La langue française

Miché

Sommaire

  • Définitions du mot miché
  • Étymologie de « miché »
  • Phonétique de « miché »
  • Images d'illustration du mot « miché »
  • Traductions du mot « miché »

Définitions du mot « miché »

Trésor de la Langue Française informatisé

MICHE, subst. fém.

A.−
1. Pain rond plus ou moins gros. Il lui fallait six cervelas, découpés dans un grand saladier de haricots verts à l'huile, une petite miche de trois livres et deux pots de bière pour son déjeuner (Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t. 1, 1870, p. 184).Le four était à l'angle du jardin; chaque semaine on y cuisait le pain, dix grosses miches de six livres (Ramuz, A. Pache,1911, p. 54).
2. Tranche épaisse de pain. Ce disant, Ginginet se tailla une large miche de pain et avala, coup sur coup, plusieurs verres (Huysmans, Marthe,1876, p. 41):
Je n'ai pas été dupe un seul instant de son empressement, de ses assiduités. Je me suis dit tout de suite : voici un gaillard qui sait de quel côté la miche est beurrée. Sandeau, Sacs,1851, p. 28.
B.− P. anal., au plur., pop. Fesses. Quant' j'ai quat' jours de chameau dans les miches, moi, les poules, je les laisse tomber (Lenormand, Simoun,1921, 13etabl., 1921, p. 145).Elle dandinait des miches autour. Elle me faisait la séduction. C'était évident (Céline, Mort à crédit,1936, p. 211).
Avoir les miches à zéro. ,,Avoir peur`` (Esn. 1966).
REM. 1.
Michette, subst. fém.Petite miche. Tiens, voici du pain, citoyen! Une des femmes tendit une michette au marinier (Morand, P. de Saligny,1947, p. 205).En compos. Je taillai un morceau de gruyère dans le quarteron. Je pris une demi-michette dans la corbeille à pain et je laissai sur la table un billet (Giono, Eau vive,1943, p. 60).
2.
Michon, subst. masc.a) Tranche épaisse de pain. Le grand pain posé sur le dessus du piano passait et chacun s'y coupait un michon (Goncourt, Man, Salomon,1867, p. 239).b) Arg., vx. Argent. V. marpaut ex. de Nerval.
3.
Michotte, subst. fém.Petite miche. On lui donnait, tous les dimanches, vingt-huit petits pains dits michottes (Huysmans, Oblat,t. 2, 1903, p. 137).
Prononc. et Orth. : [miʃ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. 1172-90 « petit pain blanc » (Chrétien de Troyes, Perceval, éd. W. Roach, 1910); 2. 1690 (Fur. : Petit pain de grosseur suffisante pour nourrir un homme à un repas); 3. p. ext. 1835 « pain rond d'un poids plus considérable » (Ac.). II. Subst. fém. plur. arg. 1875 « les fesses » (Voyou d'apr. Esn.). Du lat. pop. *mica, forme renforcée (cf. tricher) de mica « parcelle, miette » (v. mie). Fréq. abs. littér. : 105. Bbg. Chautard Vie étrange Arg. 1931, p. 383. − Hasselrot 1957, p. 195 (s.v. michette).Lebel (P.). Notes étymol. Fr. mod. 1946, t. 14, pp. 120-122.

MICHÉ, subst. masc. et adj.

