Passementier : définition de passementier, passementière


Passementier, passementière : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PASSEMENTIER, -IÈRE, subst. et adj.

I. − Subst. Personne qui fabrique et/ou qui vend de la passementerie. Mignot vivait sur la légende d'une femme de commissaire de police tombée amoureuse de lui, tandis que Hutin avait véritablement conquis à son rayon une passementière, lasse de traîner dans les hôtels louches du quartier (Zola, Bonh. dames, 1883, p.483).Les passementiers religieux peuvent chamarrer d'argent et d'or leurs moires et leurs soies, jamais ils n'arriveront à donner la couleur véhémente et pourtant si familière à l'oeil de cette trame cramoisie fleurie de jaune soufre que portait le père Maximin, l'autre jour (Huysmans, En route, t.2, 1895, p.220).
En appos. Maître, ouvrier passementier. Les premiers statuts de la corporation des maîtres passementiers, tissutiers (...) du Lyonnais, Forez, Beaujolais et Velay, furent rédigés à Lyon le 16 juin 1584 (H. Baret, Manuel de rubanerie, passementerie et lacet, 1924, p.38).Les ouvriers passementiers de l'époque [le Second Empire] ont dû atteindre une grande perfection, pour réaliser certaines franges ou embrasses dont nous retrouvons les traces (R. Heutte, Le Livre de la passementerie, 1972, p.83).
II. − Adj. De la passementerie. Industrie passementière. (Ds Rob., Pt Rob. 1980 et Hachette 1980).
Prononc. et Orth.: [pasmɑ ̃tje], [pɑ-], fém. [-jε:ʀ]. Ac. 1694, 1740: passementier, -iere; dep. 1762: -ier, -ière. Étymol. et Hist. 1398 (Pièce ds Doc. et extraits divers concernant l'hist. de l'art dans les Flandres, éd. Abbé Chrétien Dehaisnes, II, 775; 1552 (Est., 768a, s.v. limbolarius). Dér. de passement*; suff. -ier*; cf. au xvies. le subst. de même sens passementeur 1552 (Complaincte de Monsieur le Cul ds Anc. poésies fr., éd. A. de Montaiglon, t.2, p.153) et l'adj. 1571 (La Porte, Epithetes, s.v. variété). Fréq. abs. littér.: 13. Bbg. Vaganay (H.). Pour l'hist. du fr. mod. Rom. Forsch. 1913, t.32, p.122.

Passementier, passementière : définition du Wiktionnaire

Nom commun

passementier \pas.mɑ̃.tje\ ou \pɑs.mɑ̃.tje\ masculin (pour une femme on dit : passementière)

  1. (Textile) Celui, celle qui fabrique ou qui vend de la passementerie.
    • Mignot vivait sur la légende d’une femme de commissaire de police tombée amoureuse de lui, tandis que Hutin avait véritablement conquis à son rayon une passementière, lasse de traîner dans les hôtels louches du quartier. — (Émile Zola, Au Bonheur des dames, 1883, p. 483)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Passementier, passementière : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PASSEMENTIER, IÈRE. n.
Celui, celle qui fabrique ou qui vend de la passementerie.

Passementier, passementière : définition du Littré (1872-1877)

PASSEMENTIER (pâ-se-man-tié, tiè-r') s. m.
  • Celui, celle qui fait et qui vend de la passementerie. Un pauvre passementier dans ce faubourg Saint-Marceau était taxé à dix écus pour un impôt sur les maîtrises, Sévigné, 199.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Passementier, passementière : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PASSEMENTIER, s. m. (Art. méchaniq.) ouvrier & marchand qui fait & vend des passemens ou dentelles. Les autres ouvrages que peut fabriquer le passementier sont des guipures, des campanes, des crespines, des houpes, des gances, des lacets, des tresses, des aiguillettes, des cordons de chapeaux, des boutons, des cordonnets, des rênes, des guides & autres ouvrages & marchandises semblables.

Les Passementiers forment à Paris une communauté assez considérable, dont les nouveaux statuts du mois d’Avril 1653, sont composés de quarante-quatre articles tirés des anciennes ordonnances qu’ils avoient obtenues d’Henri II. le 22 Mars 1558.

Suivant ces statuts, ils sont qualifiés maîtres passementiers, boutonniers, enjoliveurs.

Pour être admis à la maîtrise dans cette communauté, il faut avoir fait cinq années d’apprentissage, servi les maîtres quatre ans en qualité de compagnon, & avoir fait chef-d’œuvre.

Les fils des maîtres sont exempts de toutes ces formalités ; ils ne sont obligés qu’à une seule expérience ; ils ne peuvent cependant obliger des apprentis qu’après avoir atteint l’âge de dix-huit-ans.

