Mégissier : définition de mégissier


Mégissier : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MÉGISSIER, subst. masc.

Ouvrier qui transforme les peaux en cuir fin et souple par tannage, pour la ganterie et la chaussure. Toutes les façons d'une paire de bottes ne sont pas données par le bottier seulement, mais aussi par le nourrisseur de bestiaux, par le mégissier, par le corroyeur, par tous ceux qui fournissent de près ou de loin quelque matière ou quelque outil propres à la fabrication des bottes (Say,Écon. pol.,1832, p. 99).
Rem. L'emploi au fém. est rare.
Prononc. et Orth.: [meʒisje]. Att. ds Ac. dep. 1694; un fém. en 1935: mégissière. Étymol. et Hist. Ca 1205-15 megucier (Le Credo a l'userier, 190 ds Parodies de thèmes pieux dans la poesie françoise du Moyen-Age, éd. E. Ilvonen, p. 100); 1260 megissier (Etienne Boileau, Livre des Métiers, 2epart., VIII, 7, éd. R. de Lespinasse et F. Bonnardot, p. 254). Dér. de mégis*; suff. -ier*.

Mégissier : définition du Wiktionnaire

Nom commun

mégissier \me.ʒi.sje\ masculin (pour une femme on dit : mégissière)

  1. (Vieilli) Celui, celle qui apprête les peaux principalement d'ovins et de caprins à l’exclusion des grosses peaux de bovins dont s'occupent les tanneurs.
    • Les cinq métiers de la bonne ville de Paris sont les tanneurs, les mégissiers, les baudroyeurs, les boursiers et les sueurs. — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
    • Il faut mentionner cependant que toutes ces espèces de laines sont souvent confondues sous le nom collectif de laines de tanneur, parce que toutes elles sont également livrées au commerce par les chamoiseurs et les mégissiers. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Mégissier : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MÉGISSIER, IÈRE. n.
Celui, celle qui apprête les peaux de mouton, de veau, etc., pour la ganterie ou pour la fourrure.

Mégissier : définition du Littré (1872-1877)

MÉGISSIER (mé-ji-sié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des mé-ji-sié-z habiles) s. m.
  • Artisan dont le métier est de blanchir les peaux, c'est-à-dire d'en ôter les poils.

HISTORIQUE

XIIIe s. Baudroier, boursier, meguisier, Liv. des mét. 298. Couraiers, mesgeyiers, Courez tost comme gaillart Prendre vo part de Renart, Queue de renart.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Mégissier : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

MÉGISSIER, s. m. (Art méchan.) celui qui prépare les peaux de moutons, d’agneaux, de chevres, lorsqu’elles sont délicates & fines. Voyez Gant, Peau, &c.

Ce sont aussi les Mégissiers qui préparent les peaux dont on veut conserver le poil ou la laine, soit pour être employés à faire de grosses fourrures, ou pour d’autres usages. Ils apprêtent aussi quelques cuirs propres aux Bourreliers, & font le négoce des laines.

Ce sont encore les Mégissiers qui donnent les premieres préparations au parchemin & au vélin avant qu’ils passent entre les mains du parcheminier.

La communauté des Mégissiers de la ville de Paris, est assez considérable : ses anciens statuts sont de l’année 1407, & ont été depuis confirmés & augmentés par François I. en 1517, & encore par Henri IV. au mois de Décembre 1594.

Suivant ces statuts, un maître ne peut avoir qu’un apprentif à la fois, & les aspirans ne peuvent être reçûs maîtres qu’après six ans d’apprentissage, & après avoir fait un chef-d’œuvre, qui consiste à passer un cent de peaux de mouton en blanc.

Les fils de maîtres sont dispensés de faire l’apprentissage ; mais on ne les dispense pas du chef-d’œuvre.

La communauté des maîtres Mégissiers est régie par trois maîtres jurés ; on en élit deux tous les ans dans une assemblée générale des maîtres, & le prevôt de Paris reçoit leur serment.

