La langue française

Lutrin

Sommaire

  • Définitions du mot lutrin
  • Étymologie de « lutrin »
  • Phonétique de « lutrin »
  • Citations contenant le mot « lutrin »
  • Traductions du mot « lutrin »
  • Synonymes de « lutrin »

Définitions du mot lutrin

Trésor de la Langue Française informatisé

LUTRIN, subst. masc.

Pupitre élevé sur une base ou sur un pied servant dans les églises à supporter les livres de chant ou les livres liturgiques. Chanter au lutrin; lutrin de table. Au milieu de cette abside déshonorée, le bec ouvert, l'œil irrité, les ailes à demi déployées, s'effare et frissonne l'aigle de bronze d'Othon III, transformé en lutrin (Hugo,Rhin,1842, p. 74).Le curé l'a choisi comme fossoyeur et il chante encore le dimanche au lutrin (Bernanos,Crime,1935, p. 746).
P. méton., vieilli. Ceux qui chantent au lutrin. C'est lui qui dirige le lutrin, qui donne le ton au lutrin (Ac. 1835, 1878).
Prononc. et Orth.: [lytʀ ε ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1135 letrin «pupitre d'église où l'on place les livres de chant» (Couronnement Louis, 50 ds T.-L.); xives. lutrin (Roques t. 1, IV-V, 4829), graphie isolée; lutrin dans la lexicogr. à partir de Cotgr. 1611; 1546 chantant au letrain (Rabelais, Tiers Livre, éd. M. A. Screech, XLI); 2. 1835 «ceux qui chantent au lutrin» (Ac.); cf. 1857 (Goncourt, Journal, p. 398: avec ces figures de paysans béats, il eut un beau lutrin de singes). D'un lat. pop. *lectrinum, dér. de lectrum «pupitre» vie-viies. (CGL t. 5, 602, 52) formé sur le supin lectum de legere «lire», la forme initiale letrin qui s'est maintenue jusqu'au xviies. est devenue lutrin d'apr. lu part. passé de lire*. Fréq. abs. littér.: 61. Bbg. Alessio (G.). Saggio di etimologie francesi. R. Ling. rom. 1950, t.17, pp.183-184.

Wiktionnaire

Nom commun

lutrin \ly.tʁɛ̃\ masculin

  1. (Christianisme) (Mobilier) Pupitre élevé dans le chœur d’une église, sur lequel on met les livres dont on se sert pour chanter l’office.
    • Chanter au lutrin.
    • Sur le maître autel, posée sur un lutrin doré, une énorme Bible à reliure de cuir était ouverte. — (Dan Brown, Da Vinci Code, traduction Daniel Roche, 2004)
    • J’avais bien vu mon père qui chantait au lutrin ; il ne se doutait pas qu’il y avait près de lui un de ses enfants qu’il avait abandonné. — (Jean-Roch Coignet, Les Cahiers du capitaine Coignet → lire en ligne)
  2. (Suisse) Pupitre léger sur lequel le musicien ou le chef d’orchestre pose les partitions qu’il interprète.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LUTRIN. n. m.
Pupitre élevé dans le chœur d'une église, sur lequel on met les livres dont on se sert pour chanter l'office. Chanter au lutrin.

Littré (1872-1877)

LUTRIN (lu-trin) s. m.
  • 1Pupitre d'église où l'on place les livres de chant. Chanter au lutrin. Je chante les combats, et ce prélat terrible Qui… Fit placer à la fin un lutrin dans le chœur, Boileau, Lutr. I.
  • 2Collectivement, ceux qui chantent au lutrin. C'est lui qui dirige le lutrin, qui donne le ton au lutrin.

HISTORIQUE

XIIe s. Devant l'autel s'agenoilla, Sor un lectrum ses ganz jeta, Du Cange, lectrum.

XIIIe s. Henris, li bons dus de Venise, qui moult estoit sages et vaillans, monta au letrin et parla au pueple, Villehardouin, XVII.

XVe s. Deux pauvres clercs parlans latin, Paisibles enfans sans escry, Humbles, bien chantans au lectry, Villon, Petit testament.

