La langue française

Piétiste

Définitions du mot « piétiste »

Trésor de la Langue Française informatisé

PIÉTISTE, subst. et adj.

HIST. DES RELIG.
I. − Subst. Adepte du piétisme. Luther affirme que le baptême des petits enfants est un vrai sacrement. Le luthéranisme est en opposition avec les idées de Calvin, de Zwingle et des piétistes de tout genre (sectes d'Angleterre et d'Amérique) jusqu'à nos jours et a toujours professé, dit Harnack, une doctrine sacramentaire rapprochée de la conception catholique (Théol. cath.t.14, 11939, p.560).V. meeting B 1 ex. de Daudet:
. ... certains éléments (anabaptistes, spiritualistes) brutalement éliminés par les réformateurs, pour des raisons souvent accidentelles, ne se sont pas éloignés du protestantisme, mais l'ont au contraire réintégré et c'est de leur famille spirituelle que sont nés les baptistes, les piétistes, qui ont donné naissance au puritanisme anglo-saxon, aussi bien que les Frères Moraves, les méthodistes, et les églises libres qui ont animé au xixesiècle la mission protestante. Philos., Relig., 1957, p.50-4.
En appos., p. anal. [En parlant des juifs talmudistes d'Europe de l'Est] Lutte entre les rationalistes disciples d'Aristote et les talmudistes piétistes, hostiles aux sciences étrangères (Weill, Judaïsme, 1931, p.229).
II. − Adj. Relatif, propre au piétisme. L'esprit piétiste. Le christianisme de l'État prussien consiste; 1 À favoriser, dans le protestantisme, les tendances piétistes (Block, 1869ds Doc. hist. contemp., p.136).En Allemagne, le mouvement piétiste, (...) en même temps qu'influencé par le christianisme pourtant abhorré, renforce des tendances ascétiques parallèles à celles (influence cathare?) de l'ésotérisme languedocien (Philos., Relig., 1957, p.48-12).Le mysticisme piétiste conserva de profondes racines (Lefebvre, Révol. fr., 1963, p.77).
Prononc. et Orth.: [pjetist]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 1. 1699 adj. (Bayle, Lettre à Janiçon, 8 oct. ds Ritter, p.480: la Société philadelphique, ou Fraternité piétiste); 1702 subst. «adepte du piétisme» (Mémoires de Trévoux, sept., p.170); 2. 1845 «membre d'une secte de juifs talmudistes d'Europe de l'Est» (Besch.). Empr. à l'all. Pietist (dep. ca 1674 ds Kluge20), att. au sens 1 (dér. du lat. pietas «piété»), nom donné aux membres du mouvement religieux protestant fondé à la fin du xviies. par le pasteur Ph. J. Spener. Fréq. abs. littér.: 31.

Wiktionnaire

Nom commun

piétiste \pje.tist\ masculin et féminin identiques

  1. Membre d’une secte protestante, fondée par Spener, qui s’attache à la lettre de l’évangile.
    • Un piétiste, une piétiste.
  2. Fantassin, soldat d'infanterie[1].

Adjectif

piétiste \pje.tist\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est relatif au piétisme, mouvement fondé par Philipp Jacob Spener (1635-1705).
    • La preuve que la ferveur piétiste avait peu à peu gagné un nombre croissant de pasteurs nous est fournie par deux faits. — (Henri Strohl, Le protestantisme en Alsace, 1950, p. 267)
  2. (Histoire) Se dit d'une communauté monastique consacrée la piété mais dont les membres ne prononcent pas de vœux perpétuels.
    • Des groupes piétistes, de la Picardie à la Flandre — Béguards et Béguines —, puis sur le pourtour des Alpes, se fondent, encouragés par des clercs comme le prêtre liégeois Lambert le Bègue, mort en 1177 [...]. — (Jacques Le Goff, Saint François d'Assise, Gamillard, « Folio histoire », 1999, p. 27)
  3. (Par analogie) Qui est relatif au respect des pratiques religieuses.
    • Arrivé en France en 1996, imam dans un foyer de Bobigny, ce Tunisien s'est formé théologiquement en Syrie et au Pakistan, dans le tabligh, un courant fondamentaliste, piétiste, apolitique et prosélyte de l'islam. — (Stéphanie Le Bars, « Un imam peu orthodoxe », Le Monde, 3 février 2010)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PIÉTISTE. n. des deux genres
. Membre d'une secte protestante qui s'attache à la lettre de l'Évangile. Un piétiste. Une piétiste.

