Mate : définition de mate


Mate : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MAT2, MATE, adj. et subst. masc.

I. − Adjectif
A. −
1. [En parlant de l'aspect d'une surface] Qui ne réfléchit pas ou presque pas la lumière. Tirage d'une photo sur papier mat ou sur papier brillant ou glacé; carrelages de terre mate. Le collage par panneaux d'un seul morceau de papier mat satinette, cheviotte ou velouté à joints vifs est payé au mètre superficiel (Robinot,Vérif., métré et prat. trav. bât.,t.6, 1930, p.87).Dans la France du Moyen Âge, il serait malaisé de séparer la poterie mate de la poterie vernissée. L'usage de la glaçure plombifère s'introduit progressivement, en ne modifiant sensiblement ni la forme, ni le décor (G. Fontaine,Céram. fr.,1965, p.13):
1. Lorenzaccio est une pièce qui appelle la souplesse et le brillant de la soie; Ruy Blas et le Cid, au contraire, veulent des tissus mats et raides. Serrière,T.N.P.,1959, p.115.
2. En partic.
a) [En parlant de l'aspect d'un métal ou de l'aspect d'une surface recouverte d'une couche métallique] Qui n'est pas poli; qui a reçu une patine spéciale; qui a été dépoli. Argent, vermeil mat. Ils [les bijoux africains] sont lourds, de matière épaisse et compacte sous les incrustations de pierres bleues et rouges qui tachent de lueurs opaques leur cercle d'or mat ou de sombre argent (Faure,Hist. art,1912, p.228).Une mince feuille d'acier inoxydable, brillant ou mat (Arts et litt.,1935, p.20-15):
2. ... l'un des secrets des orfèvres de ce début de siècle: faire contraster dans une harmonie voulue les parties brillantes et les parties mates plus ou moins ouvragées, pour faire jouer la lumière. Grandjean,Orfèvr. XIXes.,1962, p.67.
P. méton., ORFÈVR. Outils mats. Outils servant à travailler les parties non polies d'une pièce. Il existe des ciselets appropriés non seulement à chaque genre de décor, mais, pourrait-on dire, à chaque forme que doit prendre le métal. Ils se divisent en deux grandes familles: les outils clairs, dont l'extrémité est polie, et les mats ou matoirs (L. Lanel,Orfèvr.,Paris, P.U.F., 1964 [1944], p.16).
TECHNOL. Dorure mate. [Dans la dorure au mercure] Pour obtenir la dorure mate, (...) l'objet était enduit d'une bouillie chaude, appelée mat à dorer, composée de nitrate de potasse, de chlorure de sodium et d'alun (Gasnier,Dépôts métall.,1927, p.52).Infra II C 3 dorure au mat, mat à dorer.
[Avec une valeur adv.] Sur la cheminée du salon, une pendule de Berthoud, marbre blanc, garnie d'envolées d'amours dorés mat (Goncourt,Journal,1858, p.569).Piano (...) visseries nickelées mat (Catal. Gaveau,1936).
b) [En parlant de l'aspect d'une peinture ou de l'effet recherché par le peintre; p. oppos. à brillant, intense, vif] Il proscrivait l'huile, en parlait comme d'une ennemie personnelle. Au contraire, l'essence faisait mat et solide (Zola, Œuvre,1886, p.269).Bleu mat. − Outremer, bleu de cobalt ou de Thénard, indigo, bleu de Prusse, cendres bleues (Rousset,Trav. pts matér.,1928, p.77).Son aspect mat lui donne [à la détrempe] une finesse très agréable (Moreau-Vauthier,Peint.,1933, p.111):
3. Le ton mat et clair de cette magnifique peinture [la Charité d'Andrea del Sarto] rappelle les tonalités de la fresque dont elle a toute la grandeur. Gautier,Guide Louvre,1872, p.78.
3. P. ext., lang. cour. Qui n'a pas d'éclat. L'oeuf est frais dans la main, propre, d'un blanc laiteux très mat (Gide,Journal,1906, p.201):
4. Sa blanche poitrine étincelait serrée dans une guipure dont les tons roux faisaient valoir le satin mat de ces belles épaules des Parisiennes qui savent (par quels procédés, on l'ignore!) avoir de belles chairs et rester sveltes. Balzac,Cous. Bette,1846, p.165.
Quelquefois synon. de terne. Un jour mat tombait des trois coupoles; mais la porte ouverte envoyait horizontalement comme un fleuve de clarté blanche qui frappait toutes les têtes nues (Flaub.,Éduc. sent.,t.2, 1869, p.229).
[En parlant de la peau, du teint d'une pers., p. oppos. à clair ou, au contraire, synon. de pâle, blême, livide dans le cas d'une pers. en mauvaise santé] Un cerne mince, profond, soulignait ses paupières et sa peau était si blanche, si mate que les lèvres, par contraste, semblaient maquillées (Simenon,Vac. Maigret,1948, p.169).V. fiévreux ex. de Barbier:
5. C'était une belle fille d'une vingtaine d'années, une de ces brunes au teint mat, dont tout le corps pétri de volupté éveille chez les hommes un désir, une obsession qui les suit longtemps, lancinante et tenace. Moselly,Terres lorr.,1907, p.214.
