphyroïde.Texture porphyrique. [pɔ ʀfiʀik]. 1resattest. 1488 porfirique (Mer des hystoires, I, fo194a, ds Gdf. Compl.) attest. isolée; 1804 porphyrique (Ann. chim., t.46, 30 germinal an XI, p.185); de porphyre, suff. -ique*.

Wiktionnaire

Nom commun - français

porphyre \pɔʁ.fiʁ\ masculin

  1. (Pétrographie) Nom donné au granite contenant de grands cristaux d’orthose, formés en profondeur.
    • Les alluvions anciennes […] sont essentiellement formées d’un sable quartzeux dans la masse duquel on rencontre du gravier et des cailloux roulés de nature variable : porphyre pétrosiliceux, brèche, granite à amphibole des Ballons, porphyrites et quartzites, celles-ci provenant du démantèlement des poudingues de grès. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 15)
    • Dans un grand épanchement de clarté, je vois, sous les pins des promontoires, une côte éclatante, d’immenses baies toutes bleues, une théâtrale enluminure, où la ligne déchiquetée des porphyres limite en ses anfractuosités rougeoyantes l’azur doré de la mer. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Travailler ! Je voudrais voir à quoi ! Depuis des années, on n'exploite plus ces gisements de porphyre, parce que l’on dit que la pierre ne vaut plus rien ; elle s’effrite et elle a trop « d’enclaves », prétendent les gens qui savent quelque chose. — (Jean Ray, Harry Dickson, Les Chevaliers de la lune, 1932)
    • Je montai les escaliers de porphyre du palais, celui dont les coupoles étaient les plus hautes, je traversai six cours de faïence avec des jets d’eau. — (Italo Calvino, Les Villes invisibles, 1972 ; traduite de l’italien par Jean Thibeaudeau, 1974, page 59)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PORPHYRE (por-fi-r') s. m.
  • 1Nom donné chez les anciens à une roche d'un rouge foncé, parsemé de taches blanches, et qu'on tirait principalement de la haute Égypte. Un sphinx en porphyre. Mercredi 11 avril 1685 : nous vîmes dans la galerie, entre plusieurs statues et vases qu'on a apportés de Rome, deux vases de porphyre taillés nouvellement ; on a depuis peu retrouvé le secret de tailler le porphyre ; il y a plus de mille ans que ce secret-là était perdu, Dangeau, I, 152. L'art de tailler et de polir le porphyre, perdu après l'invasion barbare, ne fut retrouvé qu'au XVe siècle, sous les premiers Médicis, par le Florentin Peruzzi, Simonin, Moniteur universel, 14 juin 1867, p. 741, 4e col.
  • 2 Par extension, toute espèce de pierre dure et polissable, présentant, au milieu d'une pâte d'une certaine couleur, des cristaux dont la teinte blanche tranche nettement sur celle du fond. Du porphyre vert.
  • 3 Au sens restreint de la minéralogie, nom d'une pierre basaltique très dure, rouge ou noire, composée de feldspath, de quartz et de mica Le caractère essentiel de tous les porphyres et par lequel ils sont toujours reconnaissables, c'est le mélange du feldspath ou du schorl ou de tous deux ensemble avec la matière du jaspe, Buffon, Min. t. I, p. 122. Le feldspath communique aux roches dans lesquelles il entre sa tendance à la décomposition ; on doit remarquer que les porphyres sont presque toujours décomposés à leur surface, Brongniart, Minér. t. I, p. 363, dans POUGENS.
  • 4 Terme de pharmacie. Instrument au moyen duquel on réduit diverses substances solides en poudre presque impalpable ; il se compose d'une table de granit, de porphyre ou de toute autre pierre très dure et d'une molette.

HISTORIQUE

XIIIe s. Si orent aussi l'escuelle où il mangoit ; elle est d'un pourfil vert moult beau, Marc Pol, p. 599. Tous jurent Dame Dieu, que on aore et prie, Que il à fu grejois ardront vo manandie ; Vous perdrés vo cité, vo palais de porfie, Ch. d'Ant. II, 468.

