La langue française

Pernod

Sommaire

  • Définitions du mot pernod
  • Étymologie de « pernod »
  • Phonétique de « pernod »
  • Traductions du mot « pernod »

Définitions du mot « pernod »

Trésor de la Langue Française informatisé

PERNOD, subst. masc.

A. − Vieilli. Variété d'absinthe (v. ce mot II). Allons au café: nous demanderons un sirop sans ajouter aucun nom: au contraire, la plupart des liqueurs et des apéritifs sont connus par leur fabricant qui suffit souvent pour les désigner; on commande, par exemple, un Pernod (J. Arren, La Publicité lucrative et raisonnée, Paris, Bibliothèque des ouvrages pratiques, s.d. [1909], p.9).
B. − Apéritif anisé à quarante-cinq degrés, de couleur jaune d'or virant au jaune laiteux quand on l'étend d'eau. Il entendait entraîner tous ceux qu'il touchait dans la délivrance sinistre qu'il eût trouvée dans le dégoût général comme il l'avait trouvée dans le pernod (Malraux, Espoir, 1937, p.677).Je ne sais si ces auditeurs saisissaient quelque chose de ces lectures, après s'être copieusement abreuvés de pernods avant d'entrer (Léautaud, Théâtre M. Boissard, 1943, p.338).
REM.
Perniflard, subst. masc.,synon. arg.Avec six perniflards dans le ventre, Sylvain la jambe de Bois se prenait pour Caruso (Le Breton1960).Tu lui apporteras mille balles de roses rouges pour son anniversaire. Des roses, hein? te gourre pas, écluse pas pour un sac de perniflards à la place (R. Fallet, La Grande Ceinture, 1982 [1956], p.161).
Prononc.: [pε ʀno]. Étymol. et Hist. 1. 1891 «absinthe» (Ch. Merki et J. Court., L'éléphant, Paris, p.178); 2. 1937 «apéritif anisé» (Malraux, loc. cit.). Empl. subst. du nom de la marque déposée par les Établissements Pernod Père et Fils, maison fondée en 1860 à Avignon (cf. Bull. officiel de la Propriété industrielle, 1eravril 1926, p.598); dès 1805 la maison Pernod Fils fabriquait, à Pontarlier un elixir pernod (v. M.-Cl. Delahaye, L'Absinthe, 1983, p.208). Bbg. Quem. DDL t.6.

Wiktionnaire

Nom commun

pernod \pɛʁ.no\ masculin

  1. (Avant 1915) Boisson alcoolisée à base d’absinthe.
    • C’était surtout le dimanche, après la messe, devant un pernod « bien tassé » qu’il fallait le voir et l’entendre : […]. Nul n’échappait à sa dent […]. — (Louis Pergaud, Un petit logement, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Je ressentais une assez vive inquiétude, car cette boisson [l'absinthe], par sa couleur et son odeur, me rappelait étrangement le terrible Pernod qui avait réduit notre cher Bouzigue, pendant quelques heures, à l’état d’un guignol hagard et bégayant des insanités. — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 143)
  2. (Après 1915) Boisson anisée et alcoolisée.
    • Ceux-là-étaient admirables. Ils tenaient le coup merveilleusement devant des demi-douzaines de pernod ou de picon. — (Victor Méric, À travers la jungle politique et littéraire, chapitre La petite Bohème, 1930)
    • À droite un café avec une vieille dame, qui continue à servir des pernods à deux soldats au comptoir. Est-ce de l’inconscience ? (j’apprendrai quelques heures plus tard qu’un éclat d’obus l’a étendue raide sur le carreau). — (Julien Gracq, Manuscrits de guerre, vers 1941-1942, p. 74)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « pernod »

(Date à préciser) Dérivé de la marque déposée Pernod.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pernod »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pernod pɛrnɔ

Traductions du mot « pernod »

Langue Traduction
Anglais pernod
Espagnol pernod
Italien pernod
Allemand pernod
Chinois 法国绿茴香酒
Arabe مشروب مسكر
Portugais pernod
Russe перно
Japonais ペルノ
Basque pernod
Corse pernodu
Source : Google Translate API
Partager