Mordu : définition de mordu, mordue


Mordu, mordue : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MORDU, -UE, part. passé, adj. et subst.

I. − Part. passé de mordre*.
II. − Adjectif
A. − Pop. et fam. Amoureux. Depuis ce jour, voilà Burty si bien mordu qu'il ne pense, qu'il ne rêve plus que Satzuma (Goncourt, Journal, 1876, p.1138).Être mordu pour une môme (Sandry-Carr. 1963). Être très amoureux.
B. − COUT. Couture mordue. Couture dans laquelle un bord de l'étoffe dépasse l'autre. (Dict. xixeet xxes.).
C. − MAR. Manoeuvre mordue. Manoeuvre étroitement serrée entre le réa et la joue d'une poulie, si bien qu'elle ne peut plus courir (d'apr. Gruss 1952).
III. − Substantif
A. − Personne qui a été mordue. Bareggi, de Milan, a traité des mordus par du virus fixe non desséché (Ferré dsNouv. Traité Méd.fasc. 4 1925, p.141).
B. − Fam. Personne qui manifeste un goût prononcé, une passion pour quelque chose. Les navrantes conditions atmosphériques de ces jours derniers (...) n'empêchèrent pas les «mordus» d'affluer, hier matin dans les bois de Clamart pour le cross cyclopédestre (Écho Sports, 10 févr. 1941).C'étaient des flambeurs, des mordus. Ils ne lèveraient pas l'ancre avant d'avoir paumé ou affuré quelques centaines de sacs (Le Breton, Rififi, 1953, p.13).Il n'avait d'autre passion (...) que le sport (...). Un mordu, un fana; mais théorique et dans l'abstraction (Arnoux, Solde, 1958, p.42).
Prononc. et Orth.: [mɔ ʀdy]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Subst. a) 1690 «ce dans quoi on a mordu» (Fur.) − Trév. 1752; b) 1934 les mordus du cross (L'Auto, 12, 3 ds Grubb, Sports, p.51); 2. adj. a) 1797 feuille mordue «feuille tronquée légèrement» (Bulliard, Dict. de bot., s.v. feuilles, p.64); b) 1868 couture trop mordue (Littré); c) 1876 «amoureux» (Goncourt, loc. cit.). Part. passé de mordre* empl. comme adj. et comme subst. Fréq. abs. littér.: 454. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 378, b) 857; xxes.: a) 968, b) 565. Bbg. Quem. DDL t.6.

Mordu, mordue : définition du Wiktionnaire

Adjectif

mordu

  1. Qui a été entamé par les dents.
    • Une pêche mordue à belles dents.
  2. (Figuré)
    • Mordu du chien de la métromanie, Le mal me prit, je fus auteur aussi. — (Voltaire, Le pauvre diable)
  3. Qui a subi quelque atteinte comparée à une morsure.
    • Mordu par la critique.
  4. (Familier) Passionné, fan.
    • Il est mordu de football.
  5. (Botanique) Se dit des parties qui sont comme tronquées irrégulièrement.
  6. (Marine) Se dit du garant d’une poulie, quand il se trouve pris entre le réa et la caisse de la poulie.
  7. En parlant d’une couture, une couture dont les bords empiètent trop l’un sur l’autre.

Nom commun

mordu \mɔʁ.dy\ masculin (pour une femme on dit : mordue)

  1. (Familier) Passionné, fan, aficionado.
    • C’est un mordu de la pétanque.

Forme de verbe

mordu \mɔʁ.dy\

  1. Participe passé masculin singulier de mordre.
    • Il borgnottait à l’intérieur de son crâne des pensées informes, fatigué à crever, quand ça l’avait mordu : « La Lola comment a-t-elle trouvé la villa sur la Marne ? » — (A. L. Dominique, Gaffe au gorille, Gallimard, 1954, page 178)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Mordu, mordue : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MORDRE. (Je mords, tu mords, il mord; nous mordons. Je mordais. Je mordis. Je mordrai. Mords. Que je morde. Que je mordisse. Mordant. Mordu.) v. tr.
Serrer avec les dents de manière à entamer. Un chien l'a mordu, l'a mordu au bras. Ce chien mord les passants, leur mord les jambes. Être mordu par un chien enragé. Il s'est mordu la langue. Il l'a mordu jusqu'au sang. Absolument, Ce chien mord cruellement. Mordre dans un morceau de pain. Par extension, il se dit aussi des Oiseaux, de quelques insectes et de la vermine. Le perroquet mord. Cet enfant est tout mordu de puces. Fig. et fam., Mordre le sein de sa nourrice, Se montrer ingrat. Fig. et fam., Se mordre la langue, S'arrêter au moment de dire ce qu'on ne doit ou qu'on ne veut pas exprimer. J'allais en trop dire : je me suis à propos mordu la langue. On dit aussi Se mordre la langue d'avoir parlé, S'en repentir. Fig. et fam., S'en mordre les doigts, s'en mordre les pouces, Se repentir d'une chose qu'on a faite. J'ai eu trop de confiance en lui, je m'en mords les doigts. Prov. et fig., Chien qui aboie ne mord pas. Voyez CHIEN. Fig. et fam., Mordre à la grappe, Saisir avec empressement une proposition, croire aveuglément à une promesse. Fig. et fam., Mordre à l'hameçon, se dit d'une Personne qui se laisse séduire par une proposition qui cachait un piège. Fig., Mordre la terre, Être terrassé. Il a fait mordre la terre à son adversaire. Poétiquement, Mordre la poussière, Être renversé, tué dans un combat.

