La langue française

Pneuma

Définitions du mot « pneuma »

Trésor de la Langue Française informatisé

PNEUMA, subst. masc.

PHILOS. [Chez les stoïciens] Principe de nature spirituelle, considéré comme un cinquième élément; p.ext., souffle vital, principe de vie. L'âme est devenue tout entière louange et la fille du chant, suivant l'expression de l'ecclésiaste, de cette tenue sonore et mélodieuse du souffle ou neume pneuma dont le besoin lui a été communiqué dans la nuit (Claudel, Poète regarde Croix, 1938, p.186).Ses attitudes sont globales et primitives, elles ne connaissent que sous l'espèce confuse de la vitalité, et distinguent mal la qualité du courant qui les porte, flux biologique ou pneuma spirituel (Mounier, Traité caract., 1946, p.257).
Prononc. et Orth.: [pnøma]. Étymol. et Hist. 1824 (Raymond). B. lat. pneuma «souffle», en partic. désigne le Saint-Esprit, du gr. π ν ε υ ̃ μ α «id.».

Wiktionnaire

Nom commun

pneuma \pnø.ma\ masculin

  1. (Physiologie) Souffle vital.
    • […] s'il est vrai que l'animal recouvre ses capacités lorsque les ventricules cérébraux ont été à nouveau refermés, et s'il ne meurt pas comme il le ferait si le pneuma était l'essence de l'âme […] — (Armelle Debru, Le corps respirant : la pensée physiologique chez Galien, BRILL, 1996, page 147)
  2. (Philosophie) (Stoïcisme) Principe de nature spirituelle considéré comme un cinquième élément.
    • Cette force de cohésion est le pneuma !, le souffle vital, terme que les Stoïciens empruntent au vocabulaire de la biologie. — (Robert Muller, Les stoïciens : la liberté et l'ordre du monde, Vrin, 2006, page 74)

Nom commun

pneuma \ˈnjuː.mə\

  1. (Musique) Neume.  (définition à préciser ou à vérifier)
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  2. Esprit (vital), âme.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  3. (Gnosticisme) L’esprit en tant qu’un des trois niveaux d’un être humain, à côté du corps et de l’âme.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

pneuma \Prononciation ?\ masculin

  1. (Désuet) Variante de neuma.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PNEUMA (pneu-ma) s. m.
  • 1Souffle ou esprit aérien auquel, dans l'antiquité, certains médecins attribuaient la cause de la vie, et, par suite, des maladies.
  • 2Nom que les stoïciens donnaient à un prétendu principe de nature spirituelle, qu'ils considéraient comme un cinquième élément.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ΠΝΕΥΜΑ, (Critiq. sacrée.) esprit ; ce mot est fort équivoque, & reçoit différentes acceptions ; il convient d’en faire la remarque pour l’intelligence de plusieurs passages de l’Ecriture. Les Juifs appelloient esprit, toute cause qui agit, & même cause inanimée, comme le vent, les tempêtes Ps. cxlviij. Il y a des esprits, ἔστι πνεύματα, est-il dit dans l’Eccl. xxxix. 35. créés pour la vengeance, & qui ont affermi les maladies qu’ils ont causées. Qui sont ces esprits ? L’auteur le dit plus bas, v. 37. 38. le feu, la grêle, la famine, la mort ; il ajoute, v. 39. les bêtes farouches, les scorpions, les viperes, & le glaive.

Grotius observe sur le mot πνεῦμα, qu’il faut entendre par-là dans l’Ecriture toute qualité active dont une chose est douée, & qui en émane, comme le souffle émane d’un homme. On en trouvera cent exemples dans Aristote, Plutarque, Thucydide, Xénophon ; πνεύματα désigne encore dans les auteurs les parties nobles nécessaires à la vie, le poumon, les vents, la difficulté de respirer ; c’est dans ce sens qu’on donne dans l’Ecriture le nom d’esprit aux maladies, sans que nous prétendions nier l’interpretation des passages où il est manifeste qu’il s’agit de l’opération des démons ; saint Marc & saint Luc parlent d’un jeune homme qui étoit possédé d’un esprit muet, ἔχοντα πνεῦμα ἄλαλον, lequel le jettoit par terre subitement ; alors ce jeune homme écumoit, grinçoit des dents, &c. voilà les symptômes de l’épilepsie ; mais le miracle de Jesus-Christ n’en étoit pas moins grand : enfin puisqu’il s’agit ici de critique, nous finirons par observer, que πνεῦμα veut dire encore dans les auteurs, une période, sententia membris constans. Bud. ex Hermog. tom. IV. p. 90. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pneuma »