XVIe s. Guillot Fagotin, marguillier de Gentilly, bon vigneron, qui chante bien au lettrin, et sçait tout son office par cœur, Sat. Mén. 94. Perrin Dandin, homme honnorable, bien chantant on letrain, Rabelais, Pant. III, 41. Pierrot vient cependant vis à vis du lettrin, Et, chantant hautement, le reste met en trin, Cl. Gauchet, le Plaisir des champs, p. 44.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LUTRIN, s. m. terme d’église, pupitre sur lequel on met les livres d’église, & auprès duquel les chantres s’assemblent ; mais ce mot est principalement consacré au pupitre, qui est placé au milieu du chœur. Nos peres l’ont appellé leteri, lettri, létrin, du mot grec λιοῦτρον, dit du Cange, parce que c’étoit le lieu où on lisoit l’évangile. Entre les beautés de détail dont est rempli le poëme du lutrin de M. Despréaux, on doit compter celle de la description du lutrin même. Le poëte, après avoir parlé du chœur de l’église, ajoute :

Sur ce rang d’ais serrés qui forment sa clôture,
Fut jadis un lutrin d’inégale structure,
Dont les flancs élargis de leur vaste contour
Ombrageoient pleinement tous les lieux d’alentour :
Derriere ce lutrin, ainsi qu’au fond d’un antre,
A peine sur son banc on discernoit le chantre ;
Tandis qu’à l’autre banc, le prélat radieux
Découvert au grand jour, attiroit tous les yeux, &c.

Boileau pouvoit se vanter d’avoir le talent d’annoblir en poésie les choses les plus communes, & c’est en cela, c’est dans le choix des termes & des tours que consiste son grand mérite. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « lutrin »

Du latin lectrum (« pupitre »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

La forme ancienne est letrin, bas-latin lectrinum, de lectrum, pupitre dans Isidore, qui vient de λεϰτρὸν, proprement lit (voy. LIT).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « lutrin »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lutrin lytrɛ̃

Citations contenant le mot « lutrin »

  • Il a levé la tête. C’était l’heure de la prière pour les juifs hassidiques d’Outremont. Des hommes, tout de noir vêtus avec leur chapeau haut de forme, étaient sur leurs balcons, un lutrin posé devant eux, entonnant des chants religieux, en se balançant de l’avant vers l’arrière. « Ben coudonc... » La Presse, Le détail qui tue
  • Si on ne peut saisir cette musique nulle part on la retrouve partout, dans une multitude d’œuvres scientifiques ou artistiques depuis cette période jusqu’à nos jours. On la retrouve notamment dans une peinture de Grüder (1575-1628) à Rotterdam – La musique des chambres – qui représente un salon musical de la fin de la Renaissance en Hollande, où l’on peut déchiffrer au fond du tableau, posée sur un lutrin, une partition sur laquelle est partiellement inscrite cette mélodie, mais cette fois-ci sous forme de polyphonie vocale accompagnée d’un continuo. Guillermo Florán l’évoque également à plusieurs reprises dans son Désespoir d’une topographie manquée (1899) et elle devait être également le thème central de la bande originale de ce film hollywoodien muet et médiocre de Bill Surnam – Retour à l’écurie (1920). Sceneweb, Samuel Achache, Antonin-Tri Hoang et Marion Bois partent à la recherche d'Original d’après une copie perdue
  • Non loin, ce sont des vitraux dessinés par Jean Bazaine et Raoul Ubac ou encore un lutrin de bronze et les vantaux, superbes, de la niche du reliquaire, martelés par Diego Giacometti, frère cadet du célèbre Alberto, scupteur lui aussi. Il a représenté Le Miracle des roses : Roseline de Villeneuve distribuait en cachette de son père les réserves des greniers du château aux nécessiteux. Soupçonnant son « méfait », son père, furieux, la somme un jour d’ouvrir son tablier dans lequel elle avait caché du pain. La jeune femme s’exécute et une brassée de roses s’en échappe alors, recouvrant le sol du château. Le Monde.fr, Château Sainte-Roseline, une histoire de vins, d’art et de femmes

Traductions du mot « lutrin »

Langue Traduction
Anglais lectern
Espagnol atril
Italien leggio
Allemand rednerpult
Chinois 讲师
Arabe منبر
Portugais atril
Russe аналой
Japonais 書見台
Basque atrila
Corse lectern
Source : Google Translate API

Synonymes de « lutrin »

Source : synonymes de lutrin sur lebonsynonyme.fr
Partager