XVIe s. Son col estoit un pilier de porphyre, Ronsard, Mascar. la Charite.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PORPHYRE, (Hist. nat.) c’est une pierre ou roche composée, qui est ordinairement d’un rouge pourpre remplie de petites taches blanches ; cependant quelquefois ces taches sont d’autres couleurs. Cette pierre est d’une très-grande dureté ; elle se trouve par masses d’une grandeur immense, & jamais par couches.

M. Hill distingue trois especes de porphyres. Le premier est d’un rouge pourpre avec des taches blanches ; le second est, selon lui, d’un rouge vif, comme le minium, avec des veines vertes ; le troisieme est d’un rouge pâle, ou de couleur de chair, rempli de taches noires, vertes & blanches.

Walerius compte quatre especes de porphyres. 1°. Le premier est ou rouge ou brun avec des petites taches blanches. 2°. Le second est d’un rouge pourpre avec des taches de différentes couleurs ; c’est celui qu’on nomme porphyristes. 3°. Le troisieme est rouge avec des taches jaunâtres ; c’est le marmor thebaicum des anciens. 4°. Le porphyre rouge avec des taches noires, appellé par les anciens sycnites, slignites, pyropæcilon, & par les Italiens granito rosso.

Le granite paroît être de la même nature que le porphyre, la différence vient seulement de la couleur rouge pourpre appellée πορφυρος par les Grecs, au lieu que le granite est un assemblage de pierre d’une autre couleur ; joignez à cela que les petites pierres ou taches dont le porphyre est composé, sont plus petites & mieux liées que celle du granite. Voyez Granite.

M. de Justi prétend que les parties blanches qui se trouvent dans le porphyre sont du marbre ou du spath, & il assure avoir trouvé que ces parties faisoient effervescence avec les acides dans toutes les especes de porphyres. Voyez plan. du regne minéral, p. 229.

Il faut conclure de-là que les pierres que M. de Justi a ainsi éprouvées, n’étoient point du vrai porphyre, dont il est bien certain qu’aucune partie n’est calcaire, ni propre à se dissoudre par les acides.

M. Pott dit avoir trouvé que le porphyre pulvérisé & calciné devenoit phosphorique, & que cette pierre entroit en fusion à un feu violent sans addition, & s’y changeoit en une scorie d’un brun foncé. Voyez la lithogéognesie, tom. II.

C’est à tort que quelques auteurs ont placé le porphyre au rang des marbres, & qu’il faut le regarder comme une pierre composée de parties silicées ou vitrifiables qui varient uniquement pour la couleur ; & dans ce cas M. Wallerius est fondé à le mettre au rang des jaspes.

Le porphyre se trouve par masses immenses dans l’Egypte, l’Arabie, ainsi que dans quelques parties de l’Europe. On en rencontre, dit-on, en Angleterre, & dans la Dalie orientale en Suede, &c. (—)

Porphyre, Porphyriser, Porphyrisation, (Chimie & Pharm.) porphyriser ou exécuter la porphyrisation, c’est reduire en poudre subtile un corps dur, en l’écrasant sur une pierre très-dure, appellée porphyre, au moyen d’un instrument appellé molette. Voyez Molette & Pulvérisation.

La Chimie a cette opération de commune avec plusieurs arts ; mais elle a cela de propre, qu’il est essentiel à l’exactitude des opérations ultérieures, auxquelles elle peut employer des sujets porphyrisés, que ces sujets n’aient contracté aucune impureté par la porphyrisation, soit par une action chimique, c’est-à-dire, en dissolvant quelques parties du porphyre ou de la molette, soit par une action méchanique, c’est-à-dire, si le corps porphyrisé étant plus dur que le porphyre ou la molette, il avoit usé l’un ou l’autre de ces instrumens, dont les débris resteroient alors mêlés au corps porphyrisé ; mais cette considération a lieu surtout au premier égard, pour tous les instrumens & vaisseaux chimiques. Voyez Instrumens & Vaisseaux, Chimie.