(1824) Du latin pneuma (« souffle »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

(Date à préciser) Du grec ancien πνεῦμα, pneûma.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Πνεῦμα, souffle, respiration, esprit.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « pneuma »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pneuma pnœma

Citations contenant le mot « pneuma »

  • Le soufflet du bandonéon se déploie comme un anaconda, le " pneuma " du choeur à l'unisson devient souffle vital... , Manosque : Le 10e week-end musical s'est clôturé avec le Choeur Régional Paca - Haute Provence Info
  • Les Anciens croyaient au pneuma, cet esprit aérien, ce souffle spirituel dont la fonction était de mettre en branle, au coeur de la physique, la vie depuis les ciels. Mediapart, Jean-Luc Poivret, peintre pneumatique
  • Dans les métaphysiques et les spiritualités, les deux mots, l’un latin, l’autre grec, qui disent l’esprit, « spiritus », et l’âme, « pneuma », renvoient à la respiration. Chez les stoïciens, pneuma est le souffle vital, de nature spirituelle. L’homme était l’être pneumatique. D’où la bivalence de cette fonction, la respiration, qui signifie à la fois la condition sine qua non de la vie biologique, et le lien à l’univers de l’esprit. Bref, l’appartenance à un univers de la transcendance, quel que soit le sens que l’on donne à ce mot.Des millénaires durant, l’homme était l’être pneumatique, dont la respiration reliait les deux univers, celui de la matière et celui de l’esprit ; la modernité, sectionnant son lien à tout ce qui le dépasse (la transcendance), et à ce qui le précède (la nature), opérant par ces coups de ciseaux sa dépneumatisation, transforme l’homme en l’être dépneumatisé. L’homme essoufflé de ces dernières décennies, l’homme aux prises avec le coronavirus d’aujourd’hui, c’est l’homme dépneumatisé. SudOuest.fr, Maladie de la respiration, maladie de la civilisation
  • Deux Australiens ont été grièvement blessés par un énorme marlin qui a atterri dans leur bateau pneumatique après avoir bondi hors de l'eau au large de l'est de l'Australie, a annoncé jeudi la police. TVA Nouvelles, Un marlin atterrit dans leur pneumatique, deux Australiens grièvement blessés | TVA Nouvelles
  • Pour les musulmans, Mohammed est le Paraclet mentionné dans Jean 14:26, "celui qui réconforte" : ὁ δὲ Παράκλητος, τὸ Πνεῦμα τὸ Ἅγιον. Que l'on traduit le plus souvent par "et le Paraclet, l'Esprit-Saint…". Le grec pneuma est en effet traduit "esprit", mais, dans la Bible, il revêt souvent un double sens par lequel il désigne une personne, voire un prophète, comme dans Jean 4:1-3, Jean 4:6 ou Corinthiens 2:10, d'où interprétation. Le Point, Aberkane - Un Noël christiano-musulman ! - Le Point
  • Première proposition, la reconnaissance est première par rapport au sens. Mais la reconnaissance de quoi, et par qui ? Quelle que soit l’activité professionnelle, certes la reconnaissance de l’autre est importante pour confirmer que l’on participe bien à la construction du bien commun a fortiori dans le soin. Mais cela est-il suffisant ? Pouvons-nous vivre, nous justifier seulement à travers le regard de l’autre ? Peut-être, mais alors le sens dans le soin serait superfétatoire. Le soin n’est pas un jeu d’acteurs avec pour seule justification l’action bien jouée selon des protocoles bien normés, des procédures administrativement et financièrement validées. Le sens vient asseoir, ajuster cette relation binaire pour lui donner une lumière humaniste, lui conférer une dimension ternaire ou, osons le mot, trinitaire. Le sens vient nourrir, animer notre vie intérieure, notre mouvement vers l’autre, le soin. Il est seul à nous inscrire dans la durée, la persévérance et l’exigence. La solidité, le sérieux d’un hôpital ne se construit pas par sa seule présence sur un hit-parade médiatico-commercial. La reconnaissance comme la « réclame » passe, elle est labile, même versatile. Mais le sens reste vital, comme un pneuma. La Croix, Le soin, entre sens et reconnaissance
