La langue française

Miséréré

Sommaire

  • Définitions du mot miséréré
  • Étymologie de « miséréré »
  • Phonétique de « miséréré »
  • Images d'illustration du mot « miséréré »
  • Traductions du mot « miséréré »

Définitions du mot « miséréré »

Trésor de la Langue Française informatisé

MISERERE, MISÉRÉRÉ, subst. masc.

A. −
1. LITURG. CATH. Psaume cinquantième qui commence dans la traduction latine de la Vulgate par Miserere mei, Deus, et p. méton., musique qui accompagne le psaume. Dire un/des miserere. Le miserere, c'est-à-dire ayez pitié de nous, est un psaume composé de versets qui se chantent alternativement d'une manière très-différente (Staël,Corinne, t.2, 1807, p.144).C'est le vendredi que vous vous fustigez, en récitant le miserere, avec la discipline? (Huysmans,Oblat, t.1, 1903, p.220).
Loc. fig. [P. allus. au premier et au dernier mot du miserere] De miserere à vitulos. D'un bout à l'autre. Le seigneur l'écouta bouche bée, de miserere à vitulos sans bouger seulement la prunelle de l'œil (E. Pérochon,Milon, Paris, Plon, 1936, p.32 ds R. Ling. rom. t.42, 1978, p.110).
2. Temps très court (correspondant à la durée d'un miserere). Ils [les moissonneurs] se jettent à terre au soleil même, dorment un miserere et se relèvent aussitôt (Mauriac,Vie Racine, 1928, p.42).
B. − MÉD., vx. Coliques de miserere, p. ell., miserere. (Douleurs provoquées par) l'occlusion intestinale. Synon. iléus.Il est mort d'un miséréré (Ac.1798-1878).Si je reste comme ça, sur le ventre, je vais attraper le miserere (Giono,Regain, 1930, p.123).
Prononc. et Orth.: [mizeʀeʀe]. Ac. 1694 et 1718: misereré; 1740-1878: miséréré; 1935: miserere; Littré, DG: miséréré; Rob.: miserere ou miséréré; Lar. Lang. fr.: miserere: ,,l'orthographe avec accent, miséréré, est fréquente``. Au plur. des miserere, des misérérés. Étymol. et Hist. 1. a) Début xiies. miserere subst. fém. «psaume cinquantième» (St Brendan, éd. E. G. R. Waters, 709); b) av. 1550 miserere subst. masc. «id.» (P. Doré, L'adresse de l'esgaré pecheur, 2a ds Fr. mod. t.6, p.64); 1840 «chant composé sur les paroles du psaume miséréré» (Ac. Compl. 1842); c) 1546 avoir du Miserere jusques à Vitulos «être bien étrillé, bien battu» (Rabelais, Tiers Livre, éd. M. A. Screech, XXIII, 79); d) 1662 «espace de temps qu'il faut pour dire un miséréré» (Racine, Lettre du 13 juin ds Œuvres, éd. P. Mesnard, t.6, p.479); 2.1538 miserere mei «colique violente, dangereuse, due à l'occlusion intestinale» (Est., s.v. ileos); 1546 miserere (Ch. Estienne, Dissection des parties du corps, p.183); 1687 colique de miserere (Racine, Lettre du 8 août ds Œuvres, éd. citée, p.574). Mot lat. signifiant «aie pitié», 2epers. du sing. de l'impér. prés. de misereri «avoir compassion, pitié de», qui commence le psaume cinquantième, miserere mei, Deus «aie pitié de moi, mon Dieu». 1 c p. allus. aux moines qui se donnent la discipline en disant le psaume miserere dont le dernier mot est vitulos; cf. au sens de «litanie», l'a. fr. miserele (xiies. ds Gdf. et T.-L.). Fréq. abs. littér.: 86.

Wiktionnaire

Nom commun

miséréré \mi.ze.ʁe.ʁe\ masculin (orthographe rectifiée de 1990)

  1. Variante orthographique de miserere. (orthographe traditionnelle)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MISERERE. (On prononce MISÉRÉRÉ.) n. m.
T. de Liturgie catholique. Le psaume cinquantième, qui commence en latin par ces mots : Miserere mei, Deus (Ayez pitié de moi, mon Dieu.) Dire un miserere. Des miserere. Il se disait aussi, vulgairement, d'une Sorte de colique très violente et très dangereuse. Une colique de miserere. Mourir en peu de temps d'une colique de miserere.

Littré (1872-1877)

MISÉRÉRÉ (mi-zé-ré-ré) s. m.
  • 1 Terme de liturgie. Le psaume cinquante-unième, qui commence en latin par ces mots, miserere mei, Deus [ayez pitié de moi, Dieu]. Je vous remercie du psaume ; mais pourquoi m'envoyer, en l'état où je suis, des choses si tristes ? quelle meilleure paraphrase peut-on voir du miséréré, que moi-même ? Voiture, Lett. 30. Le miséréré est un psaume composé de versets qui se chantent alternativement d'une manière très différente, Staël, Corinne, X, 4.

    Fig. Il en a eu depuis miséréré jusqu'à vitulos, il a été bien étrillé, il a fait quelque grosse perte, par allusion aux moines qui se donnent la discipline en disant le psaume miséréré dont le dernier mot est vitulos.

    Terme de musique. Chant composé sur les paroles du psaume miséréré. Le miséréré de Verdi dans l'opéra du Trouvère.

  • 2 Par extension, le temps de dire un miséréré. … Enfin la porte s'ouvre ; Mais ce ne fut d'un bon miséréré, La Fontaine, Erm. Je demeurai deux bons misérérés sans parler, ni elle [la duchesse d'Orléans], Saint-Simon, 272, 180.
  • 3Sorte de colique très dangereuse et très douloureuse, que les médecins nomment iléus.

    Au plur. Des misérérés.

HISTORIQUE

XIIIe s. Lors commence sa kyriele, Sa credo et sa miserele, Pater noster, sa letanie, Ren. 264.

XVe s. Or vous suppli, très humbles columbelles, Qu'après ma mort ayez de moi merci ; Dites pour moy pseaumes et miserelles, Deschamps, Poés. mss. f° 365.

XVIe s. Telle maladie [hernie étranglée] est nommée communement miserere mei, Paré, VI, 15.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « miséréré »

Lat. miserere, aie pitié, de miser, misérable.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « miséréré »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
miséréré miserere

Images d'illustration du mot « miséréré »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « miséréré »

Langue Traduction
Anglais miserable
Espagnol miserable
Italien miserabile
Allemand elend
Chinois
Arabe تعيس
Portugais miserável
Russe несчастный
Japonais 惨め
Basque miserable
Corse miserabile
Source : Google Translate API
Partager