Mate de + subst. indiquant l'origine de la matité.Devant Garcia et Guernico, d'autres ombres, mates de brume, construisaient une autre barricade (Malraux,Espoir,1937, p.692).
4. Au fig. Ce que je puis dire à Octave [pensait Armance] est d'un intérêt mat, je suis sûre que souvent je l'ennuie ou je l'intéresse comme une soeur (Stendhal,Armance,1827, p.152).La version latine des Psaumes (...) effaça ce que l'original hébreu a parfois d'un peu mat (Renan,Hist. peuple Isr.,t.3, 1891, p.253).
B. − P. anal. [En parlant d'un son, de ce qui émet un son] Qui ne résonne pas ou presque pas. Synon. étouffé.Un second éclair brilla, et ce ne fut point un sifflement, mais bien un bruit sourd et mat que l'on entendit; c'était un boulet qui se logeait dans la préceinte (Sue,Atar-Gull,1831, p.8).M. Rohner s'exprime d'une voix mate, sans vibration (Duhamel,Maîtres,1937, p.154).V. choquer ex. de Moselly, debout ex. 10, flac ex. de Pesquidoux, frôlement ex. 2:
6. Un tic-tac mat s'impose au milieu de cette mêlée de bruits. Ce son de crécelle lente est de tous les bruits de la guerre celui qui vous point le plus le coeur. Barbusse,Feu,1916, p.230.
[Avec une valeur adv.] Les coups de becs des poules sonnaient mat comme une averse (Pourrat,Gaspard,1922, p.218).Chaque coup qui sonne mat sur les pectoraux luisants retentit en vibrations énormes dans le corps même de la foule qui fournit avec les boxeurs son dernier effort (Camus,Été,1954, p.43).
MÉD. [En parlant du son rendu par les parties charnues du corps et, dans un cont. pathol., du son rendu par un organe normalement sonore; p. méton., en parlant de ces parties, de cet organe; v. matité] Quand il [le docteur] eut écouté tous les bruits intérieurs de MmeAndermatt, et tapoté toutes les parties mates ou sonores de sa personne, il tira de sa poche un calepin de cuir rouge (Maupass.,Mt-Oriol,1887, p.14):
7. À la période de pleine évolution de la maladie [la péritonite tuberculeuse], c'est l'ascite qui domine le tableau (...). L'examen montre un ventre résistant, mat quand on le percute et donnant l'impression à la palpation d'une collection de liquide. Quillet Méd.1965, p.159.
PHONÉT. Phonème mat. ,,Phonème dont le spectre acoustique est caractérisé par une diffusion de l'énergie plus faible, mais plus régulière et plus uniforme que celle des phonèmes stridents correspondants`` (Ling. 1972). Un frottement énergique de l'air expiré provoquant un ton tranchant (...) oppose (...) les consonnes stridentes à leurs «partenaires» (...), qu'on peut qualifier de consonnes mates (R. Jakobson,Essais de ling. gén.,trad. par Ruwet, Paris, éd. de Minuit, t.2, 1973, p.128).
C. − [En parlant d'une matière]
1. Vieilli. Qui est (trop) compact, épais. L'orge employée seule donne un pain mat (Ac. 1835, 1878). Ce gâteau est un peu mat (Ac. 1835, 1878 et Quillet 1965).
ART CULIN. Pâte mate. ,,Pâte mal levée`` (Lar. encyclop.).
BROD. Broderie mate. ,,Broderie d'or ou d'argent qui est très chargée`` (Littré; dict. xixeet xxes.). La broderie en est riche, mais elle est mate, trop mate (Ac. 1835, 1878).
MAR. Mer mate. ,,Grosse mer dont les lames longues et élevées marchent lentement`` (Littré; dict. xixes., Lar. 20eet Quillet 1965).
Région. (Domaine franco-provençal et Suisse). [En parlant de l'air, de l'atmosphère, du temps qu'il fait] Synon. lourd, mou:
8. Un air léger (...) venait par bouffées et glissait sous les arbres, avec un petit bruit de ruisseau sur les pierres (...). Après la chaleur mate et l'énervement de l'orage, c'était une brusque détente... Ramuz,A. Pache,1911, p.244.
2. Qui n'est pas transparent. Synon. dépoli, opaque, translucide.Je crus voir des roses blanches dans des vases d'albâtre et des lumières douces et blanches dans des globes de verre mat (Sand,Lélia,1833, p.79).Déjà je revoyais, en pensée, dans le jardin du Luxembourg, la pure colonne de cristal mat que le jet d'eau élève, au crépuscule (Léautaud,Pt ami,1903, p.155).
II. − Subst. masc.
A. − Au sing. Qualité de ce qui est mat ou couleur mate. Une pierre d'un jaune légèrement doré, qui tient le milieu entre l'éclat du marbre et le mat du travertin (Lamart.,Voy. Orient,t.2, 1835, p.171).La tunique de soie (...) légère, aérienne, pas trop diaphane. Sa blonde blancheur la mariait parfaitement au mat de la peau (Michelet,Insecte,1857, p.174).Son polissage [de l'acier inoxydable] qui peut aller du mat au poli le plus brillant et qui lui procure un éclat incomparable, d'une somptuosité particulière (Arts et litt.,1935, p.22-4):