Les autres articles des statuts contiennent des reglemens au sujet du commerce des laines, que les Mégissiers ont droit de faire. Dictionn. de Commerce.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mégissier »

Étymologie de mégissier - Wiktionnaire

De mégis avec le suffixe -ier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de mégissier - Littré

Voy. MÉGIS ; pic. méguichier ; anc. fr. mesguerchier, mesveicher, mesguichier, dans DU CANGE, mesgicerius.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « mégissier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mégissier meʒisie play_arrow

Citations contenant le mot « mégissier »

  • En 86, le Sporting de Guy Laporte, accédait pour la quatrième et dernière fois au dernier carré et se faisait sortir par le Stade Toulousain. Trente ans en haut des classements, des matchs à forte affluence, avec un public qui s'identifiait à son équipe en partageant son esprit rebelle. Des décennies qui auront révélé des joueurs de talent, chacun dans sa génération; des Pauthe, Rouzières, Planès, Vidal, Larrue, Cussac, Saby, Lamazouade, Gasc, Sanz, Revallier pour ne citer que les plus connus, et des dirigeants hors-pairs, comme l'incontournable Marcel Batigne, les serviteurs du club, André Papaïs, André Roumégoux ou Roger Bousquet. «On va gagner! On gagnera!» martelait le patron mégissier à l'adresse de son quinze, avant les rencontres. Force est de constater que le rugby produit sur les bords du Dadou n'était pas aussi spectaculaire que celui de Mont de Marsan, de Bayonne ou de Loudres souvent cités en exemple. De grandes chandelles dans le ciel tarnais, quinze guerriers, un buteur, un public qui poussait fort, et le Sporting avait raison de l'ambition des plus belles phalanges. «C'est toute la ville qui était derrière son club» assurait il y a peu un Guy Pauthe, talentueux demi-de-mêlée. Reverra-t-on un jour Toulon, Montferrand, Racing, La Rochelle, Castres ou Toulouse au stade Noël Pélissou? Il y a malheureusement longtemps que les Graulhétois ne se bercent plus d'illusions. ladepeche.fr, Quand personne ne venait gagner chez les Graulhétois - ladepeche.fr
  • A l'âge ou nos séniors «en profitent», voyagent, regardent la télé ou se reposent, Geneviève Ribes se remet sans cesse au service des autres. A 87 ans passés, elle vient de reprendre la présidence de l'association Vivre Ensemble Chez Nous, qui anime les trois Ehpad de la ville, organise kermesses, ateliers, sorties, animations au bénéfice des résidents, parfois plus jeunes qu'elle et dont l'attention est souvent difficile à capter. «Les statuts ne permettaient pas à l'ancienne présidente de se représenter et il n'y avait pas de candidats. Le vice-président m'a assurée de son soutien, alors, j'ai accepté. En sachant que quand j'accepte un poste c'est pour m'y investir sans compter» assure Geneviève Ribes. Déjà présidente des Joyeux Pinsons, qui aide les poly-handicapés, depuis 83, de Tourisme et Culture qui organise la Basane d'Or et le Salon de Printemps, du Conseil de la vie sociale, de la Far qui organise de multiples expositions et vice-présidente de l'Eveil Artistique, elle profite des minces plages de libre, pour animer à titre personnel, des cours de peinture. Dans le passé, elle aura été, en 1968, la première présidente des parents d'élèves de toutes les écoles, et de la Croix Rouge à partir de 84. «C'est de famille. Mon grand-père avait créé un club de judo dans un hospice à Auxerre. Mes parents étaient bénévoles de la première heure. C'est dans mon caractère de rendre service, de m'investir pour les autres. C'est dans les gènes!»avance -t'elle avec humilité et émotion dans la voix. Avec deux agendas, un carnet et un numérique, cette épouse de mégissier -décédé il y a peu-, répond aux