La langue française

Orléaniste

Définitions du mot « orléaniste »

Trésor de la Langue Française informatisé

ORLÉANISTE, subst. et adj.

I. − Subst., HIST. POL. Partisan soutenant les prétentions des princes de la famille d'Orléans au trône de France. Anton. légitimiste.Mon ami Louis Passy est attaché aux d'Orléans, parce qu'ils sont son avenir (...). Un sénateur a les opinions de ses appointements; un orléaniste, les convictions de son ambition (Goncourt, Journal, 1863, p.1224).V. légitimiste ex. 1:
1. On vous en veut, parce que vous êtes orléaniste, ami particulier du duc d'Orléans. Vous l'avez loué dans quelques brochures, vous êtes du parti d'Orléans. Voilà ce qui se dit de vous, et que bien des gens croient, non pas moi. Je juge de vous tout autrement. Vous n'êtes point orléaniste, ami et partisan du duc: vous n'aimez aucun prince, vous êtes républicain. Courier, Pamphlets pol., Réponses aux anon., 1, 1822, p.147.
II. − Adj. Qui appartient, qui est propre à l'orléanisme. Parti orléaniste. Il terrassa sous ses arguments victorieux un pharmacien orléaniste (Vallès, Réfract., 1865, p.74).Dans une de ces grandes fêtes courtisanes où le Général fut présenté au monde orléaniste, Sturel, après dîner, entendit annoncer le baron et la baronne de Nelles (Barrès, Appel soldat, 1900, p.144):
2. Les ministres, d'abord simples secrétaires du Roi, exécutant sa politique, ont dû progressivement obtenir aussi la confiance du Parlement pour pouvoir agir: on arrive ainsi au stade intermédiaire du «parlementarisme orléaniste», où le ministère doit réunir à la fois la confiance du monarque et celle des députés. Traité sociol., 1968, p.7.
Prononc.: [ɔ ʀleanist]. Étymol. et Hist. 1794 subst. (Bull. des amis de la vérité, no2 ds Frey, p.176). Dér. de Orléans, v. orléanisme; suff. -iste*. Fréq. abs. littér.: 95. Bbg. Dub. Pol. 1962, p.361. _Quem. DDL t.13, 20. _Vardar Soc. pol. [1970] p.279.

Trésor de la Langue Française informatisé

ORLÉANISTE, subst. et adj.

I. − Subst., HIST. POL. Partisan soutenant les prétentions des princes de la famille d'Orléans au trône de France. Anton. légitimiste.Mon ami Louis Passy est attaché aux d'Orléans, parce qu'ils sont son avenir (...). Un sénateur a les opinions de ses appointements; un orléaniste, les convictions de son ambition (Goncourt, Journal, 1863, p.1224).V. légitimiste ex. 1:
1. On vous en veut, parce que vous êtes orléaniste, ami particulier du duc d'Orléans. Vous l'avez loué dans quelques brochures, vous êtes du parti d'Orléans. Voilà ce qui se dit de vous, et que bien des gens croient, non pas moi. Je juge de vous tout autrement. Vous n'êtes point orléaniste, ami et partisan du duc: vous n'aimez aucun prince, vous êtes républicain. Courier, Pamphlets pol., Réponses aux anon., 1, 1822, p.147.
II. − Adj. Qui appartient, qui est propre à l'orléanisme. Parti orléaniste. Il terrassa sous ses arguments victorieux un pharmacien orléaniste (Vallès, Réfract., 1865, p.74).Dans une de ces grandes fêtes courtisanes où le Général fut présenté au monde orléaniste, Sturel, après dîner, entendit annoncer le baron et la baronne de Nelles (Barrès, Appel soldat, 1900, p.144):
2. Les ministres, d'abord simples secrétaires du Roi, exécutant sa politique, ont dû progressivement obtenir aussi la confiance du Parlement pour pouvoir agir: on arrive ainsi au stade intermédiaire du «parlementarisme orléaniste», où le ministère doit réunir à la fois la confiance du monarque et celle des députés. Traité sociol., 1968, p.7.
Prononc.: [ɔ ʀleanist]. Étymol. et Hist. 1794 subst. (Bull. des amis de la vérité, no2 ds Frey, p.176). Dér. de Orléans, v. orléanisme; suff. -iste*. Fréq. abs. littér.: 95. Bbg. Dub. Pol. 1962, p.361. _Quem. DDL t.13, 20. _Vardar Soc. pol. [1970] p.279.