9. Le mat de la détrempe ou de la fresque ne peut montrer que les colorations. L'huile sait reproduire toutes les combinaisons par lesquelles la lumière jouant sur les volumes permet de discerner ce qui les constitue. Huyghe,Dialog. avec visible,1955, p.139.
B. − Partie d'une surface qui ne réfléchit pas ou presque pas la lumière. [J.-J. Prolongeau] a multiplié ses recherches après son installation à Perpignan, tant sur la faïence que sur le grès. − Il atteint aujourd'hui une grande maîtrise dans ses amusantes figures tournées en forme de cônes évoquant une silhouette humaine; l'émail est varié et joue entre des mats et des brillants en touches légères et précieuses (G. Fontaine,Céram. fr.,1965, p.149).
En partic. Partie non polie d'un objet métallique. Les mats d'une pièce d'orfèvrerie (dict. xxes.).
C. − Spécialement
1. COUT. ,,Bordé droit-fil qui termine la lisière d'un entre-deux`` (Lar. 20e, Lar. encyclop.).
2. DENTELL. ,,Ensemble des parties du dessin (par opposition au réseau qui désigne le fond de la dentelle)`` (Lar. encyclop.).
3. TECHNOLOGIE
a)
α) Mat à dorer. Supra I A 2 a ex. de Gasnier.
β) Dorure au mat Dorure au mat. Ce procédé a été inventé à la fin du XVIIIesiècle, sans doute par le ciseleur Gouthière. Tous les bronzes de l'époque Empire ont été dorés de cette manière. On procède tout d'abord comme pour la dorure à l'amalgame de mercure, puis on enduit la pièce d'un mélange de sels (...); on la porte ensuite au feu de charbon de bois. Quand le mélange commence à fondre et à couler, on le replonge rapidement dans l'eau froide. Les sels qui couvrent la pièce se dissolvent aussitôt et la pièce se trouve recouverte d'un bel or mat (Viaux,Meuble Fr.,1962, p.27).(Un objet) doré au mat. Si le caprice vous vient de contempler des belles choses, n'avez-vous pas assez de vous mirer dans votre miroir (...) dont le cadre, doré au mat, figure une sensible bergère qui répand des pleurs auprès d'un nid renversé? (Toulet,Nane,1905, p.82).
b) Fibre de verre coupée en éléments courts de 10 à 50 mm, utilisée pour l'obtention de pièces stratifiées, imprégnée de résine polyester catalysée (d'apr. Boissier 1975).
4. TYPOGR. ,,Filet large, donnant une impression très noire et servant, en particulier, à entourer les articles nécrologiques`` (Voyenne 1967).
Prononc. et Orth.: [mat]. Ac. 1694-1762 mat, matte; dep. 1798 mat, mate. Étymol. et Hist. A. 1. Fin xie-début xiies. «vaincu, abattu, affligé» (Alberic de Pisançon, Alexandre, 14, in Elliott Monographs no38, t.3, p.38: [un rey chi] Tant rey fesist mat ne mendic); 2. ca 1265 «flétri, fané» (Rutebeuf, La voie de paradis, 199 ds Œuvres complètes, éd. E. Faral et J. Bastin, t.1, p.347); 3. 1424 «sombre (en parlant du temps)» (Compt. de Nevers, CC 28, fo26 vo, Arch. mun. Nevers ds Gdf.: temps mat et pluvieux). B. 1. a) 1545 «non poli» (E.Coyecque, Recueil d'actes notariés..., t.1, p.642: une table de dyament mat); 1611 or mat (Cotgr.); 1832 subst. «partie non polie» (Raymond); b) 1833 «qui n'a pas de transparence» (Sand, loc. cit.); c) 1899 phot. papier mat (Gde Encyclop. t.26, p.785a); 2. 1621 «qui n'a pas de brillant, d'éclat» (E. Binet, Essay des Merveilles de Nature, p.198: couleur mate); 1678 subst. «absence de brillant, d'éclat» (H. Testelin, Conférences ds Jouin, p.202 ds Brunot t.6, p.710, note 10); 3. a) 1718 broderie matte (Ac.); 1844 subst. dentell. (Balzac, Modeste Mignon, p.17); b) 1782 «épais, consistant, compact» (Encyclop. méthod. Mécan. t.1, p.253b: sans levain, le pain est matte; ibid., p.267a: une pâte ni trop cuite, ni trop matte); 4. a) 1814 méd. son mat (Nysten); b) 1829 son mat (Balzac, Chouans, p.310: le son mat de sa voix grêle); c) 1963 phonét., p. oppos. à strident (R. Jakobson, op. cit., t.1, p.129). Orig. incertaine, peut-être du lat. matus «ivre, qui a le vin triste» (Pétrone ds TLL, v. aussi FEW t.6, 1, p.524b), b. lat. matus «humecté, humide, amolli» (CGL t.5, p.604, 41) [même mot que le b. lat. mat(t)us «triste»? (viie-xes., CGL passim)] qui représenterait une forme dial. de *maditus, part. passé de madère «être mouillé, imprégné; être ivre» (cf. Ern.-Meillet). Cf. aussi madidus «humide, mouillé; ivre; amolli, gâté». Au sens B 1 a, cf. l'ital. auro matto (xiiies. ds Batt.) oro matto (xvies., ibid.); au sens B 2, cf. l'ital. colore matto (xives., ibid.).
STAT.Mat 1 et 2. Fréq. abs. littér.: 435. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 358, b) 770; xxes.: a) 621, b) 761.
BBG.Behrens. Étymol. Z. rom. Philol. 1890, t.14, p.369. _ Meyer (P.). Romania. 1891, t.20, p.325. _ Wartburg (W. von). Fr. mat. In: [Mél. Brunel (Cl.).]. Paris, 1955, t.2, p.675.