sollicitations, et elles sont nombreuses. «On me met souvent dans des situations telles que je ne peux pas refuser de répondre non!» Elle est comme ça Geneviève Ribes. «Et je ne m'imagines pas autrement!». A l'heure ou les association ont tant de mal à trouver des bénévoles pour les faire fonctionner, Genevière Ribes reste un exemple pour les générations. «Et ceux qui sont à la retraite sont souvent les plus réticents à s'investir». Oui, on sait bien; ils «en profitent»! ladepeche.fr, Graulhet. Geneviève Ribes fringante présidente d'association - ladepeche.fr
  • Antoine, ouvrier mégissier au chômage, et Ginette, fermière, proches de la soixantaine, sont délaissés par leurs conjoints respectifs. Leur rencontre est vraiment le fruit du hasard : une panne de voiture, et la suite pleine de péripéties est facile à imaginer. Mais l'intérêt du livre ne réside pas seulement dans l'intrigue. Il est écrit dans un registre très populaire. C'est à travers des dialogues que petit à petit, le caractère des personnages se découvre, ce qui en fait un roman très vivant et rend l'ouvrage attrayant. Il existe des peintres dits naïfs, peut-être y - a-t-il des auteurs qu'on pourrait également qualifier de naïfs qui écrivent dans une langue orale, et s'affranchissent des règles strictes du français écrit, mais cela ne gêne en rien la compréhension du récit ? ladepeche.fr, Vayrac. Un premier roman pour Jean-Claude Cluzan - ladepeche.fr
  • «Ecoeuré!» c'est l'impression qui revient 61 ans après dans les souvenir de Marcel Roques. Il a, juste après la demi-finale de 57 perdue face au Racing, à la «moyenne d'âge», mis un terme, à 23 ans, à une carrière que chacun annonçait prometteuse. L'international juniors, dit encore sa frustration. «C'était contre les Parisiens, et les dés étaient pipés. Je me suis même accroché avec l'arbitre juste après le match». Pour l'ancien mégissier, qui finissait 30 mois d'armée, le rugby a pris ensuite un virage en intégrant l'argent dans les rapports. «Il n'y avait plus cette camaraderie, cette fraternité qui animait l'équipe au début des années 50. Celles-là même qui nous poussait à battre les grosses équipes, comme en novembre 53 quand nous avions gagné à Pau, 11 à 9. Ou à Toulon quand Vidal manque le drop, je récupère le ballon et je marque l'essai. René Azémar vient me voir et me dit,«maintenant, les Toulonnais vont vouloir notre peau. Mais t'en fais pas, on va pas se dégonfler!» C'était ça Graulhet.». ladepeche.fr, Graulhet. Marcel Roques a arrêté le rugby après la demi-finale de 57 - ladepeche.fr
  • Le mégissier a également été un militant actif du Parti socialiste dans le Millau gantier et mutualiste de l’après-guerre. midilibre.fr, Millau : les obsèques de Damien Mas seront célébrées ce lundi à Saint-François - midilibre.fr
  • Elle est composée de : Bruno De Boisseson, 68 ans, cadre dans une entreprise de VPC, Alyne Cardon, 71 ans, professeur d’anglais en retraite, Alain Fournier, 61 ans, mégissier en retraite, Christine Ransion, 47 ans, préparatrice en pharmacie, Olivier Pesquié, 32 ans, conseil en communication, Annie Judda, 60 ans, assistante sociale en retraite, René Andrieu, 50 ans, responsable d’atelier dans le BTP, Françoise Lacazedieu, 75 ans, podologue en retraite, Sylvain Bonleux, 68 ans Ingénieur aéronautique en retraite, Valérie Richer, 45 ans, gérante de chenil et d’élevage canin, Marcel Capus, 72 ans, fonctionnaire du Ministère de l’Intérieur en retraite, Aicha Ennifer, 44 ans, responsable de rayon textile, David Millet, 39 ans, employé de Tarn et Dadou, Aurélie Fonvieille, 27 ans, secrétaire en milieu hospitalier, Florian Millet, 27 ans, agriculteur, Dominique Vayssie, 58 ans, commerçante, Philippe Christophe, 47 ans, agent commercial VRP, Geneviève Vialaret, 66 