La langue française

Monocratie

Sommaire

  • Définitions du mot monocratie
  • Étymologie de « monocratie »
  • Phonétique de « monocratie »
  • Citations contenant le mot « monocratie »
  • Traductions du mot « monocratie »
  • Synonymes de « monocratie »

Définitions du mot « monocratie »

Trésor de la Langue Française informatisé

monocratie , subst. fém.Régime politique où le pouvoir appartient à un seul (d'apr. Jur. 1974). La monocratie gaullienne (Le Monde, 31 mai 1969ds Gilb. Mots contemp. 1980).

Wiktionnaire

Nom commun

monocratie \mɔ.nɔ.kʁa.si\ ou \mɔ.no.kʁa.si\ féminin

  1. Forme de gouvernement où le pouvoir effectif réside dans la volonté du chef de l’État.
    • Car tout est là. Dévoiler les mensonges sociaux, dire comment et pourquoi ont été créées les religions, imaginé le culte patriotique, construite la famille sur le modèle des monocraties, inspiré le besoin de maîtres, tel doit être le but de l’art. — (Fernand Pelloutier, Conférence « L’Art et la société », 30 mai 1896)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « monocratie »

(1963) → voir mono- et -cratie
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « monocratie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
monocratie mɔ̃ɔkrati

Citations contenant le mot « monocratie »

  • En effet, depuis 2019, une des occurrences politiques majeures, mais que les politiciens, médias, voire intellectuels et académiciens ne relèvent pas (par déficit analytique, par complaisance ou par effroi), c’est la propension présidentialiste. C’est-à-dire la tendance à l’expansion des pouvoirs présidentiels au-delà des prescrits constitutionnels du régime semi-présidentiel. L’opérationnalisation du pouvoir en RDC indique, aujourd’hui, une sorte de monocratie présidentialiste qui est, justement, contraire à la quintessence de la démocratie libérale dans laquelle le pouvoir, surtout présidentiel, est limité par la Volonté Générale d’essence politique et coulée norme constitutionnelle. C’est le péché originel et l’épicentre de pratiquement toutes les frictions, toutes les crises, et même de la scandaleuse débâcle (la mafiotisation politico-mercantiliste de l’Etat par la présidence comme le révèle le procès) du Programme de 10 Jours du Président de la République. En fait, tout au début, le coup d’Etat institutionnel contre le Gouvernement qui fut neutralisé pour concentrer tous les pouvoirs exécutifs à la présidence annonçait déjà l’ombre des choses à venir. En paraphrasant Lord John Emerich E. Dalberg-Acton on peut asserter que « le pouvoir corrompt. Et le pouvoir expansif au-delà de ses limites constitutionnelles, corrompt expansivement». Politico.cd, Le Président Félix Tshisekedi et le danger de l’érosion de la démocratie | Politico.cd
  • « La Fraude électorale est le ciment du pouvoir perpétuel et de la monocratie (le gré à gré y compris) comme la transparence électorale est le ciment de la Démocratie et de l’alternance au pouvoir. Pour un Républicain, le Non au Hold Up Électoral permanent est un impératif catégorique. En toute objectivité, c’est même cet impératif qui devrait servir d’élément de rassemblement des forces alternatives et progressives qui veulent le changement et pas l’inverse comme semble l’indiquer certains…! camer.be, CAMEROUN :: Réponse de Me Roland Dieuwou à Me Michelle Ndocki :: CAMEROON
  • Certains se demandent si, en refusant de voter la révision constitutionnelle, les socialistes ne sont pas en train de passer à côté d'une opportunité : rééquilibrer les institutions. La réponse est non. Cette révision est une occasion perdue, non pour les socialistes, mais pour la République. Nos institutions souffrent d'un mal profond : l'hyperpuissance du président. Il est le véritable chef du gouvernement, pour ne pas dire le gouvernement à lui seul, dans la pratique actuelle de l'Elysée. Et, depuis le quinquennat et la succession des élections présidentielle et législatives, il est le chef réel de la majorité présidentielle à l'Assemblée. La séparation des pouvoirs n'est plus qu'apparence. De surcroît, ce pouvoir sans pareil n'est assorti d'aucune responsabilité. J'appelle ce régime la monocratie : le pouvoir d'un seul dans la République. Le Monde.fr, Non à l'hyperprésidence, par Robert Badinter
  • Alors pour en retrouver le sens, j’ai cherché sur internet le contraire ou l’antonyme de libéralisme. Impressionnant !  « Absolutisme, autoritarisme, dirigisme, socialisme, fascisme, totalitarisme, étatisme, étroitesse, communisme, marxisme, autocratie, dictature, sectarisme, anarchisme, arbitraire, collectivisme, despotisme, monocratie,.. Essayez, je n’invente rien (http://lecontraire.com/liberalisme/ ou http://www.antonyme.org/antonyme/libéralisme).  Pourquoi la pensée unique dénigre tant le libéralisme ! Pour défendre ces doctrines ? , Libéralisme et dirigisme – Blog du Dr Gérard Maudrux

Traductions du mot « monocratie »

Langue Traduction
Anglais monocracy
Espagnol monocracia
Italien monocracy
Allemand monokratie
Chinois 专制
Arabe الأحادية
Portugais monocracia
Russe единовластие
Japonais 苛政
Basque monocracy
Corse monocrazia
Source : Google Translate API

Synonymes de « monocratie »

Source : synonymes de monocratie sur lebonsynonyme.fr
Partager