Mate, subst. fém.[Dans l'expr. jeton de mate] Tableau érotique dont l'acteur/ les acteurs est/ sont volontaire/s ou non. Prendre un jeton de mate. À loilpé [à poil] sous son truc transparent qu'elle était, la lamedé [la dame] à Mario. Ça valait le jus. Mais les hommes baissèrent la tête. Des bourgeois, eux, se seraient pas grattés pour prendre un jeton de mate (Le Breton, Rififi,1953, p.65, ds Cellard-Rey 1980, s.v. jeton).

Mate, subst. fém.,arg. des voleurs. Lieu de Paris où se ressemblaient autrefois les filous. (Dict. xixeet xxes.). Loc. Enfant, suppôt de la mate. ,,Filou`` (Littré; dict. xixeet xxes.). Vx. Filouterie, tromperie. Découvrir la mate (Lar. Lang. fr.).

Mate : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MAT2, MATE, adj. et subst. masc.

I. − Adjectif
A. −
1. [En parlant de l'aspect d'une surface] Qui ne réfléchit pas ou presque pas la lumière. Tirage d'une photo sur papier mat ou sur papier brillant ou glacé; carrelages de terre mate. Le collage par panneaux d'un seul morceau de papier mat satinette, cheviotte ou velouté à joints vifs est payé au mètre superficiel (Robinot,Vérif., métré et prat. trav. bât.,t.6, 1930, p.87).Dans la France du Moyen Âge, il serait malaisé de séparer la poterie mate de la poterie vernissée. L'usage de la glaçure plombifère s'introduit progressivement, en ne modifiant sensiblement ni la forme, ni le décor (G. Fontaine,Céram. fr.,1965, p.13):
1. Lorenzaccio est une pièce qui appelle la souplesse et le brillant de la soie; Ruy Blas et le Cid, au contraire, veulent des tissus mats et raides. Serrière,T.N.P.,1959, p.115.
2. En partic.
a) [En parlant de l'aspect d'un métal ou de l'aspect d'une surface recouverte d'une couche métallique] Qui n'est pas poli; qui a reçu une patine spéciale; qui a été dépoli. Argent, vermeil mat. Ils [les bijoux africains] sont lourds, de matière épaisse et compacte sous les incrustations de pierres bleues et rouges qui tachent de lueurs opaques leur cercle d'or mat ou de sombre argent (Faure,Hist. art,1912, p.228).Une mince feuille d'acier inoxydable, brillant ou mat (Arts et litt.,1935, p.20-15):
2. ... l'un des secrets des orfèvres de ce début de siècle: faire contraster dans une harmonie voulue les parties brillantes et les parties mates plus ou moins ouvragées, pour faire jouer la lumière. Grandjean,Orfèvr. XIXes.,1962, p.67.
P. méton., ORFÈVR. Outils mats. Outils servant à travailler les parties non polies d'une pièce. Il existe des ciselets appropriés non seulement à chaque genre de décor, mais, pourrait-on dire, à chaque forme que doit prendre le métal. Ils se divisent en deux grandes familles: les outils clairs, dont l'extrémité est polie, et les mats ou matoirs (L. Lanel,Orfèvr.,Paris, P.U.F., 1964 [1944], p.16).
TECHNOL. Dorure mate. [Dans la dorure au mercure] Pour obtenir la dorure mate, (...) l'objet était enduit d'une bouillie chaude, appelée mat à dorer, composée de nitrate de potasse, de chlorure de sodium et d'alun (Gasnier,Dépôts métall.,1927, p.52).Infra II C 3 dorure au mat, mat à dorer.
[Avec une valeur adv.] Sur la cheminée du salon, une pendule de Berthoud, marbre blanc, garnie d'envolées d'amours dorés mat (Goncourt,Journal,1858, p.569).Piano (...) visseries nickelées mat (Catal. Gaveau,1936).
b) [En parlant de l'aspect d'une peinture ou de l'effet recherché par le peintre; p. oppos. à brillant, intense, vif] Il proscrivait l'huile, en parlait comme d'une ennemie personnelle. Au contraire, l'essence faisait mat et solide (Zola, Œuvre,1886, p.269).Bleu mat. − Outremer, bleu de cobalt ou de Thénard, indigo, bleu de Prusse, cendres bleues (Rousset,Trav. pts matér.,1928, p.77).Son aspect mat lui donne [à la détrempe] une finesse très agréable (Moreau-Vauthier,Peint.,1933, p.111):
