La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « modérantisme »

Modérantisme

Variantes Singulier Pluriel
Masculin modérantisme modérantismes

Définitions de « modérantisme »

Trésor de la Langue Française informatisé

MODÉRANTISME, subst.masc.

HIST., vx. Doctrine, système politique ou attitude des modérés, spécialement sous la Révolution française pendant la Terreur. Être accusé, suspect de modérantisme; pratiquer le modérantisme. Ceux qui opéreront cette révolution s'empresseront d'arrêter l'effusion du sang, et plusieurs dont les mains en seront encore teintes, seront les apôtres du modérantisme, après avoir été les conseillers et les agens du terrorisme (Sénac de Meilhan, Émigré, 1797, p.1689).Marat, bonhomme (...) Saint-Just, bonhomme (...) Danton aussi, bonhomme (...). Mais, sur la fin, il s'était gâté, il était tombé dans le modérantisme (A. Daudet, Trente ans Paris, 1888, p. 170).Dès 1792, l'affreuse accusation de «modérantisme» désigne d'avance à la mort André Chenier qui n'accepte pas que le glaive de la loi frappe au hasard (Mauriac, Bâillon dén., 1945, p.419).
Prononc. et Orth.: [mɔdeʀ ɑ ̃tism̭]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1792 (M.-J. Chénier, 19 juin ds Moniteur, t.12, p.695b ds Ranft, p.148). Dér. de modéré*; suff. -isme* (-antisme prob. d'apr. des mots comme tolérantisme*, intolérantisme*, etc.). Fréq. abs. littér.: 13.
DÉR.
Modérantiste, adj. et subst.,hist.(sous la Révolution française). a) Subst., gén. masc. Partisan du modérantisme. Les têtes ondulaient, épouvantées et terribles. Montagnards, girondins, feuillants, modérantistes, terroristes, jacobins, cordeliers (Hugo, Quatre-vingt-treize, 1874, p.187).Les modérantistes, aidant Robespierre à combattre les sans-culottes, espéraient le gagner à leurs vues pour désarticuler le Comité (Lefebvre, Révol. fr., 1963, p.380).b) Adj. Des modérés. Opinion, tendance, politique modérantiste. Simultanément, une manoeuvre modérantiste se dessina: le troisième numéro du Vieux Cordelier s'en prit, le 25 frimaire (15 décembre), à la loi des suspects (Lefebvre, Révol. fr., 1963, p.384). [mɔdeʀ ɑ ̃tist]. 1resattest.1792 subst.(Gohier, Législ., 16 sept., Arch. Parl., 1resér., t.L, p.45, col. 1 ds Brunot t.9, p.831, note 7), 1850 adj. (P.-J. Proudhon, Corresp., t.3, p.266 ds Fonds Barbier: tartuferie modérantiste); de modérantisme par substitution de suff. (-iste*).
BBG.Dub. Pol. 1962, pp.344-345. _ Quem. DDL t.11.

Wiktionnaire

Nom commun - français

modérantisme \mɔ.de.ʁɑ̃.tism\ masculin

  1. (Politique) État d’esprit, tendance de ceux qui sont d’opinion modérée et qui s’opposent aux partis extrêmes.
    • On se mouche comme à l’église avant que le sermon commence, et les durs-à-cuire, ceux qui ont pour opinion « qu’il faut que ce soit comme 93 », écoutent religieusement, tout en regardant de travers les voisins suspects de modérantisme. — (Jules Vallès, L’Insurgé, G. Charpentier, 1908)
    • Mes collègues furent moins sensibles à mon argumentation. Aux uns la solution que je proposais parut un peu bien radicale. Les autres la trouvèrent entachée de modérantisme. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • Dans le numéro IV, Desmoulins souleva plus largement le voile et réclama l’institution d'un Comité de clémence qui lui « paraît une idée grande et digne du peuple français ». À la suite de l'exposé qu'il fit ainsi sur la modérantisme, le club des Cordeliers exclut Camille de son sein. — (Fernand Mitton, La presse française sous la Révolution, le Consulat, l’Empire, Paris : chez Guy Le Prat, 1945, page 159)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MODÉRANTISME. n. m.
État d'esprit, tendance de ceux qui sont d'opinion modérée et qui s'opposent aux partis extrêmes. Il ne s'emploie qu'avec une intention de dénigrement.

Littré (1872-1877)

MODÉRANTISME (mo-dé-ran-ti-sm') s. m.
  • S'est dit, pendant la Révolution française et plus tard, de l'opinion de ceux qui sont modérés, qui combattent les opinions extrêmes, ardentes. Depuis trop longtemps, le Patriote douaisien [un journal d'opposition] était embourbé dans les eaux basses du modérantisme, Ch. de Bernard, Un homme sérieux, § V.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « modérantisme »

Modérant, de modérer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de modérant, avec le suffixe -isme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « modérantisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
modérantisme mɔderɑ̃tism

Citations contenant le mot « modérantisme »