  • Le savoir de Galien reposait sur l’héritage des connaissances antérieur et sur ces propres observations. Ainsi il restait attaché aux connaissances anatomiques de la médecine hellénistique en la complétant par la dissection animale, en particulier sur le macaque et sur le cochon qu’il avait lui-même entreprise. Il établit sa physiologie par combinaisons complexes d’observations et de découvertes. Néanmoins, il restait attaché à la théorie des humeurs d’Hippocrate, le corps était donc, pour lui, composé de quatre humeurs : sang, phlegme, bile jaune et bile noire. Il rattachait chacune d’elles à un organe, le sang au cœur, le phlegme au cerveau, la bile jaune au foie, la bile noire à la rate. Elles étaient également caractérisées par une qualité, respectivement le chaud, le froid, l’humide, le sec, et par un élément constituant le macrocosme, respectivement le feu, l’air, l’eau et la terre. Il rattachait aussi les humeurs aux saisons, aux âges de la vie et aux tempéraments des hommes. Il intégra également l’héritage platonique à sa physiologie, en utilisant la notion de pneuma au nombre de trois : le pneuma psychique, le pneuma vital ou animal pour le cœur ou les artères, le pneuma végétatif pour les veines et le foie, mais aussi les forces et facultés qui règlent les grandes fonctions biologiques : digestion, nutrition, croissance, à savoir la faculté alternative, attractive, expulsive et la sécrétion. Ces facultés étaient en quelque sorte l’apparence concrète que prend l’intervention de la divinité dans le corps humain. Galien faisait donc intervenir de nombreux éléments rationnels dans le fonctionnement du corps humain, fruit de l’expérience, de la recherche mais également empreint de spiritualité. Leaders, Regards sur la médecine antique de l’époque classique
  • Un an après l'arrestation de Dreyfus, le capitaine Picquart déchiffre un «petit bleu», autrement dit un pneumatique découvert en morceaux à l'ambassade d'Allemagne, et qui aurait été envoyé à Dreyfus par l'attaché militaire. Picquart flaire l'imposture, et découvre que l'écriture n'est pas celle de l'attaché… Mais bien celle du commandant Esterhazy qui se l'est en réalité adressé à lui-même pour faire accuser Dreyfus. petitbleu.fr, Le «pneu» de l'Affaire Dreyfus a coupé la France en deux - petitbleu.fr
  • FXA: L’Ecriture désigne l’Esprit Saint, troisième personne de la Trinité, respiration d’amour entre le Père aimant et le Fils aimé, par la puissance de son action. Le vent et le feu constituent des réalités dynamiques, qui saisissent l’œuvre divine dans son impact sur le monde et sur les hommes. Le grec ›pneuma’ «vent – esprit», (neutre), qui donne en latin spiritus (masculin), se dit en hébreu ruah (féminin). C’est beau de voir qu’il y en a donc pour tous les sexes ou les genres, dans les trois grandes langues bibliques. L’Esprit-souffle se donne à tous les êtres. cath.ch, La Pentecôte, l’Anti-Babel: la communion dans la diversité – Portail catholique suisse

Traductions du mot « pneuma »

Langue Traduction
Anglais pneuma
Espagnol pneuma
Italien pneuma
Allemand pneuma
Chinois 气喘
Arabe pneuma
Portugais pneuma
Russe пневма
Japonais 肺炎
Basque pneuma
Corse pneuma
Source : Google Translate API

Synonymes de « pneuma »

Source : synonymes de pneuma sur lebonsynonyme.fr

Pneuma

Retour au sommaire ➦

Partager