3. Le ton mat et clair de cette magnifique peinture [la Charité d'Andrea del Sarto] rappelle les tonalités de la fresque dont elle a toute la grandeur. Gautier,Guide Louvre,1872, p.78.
3. P. ext., lang. cour. Qui n'a pas d'éclat. L'oeuf est frais dans la main, propre, d'un blanc laiteux très mat (Gide,Journal,1906, p.201):
4. Sa blanche poitrine étincelait serrée dans une guipure dont les tons roux faisaient valoir le satin mat de ces belles épaules des Parisiennes qui savent (par quels procédés, on l'ignore!) avoir de belles chairs et rester sveltes. Balzac,Cous. Bette,1846, p.165.
Quelquefois synon. de terne. Un jour mat tombait des trois coupoles; mais la porte ouverte envoyait horizontalement comme un fleuve de clarté blanche qui frappait toutes les têtes nues (Flaub.,Éduc. sent.,t.2, 1869, p.229).
[En parlant de la peau, du teint d'une pers., p. oppos. à clair ou, au contraire, synon. de pâle, blême, livide dans le cas d'une pers. en mauvaise santé] Un cerne mince, profond, soulignait ses paupières et sa peau était si blanche, si mate que les lèvres, par contraste, semblaient maquillées (Simenon,Vac. Maigret,1948, p.169).V. fiévreux ex. de Barbier:
5. C'était une belle fille d'une vingtaine d'années, une de ces brunes au teint mat, dont tout le corps pétri de volupté éveille chez les hommes un désir, une obsession qui les suit longtemps, lancinante et tenace. Moselly,Terres lorr.,1907, p.214.
Mate de + subst. indiquant l'origine de la matité.Devant Garcia et Guernico, d'autres ombres, mates de brume, construisaient une autre barricade (Malraux,Espoir,1937, p.692).
4. Au fig. Ce que je puis dire à Octave [pensait Armance] est d'un intérêt mat, je suis sûre que souvent je l'ennuie ou je l'intéresse comme une soeur (Stendhal,Armance,1827, p.152).La version latine des Psaumes (...) effaça ce que l'original hébreu a parfois d'un peu mat (Renan,Hist. peuple Isr.,t.3, 1891, p.253).
B. − P. anal. [En parlant d'un son, de ce qui émet un son] Qui ne résonne pas ou presque pas. Synon. étouffé.Un second éclair brilla, et ce ne fut point un sifflement, mais bien un bruit sourd et mat que l'on entendit; c'était un boulet qui se logeait dans la préceinte (Sue,Atar-Gull,1831, p.8).M. Rohner s'exprime d'une voix mate, sans vibration (Duhamel,Maîtres,1937, p.154).V. choquer ex. de Moselly, debout ex. 10, flac ex. de Pesquidoux, frôlement ex. 2:
6. Un tic-tac mat s'impose au milieu de cette mêlée de bruits. Ce son de crécelle lente est de tous les bruits de la guerre celui qui vous point le plus le coeur. Barbusse,Feu,1916, p.230.
[Avec une valeur adv.] Les coups de becs des poules sonnaient mat comme une averse (Pourrat,Gaspard,1922, p.218).Chaque coup qui sonne mat sur les pectoraux luisants retentit en vibrations énormes dans le corps même de la foule qui fournit avec les boxeurs son dernier effort (Camus,Été,1954, p.43).
MÉD. [En parlant du son rendu par les parties charnues du corps et, dans un cont. pathol., du son rendu par un organe normalement sonore; p. méton., en parlant de ces parties, de cet organe; v. matité] Quand il [le docteur] eut écouté tous les bruits intérieurs de MmeAndermatt, et tapoté toutes les parties mates ou sonores de sa personne, il tira de sa poche un calepin de cuir rouge (Maupass.,Mt-Oriol,1887, p.14):