Wiktionnaire

Adjectif

orléaniste \ɔʁ.le.a.nist\ masculin et féminin identiques

  1. (Histoire) Relatif au duc d’Orléans, à sa politique.
    • Très probablement, Danton lui aussi jouait sur deux tableaux. La recherche d’un accommodement et la solution orléaniste peuvent entrer dans la ligne de sa politique. — (Jean Poperen, Introduction du tome II des textes choisis de Robespierre - Éditions sociales, 1957)

Nom commun

orléaniste \ɔʁ.le.a.nist\ masculin et féminin identiques

  1. (Histoire) Partisan du duc d’Orléans et de sa politique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ORLÉANISTE (or-lé-a-ni-st') s. m.
  • Partisan des princes de la maison d'Orléans.

    Adj. Qui appartient à l'orléanisme.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « orléaniste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
orléaniste ɔrleanist

Citations contenant le mot « orléaniste »

  • Paul-François Paoli : Père spirituel surement pas. Mais homme de synthèse pourquoi pas?   Les fractures historiques à droite, telles que les a décrites René Rémond, restent profondes et semblent indépassables. Edouard Philippe pourrait incarner une forme d'orléanisme raisonnable face à Marine Le Pen dont le populisme autoritaire et égalitaire est en fin de compte dans le prolongement du bonapartisme historique. Enfin Marion Maréchal, sans doute la jeune femme politique le plus douée de sa génération, est l'héritière du légitimisme, courant très minoritaire mais qui existe encore, ici et là en Vendée ou dans le sud est. Ces trois courants sont à peu près impossibles à réunir. Entre orléanistes et bonapartistes le fossé est infranchissable car leurs cultures et leurs sociologies sont opposées. Dans ce contexte la force de Nicolas Sarkozy est son côté électron libre. Bonapartiste de tempérement, il est aussi libéral ce qui le rapproche de l'orléanisme. Du reste en 2007 il avait tenté de faire une sorte de synthèse libérale-bonapartiste qui lui a fait gagner les éléctions. Atlantico.fr, Nicolas Sarkozy, bénédiction ou malédiction de la droite ? | Atlantico.fr
  • Stéphane Rozès : Oui. Le choix du nouveau Premier ministre Castex se justifie par la volonté du président  de mettre en place, après la crise pandémique et le choc économique et social qui vient, un gouvernement adapté au «nouveau chemin» qui enjambe dans les propos d’Emmanuel Macron la présidentielle de 2022. On aurait pu voir advenir un gouvernement d’union nationale avec une forte personnalité à Matignon et des ténors de droite et de gauche. Faute de personnalités fortes et disponibles, le président Macron a préféré un gouvernement de mission et de rassemblement. La caractéristique de Jean Castex est d’être un haut fonctionnaire et un élu local qui, certes vient du parti Les Républicain, mais qui ne se retrouve pas à Matignon, contrairement à son prédécesseur, du fait qu’il représente une sensibilité politique de droite, mais du fait que c'est un serviteur de l’Etat. De sorte que l’on comprend, à travers sa personnalité, deux choses : d’une part, le président Macron veut recentrer le pouvoir à l’Elysée, là où dans la dernière période, depuis les Gilets jaunes, il pouvait y avoir des désaccords sur l’analyse de la société et sur la façon de conduire les réformes et sur leurs contenus entre l’Elysée d’un côté, et Matignon et Bercy de l’autre. A juste titre : le président Macron souhaite tenir ensemble le souhaitable et le possible. Jean Castex est là pour décliner la politique souhaitée par Emmanuel Macron au plan des territoires et avec les partenaires sociaux, c’est ce que Jean Castex appelle une «méthode» pour un «nouveau pacte social». Il a demandé à l’Etat de dégager les orientations stratégiques et ensuite aux territoires et partenaires sociaux de les décliner. Il a le talent pour en être le chef d’orchestre. Il y a eu, à ce propos, un petit moment de cacophonie. Par le biais du président de l’Assemblée nationale, l'Elysée a dû préciser à Matignon que c’était au président de parler le 14 juillet pour fixer la feuille de route, et ensuite au Premier ministre de mettre en œuvre et de s’en expliquer devant le Parlement. D’autre part, le Premier ministre se définit comme un «gaulliste social». Son profil sera plus adapté à ce que le pays redoute : le choc économique qui va arriver à la rentrée, et qui va entraîner environ 800 000 chômeurs de plus et sans doute, une grave crise sociale avec un pays qui va être très bousculé. Le premier ministre Castex est, comme son prédécesseur issu du parti Les Républicains, mais son prédécesseur était un néolibéral orléaniste, là où Jean Castex se définit comme un «gaulliste social». RT en Français, Stéphane Rozès : «Le gouvernement Castex apparaît moins néolibéral» — RT en français
