La langue française

Ohé

Définitions du mot « ohé »

Trésor de la Langue Française informatisé

OHÉ, interj. et onomat.

I. − Interj. [S'emploie pour signaler sa présence, pour attirer l'attention sur soi, pour manifester son intention de communiquer qqc. à qqn] Ce curé était fort âgé, infirme; il montait lentement. −Ohé! dit-il en m'apercevant, ces scélérats vous ont vilainement emmaillotté, monsieur! Je vous salue (Toepffer,Nouv. genev.,1839, p.376).Je regarde avec attention. Il y a trois lampes à cinq cents mètres. −Ohé! Mais on ne m'entend toujours pas (Saint-Exup.,Terres hommes,1939, p.234):
1. Gomar ne savait pas nager. (...) −Hep! ohé! ohé! criaient les douaniers, inquiets de l'avoir vu disparaître dans ce fleuve d'encre... Van der Meersch,Empreinte dieu,1936, p.66.
En partic.
Ohé de + subst. indiquant le lieu où se trouve l'interpellé.On entendit ces mots s'échapper de l'orifice d'un large porte-voix: «Ohé! du brick, envoyez une embarcation à bord avec le capitaine dedans (Sue,Atar-Gull,1831, p.8).Une voix tomba du haut de la poupe (...) −Ohé! du bateau! vous n'avez pas fini de vous chamailler, en bas? (Cendrars,Bourlinguer,1948, p.232).
[Suivi d'un syntagme spécifiant le nom ou la qualité de l'interpellé] Edward (...) avait proposé une promenade au bord de l'eau. Il appela: −Ohé! batelier! la nacelle! (Karr,Sous tilleuls,1832, p.84).Une voix l'appela du chemin: «Ohé, Madame Chicot!» Elle se retourna (Maupass.,Contes et nouv.,t.1, Vieux, 1884, p.134).−Très bien! V'là que la lourde est bouclée, à présent! Hohé là, machin, chose, monsieur! (Courteline,Train 8 h 47,1888, 2epart., viii, p.190).
Plus rare. [Suivi d'un syntagme exprimant la qualité du locuteur] On entendit dans la rue le galop d'un cheval. −Tonnerre! murmura l'aubergiste, il ne manquerait plus que ce fût le courrier. −Ohé! la poste! cria-t-on du dehors (Ponson du Terr.,Rocambole,t.5, 1859, p.109).
Emploi subst.:
2. ... s'il y a quelqu'un là-haut, (...) je vais le héler, et il faudra bien qu'il réponde. Et d'une voix de tonnerre, le marin fit entendre un «ohé!» prolongé, que les échos répercutèrent avec force. Verne,Île myst.,1874, p.260.
II. − Onomat., vx. [S'emploie pour transcrire un cri manifestant qu'on s'amuse, qu'on est joyeux] Synon. olé.Je suis riche, j'ai toutes les vertus. Rien ne me résistera. Qui ne serait pas bon, quand il peut tout? −Hé! hé! ohé! j'ai souhaité deux cent mille livres de rente, je les aurai (Balzac,Peau chagr.,1831, p.186).Il est à se griser dans quelque trou de la rue basse. Holà, ohé! un dernier coup! Il lève son verre (Musset,Fantasio,1834, i, 2, p.182).
Femme ohé! ohé! Femme légère. Les femmes ohé! ohé!, toutes ces femmes qui font mettre leurs photographies dans les magazines (...) sont des stryges (Montherl.,Pitié femmes,1936, p.1120).
Prononc. et Orth.: [ɔ(h)e], [o-]. Martinet-Walter 1973 [ɔ-], [o-] (11/6). Att. ds Ac. 1935. Courteline, supra: hohé. Étymol. et Hist. Ca 1210 ohé! «holà!, halte!» (R. de Houdenc, Méraugis, 1692 ds T.-L.). Comp. de ô et de *; cf. aussi le lat. ohe interj. servant à appeler ou à marquer l'impatience. Fréq. abs. littér.: 218. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 249, b) 500; xxes.: a) 501, b) 144.