7. À la période de pleine évolution de la maladie [la péritonite tuberculeuse], c'est l'ascite qui domine le tableau (...). L'examen montre un ventre résistant, mat quand on le percute et donnant l'impression à la palpation d'une collection de liquide. Quillet Méd.1965, p.159.
PHONÉT. Phonème mat. ,,Phonème dont le spectre acoustique est caractérisé par une diffusion de l'énergie plus faible, mais plus régulière et plus uniforme que celle des phonèmes stridents correspondants`` (Ling. 1972). Un frottement énergique de l'air expiré provoquant un ton tranchant (...) oppose (...) les consonnes stridentes à leurs «partenaires» (...), qu'on peut qualifier de consonnes mates (R. Jakobson,Essais de ling. gén.,trad. par Ruwet, Paris, éd. de Minuit, t.2, 1973, p.128).
C. − [En parlant d'une matière]
1. Vieilli. Qui est (trop) compact, épais. L'orge employée seule donne un pain mat (Ac. 1835, 1878). Ce gâteau est un peu mat (Ac. 1835, 1878 et Quillet 1965).
ART CULIN. Pâte mate. ,,Pâte mal levée`` (Lar. encyclop.).
BROD. Broderie mate. ,,Broderie d'or ou d'argent qui est très chargée`` (Littré; dict. xixeet xxes.). La broderie en est riche, mais elle est mate, trop mate (Ac. 1835, 1878).
MAR. Mer mate. ,,Grosse mer dont les lames longues et élevées marchent lentement`` (Littré; dict. xixes., Lar. 20eet Quillet 1965).
Région. (Domaine franco-provençal et Suisse). [En parlant de l'air, de l'atmosphère, du temps qu'il fait] Synon. lourd, mou:
8. Un air léger (...) venait par bouffées et glissait sous les arbres, avec un petit bruit de ruisseau sur les pierres (...). Après la chaleur mate et l'énervement de l'orage, c'était une brusque détente... Ramuz,A. Pache,1911, p.244.
2. Qui n'est pas transparent. Synon. dépoli, opaque, translucide.Je crus voir des roses blanches dans des vases d'albâtre et des lumières douces et blanches dans des globes de verre mat (Sand,Lélia,1833, p.79).Déjà je revoyais, en pensée, dans le jardin du Luxembourg, la pure colonne de cristal mat que le jet d'eau élève, au crépuscule (Léautaud,Pt ami,1903, p.155).
II. − Subst. masc.
A. − Au sing. Qualité de ce qui est mat ou couleur mate. Une pierre d'un jaune légèrement doré, qui tient le milieu entre l'éclat du marbre et le mat du travertin (Lamart.,Voy. Orient,t.2, 1835, p.171).La tunique de soie (...) légère, aérienne, pas trop diaphane. Sa blonde blancheur la mariait parfaitement au mat de la peau (Michelet,Insecte,1857, p.174).Son polissage [de l'acier inoxydable] qui peut aller du mat au poli le plus brillant et qui lui procure un éclat incomparable, d'une somptuosité particulière (Arts et litt.,1935, p.22-4):
9. Le mat de la détrempe ou de la fresque ne peut montrer que les colorations. L'huile sait reproduire toutes les combinaisons par lesquelles la lumière jouant sur les volumes permet de discerner ce qui les constitue. Huyghe,Dialog. avec visible,1955, p.139.
B. − Partie d'une surface qui ne réfléchit pas ou presque pas la lumière. [J.-J. Prolongeau] a multiplié ses recherches après son installation à Perpignan, tant sur la faïence que sur le grès. − Il atteint aujourd'hui une grande maîtrise dans ses amusantes figures tournées en forme de cônes évoquant une silhouette humaine; l'émail est varié et joue entre des mats et des brillants en touches légères et précieuses (G. Fontaine,Céram. fr.,1965, p.149).
En partic. Partie non polie d'un objet métallique. Les mats d'une pièce d'orfèvrerie (dict. xxes.).
C. − Spécialement
1. COUT. ,,Bordé droit-fil qui termine la lisière d'un entre-deux`` (Lar. 20e, Lar. encyclop.).
2. DENTELL. ,,Ensemble des parties du dessin (par opposition au réseau qui désigne le fond de la dentelle)`` (Lar. encyclop.).
