La langue française

Morphinomanie

Sommaire

  • Définitions du mot morphinomanie
  • Étymologie de « morphinomanie »
  • Phonétique de « morphinomanie »
  • Citations contenant le mot « morphinomanie »
  • Traductions du mot « morphinomanie »
  • Synonymes de « morphinomanie »

Définitions du mot morphinomanie

Trésor de la Langue Française informatisé

MORPHINOMANIE, subst. fém.

Habitude morbide de prendre de la morphine créant un état de dépendance biologique et provoquant un ensemble de troubles (v. morphinisme, dér. s.v. morphine). Sur la franc-maçonnerie, l'espionnage allemand, la morphinomanie, Léon Daudet écrit au jour le jour un prodigieux conte de fées, qui se trouve être la réalité même (Proust,Prisonn., 1922, p.298).V. aussi cocaïnomanie ex. de L. Daudet.
Prononc.: [mɔ ʀfinɔmani], [-no-]. Étymol. et Hist. 1889 (Répertoire de pharmacie, 3esérie, I, 416 ds Quem. DDL t.8). Formé de morphine* et de l'élém. -manie*; cf. la forme morphiomanie (1876, Journ. de méd. et de chir. pratiques, XLVII, 100 ds Quem. DDL t.8 et Lar. 19eSuppl. 1890). L'angl. morphinomania est att. dep. 1887 ds NED.

Wiktionnaire

Nom commun

morphinomanie \mɔʁ.fi.nɔ.ma.ni\ féminin

  1. Dépendance à la morphine.
    • À partir de 1850, une utilisation massive de la morphine contre la douleur, sous sa forme injectable sur les champs de bataille (guerre de Sécession aux États-Unis, guerre de Crimée en Russie, guerre austro-prussienne, guerre franco-allemande de 1870 en Europe…) notamment pour les amputations qu’elle rend supportables, va être à l’origine de ce que l’on appela alors la « maladie du soldat » puis morphinisme et enfin morphinomanie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « morphinomanie »

(Siècle à préciser) Mot composé de morphinomane et -ie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « morphinomanie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
morphinomanie mɔrfinɔmani

Citations contenant le mot « morphinomanie »