I.− Arg., subst. masc. Client d'une fille publique. Il me semblait, parfois, que nous étions en maison et que nous attendions le miché (Mirbeau, Journal femme ch.,1900, p. 291):
1. Le soir, au Petit Luxembourg, les vieilles pauvres catins qui traînent sur les bancs, cherchant l'ombre pour leurs rides mal fardées et de pauvres michés pas difficiles. Léautaud, Journal littér.,1, 1903, p. 75.
P. ext. Homme qui entretient une femme. On le reverra, Jadin : c'est une excursion, pas plus. C'est une fille qui a son genre de vie, elle saura jamais garder un miché (Colette, Vagab.,1910, p. 22):
2. Il y a longtemps que je la guettais, la Carlotta. Oh! c'était une petite filature qu'on m'avait demandée. Un vieux client, avec qui j'ai eu à faire dans une histoire de drogues, il y a quelques années. Un homme de bourse. Il est en affaires avec le miché de la donzelle... Aragon, Beaux quart.,1936, p. 453.
II.− Pop., subst. masc et adj. Sot, dupe. Synon. pop. cocu.C'est parce que nous, au P.C.I., nous avons compris le marxisme que les Staliniens nous en veulent tant... − Vous autres, vous êtes doublement michés. Vous comprenez le jeu et vous ne le jouez pas (Abellio, Pacifiques,1946, p. 264).
REM. 1.
Michet, subst. masc.,arg., synon. (supra I).[Cette chanteuse de café-concert] mime le grand art de lever le michet (Montorgueil, Café-concert,1896, p. 31).Moi qui leur vendais tous les soirs, soit pieds, soit andouillettes et autres boustifailles qu'elles se faisaient payer par leurs michets de la nuit, je ne vends presque plus rien (Mat.Louis-Philippe1951, p. 185).
2.
Micheton, subst. masc.,arg. Homme facile à duper; sot, dupe. « ... Et toi, l'argent, allez donc, par la fenêtre! Hier soir dix francs, ce soir plus le sou. Non, mais tu ne m'as pas regardé. Pour qui tu me prends? Pour un micheton? » Armand ignorait ce que c'était qu'un micheton, mais le sens général du discours ne lui échappait pas (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 371).[La femme galante :] J' peux pas m' plaindre. L'un dans l'autre, mes michetons m' sont fidèles (Le Breton, Rififi,1953, p. 128).Comme ça devenait voyant dans la maison [que la secrétaire de la direction était devenue la maîtresse du directeur], le micheton avait plus que la ressource de la virer, munie d'une indemnité comac (Simonin, Touchez pas au grisbi,1953, p. 102).
Prononc. : [miʃe]. Étymol. et Hist. 1. 1739-47 « sot qui se laisse duper » (Caylus, Le Porteur d'eau ds Les Œuvres badines, X, p. 551 ds Michel : il faut cependant trouver quelque miché qui prenne la moitié de st' enfant); 2. 1764 « amant qui paie les faveurs d'une fille » (Mérard de Saint-Just ds Larch. 1861). Forme pop. de Michel avec amuïssement de la consonne finale; on rencontre aussi les formes michaut « nigaud » (ca 1510 Les Secretz et loix de mariage ds Anciennes poésies frces, III, 169) et michon « sot » (1611, Cotgr.). Fréq. abs. littér. : 18. Bbg. Quem. DDL t. 19, 23. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 116, 293.

Wiktionnaire

Nom commun

miché \mi.ʃe\ masculin

  1. (Argot) Client d’une prostituée.
    • Un foutu métier, éreintant, contraignant les femmes à se coller avec d’ignobles michés. — (Paul Adam, Chair molle, 1885)
    • À nous voir ainsi affalées sur les banquettes, veules, le corps tassé, les jambes écartées, songeuses, stupides ou bavardes… à entendre les successifs appels de la patronne : « Mademoiselle Victoire !… Mademoiselle Irène !… Mademoiselle Zulma !… » il me semblait, parfois, que nous étions en maison et que nous attendions le miché. — (Octave Mirbeau, Le Journal d’une femme de chambre, 1900. p. 351.)
    • À son arrivée, le « miché », c'est-à-dire le client, est introduit dans le salon principal de la maison ; il trouve les pensionnaires sur deux files, en un rang qui leur est assigné. — (Alain Corbin, Les filles de noce, 1978)
  2. Godemiché.
  3. Idiot, naïf qu'on peut duper.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MICHE. n. f.
Pain d'une grosseur moyenne, pesant au moins une livre. Il se dit, par extension, des Pains ronds d'un poids plus considérable.

Littré (1872-1877)

MICHÉ (mi-ché) s. m.
  • Terme populaire. Sot, dupe.

    Terme grossier. Homme qui fait sa société des filles de joie, qui a une fille de joie pour maîtresse.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « miché »

Michel, pris comme Jeannot et autres, en une acception générale.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « miché »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
miché miʃe

Images d'illustration du mot « miché »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « miché »

Langue Traduction
Anglais miché
Espagnol miché
Italien miche
Allemand miché
Chinois 米歇
Arabe ميتشي
Portugais miché
Russe miche
Japonais ミシェ
Basque miche
Corse miché
Source : Google Translate API
Partager