3. TECHNOLOGIE
a)
α) Mat à dorer. Supra I A 2 a ex. de Gasnier.
β) Dorure au mat Dorure au mat. Ce procédé a été inventé à la fin du XVIIIesiècle, sans doute par le ciseleur Gouthière. Tous les bronzes de l'époque Empire ont été dorés de cette manière. On procède tout d'abord comme pour la dorure à l'amalgame de mercure, puis on enduit la pièce d'un mélange de sels (...); on la porte ensuite au feu de charbon de bois. Quand le mélange commence à fondre et à couler, on le replonge rapidement dans l'eau froide. Les sels qui couvrent la pièce se dissolvent aussitôt et la pièce se trouve recouverte d'un bel or mat (Viaux,Meuble Fr.,1962, p.27).(Un objet) doré au mat. Si le caprice vous vient de contempler des belles choses, n'avez-vous pas assez de vous mirer dans votre miroir (...) dont le cadre, doré au mat, figure une sensible bergère qui répand des pleurs auprès d'un nid renversé? (Toulet,Nane,1905, p.82).
b) Fibre de verre coupée en éléments courts de 10 à 50 mm, utilisée pour l'obtention de pièces stratifiées, imprégnée de résine polyester catalysée (d'apr. Boissier 1975).
4. TYPOGR. ,,Filet large, donnant une impression très noire et servant, en particulier, à entourer les articles nécrologiques`` (Voyenne 1967).
Prononc. et Orth.: [mat]. Ac. 1694-1762 mat, matte; dep. 1798 mat, mate. Étymol. et Hist. A. 1. Fin xie-début xiies. «vaincu, abattu, affligé» (Alberic de Pisançon, Alexandre, 14, in Elliott Monographs no38, t.3, p.38: [un rey chi] Tant rey fesist mat ne mendic); 2. ca 1265 «flétri, fané» (Rutebeuf, La voie de paradis, 199 ds Œuvres complètes, éd. E. Faral et J. Bastin, t.1, p.347); 3. 1424 «sombre (en parlant du temps)» (Compt. de Nevers, CC 28, fo26 vo, Arch. mun. Nevers ds Gdf.: temps mat et pluvieux). B. 1. a) 1545 «non poli» (E.Coyecque, Recueil d'actes notariés..., t.1, p.642: une table de dyament mat); 1611 or mat (Cotgr.); 1832 subst. «partie non polie» (Raymond); b) 1833 «qui n'a pas de transparence» (Sand, loc. cit.); c) 1899 phot. papier mat (Gde Encyclop. t.26, p.785a); 2. 1621 «qui n'a pas de brillant, d'éclat» (E. Binet, Essay des Merveilles de Nature, p.198: couleur mate); 1678 subst. «absence de brillant, d'éclat» (H. Testelin, Conférences ds Jouin, p.202 ds Brunot t.6, p.710, note 10); 3. a) 1718 broderie matte (Ac.); 1844 subst. dentell. (Balzac, Modeste Mignon, p.17); b) 1782 «épais, consistant, compact» (Encyclop. méthod. Mécan. t.1, p.253b: sans levain, le pain est matte; ibid., p.267a: une pâte ni trop cuite, ni trop matte); 4. a) 1814 méd. son mat (Nysten); b) 1829 son mat (Balzac, Chouans, p.310: le son mat de sa voix grêle); c) 1963 phonét., p. oppos. à strident (R. Jakobson, op. cit., t.1, p.129). Orig. incertaine, peut-être du lat. matus «ivre, qui a le vin triste» (Pétrone ds TLL, v. aussi FEW t.6, 1, p.524b), b. lat. matus «humecté, humide, amolli» (CGL t.5, p.604, 41) [même mot que le b. lat. mat(t)us «triste»? (viie-xes., CGL passim)] qui représenterait une forme dial. de *maditus, part. passé de madère «être mouillé, imprégné; être ivre» (cf. Ern.-Meillet). Cf. aussi madidus «humide, mouillé; ivre; amolli, gâté». Au sens B 1 a, cf. l'ital. auro matto (xiiies. ds Batt.) oro matto (xvies., ibid.); au sens B 2, cf. l'ital. colore matto (xives., ibid.).
STAT.Mat 1 et 2. Fréq. abs. littér.: 435. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 358, b) 770; xxes.: a) 621, b) 761.
BBG.Behrens. Étymol. Z. rom. Philol. 1890, t.14, p.369. _ Meyer (P.). Romania. 1891, t.20, p.325. _ Wartburg (W. von). Fr. mat. In: [Mél. Brunel (Cl.).]. Paris, 1955, t.2, p.675.