  • Outre l’intérêt de l’œuvre éponyme, ce sont d’une part le casting et d’autre part la réalisation qui donnent à cette mini-série de mini-épisodes sa saveur. En effet, le réalisateur Alex Hardcastle a construit une relation dialogique riche de possibilités comiques en mettant face à face le jeune Dr Bomgard avec son double âgé, désabusé — et morphinomane. Le procédé est d’autant plus réussi que la morphinomanie véridique de Boulgakov (acquise à la suite d’une utilisation médicale) sert ici le comique tantôt décapant et cynique, tantôt burlesque et potache d’une analyse de la situation personnelle de l’auteur et de la Russie entre la fin de la Première Guerre mondiale et l’aube de la Seconde. Le jeune Dr Bomgard est joué par un Daniel Radcliffe assez drôle lorsqu’il descend de son balai harrypotterien, alors que son aîné dépité et condescendant est incarné par un Jon Hamm sorti de Mad Men avec la bouffissure que l’alcoolique Don Draper traîne dans sa vie de fantôme. , Carnets d'un jeune médecin — une mini-série boulgakovienne - La Revue des Ressources
  • Originaire de Paris, elle avait failli être sage-femme, comme maman, avant d’entrer au Conservatoire et d’être, à sa sortie, immédiatement engagée à la Comédie-Française. Cantonnée dans les emplois de soubrette, elle s’y ennuyait et sombrait dans la mélancolie, suite à sa séparation d’avec sa mère désargentée qui ne l’avait récupérée qu’à l’âge de 7 ans et à la morphinomanie de son père qui les avait toutes deux abandonnées sans la reconnaître. Première blessure, dès la naissance. Annie débuta au cinéma dans un rôle de garce. Voleuse, pour se disculper elle accusait Pierre Fresnay, statue du Commandeur du cinéma hexagonal, de l’avoir violée, dans « L’homme aux clés d’or ». Puis elle enchaîna en incarnant une flopée de poules de mauvaise vie. Pendant les dix premières années de sa carrière, elle se trouva ainsi totalement interchangeable avec Jeanne Moreau. Deuxième blessure. Elle vivait alors avec le réalisateur Norbert Carbonnaux, qui ne la dirigea jamais. En fille de joie à la fois simple et mythomane perdue en ses rêves et son manteau avec haut de renard argenté, elle fait montre dans « Rocco » d’une pureté et d’émotions qui lui valurent une admiration unanime. Pour Annie, tout se confondit. Et la vie et le cinéma. Troisième blessure. Renato Salvatori incarnait Simone le boxeur changé en voyou qui devenait et son amant et son bourreau. Luchino Visconti avait choisi à dessein cet acteur ayant démarré comme maître-nageur. Il le savait sentimental à l’excès, très lié à sa mère, mais aussi passionné jusqu’à la démesure et capable d’accès de violence incontrôlée. Dès qu’Annie a rencontré Renato, elle l’a aimé follement, éperdument, douloureusement. « Il est devenu moi, j’étais lui, j’étais à lui, la chair de sa chair. » , Splendeurs et misères de la vie de star - Annie Girardot, la femme blessée
  • Un facteur essentiel de l’abandon du freudisme – notamment par des adeptes – est la découverte, depuis les années 1970, des mensonges de Freud concernant les résultats de ses traitements. Rappelons que cela commence par le traitement de la morphinomanie par la cocaïnothérapie et la psychothérapie d’Anna O., dont la cure désastreuse a été présentée par Freud comme une magnifique guérison. S. Dupont n’évoque pas ces faits. Les ignore-t-il ? Si oui, on peut lui conseiller de lire un des trois livres auxquels il n’a consacré qu’une phrase : Mensonges freudiens de Bénesteau (2002), Le Livre noir de la psychanalyse (2005), Le crépuscule d’une idole (2010). S’il est informé, il se conduit comme l’adepte d’une religion qui dissimule les affabulations du fondateur. Afis Science - Association française pour l’information scientifique, L’autodestruction du mouvement psychanalytique - Afis Science - Association française pour l’information scientifique
  • Ce thème a été l’objet de la conférence de Pierre Janet au congrès international de psychologie tenu à Munich en 1896. Janet décrit la passion qui se développe chez la plupart des patients pour leur psychothérapeute. Il dit : « Je ne puis mieux décrire ce besoin qu’en le comparant à une passion dont les symptômes sont bien connus, la morphinomanie » ([15], p. 118). Parlant des femmes « hystériques », il écrit : « Celui qui s’occupe d’elles n’est plus à leurs yeux un homme ordinaire ; il prend une situation prépondérante auprès de laquelle rien ne peut entrer en balance. Pour lui, elles sont résolues à tout faire, car elles semblent avoir pris une fois pour toutes la résolution de lui obéir aveuglément » (id., p. 125s). Janet terminait son exposé en disant que le médecin doit utiliser le « besoin de direction » pour « éduquer l’esprit » du patient, mais qu’il doit, dans un second temps, lui apprendre à se passer du médecin, plutôt que de « laisser se développer une dangereuse passion somnambulique ». Afis Science - Association française pour l’information scientifique, Le « dressage pavlovien » des freudiens. Comprendre le conflit psychanalyse - psychologie scientifique - Afis Science - Association française pour l’information scientifique

Traductions du mot « morphinomanie »

Langue Traduction
Anglais morphinomania
Espagnol morfinomanía
Italien morphinomania
Allemand morphinomanie
Chinois 吗狂
Arabe الهوس المورفين
Portugais morfinomania
Russe morphinomania
Japonais モルフィノマニア
Basque morphinomania
Corse morfinomania
Source : Google Translate API

Synonymes de « morphinomanie »

Source : synonymes de morphinomanie sur lebonsynonyme.fr
Partager