Littré (1872-1877)

PIÉTISTE (pi-é-ti-st') s. m.
  • Membre d'une secte chrétienne qui s'attache à la lettre de l'Évangile. Vous avez en France les convulsionnaires ; en Hollande on connaît les fins, ici [en Prusse] les piétistes, Voltaire, Lett. du roi de Pr. 13 sept. 1766.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « piétiste »

Piété 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Sens 1
Utilisé par Pierre Bayle (1647-1746) pour traduire l’allemand Pietist, du latin pietas (« piété », « sentiment qui fait reconnaître et accomplir tous les devoirs envers les dieux, les parents, la patrie, etc »). La doctrine des piétistes a ensuite naturellement été appelée piétisme.
Le sens s’est généralisé au XXe siècle, l’étude des religions et des pratiques religieuses ayant montré qu’il existait des pratiques de piété dans l’Antiquité, dans le monde médiéval (occidental et juif égyptien), voire dans les sociétés primitives.
Sens 2
Du latin pedes « piéton, fantassin », lui-même du latin pĕs « pied », « patte ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « piétiste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
piétiste pietist

Citations contenant le mot « piétiste »

  • Elle ne sent plus le vent soulever ses cheveux, caresser sa peau. Elle ne le sait pas encore, mais elle vient d'adopter ce qui sera son habit de prisonnière. Détenue de la doctrine salafiste piétiste. Le Huffington Post, Elle se rêvait princesse, ma fille est pour l’instant esclave salafiste | Le Huffington Post LIFE
  • Deux hommes de 30 et 40 ans, vraisemblablement tombés malades lors d’un rassemblement du Tablighi Jamaat, courant piétiste et prosélyte de l’islam, au Pakistan, ont été testés positifs et placés à l’isolement dans un centre de quarantaine, construit à Rafah, point d’entrée qui sépare l’Égypte de Gaza. Les Palestiniens de retour du Sinaï doivent y passer deux semaines avant de retrouver leur famille. La Croix, À Gaza, l’arrivée du Covid-19 inquiète habitants et experts
  • Pour comprendre comment de tels objets ont pu se trouver à cet endroit, il faut remonter plus d’un siècle en arrière, à des milliers de kilomètres de là. En 1854, Christoph Hoffmann, membre du mouvement piétiste, un courant luthérien, réunit une assemblée à Ludwigsburg, en Allemagne du Sud. Déçu de n’avoir pu imposer sa vision d’une plus grande indépendance de l’Eglise durant sa brève carrière politique, il est convaincu que le monde court à sa perte et que le Christ reviendra bientôt pour le sauver. Devant ses soutiens, il annonce alors la fondation d’une « société pour la réunion du peuple de Dieu à Jérusalem », qui prendra la forme d’une secte. Son nom : Tempelgesellschaft, la Société du Temple, en référence au temple qu’incarne l’homme nouveau selon l’apôtre Paul : « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu et que l’esprit de Dieu habite en vous ? » (Corinthiens, III, 16). Ses adeptes, les « templiers », Templerim en allemand, n’ont aucun lien avec l’or­dre des Chevaliers du Temple, fondé au XIIe siècle durant les croisades. Leur mission : fonder un royaume spirituel de Dieu en Terre sainte pour pouvoir y accueillir le Christ. Geo.fr, A Jérusalem, l'étonnant destin des templiers allemands - Geo.fr
  • Catholicisme, bouddhisme, religion tamoule, islam, judaïsme, sans oublier le courant évangélique piétiste et revivaliste, à La Réunion, les religions cohabitent et s’affichent plus librement dans l’espace public qu’en métropole. Actusoins - infirmière, infirmier libéral actualité de la profession, Une consultation transculturelle instituée au CHU de La Réunion - Actusoins actualité infirmière
  • Le salafisme prend trois formes : "le salafisme piétiste, le salafisme politique et le salafisme révolutionnaire", explique Samir Amghar, docteur en sociologie à l'EHESS, auteur du livre Le salafisme d'aujourd'hui (éd. Michalon, sept 2011). "95 % des salafistes sont des salafistes piétistes, qui pensent qu'il est nécessaire de revenir aux fondamentaux de l'islam. Ils se désintéressent de la question politique. Ce salafisme est proche des autorités religieuses saoudiennes", selon le sociologue. Le Point, Qu'est-ce que le salafisme ? - Le Point
  • Ce mouvement piétiste, éloigné de toute velléité politique, l'est également de toute tendance à la violence, comme l'explique Gilles Kepel, membre de l’Institut Universitaire de France et professeur à Sciences Po. Il publie par ailleurs aux éditions Gallimard "Passion arabe". Interview.  L'Obs, Militaire blessé à La Défense : qu'est-ce que le Tabligh ?

Traductions du mot « piétiste »

Langue Traduction
Anglais pietist
Espagnol pietista
Italien pietista
Allemand pietist
Chinois 虔诚的
Arabe فنان
Portugais pietista
Russe пиетист
Japonais ピエティスト
Basque pietist
Corse pietista
Source : Google Translate API

Synonymes de « piétiste »

Source : synonymes de piétiste sur lebonsynonyme.fr

Piétiste

Retour au sommaire ➦

Partager