ans, commerçante en retraite, Jacques Rives, 70 ans, employé de mairie en retraite, Sabine Birot, 43 ans, employée dans un centre de rééducation, Francis Leandro, 38 ans, contrôleur de gestion, Maria Salles, 70 ans, commerçante en retraite, Thierry Cabrol, 39 ans, conducteur de transport en commun, Antoinette Goncalves, 51 ans, agent d’entretien, Kevin Jean, 26 ans, maçon dans le BTP, Amparo Amo, 42 ans, mère au foyer, Christian Casagrande, 66 ans, maroquinier, Monique Roudières, 66 ans, fonctionnaire en retraite, Charles Corbeau, 68 ans, dirigeant d’entreprise en retraite, Marie Viguier, 63 ans, mère au foyer, Robert Juan, 73 ans, chef d’entreprise, Michelle Grenier, 66 ans, secrétaire de direction en retraite, Gilbert Combes, 70 ans, coiffeur. ladepeche.fr, Graulhet. Bruno De Boisseson présente sa liste - ladepeche.fr
  • Parmi les exemplaires les plus intéressants, une R5 turbo 1 de 1981 présente la particularité d'avoir été pilotée par le premier champion du monde de rallye français, l'Aveyronnais Didier Auriol, qui l'a utilisée pour reconnaître le parcours de plusieurs rallyes. Elle appartenait à un de ses sponsors, le mégissier millavois Lavabre Cadet, qui l'avait mise à disposition du pilote, millavois lui aussi. La machine de quelque 200 CV pour 950 kg, a ensuite connu une vie plus paisible sous une belle livrée bleu de France. Elle est estimée entre 85 000 et 90 000 €. Loin toutefois de la Ferrari Testarossa de 1986, estimée entre 150 000 € et 200 000 € avec sa belle robe rouge assortie aux «têtes rouges» du mélodieux V12 qui lui ont donné son nom. Les fans de la marque au cheval cabré pourront aussi se laisser séduire par une F355 jaune (la couleur initiale des voitures du commendatore) de 1995, estimée 62 000 €. Toujours côté sport, vous aurez aussi le choix entre une Porsche 911 Turbo de 1995 (90 000 €), une berlinette Hommel ou une curieuse VW 718 rsk de 1961, barquette imitant les premières Porsche 550 de compétition sur un chassis et moteur de Coccinelle. De quoi se croire au volant d'une voiture de course, fabriquée en Grande-Bretagne, mais sur route ouverte pour un tarif plus abordable (20 000 €). ladepeche.fr, Toulouse. Une R5 turbo de Didier Auriol aux enchères - ladepeche.fr
  • Avant de venir s’installer à Millau avec sa famille en 1759, Antoine Testoris (ancienne orthographe de Testory) a été fermier du Seigneur de Montalègre dont le château se dresse dans la vallée de la Sorgue. Son fils Pierre donne une nouvelle orientation à la famille Testory en devenant mégissier, mais c’est son petit-fils Paul-Louis qui va créer en 1820 la mégisserie Testory sur les bords du Tarn, quai Saint-Antoine. millavois.com, Les aventures du Millavois Louis Testory, aumônier militaire dans les armées de Napoléon III (2/4)
  • Alors, forcément, l’événement d’un Ressuscité paraît difficile à avaler pour un habitué des avatars, des profils, des objets 3D qui ne sont ni nés ni morts ni vivants. Mais pour un gars positif et manuel d’autrefois, un paysan, un meunier, un mégissier, c’était de l’invraisemblable, sans doute, et cependant à peine entendait-il : « Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit » (Jn 12, 24), ça devenait simple, c’était aussi vrai qu’avril, le renouveau de la verdure, l’or des moissons… ». Aleteia, L’homme médiatique vs l’homme médiéval face au mystère de la Résurrection