Lorsqu’après avoir fait apprentissage, un compagnon épouse une fille de maître, il peut, après le mariage consommé, être reçu sur une simple expérience ; & ce mariage l’exempte des quatre ans de compagnonage & du chef-d’œuvre.

Les veuves demeurant en viduité, jouissent du privilege des maîtres, & peuvent continuer les apprentis commencés par leur mari, mais ne peuvent point en prendre de nouveaux.

Aucun maître ne peut faire ni vendre des passemens & autres ouvrages de son métier, qu’ils ne soient faits de bonne & loyale étoffe ; & il n’est pas permis de mêler de l’or ni de l’argent faux parmi du fin, quand même il en seroit requis.

La communauté est gouvernée par quatre jurés, dont on en élit deux tous les ans ; de sorte que ces jurés restent deux ans dans leurs fonctions.

Les jurés ne peuvent intenter procès, ni entreprendre aucune affaire de la communauté, sans avoir fait assembler tous les anciens bacheliers de jurande, pour prendre leur avis, & se déterminer à la pluralité des voix.

Les jurés sont obligés, quinze jours après être sortis de charge, de rendre leurs comptes de dépense & de recette en présence des nouveaux jurés & des anciens bacheliers de jurande.

Il y a peu d’ouvriers en France qui aient droit de fabrique, & de vendre plus de sortes de marchandises, & d’employer plus de matieres différentes que les Passementiers-boutonniers.

1°. Ils peuvent fabriquer & vendre toute sorte de passemens & dentelles, sur l’oreiller, aux fuseaux, aux épingles & à la main, d’or & d’argent fin ou faux, de soie, de fil de toutes couleurs, fins ou communs, grands ou petits.

2°. Toutes sortes de passemens & dentelles, pleins ou à jour, de noueure & à la main, garnis & enjolivés.

3°. Toutes sortes de houpes & campanes coulantes & arrêtées, montées sur moules & bourrelets noués & à l’aiguille, pour garnir différentes especes d’ouvrages, soit pour les ornemens des églises, ou pour les ameublemens.

4°. Toutes sortes de crêpines grandes & petites, doubles & simples.

5°. Toutes sortes de bourses nouées, au crochet & à la main, pleines & à jour, garnies & non garnies.

6°. Toutes sortes de tresses à gros & petits points, ganses rondes, quarrées & à l’Italienne, pratiques à cœur & sans cœur, nattes à petits cœurs, bracelets, rênes, guides & cordons, chaînes & tour-de-cou, aiguillettes tressées, signets de livres, ceintures d’aubes & de soutannes, tresses, lacets, ganses & rézeaux, cordons de rabats & tous autres enjolivemens qui se font sur le boisseau, à la jatte & au fuseau.

7°. Toutes sortes de cordons de chapeaux, bonnets, toques & affulemens ; comme cordons à l’angloise, à jonchées, à la turque, à la moresque, à l’arménienne, à l’indienne, à olives & boutons, à lanternes, à cordelieres, à deux, à trois & à quatre branches ou plus ; cordons à filets ronds & demi-ronds, plats & demi-plats, quarrés, à cannetilles & cartisannes, cordons d’or & d’argent trait faux & façonnés au crochet, cordons d’or & d’argent fin, cordons d’or & d’argent faux filé, cordons de crin & de cheveux, cordons à boutons, cordons encadenacés, cordons façon de broderie, enrichis & enjolivés, qui se façonnent à l’aiguille, aux doigts, au crochet & au dé.

8°. Toutes sortes de cordons & cordonnets qui se façonnent au rouet ; comme ganses, cannetilles pleines & creuses, chaines & chaînettes, frisons satinés & chevillés, bouillons, frisures, guipures plates & rondes, guipures à dentelles or & argent grapé & frisé, milanoises, millerets, cartisanes, frisades & toutes autres sortes de retords & enjolivemens qui se font au rouet, guipoir, crochet, au moulin, chevalet, sabot, émerillon, & à la molette.

9°. Toutes sortes de pots, vases & pommes de lits pleins & à jour, cousus & collés, garnis & chamarrés de passemens & tissus de rubans figures & non figurés.

10°. Toutes sortes de bouquets après le naturel, guirlandes, éventails, fers de collets montés & porte-fraises, nœuds, roses, ceintures, guirlandes & galans, nœuds & aigrettes garnis, & enjolivés, houpes battantes, masques, chaînes encadenacées, chapelets garnis de boutonnieres & de galans, chapeaux de fleurs après le naturel, coëffures & affulemens montés sur fer, cuivre, baleine, laiton ; fond de cartes & cartons, campanes encollées, roses & rosettes servant à garnir & enjoliver les habits, bouquets, coëffures & affulemens qui se font avec la pince & le glissoir, au rouet, à l’aiguille & au dé.

