La langue française

Pastophore

Définitions du mot « pastophore »

Trésor de la Langue Française informatisé

PASTOPHORE, subst. masc.

,,Prêtre du culte égyptien, qui, dans les cérémonies d'Isis ou de Sérapis, portait une petite chapelle contenant l'image du dieu`` (Lavedan 1964). Au moment le plus solennel, le grand-prêtre, debout sur le dernier degré, devant le tabernacle, accosté à droite et à gauche de deux diacres ou pastophores, élevait le principal élément du culte, le symbole du Nil fertilisateur, l'eau bénite, et la présentait à la fervente adoration des fidèles (Nerval, Filles feu, Isis, 1854, p.652).Seuls, les collèges voués au culte des dieux orientaux (pastophores (...), dendrophores...) conservèrent des dévots (Renan, Marc-Aurèle, 1881, p.569).
Prononc.: [pastɔfɔ:ʀ]. Étymol. et Hist.1. 1546 «prêtre» (Rabelais, Tiers Livre, éd. M. A. Screech, XLVIII, p.319, ligne 40); en partic. iron. 1775 (Volt., Lett. d'Alemb., 8 avr. ds Littré); 2. 1552 «prêtre qui en Égypte portait dans les processions une petite chapelle avec la statue d'un dieu» (Rabelais, Briefve Declaration ds Quart Livre, éd. R. Marichal, p.273). Empr. au gr. ο ̔ π α σ τ ο φ ο ́ ρ ο ς «prêtre chargé de porter un π α σ τ ο ́ ς», c'est-à-dire prob. un dais (v. Chantraine), le π α σ τ ο ́ ς étant d'abord un rideau brodé de lit nuptial. Bbg. Sculpt. 1978, p.530.

Wiktionnaire

Nom commun

pastophore \Prononciation ?\ masculin

  1. Prêtre.
    • Le grand référendaire doit réprouver cette brochure et être piqué contre l'auteur indiscret ; les pastophores vont s'assembler, et tout est à craindre. — (Voltaire, Lettre à d'Alembert, 1775)
    • Un jour, après boire, ce Mélès, grand dignitaire du culte mithriatique, qui prenait assez peu au sérieux ses devoirs de pastophore, proposa à Antinoüs de participer au taurobole — (Marguerite Yourcenar, Mémoires d'Hadrien, Plon, 1958 & Gallimard-Folio, 1974, page 196)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PASTOPHORE (pa-sto-fo-r') s. m.
  • Terme d'antiquité. Sorte de prêtre porteur de statuettes et de petits temples des dieux.

    Fig. Pastophores est une des expressions sous lesquelles Voltaire déguisait le nom des prêtres. Le grand référendaire doit réprouver cette brochure et être piqué contre l'auteur indiscret ; les pastophores vont s'assembler, et tout est à craindre, Voltaire, Lett. d'Alemb. 8 avr. 1775.

HISTORIQUE

XVIe s. Quelles tragédies sont excitées par certains pastophores, Rabelais, IV, nouv. Prol.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PASTOPHORE, s. m. (Antiq. Greq.) les pastophores étoient des especes de prêtres, ainsi nommés par les Grecs, à cause de leurs longs manteaux, ou parce qu’ils étoient employés à porter le lit de Venus, παστὸς, dans certaines cérémonies ; mais ils pratiquoient la médecine en Egypte. Clément d’Alexandrie dit, en parlant des quarante-deux livres sacrés de Mercure égyptien, qu’on gardoit avec tant de soin dans les temples d’Egypte, qu’il y en avoit six appartenant à la Médecine, & que l’on les faisoit étudier aux pastophores, pour l’exercice de cet art. Le premier traitoit de la structure du corps ; le second, des maladies en général ; le troisieme, des instrumens nécessaires ; le quatrieme, des medicamens ; le cinquieme, des maladies des yeux ; & le sixieme, des maladies des femmes. Les pastophores, selon Diodore de Sicile, promettoient de se conformer aux préceptes de cet ouvrage sacré ; alors si le malade périssoit, on ne leur en attribuoit point la faute ; mais quand ils s’étoient écartés des ordonnances, & que le malade venoit à mourir, on les condamnoit comme des meurtriers. Les autres trente-six livres de Mercure ne regardoient point la Medecine, ils ne concernoient que la philosophie égyptienne ; les sacrificateurs & les prophetes en faisoient leur étude.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pastophore »

Παστοφόρος, de παστὸς, petite chapelle, et φορὸς, qui porte.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XVIe siècle) Première attestation, en français, sous la plume de Rabelais. Du latin pastophori issu du grec ancien παστοφόροι, pastophoroi, composé de παστή, pastê (« boite, châsse ») et de φορός, phorós (« porteur ») ; Voltaire[1] attribue à pastê le sens de « chapelle » (→ voir pastophorium en latin) et au composé un sens proche de erréphore, naophore, puis, par dérision, celui de « prêtre ». Voir l’article Pastophore dans L’Encyclopédie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pastophore »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pastophore pastɔfɔr

Citations contenant le mot « pastophore »

  • L’œuvre de Idir est une alchimie géniale, c’est le mélange de quatre éléments l’eau, l’air, la terre et le feu, en somme c’est le style, la fiction, le milieu et le message que j’essayerai de développer explicitement plus loin, car elle représente le contraire de l’inanité et de la rodomontade qui touche aussi bien le païen que le pastophore . Club de Mediapart, IDIR OU LA CULTURE DES HUMBLES | Le Club de Mediapart

Traductions du mot « pastophore »

Langue Traduction
Anglais pastophore
Espagnol pastóforo
Italien pastophore
Allemand pastophor
Chinois 糊状的
Arabe عجوز
Portugais pastóforo
Russe pastophore
Japonais パストフォア
Basque pastophore
Corse pastoforo
Source : Google Translate API

Pastophore

Retour au sommaire ➦

Partager