  • Mais le jeune Bernard Larroque portait en lui une idée encore plus exceptionnelle du livre, de son unicité dans la transmission du savoir. Fasciné par l'histoire de l'évolution du support de l'écrit, des hiéroglyphes aux rouleaux de papyrus, il a voulu solliciter l'ensemble d'une chaîne de savoirs artisanaux et artistiques pour signifier sans doute qu'il ne faut pas oublier que le support écrit est la plus belle des offrandes à notre intelligence. Ses incunables à lui sont entièrement enluminés et calligraphiés. Chaque page de calligraphie représente une à deux semaines de travail. Il a choisi, après bien des tâtonnements, un vélin à grains de 200 grammes qui offre la meilleure tenue aux couleurs et la meilleure résistance dans le temps. Le montage à la main nécessite l'intervention d'une chaîne d'artisans d'art : graveur, fabricant papier, mégissier pour la fleur de peau de chèvre de couverture, imprimeur pour un tirage long et coûteux. Neuf relieurs font le cousu main des in-quarto. Sculpteur et concepteur de vitraux travaillent au fermoir et enchâssent des émaux sur cuivre à champ levé. Parmi sa clientèle internationale, nul ne lui a rapporté l'existence d'homologues de par le monde. Une raison de plus de faire le détour par sa boutique, derrière la halle de Cordes-sur-Ciel, par curiosité ou pour un achat d'exception. ladepeche.fr, Cordes-sur-Ciel. L'art du livre selon Bernard Larroque - ladepeche.fr
  • À la pointe du progrès, Eurêka vient de se voir attribuer la certification Iso 9 001 version 2015. «Elle récompense notre système de management qualité. Les tanneurs, les mégissiers, les maisons de haute couture, l'artisanat d'art, le design, la maroquinerie bénéficient de cette garantie qui englobe la traçabilité comme le suivi de fabrication.» ladepeche.fr, Graulhet. Marché des cuirs de luxe : Eurêka investit et crée des emplois - ladepeche.fr
  • En quelques années, Franck Vidal a su conjuguer sa passion pour la vitesse et son savoir faire de mégissier. D'abord pilote moto, deux fois quatrième aux championnats de France Pro Twin, il a d'abord eu l'idée de fabriquer les cuirs dans la mégisserie familiale de la Bouscayrolle bâtie il y a 120 ans, et de faire confectionner les combinaisons de moto. « C'était compliqué car sur Graulhet, il n'y avait que le savoir faire en matière de vêtements de loisirs et de travail ». Fin des années 90, il a inversé les rôles et fait depuis travailler ses peaux à Millau pour les finir en mégisserie à Graulhet, et c'est lui, aidé d'une piqueuse qui réalise 300 combinaisons de grand prix pour des pilotes connus ou de simple motards, par an. « Chacun des 4 modèles adaptable aux couleurs, nécessite la coupe et le montage de 70 pièces de cuir. Le cuir est une matière plus solide à l'abrasion et à l'échauffement que les matières modernes » assure l'artisan qui est le seul dans l'hexagone a proposer ce genre d'équipement, les artisans ayant disparu les uns après les autres. ladepeche.fr, Graulhet. Franck Vidal, dernier fabricant français de cuir pour motards - ladepeche.fr
  • Il aurait bien aimé tatouer le contour de la peau de mouton, emblème d'un Graulhet mégissier. Depuis deux ans qu'il est installé au bout de l'avenue Victor Hugo, Erwan Queinnec, a quand même dessiné indélébilement quelques croix Occitanes sur la peau de quelques clients. «Une retraitée nostalgique a hésité puis s'est rétractée !» Qu'importe, car depuis qu'il habite ici, ce Breton de Normandie s'est fait une belle clientèle. Sous l'enseigne Zone 51, choisi pour sa passion d'ufologie, il dit avoir trouvé dans le Tarn, un coin inexploité. «J'ai été formé à Rouen, au départ pour le piercing. Puis je suis passé au tatouage en 2000, et j'ai exercé 5ans à Roue.» Ensuite, il s'est mis à son compte et a ouvert sa première boutique à Louviers. «A Graulhet, j'ai débuté en douceur, et là, j'atteins le rythme de croisière. Ma clientèle vient de tout le département» assure-t-il. Son bâton de maréchal aura été le tatouage d'un tableau de Jericho dans le dos d'un homme, et son «book» s'illustre de quelques corps en intégralité ou de petites pièces à des endroits insolites comme à l'intérieur de la bouche d'une