11°. Toutes sortes de ceintures, de noueures, lassures de tresses au crochet, pleines & à jour, rondes & quarrées, plates & demi-plates, au boisseau, aux fuseaux, à la jatte, à la rêne & au chevalet, garnies de fer ; chevilles, boucles, portes, boutons & autres enjolivemens.

12°. Enfin toutes sortes de bordures & harnois de chevaux, de noueures, lassures pleines & à jour, rondes, quarrées, plates, garnies & enjolivées de toutes façons.

Les Passementiers-boutonniers peuvent employer dans leurs différens ouvrages toutes sortes d’étoffes d’or & d’argent tant fin que faux, de soie, fleuret, filoselle, fil, laine, coton, crin, cheveux, cuivre, laiton, baleine, fer-blanc, bois, paille, talc, verre, jais, émail, parchemin, vélin brodé, enluminé & dore, toques, taffetas, satin, velours, gaze, tabis & toutes autres sortes d’étoffes, pourvu que le faux ne soit point mêlé avec le fin, comme il a été déja dit.

Il est encore permis aux maîtres passementiers boutonniers de garnir toutes sortes de sacs, toilettes, porte-manteaux, valises & fourreaux de pistolets, & de faire toutes sortes de moules à boutons ; comme grands, poires, vases, pommes, olives, coulans, boutons plats & chevilles, émérillons, molettes, & tous autres moules qui se font tant à l’arçon qu’au rouet servant à leur métier : il leur est permis aussi de se servir, pour leur travail, de toutes sortes d’outils, machines & engins, à l’exception seulement de la haute & basse-lisse, la marche, le peigne, la tire & la navette.

Les passementiers-boutonniers ont choisi S. Louis pour leur patron, & leur confrérie est établie dans l’église des grands Augustins.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « passementier »

Étymologie de passementier - Littré

Passement.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de passementier - Wiktionnaire

(Date à préciser) Mot dérivé de passement avec le suffixe -ier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « passementier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
passementier pasmɑ̃tje play_arrow

Citations contenant le mot « passementier »