  • Néanmoins, cette dernière est parvenue à obtenir une autre récompense. En effet, la boulangerie des Canuts vient de gagner le prix du meilleur croissant au beurre 2019. Comme ça, pas de débat : pain au chocolat / chocolatine, encore une belle preuve du modérantisme lyonnais, même si le problème aurait pu être réglé à base de brioche praline ! Lyon Capitale, La meilleure baguette de pain de Lyon enfin connue, le croissant aussi
  • Comme tous les paranoïaques prompts à dégainer des procès pour un oui ou pour un non, Robespierre était hyperlégaliste et forcément, en partie par déformation professionnelle, procédurier. Il l’est resté même après avoir cessé d’exercer son métier d’avocat ou de juge et être devenu élu du peuple. Utopiste, convaincu de sa mission de sauver le monde, ou du moins la France grâce à ses idées de justice, d’égalité, de fraternité, quitte à les imposer par la force, il a assez bien résumé le manichéisme de sa pensée à travers cette phrase sibylline : « Le gouvernement révolutionnaire doit voguer entre deux écueils, la faiblesse et la témérité, le modérantisme et l’excès ; le modérantisme qui est à la modération ce que l’impuissance est à la chasteté ; et l’excès qui ressemble à l’énergie comme l’hydropisie à la santé. » Pour dire les choses autrement, le monde est binaire, blanc ou noir, bon ou méchant, révolutionnaire ou contre-révolutionnaire… malheur à ceux qui ne sont pas du côté du bien, mais du côté obscur de la force, l’axe du mal. Pour eux, la mort est au bout du chemin. Atlantico.fr, Robespierre était-il paranoïaque ? | Atlantico.fr
  • Elle a rencontré le Général en 1957 pour plaider la paix et elle soutient son arrivée au pouvoir. Mais De Gaulle veut négocier en position de force : la guerre redouble de violence et il faudra encore quatre ans de combats sans merci pour arriver à un cessez-le-feu. Germaine Tillion se rend compte qu’elle prêche en vain. Elle rejoint en 1960 le groupe Vérité-Liberté qui dénonce la torture et la répression, en compagnie de Pierre Vidal-Naquet, et malgré l’hostilité déclarée de Jacques Vergès que son modérantisme insupporte. Les accords d’Evian consacrent la séparation brutale qu’elle redoutait, l’exode massif des pieds-noirs et la mise en place d’un régime autoritaire en Algérie. Libération.fr, Germaine Tillion, dame droiture - Libération
  • Ce sont tous ses principes qui dictent notre conduite au FFS pour accompagner le peuple dans sa révolution. Il me plait de vous citer ces quelques lignes du père de la Révolution française, Maximilien de Robespierre, « la force peut renverser un trône ; la sagesse seule peut fonder une république. Démêlez les pièges continuels de nos ennemis ; soyez révolutionnaires et politiques ; soyez terribles aux méchants et secourables aux malheureux ; fuyez à la fois le cruel modérantisme et l’exagération systématique des faux patriotes : soyez digne du peuple que vous représentez ; le peuple hait tous les excès ; il ne veut ni être trompé ni être protégé, il veut qu’on le défende en l’honorant. » DzVID, Hakim Belahcel (FFS) : "Soyons radicaux mais pacifiques !"
  • Reconnaissons volontiers à l’Auteur sa constance et louons le pour avoir retourné le projecteur puisqu’il analyse la présidence actuelle comme la manifestation de ce mal national, dont tous ne mouraient pas, même si tous étaient frappés : le gouvernement au nom d’un centrisme modéré autoritaire et intransigeant, ici appelé « extrême centre ». Le discours d’E. Macron après l’attentat de Nice, le 15 juillet 2017, illustre d’emblée le propos : la République française s’identifierait à un centre autoritaire, proclamé indispensable face aux menaces qui guettent le pays, venant des extrêmes - gauche et droite. Cette centralité absolue nous viendrait de l’histoire de la monarchie et surtout de la Révolution. Quand les circonstances sont dramatiques, des hommes (notons qu’ici les femmes sont invisibles) s’accordent pour accaparer le pouvoir central, tournant et retournant leurs vestes sans vergogne pour pouvoir piocher dans tous les répertoires politiques et s’opposer à toute tentative contestatrice. Ils instaurent ainsi une modération au centre qui n’hésite pas à limiter les libertés, à museler les critiques et à garantir la pérennité des puissants. Ainsi girouettisme plus modérantisme s’allient-ils pour suspendre la démocratie et instaurer une aristocratie d’Etat. Tel est le poison. Club de Mediapart, Macron et la centralité autoritaire, ou Jupiter entre Robespierre et Napoléon? | Le Club de Mediapart
  • C’est en août 1792 qu’apparaît l’idée d’une « intention fédéraliste » des députés « brissotins ». Adjectif péjoratif qui désignait Brissot depuis l’élection à la Législative de 1791 comme un homme corrompu, à l’image d’une Assemblée soupçonnée par les éléments les plus radicaux du mouvement populaire parisien d’être un bastion du modérantisme (feuillantisme). Club de Mediapart, Le mythe du fédéralisme girondin | Le Club de Mediapart

Traductions du mot « modérantisme »

Langue Traduction
Anglais moderatingism
Espagnol moderacionismo
Italien moderatingism
Allemand moderationismus
Chinois 适度主义
Arabe الاعتدال
Portugais moderação
Russe moderatingism
Japonais モデレーション主義
Basque moderatingism
Corse moderatismu
Source : Google Translate API

Antonymes de « modérantisme »

Modérantisme

Retour au sommaire ➦

Partager