cliente. «Piercing comme tatouage, sont question de technique et de possibilité. Pour le piercing, toutes les zones du corps sont exploitables mais chaque implantation est particulière. Pour le tatouage, tout est possible. Les clients viennent souvent avec une ébauche, à laquelle, ensemble, nous pouvons apporter des modifications. L'idée première me donne déjà une idée de ce qu'ils désirent». Erwan Queinnec, qui dispose de modèles par centaines, avoue peu quitter son atelier, sinon pour quelques rassemblements Harley-Davidson, ou le prochain salon gaillacois du tatouage. Il sera aussi présent au salon de la Bd début octobre. «J'y rencontre des gens qui hésitent à entrer dans la boutique, qui ont envie mais qui n'osent pas !» ladepeche.fr, Graulhet. Erwan le tatoueur s'est fait un nom - ladepeche.fr
  • L'homme était partagé entre sa 2CV de mégissier en semaine et sa DS Pallas de haut dirigeant du rugby le dimanche. Désormais ce sont des dizaines de bus toutes destinations qui démarrent et arrivent entre la stèle hommage, scellée il y a une quinzaine d'années, et le portail d'accès avenue Amiral-Jaurès, en haut duquel la municipalité a fait poser «espace Marcel-Batigne». Un linteau portant inscription, fabriqué par l'entreprise Mécaform, en même temps que celui de l'autre entrée du stade qui porte, elle, le nom de Noël-Pélissou. L'espace a donc été officiellement inauguré ce mercredi, en présence de la famille Batigne, du maire Claude Fita, de la conseillère départementale Florence Belou, des dirigeants du Sporting, l'ancien président Maurice Bardou et des présidents départementaux du rugby, Alain Rey en tête de délégation tarnaise. Et Paul Batigne a pu dire au nom des siens toute sa satisfaction. «Mon père, en étant un promoteur de ce sport et de la ville, défendait les vraies valeurs et disait souvent que les jeunes étaient mieux sur un terrain de rugby que dans la rue. Je vous félicite chaleureusement pour cette fidélité à la mémoire si précieuse et si rare aujourd'hui». En ouverture des discours, le président de l'Omnisports Jean-Luc Cathalau avait aussi salué l'initiative. «Cette gare routière va dans le sens de l'évolution de la cité. Nous aurons désormais cet espace qui grave un peu plus le nom de Marcel Batigne dans la mémoire des Graulhétois». Claude Fita a lui aussi rendu hommage à l'illustre dirigeant, tout en réaffirmant l'utilité de cette gare des bus. «C'est un lieu de vie , d'échange, de convivialité au cœur de la ville. Il a été réalisé en coopération avec le club dans l'optique de faire évoluer la ville et le choix de l'appeler espace Marcel-Batigne a été validé avec l'accord de la famille, de ce grand nom du rugby qui aimait particulièrement Graulhet». ladepeche.fr, Graulhet. Marcel Batigne, un double hommage validé par la famille - ladepeche.fr
  • Noël FRANGE, 89 ans, mégissier retraité, 265 boulevard Achille Souques, domicilié à Vézins-de-Lévézou (Aveyron) Laclau. millavois.com, Millau : Etat civil du mardi 30 octobre
  • Personnalité millavoise, mégissier et passionné de rugby, il vient de s'éteindre à l'âge de 86 ans. midilibre.fr, Millau : Eugène Tarrusson s’en est allé - midilibre.fr
  • Le ministre est allé´ à la rencontre des tanneurs et mégissiers français sur leur stand, saluant la qualité´ de la production et la diversité´ de la fabrication française, le «Made in France». Puis une réunion permettait d’aborder diverses problématiques de la filière : vaccination régionalisée du cheptel français contre la teigne bovine pour augmenter la production de peaux françaises de qualité´, la formation des jeunes, la taxe affectée, les importations de cuir hors Europe. Ce fut aussi l’occasion de découvrir les jeunes créateurs lauréats de l’association Au-Delà` du cuir et la galerie des tendances. ladepeche.fr, Mazamet. Le cuir tarnais bien en vue au 25e Salon à Paris - ladepeche.fr