  • Enfin, la voiture à chevaux s'arrête devant la porte. Ce n'est pas tant le voyage depuis l'Alsace qui a été épuisant. Mais l'énergie dépensée, une fois dans Paris, pour trouver l'adresse de Louis Pasteur. D'hôpital en hôpital, les médecins grimacent, certains l'étrillent... et aucun n'accepte de dévoiler à Marie-Angélique Meister l'endroit où se niche ce drôle d'oiseau. Sauf un, miracle... à l'Hôtel-Dieu. Ce 6 juillet 1885, voilà donc la tenace passementière au 45 de la rue d'Ulm, avec Joseph, son fiston de 9 ans, et Théodore Vonné, l'épicier de Maisonsgoutte, village au pied des Vosges. Quarante-huit heures plus tôt, son chien s'est déchaîné contre le fils du boulanger. « Il me mordit à la main d'abord, et s'acharnant sur moi, me terrassait, et me mordit cruellement aux jambes. » Quatorze fois en tout, raconte-t-il. leparisien.fr, Les débuts de la vaccination : et Pasteur piqua Joseph en 1885 - Le Parisien
  • On pourrait, ainsi, passer des heures à fumer le havane dans cet exubérant salon du rez-de-chaussée tendu de rideaux esprit « Louisiane française », éclairé de lustres quasi muranesques ou de lampes en formes d’ananas, et végétalisé de plantes vertes qu’on ne trouvait, auparavant, que dans les salles d’attente de nos dentistes mais qui, par quelque miracle agronomique, ont poussé dans tous les recoins branchés de la planète. Votre chambre ? On dirait qu’une vieille passementière lisboète, comme pour rappeler le passé portugais de Mumbai, est passée par là, laissant derrière elle des coussins brodés et des dessus de lit à pompons couleur azulejos. Quant au toit-terrasse de l’édifice, il nous plonge, avec ses parasols-pergolas aux courbes très indo-islamiques, dans quelque Orient rêvé. À tous les étages, en somme, une dose puissante de fantasmagorie.  AD Magazine, Le groupe hôtelier Soho House débarque en Inde | AD Magazine
  • De nouveaux commerçants arrivent à Gagnac. Ils sont les nouveaux propriétaires du bar tabac « La Fontaine ». Agnès et Eric, après avoir habité la Corrèze, le Doubs, ont choisi notre petit village pour changer de vie. Agnès était passementière, Eric travaillait dans la métallurgie. Mais cela faisait longtemps qu'ils avaient envie de changer de vie, et prendre un commerce dans le Sud-Ouest. Quand ils sont venus chez nous, ils ont eu le coup de cœur, un bar-tabac sur une place en plein centre d'un village. Ils n'ont pas hésité. Ils ont tout repeint en teinte claire, mis des tableaux à l'effigie du rugby. Car notre tenancier est un fan de rugby, et natif de Bourgoin Jallieu. ladepeche.fr, Gagnac-sur-Garonne. Bar-tabac : changement de propriétaires - ladepeche.fr
  • Trois jours de vie intense au château de Couches. Dans un cadre évidemment médiéval, les visiteurs de tous âges trouveront matière à découvrir le Moyen-âge par des approches variées et ludiques. Pour créer l’atmosphère, le campement médiéval avec ses saveurs épicées, à tester… On y rencontrera des artisans prêts à révéler leurs secrets de fabrication qu’ils soient tailleur de pierre, cordier, passementière, forgeron, bijoutier ou ciergier (pour la 1ère fois à Couches). La ciergerie révélera tout des éclairages médiévaux et de la fabrication de chandelles. On pourra essayer. , Couches | Trois jours de fête médiévale et familiale
  • Le métier à tisser avait été donné à la commune par le passementier Jourjon lorsqu'il avait arrêté son activité. Il a fonctionné à la halle du temps du Musée des arts et traditions populaires. Lorsque Georges Dubouchet a vendu sa collection, il est resté à la commune avec d'autres objets de passementerie donnés par des Désidériens. La passementerie a été pendant des siècles pratiquement la seule activité de la commune. Aujourd'hui, il ne reste que l'entreprise Peyrache. , Saint-Didier-en-Velay : déménagement acrobatique pour un ancien métier à tisser - La Commère 43
  • Si une cuisine et une chambre fidèlement reconstituées permettent à ses visiteurs de plonger dans la vie des passementiers d’autrefois, les vedettes de la Maison du Passementier sont incontestablement deux métiers de mécanique Jacquard, du nom de leur inventeur, destinés à tisser les rubans. En parfait état de marche, ils datent tous les deux de la fin du XIXe siècle. Le petit métier est un métier à échantillons, qui tisse seulement deux rubans : après le logo de la ville, aujourd’hui celui du musée. , Saint-Jean-Bonnefonds | La Maison du Passementier dévoile des trésors du patrimoine local
  • A priori, rien ne prédestinait Patrice Cantalejo à devenir passementier. « Je travaillais dans la décoration d’intérieur à Paris. Parmi nos fournisseurs, on avait un passementier qui, un jour, m’a invité à visiter son atelier. » Ce fut le coup de foudre. SudOuest.fr, Saint-Emilion : des bijoux cousus de fils d’or
  • C'est à travers vingt Stéphanois anonymes, un passementier, un mineur, un armurier, un médecin, un avocat, un notaire, un cordonnier, un curé, un photographe et quelques autres, que Gérard Michel Thermeau avait prévu de raconter l'histoire « du Grand siècle de Saint-Etienne. » Le dix-neuvième. « Je méditais d'écrire différemment sur la population stéphanoise » L'Essor Loire, La chronique de Jacques Plaine : Stéphanois d'autrefois
  • http://www.ville-st-jean-bonnefonds.fr/-maisondupassementier- La maison du Passementier présente un atelier de passementier tel qu’il existait au début du XXe siècle, avec deux métiers Jacquard. Des démonstrations de tissage sont organisées à chaque visite. Chaque année le musée présente une à deux expositions en lien avec le patrimoine local ou la création textile traditionnelle et contemporaine. Unidivers, Tissage de rubans Maison du Passementier Saint-Jean-Bonnefonds vendredi 20 septembre 2019
  • © maisondupassementier , La Maison du Passementier de Saint-Jean- Bonnefonds
  • Le maître, au look décontracté avec jean et pull noir, n'a que 46 ans. Il représente la quatrième génération de passementiers, ayant repris l'affaire après le décès de son père en 1992. La Croix, Le dernier passementier de Paris transmet son savoir

Traductions du mot « passementier »

Langue Traduction
Corse passantier
Basque passementier
Japonais 通勤者
Russe passementier
Portugais passementier
Arabe مرور
Chinois 行李员
Allemand passementier
Italien passementier
Espagnol pasajero
Anglais passementier
Source : Google Translate API


mots du mois

Mots similaires