Au reste ce mot porphyre, qui convient proprement à un genre particulier de pierre, est devenu générique par l’usage, & convient aussi bien à l’instrument de chimie que nous venons de décrire, de quelque matiere dure qu’il soit fait. (b)

Porphyre de l’Essayeur, des Essayeurs, ou d’Essayeur, (Docimastique.) plaque de fer fondu fort unie, sur laquelle on concasse en petits morceaux certaines mines, pour les disposer à être soumises à l’essai. Voyez Essai, Docimastique.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « porphyre »

Provenç. porfire ; espagn. et ital. porfido ; du lat. porphyrites ; grec, πορφυρίτης, pierre semblable à la pourpre, de πορφύρα, pourpre (voy. ce mot).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Du grec ancien πορφύρα, porphúra (« pourpre »). Le porphyre était appelé pierre pourpre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « porphyre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
porphyre pɔrfir

Citations contenant le mot « porphyre »

  • A partir du 24 juillet, la lumière du jour pénétrant des fenêtres alignées sur le pourtour de la grande coupole qui donne le vertige ne frappera plus le visage du Christ pantocrator dont les regards fixent les visiteurs, ni l’archange prêt à s’envoler en déployant ses énormes ailes. Le manteau de couleur lapis-lazuli de la Sainte Vierge ne se reflétera plus dans les colonnes de porphyre et dans les sombres corridors dont même le patriarche ignore le nombre exact. Le Monde.fr, « La transformation de Sainte-Sophie en mosquée est dans la logique de l’idéologie de conquête d’Erdogan »
  • Les pavés sont des produits naturels, alors que les clinkers que l'on rencontre souvent sur nos terrasses ou nos entrées de garage sont faits de ciment, de sable et de gravier. " On recense trois principaux types de matériaux de pavements, nous explique Peter Maris, de Maris Natuursteen, une entreprise de pavage de la province d'Anvers. Il y a tout d'abord la pierre bleue, essentiellement utilisée en dalles et bordures. Vient ensuite le grès, roche sédimentaire de couleur brune en provenance des Ardennes. Enfin, le porphyre, une roche d'origine magmatique comparable au granit. " C'est cette roche, particulièrement dure, qui a principalement été utilisée pour paver nos belges chaussées et les fameuses routes de " l'enfer ... Site-Trends-FR, "L'enfer est pavé de porphyre": d'où viennes ces drôles de petits cubes des classiques flandriennes ? - Entreprises - Trends-Tendances
  • Tour à tour, les empereurs ont ainsi voulu marquer leur règne et impressionner le peuple en édifiant des thermes toujours plus fastueux. Alors que Rome comptait déjà des centaines de thermes et bains publics, le tempétueux Caracalla (empereur de 188 à 211) fit sortir de terre en seulement quatre ans des thermes gigantesques sur près de 11 hectares. Pour construire ce "palais du peuple" aux 64 citernes de 80 000 litres d'eau chacune, pas moins de 16 000 ouvriers et 1 800 décorateurs ont travaillé nuit et jour. Les coûts du monument représentaient la totalité du budget impérial ! De quoi affoler les autorités chargées des finances… Il faut dire que les thermes de Caracalla sont presque un musée : plafonds peints, murs ornés de bronze doré, sols couverts de marbre, baignoires en basalte, granite, porphyre ou albâtre, mais aussi de nombreuses œuvres d'art, des statues comme le Torse du Belvédère du grec Apollonios, et de grandes mosaïques sur lesquelles on pouvait admirer des athlètes ou des divinités aquatiques. France Culture, Histoire de la piscine : comment est née la nage en boîte

Images d'illustration du mot « porphyre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Vidéos relatives au mot « porphyre »

Traductions du mot « porphyre »

Langue Traduction
Anglais porphyry
Espagnol pórfido
Italien porfido
Allemand porphyr
Chinois 斑岩
Arabe الرخام السماقي
Portugais pórfiro
Russe порфир
Japonais 斑岩
Basque porphyry
Corse porfirina
Source : Google Translate API

Synonymes de « porphyre »

Source : synonymes de porphyre sur lebonsynonyme.fr

Porphyre

Retour au sommaire ➦

Partager