Mate, subst. fém.[Dans l'expr. jeton de mate] Tableau érotique dont l'acteur/ les acteurs est/ sont volontaire/s ou non. Prendre un jeton de mate. À loilpé [à poil] sous son truc transparent qu'elle était, la lamedé [la dame] à Mario. Ça valait le jus. Mais les hommes baissèrent la tête. Des bourgeois, eux, se seraient pas grattés pour prendre un jeton de mate (Le Breton, Rififi,1953, p.65, ds Cellard-Rey 1980, s.v. jeton).

Mate, subst. fém.,arg. des voleurs. Lieu de Paris où se ressemblaient autrefois les filous. (Dict. xixeet xxes.). Loc. Enfant, suppôt de la mate. ,,Filou`` (Littré; dict. xixeet xxes.). Vx. Filouterie, tromperie. Découvrir la mate (Lar. Lang. fr.).

Mate : définition du Wiktionnaire

Nom commun

mate \mat\ féminin

  1. (Histoire) Endroit, dans Paris, où se tenait le conseil de filous.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Forme d’adjectif

mate \mat\

  1. Féminin singulier de mat.

Forme de verbe

mate \mat\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de mater.
    • Je prends le tunnel des Tuileries, c’est l’itinéraire, je descends doucement bicause la circule qui f’sait gribiche, y commence à faire du foin, à couiner dans les coins, je mate le rétro, z’auriez vu ses chasses sous les hublots : deux œufs au plat-paprika, vrai, je déconne pas. — (Jean-Yves Lacroix, Haute Époque, 2013, page 2)
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de mater.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de mater.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de mater.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de mater.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Mate : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MAT, ATE. (On prononce le T.) adj.
Qui n'a point d'éclat. Il se dit surtout des objets de métal qui n'ont pas reçu le poli définitif ou auxquels on a donné une patine spéciale. Or, argent mat. Vaisselle mate. En termes de Peinture, Coloris mat, couleur mate, Coloris, couleur qui n'a point d'éclat. Par analogie, Un teint mat. Par analogie, Son mat, Son sourd.

Mate : définition du Littré (1872-1877)

MATE (ma-t') s. f.
  • Lieu à Paris où s'assemblaient les filous pour tenir conseil entre eux.

    Enfant de la mate, suppôt de la mate, filou.

    Filouterie, tromperie. Vous descouvrir la mate [des rose-croix] et dessiller les yeux, Naudé, Rosecroix, III, 2.

HISTORIQUE

XIVe s. Jean de la Matte, imagier, Hist. litt. France, t. XXIV, p. 741.

XVe s. Bignez la mathe sans targer, Villon, Ball. jargon et jobelin.

XVIe s. Nous nous promenons au soir avec les compagnons de la matte, tout le jour nous jouons au brelant, D'Aubigné, Faen. III, 1.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

MATE. - HIST.

XVIe s. Ajoutez : Dix ou douze enfants de la mate des plus fins et meilleurs coupeurs de bourse et tireurs de laine, Brantôme, t. IV, p. 224, éd. Monmerqué.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « mate »

Étymologie de mate - Wiktionnaire

Substantivation de mat, pris au sens de « compact »[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de mate - Wiktionnaire

Voir matois.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « mate »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mate mat play_arrow

Citations contenant le mot « mate »

  • Club-Mate est une boisson pétillante 100% naturelle à base de Yerba-mate, qui est née en 1924 en Allemagne. Installée en France dans les réseaux bars, restaurants, clubs ainsi que dans certains supermarchés, la boisson est devenue le symbole d’une génération respectueuse de l’environnement et de sa santé ! La marque milite activement depuis plusieurs années pour le retour de la consigne pour réemploi, qui permet ainsi aux bouteilles de Club-Mate d’être lavées puis réutilisées en moyenne une cinquantaine de fois. , Club-Mate | Usbek & Rica
  • Les révoltes qui se manifestent par les armes, on peut les mater. Celles qui naissent et se propagent par l'esprit sont insaisissables. De Françoise Giroud / Ce que je crois
  • Le malin est celui qui mate un misérable en épousant ses intérêts. De Jiang Zilong / La Vie aux mille couleurs

Traductions du mot « mate »

Langue Traduction
Corse compagno
Basque mate
Japonais メイト
Russe приятель
Portugais companheiro
Arabe زميل
Chinois 伴侣
Allemand kamerad
Italien compagno
Espagnol compañero
Anglais mate
Source : Google Translate API

Synonymes de « mate »

Source : synonymes de mate sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « mate »



mots du mois

Mots similaires