  • C’est une partie de l’histoire que Millau qui s’est éteinte. Ancien maire de la ville, de 1983 à 1995, Gérard Deruy est décédé dans la nuit de dimanche à lundi, à l’âge de 87 ans. Homme politique d’envergure, ce Millavois pure souche aura marqué la ville. Né dans les années 1930, il a grandi dans la rue du Petit-Montmartre, dans un quartier du Crès qui ne ressemblait en rien à celui qu’il est devenu aujourd’hui. À l’époque, de nombreuses vignes occupaient les hauteurs de la ville. Fils de mégissier et d’une mère au foyer, il a fait sa scolarité à l’école Eugène-Selles, puis au collège du Sacré-Cœur. Pas vraiment fait pour les études, il a quitté l’école à 17 ans, en seconde pour devenir manœuvre dans la ganterie familiale où il a gravit les marches une à une. midilibre.fr, Millau : Gérard Deruy, le patron de gauche devenu maire - midilibre.fr
  • Il y a 28 ans, Claude Trantoul, pour profiter de sa retraite de mégissier, a élu résidence boulevard de la Casse. Or, depuis un an, et l'installation d'un atelier de menuiserie, dans des locaux qui ont servi à diverses activités artisanales auparavant, l'octogénaire se dit dérangé. « L'odeur et le bruit sont insupportables, les poussières me donnent du mal à respirer quand le vent disperse les particules des rejets de machines. Même le linge devient jaune sur son étendoir. » Il faut dire que la maison de Claude Trantoul, comme son potager ne sont distants que de quelques mètres de l'atelier. Pour étayer ses dires, il sort des certificats médiaux et un constat d' huissier effectué au tout début de l'activité de l'entreprise et qui confirme ses dires. ladepeche.fr, Graulhet. Le retraité ne supporte plus le menuisier - ladepeche.fr
  • En Occitanie, la nouvelle Instance régionale de la protection sociale des travailleurs indépendants (IRPSTI) a été mise en place le 22 janvier à Montpellier. Philippe Barthès vient d'en être élu le président, à l'unanimité. Graulhétois de toujours, fortement impliqué dans la vie locale en particulier associative – il est président du judo graulhétois depuis plus de vingt ans – et mégissier de métier il se plaît à rappeler que son entreprise familiale a décroché le premier prix d'exportation de Chicago en 1896. Vice-président du conseil d'administration du RSI Midi-Pyrénées de 2012 à 2018 et président de la CPME du Tarn, il connaît les spécificités des travailleurs indépendants. Il se retrouve donc à la tête de 576 500 assurés, 224 500 cotisants, 246 000 retraités et 367 200 bénéficiaires santé. Avec pour mission d'animer, coordonner et contrôler l'action de l'instance régionale, de veiller à la bonne application des règles relatives à la protection sociale et la qualité de service rendu aux travailleurs indépendants, d'attribuer des aides et prestations et déterminer les orientations générales relatives à l'action sanitaire et sociale, de piloter les régimes complémentaires vieillesse obligatoire et d'invalidité-décès des travailleurs indépendants et la gestion du patrimoine afférent et de traiter d'éventuelles réclamations. «Fort de mes expériences, j'aspire à travers mon rôle à travailler main dans la main avec les organisations professionnelles et les syndicats afin de s'assurer que les travailleurs indépendants gardent le même niveau de protection sociale dans le cadre du transfert au régime général. En interne, l'enjeu est d'être vigilant afin que chaque salarié trouve sa place au sein du régime général en préservant les acquis de manière optimale», assure-t-il en montrant que, même à 61 ans, les responsabilités et les obligations qui en découlent ne font pas peur au nouveau président partagé désormais entre Tarn et Hérault. ladepeche.fr, Protection sociale des travailleurs indépendants : un Graulhétois nommé nouveau président régional - ladepeche.fr