  • Les orléanistes font valoir que Philippe V, en allant régner à Madrid, a renoncé à ses droits à la couronne de France. Les légitimistes rétorquent qu'on ne peut renoncer à des droits divins. Le Point, Décès du comte de Paris, prétendant orléaniste au trône de France - Le Point
  • En 1873, toutes les planètes étaient alignées afin qu’Henri V, comte de Chambord, monte triomphalement sur le trône de France, restaurant ainsi la monarchie. L’Assemblée nationale n’avait jamais été si monarchiste, légitimistes et orléanistes s’étaient réconciliés, la République était discréditée et l’Empire à terre. Et pourtant, par un entêtement aussi incompréhensible que mystérieux, l’enfant du miracle laissera son destin lui échapper. La faute, selon lui, à un drapeau tricolore qu’il se refusera toujours à revendiquer. Ainsi Henri V fut-il l’un des principaux fondateurs de la IIIe République. Comment expliquer cette terrible obstination ? Ce grand refus qui sera le dernier clou au cercueil de la monarchie française ? Retour sur l’énigme insoluble du comte de Chambord. TVLibertés - 1ère chaîne de réinformation | Nous, c'est vous, Le jour où le drapeau blanc a tué la monarchie - La Petite Histoire - TVL
  • Le dernier occupant du trône, Louis-Philippe 1er (1830-1848), était bien un orléaniste. Sauf que cet ancêtre du comte de Paris portait un titre différent, celui de roi des Français (et non plus roi de France), créé après la Révolution et par le Parlement, et porté avant lui uniquement par Louis XVI, dans les tous temps de son règne. Libération.fr, Qui serait l'héritier au trône de France ? - Libération
  • Gilles RICHARD.- René Rémond, fin connaisseur du XIXe siècle, a très bien vu les choses. Trois droites qui se différencient sans aucun doute possible des républicains qui, eux, campent à gauche. Ceux-ci défendent ce qui a émergé dans le processus révolutionnaire ouvert en 1788-1789: la revendication de «la souveraineté populaire». Le peuple comme souverain, tel est le principe premier des républicains quand leurs opposants, à droite, le rejettent unanimement au profit d'une conception de la souveraineté incarnée dans un homme. Mais ils divergent sur l'homme. Un Bourbon pour les «légitimistes», un Orléans pour les «orléanistes», un Bonaparte pour les bonapartistes. Avec, en arrière plan, trois conceptions différentes du régime et de la société: une société qui renouerait avec l'Ancien Régime, conduite par la noblesse et le clergé ; une société du même type que celle alors en plein essor au Royaume-Uni, sous la houlette d'une monarchie parlementaire censitaire ; une société enfin tenue fermement en main par un «chef» admettant le suffrage universel masculin à la seule condition d'en contrôler les résultats. Le Figaro.fr, 60 ans après René Rémond, la nouvelle typologie de la droite
  • La droite identitaire de Marion Maréchal brouille également les cartes. Elle tire du légitimisme son ancrage dans une tradition antirévolutionnaire (qui s’exprime par exemple dans l’anticentralisme des mouvements identitaires régionaux qui la soutiennent et ses liens avec les catholiques intégristes). Mais elle se veut libérale sur le plan économique, comme les orléanistes, et voue un culte tout bonapartiste à l’autorité. Elle est d’ailleurs pour l’union des droites. Et une partie des cadres LR semblent prêts à s’allier avec elle. , Marion Maréchal, Les Républicains et les (nouvelles) droites en France
  • SR : Il y a des désaccords d’appréciation entre l’Elysée et Matignon. Emmanuel Macron s’est fait élire sur une posture néo-bonapartiste. Matignon et Bercy, c’est plutôt la droite orléaniste. Tout cela s’est creusé au moment des Gilets jaunes, de la réforme des retraites… Le président a semblé s’aligner sur Matignon et Bercy, mais avec de vraies différences d’appréciations politiques sur l’état de la société, la situation politique et la façon de faire. Le président élu par la nation a un premier ministre au sommet de l’Etat enclavé dans les politiques bruxelloises. Sinon, je dirai qu’humainement et personnellement, les relations ne sont pas mauvaises. C’est seulement dans la cacophonie ministérielle que l’on comprend qu’il y a des dysfonctionnements de nature politique, mais les relations sont tout à fait courtoises entre le président et le Premier ministre, c’est très différent de la période Sarkozy-Fillon où le président avait des propos vraiment pas aimables à l’égard de son Premier ministre, mais ce n’est pas le cas en ce moment. RT en Français, Le président a un Premier ministre au sommet de l'Etat enclavé dans les politiques bruxelloises — RT en français

Traductions du mot « orléaniste »

Langue Traduction
Anglais orleanist
Espagnol orleanista
Italien orleanista
Allemand orleanist
Chinois 奥尔良主义者
Arabe أورليانيست
Portugais orleanist
Russe орлеанистские
Japonais orleanist
Basque orleanist
Corse orleanistu
Source : Google Translate API

Orléaniste

Retour au sommaire ➦

Partager