Wiktionnaire

Interjection

ohé \ɔ.e\

  1. (Familier) Interjection servant à appeler quelqu’un.
    • Ohé, là-bas, venez !
    • Mais à peine abordés, voilà des voix étouffées qui nous appellent de l’autre rive :
      « Ohé ! du bateau !… »
      — (Alphonse Daudet, Aux avant-postes, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 81.)
    • Il fut tiré de ces pensées déplaisantes par les clameurs des postillons.
      « Ohé ! ohé ! ohé ! ohé ! ohé ! cria le premier postillon.
      Ohé ! ohé ! ohé ! ohé ! ohé ! hurla le second postillon.
      Ohé ! ohé ! ohé ! ohé ! ohé ! vociféra le vieux Wardle lui-même en mettant la moitié de son corps hors de la portière.
      Ohé ! ohé ! ohé ! ohé ! ohé ! » répéta M. Pickwick, en s’unissant au refrain, sans avoir la plus légère idée de ce qu’il signifiait.

      — (Charles Dickens, Les Papiers posthumes du Pickwick Club, traduction de Pierre Grollier, Hachette, 1893, tome 1, page 119.)
    • Ohé !… Ohé !…
      Ohé, murmure l’écho affaibli.
      — Où êtes-vous ? reprend une voix qui se fait grondeuse.
      Du fond du taillis, deux jeunes filles répondent aussitôt :
      Ohé, maman, nous sommes là !
      — (Gabrielle Réval, La Cruche cassée, Calmann-Lévy, 1904, page 15.)
    • Dansons la ronde
      Des marmites de Paris,
      Ohé ! les souris !
      Les rongeuses de monde !
      Faisons sauter avec nous
      Nos michets et nos marlous.
      Dansons la ronde !
      Paris est à nous !

      — (Aristide Bruant, Dans la Rue, vers 1889, pages 54-55.)
    • Ainsi chevauchent ambedui
      Parmi la grant forest oscure,
      Tant qu’à un gué, par aventure,
      Ont un chevalier encontré,
      Qui va criant : « Ohé, ohé !
      « Voire, si vous dirai por quoi ;
      « Ici au gué joustez à moi. »
      — (Raoul de Houdenc, Méraugis de Portlesguez, Tross, Paris, 1869 (1re éd. XIIIe siècle))

Interjection

ohé ! \ohˈe\

  1. Ohé ! Hé, vous ! (Salutation envers une personne de rang social inférieur).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OHÉ. Interjection
servant à appeler familièrement quelqu'un. Ohé, là-bas, arrivez!

Littré (1872-1877)

OHÉ (o-é) interj.
  • populaire qui sert à appeler. Ohé ! les autres.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ohé »

(Environ 1210)[1] De l’ancien français à partir de ô et par le moyen français[1]. Voire même du latin ohe (même sens)[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

(Environ 1210)[1] De l’ancien français à partir de ô et par le moyen français[1]. Voire même du latin ohe (même sens)[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ohé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ohé ɔe

Citations contenant le mot « ohé »

  • Pendant le confinement, un youtubeur avait déjà détourné leur titre pour dénoncer le sous-équipement des personnels soignants : "Très mal, très mal masqués Ohé ohé..." et c'était hilarant ! Le Figaro.fr, «Sortons masqués, ohé, ohé» : la Compagnie créole veut sensibiliser aux gestes barrière
  • Ce jeudi matin, au marché, c’était Lamballe masqué. Ohé ohé. Et ça risque d’être le cas encore pendant un paquet de jeudi. Le Telegramme, Lamballe masqué ohé ohé… - Lamballe-Armor - Le Télégramme
  • Mais ce dimanche de 1977, les pétards n’étaient pas mouillés. Comme ils le seront, hélas, la semaine prochaine en Bigorre, bien que le beau temps semble veiller sur les nuits de lundi et mardi. Seulement cinq feux d’artifice résisteront au protocole sanitaire. Une année blanche pour les artificiers et un été silencieux pour orchestres et DJs. Ce 14-Juillet ne sera donc pas à la fête, alors que la menace plane et que les rassemblements sont à proscrire, bien qu’on invite le public à regarnir les stades. Allez comprendre. Reste que si vous avez le cœur à la fête, mieux vaut se rendre au bar… masqué, ohé ohé ! nrpyrenees.fr, Pétards mouillés - nrpyrenees.fr

Traductions du mot « ohé »

Langue Traduction
Anglais hey
Espagnol oye
Italien hey
Allemand hallo
Chinois
Arabe مهلا
Portugais ei
Russe привет
Japonais ねえ
Basque beno
Corse ehi
Source : Google Translate API

Ohé

Retour au sommaire ➦

Partager