MORDRE signifie familièrement Prendre du goût pour une étude, y faire des progrès. Cet enfant commence à mordre au latin. Il se dit figurément de Plusieurs choses inanimées qui rongent, qui creusent ou qui percent. L'eau-forte mord sur les métaux. L'eau-forte n'a pas assez mordu sur cette planche. La lime ne mord point dans l'acier bien trempé. Le burin a trop mordu en cet endroit. L'ancre n'a pu mordre sur ce fond de rocher. Cette vis n'a pas mordu dans le bois, Elle n'a pas pénétré dans le bois. Les dents de cette roue ne mordent pas assez sur le pignon, Elles n'engrènent pas assez. En termes de Pêche, il signifie saisir l'appât. Le poisson mord, ne mord pas. En termes de Gravure, Mordre une planche, ou Faire mordre une planche, Lui faire subir l'action de l'eau-forte, après avoir découvert en différents endroits, à l'aide d'une pointe à graver, le vernis dont elle est enduite.

MORDRE, en termes de Typographie, signifie Dépasser, déborder. La vignette mord sur les lettres, Elle avance sur les lettres. En termes de Couture, Il faut mordre plus avant dans l'étoffe, Il faut faire la couture un peu plus loin du bord de l'étoffe, pour qu'elle ne se défasse pas.

MORDRE signifie, au figuré, Médire, reprendre, critiquer, censurer avec âpreté. Il cherche à mordre sur tout. Il n'y a point à mordre sur sa conduite. Il ne donne point à mordre sur lui.

Mordu, mordue : définition du Littré (1872-1877)

MORDU (mor-du, due) part. passé de mordre
  • 1Qui a été entamé par les dents. Une pêche mordue à belles dents.

    Fig. Mordu du chien de la métromanie, Le mal me prit, je fus auteur aussi, Voltaire, le Pauvre diable.

  • 2 Fig. Qui a subi quelque atteinte comparée à une morsure. Mordu par la critique.
  • 3 Terme de botanique. Se dit des parties qui sont comme tronquées irrégulièrement.
  • 4 Terme de marine. Se dit du garant d'une poulie, quand il se trouve pris entre le réa et la caisse de la poulie.
  • 5Une couture trop mordue, une couture dont les bords empiètent trop l'un sur l'autre.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « mordu »

Étymologie de mordu - Wiktionnaire

Participe passé de mordre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « mordu »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mordu mɔrdy play_arrow

Citations contenant le mot « mordu »

  • Âgé de 3 ans, Lewis a été mordu par une vipère lors d’un pique-nique dans le parc Lightwater Country de Surrey, à Londres. Linfo.re, Royaume-Uni: mordu par une vipère, un petit garçon réapprend à marcher - LINFO.re - Monde, Europe
  • Le défenseur espagnol s’est vu présenter un carton rouge pour avoir mordu le défenseur de Lecce Giulio Donati. Une action qui rappelle celle de Luis Suarez avec Giorgio Chiellini lors de la Coupe du monde 2014. Le Soir, Patric, défenseur de la Lazio, expulsé à Lecce pour avoir mordu un adversaire (vidéo) - Le Soir
  • Quand on chasse le crotale, généralement on ne le trouve pas... et il n'est pas rare qu'il ait mordu avant qu'on l'ait vu. De Shingis
  • Aboyer, solliciter au mal, tout cela est dans les moyens du diable ; mais il ne peut mordre que qui veut être mordu. De Saint Augustin / Sermon
  • Si un jour votre coeur allait être mordu par le pessimisme et rongé par le cynisme, puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard. De Douglas MacArthur
  • Celui qui a été mordu par les serpents craint aussi les lézards. De Proverbe serbo-croate
  • La chèvre a mordu les cailloux, les dents du mouton sont tombées. De Proverbe martiniquais
  • Si quelqu’un t’a mordu, il t’a rappelé que tu avais des dents. De Proverbe peul
  • Qui a été mordu par un serpent évite les hautes herbes. De Proverbe chinois
  • Le mot chien n’a jamais mordu personne. De Ferdinand de Saussure

Images d'illustration du mot « mordu »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mordu »

Langue Traduction
Corse muzzicatu
Basque hozka
Japonais 噛まれた
Russe укушенный
Portugais mordido
Arabe لدغة
Chinois 被咬
Allemand gebissen
Italien bitten
Espagnol mordido
Anglais bitten
Source : Google Translate API

Synonymes de « mordu »

Source : synonymes de mordu sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « mordu »



mots du mois

Mots similaires