  • 3 questions à Xavier Plo, Ets H. Plo, teinture, ennoblissement à Aussillon et à Francis Cathala, Mégisserie Joqueviel-Cathala, mégissier à Graulhet, élus à la CCI du Tarn ladepeche.fr, Aussillon. Xavier Plo et Francis Cathala : «Des savoirs-faire tarnais très variés» - ladepeche.fr
  • Que ce soit dans les tiroirs, placards ou greniers, des dizaines de personnes peuvent avoir de tels documents. Toutes les photographies et les commentaires seront précieusement conservés numériquement dans les collections muséales, la Maison des métiers du cuir jouant un rôle essentiel dans la conservation du patrimoine mégissier dans les meilleures conditions possible. ladepeche.fr, Graulhet. La Maison des métiers du cuir propose une collecte virtuelle - ladepeche.fr
  • Kassim, fils de Camal OUFLIL, mégissier, et de Marjorie FAGART, serveuse, domiciliés à Millau (Aveyron), 13 rue de la Saunerie, résidence des Causses. millavois.com, Millau. Etat civil du mardi 20 août
  • Le mégissier Bodin-Joyeux, racheté par Chanel, s'est rapproché de ses clients en ouvrant un showroom à Paris. Les Echos, Bodin-Joyeux et les 3.000 couleurs | Les Echos
  • La timidité ferait-elle bon ménage avec le goût de l’aventure ? Laure Maurin en est la preuve. Car c’est bien par défi qu’elle pousse un jour la porte de l’école de commerce de Toulouse pour devenir formatrice et se placer dans l’international. La discrète tarnaise se compose alors un rôle pour capter l’attention des potaches et se faire un métier. Pari réussi, à tel point qu’elle se fait remarquer pour ses connaissances en règlement douanier sur les alcools : "On m’a alors sollicité pour créer une distillerie de whisky dans le Tarn. J’ai accepté de participer à la première réunion et j’ai tout fait pour être de la seconde", résume Laure qui avoue ne rien connaître de cet alcool à l’époque "sauf que mon père en buvait un verre tous les soirs sur recommandation de son médecin !" Encore un défi qui l’incite à passer du service au produit et du travail en solo à l’esprit de groupe. La distillerie Black Mountain voit le jour en 2011. Parmi les 4 associés, Laure Maurin, fille d’un mégissier installé à Mazamet. la boucle est bouclée et les activités de formatrice et de chef d’entreprise sont temporellement compatibles. "Je me partage entre Toulouse, Mazamet et La Rouquette et cela me permet de garder un bon équilibre. La vie dans la nature a été une découverte lorsque j’ai rencontré Jean-Yves, à tel point qu’au début je confondais la paille et le foin", sourit-elle en se remémorant sa première rencontre avec les ânesses. pour elle, le confinement s’est déroulé comme un bonheur, celui de la voyageuse qui pose tout à coup ses valises : "Pour la première fois de ma vie, j’ai assisté à l’éclosion des fleurs, un peur chaque jour, comme un film au ralenti". Un ravissement nuancé toutefois d’un bémol : si son activité de formatrice a peu souffert des mesures sanitaires grâce aux visioconférences, le Black Moutain, lui, en a réellement pâti avec des ventes en chute libre, de 50 à 70 % chez des cavistes déjà fragilisés par les mouvements sociaux. ladepeche.fr, Villefranche-de-Rouergue. Du whisky à la nature - ladepeche.fr
  • La fille du mégissier y a détourné là un porte-peaux qui fait office de valet de nuit. centrepresseaveyron.fr, Témoignages du passé - centrepresseaveyron.fr

Traductions du mot « mégissier »

Langue Traduction
Corse mégissier
Basque mégissier
Japonais メジシエ
Russe mégissier
Portugais mégissier
Arabe mégissier
Chinois 梅吉西耶
Allemand mégissier
Italien mégissier
Espagnol mégissier
Anglais mégissier
Source : Google Translate API

Mots similaires