La langue française

Libériste

Sommaire

  • Définitions du mot libériste
  • Étymologie de « libériste »
  • Phonétique de « libériste »
  • Citations contenant le mot « libériste »
  • Traductions du mot « libériste »

Définitions du mot libériste

Wiktionnaire

Nom commun

libériste \li.beʁ.ist\ masculin et féminin identiques

  1. Personne qui pratique le vol à voile au moyen d’une aile libre.

Adjectif

libériste \li.beʁ.ist\ masculin et féminin identiques

  1. Relatif au sport du vol à voile au moyen d'une aile libre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « libériste »

Du latin « liber (libre) » avec le suffixe -iste.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « libériste »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
libériste liberist

Citations contenant le mot « libériste »

  • Ceux qui sont imprégnés du discours dominant ne voient qu'une représentation de l'économie et du social qui semble satisfaisante, postmoderne, presque un atterrissage heureux, même si quelqu'un le dit malgré tout (c’est le cas du rapport CENSIS titré «Fureur de vivre»). Au contraire, dans la réalité nue et crue d'une grande partie de la population, om observe une fureur de surexploitation, de formes de néo-esclavagisme et de conditions de vie insoutenables. C'était bien prévisible: le développement libériste tend à exacerber tout, à la fois le libre arbitre du maître, du sous-patron et du caporal, celui des lobbies et des banques, et celui des abus et violences des policiers qui ne préfèrent que ces modalités. Nous savions que le soi-disant développement du travail indépendant des immigrés tendait à produire un caporalat ethnique idéal pour la surexploitation et le néo-asservissement d'immigrants de même origine que ces caporaux. Mais maintenant, il s'avère que la réalité est allée au-delà de l'imagination: l'affaire Fincantieri montre qu'il existe également un caporalat transnational qui non seulement verse les pots-de-vin pour obtenir des contrats et organiser le recrutement et l’encadrement des travailleurs leur administrant aussi la Yaba (la "drogue d'Hitler") pour obtenir la productivité maximale (sauf lorsqu'ils finissent par se suicider, comme cela est arrivé à certains travailleurs agricoles Sikhs dans la campagne de Latina/Rome). Club de Mediapart, L'acharnement de la surexploitation ou la fureur de la thanatopolitique libériste | Le Club de Mediapart
  • Quelques auteurs ont déjà proposé de sérieuses réflexions sur les effets de la gestion en cours de la pandémie (entre autres voir articles sur Médiapart). Mais certains aspects et surtout les conséquences de cette gestion de la pandémie méritent plus d'attention. Cet ensemble est en effet crucial pour comprendre non seulement que nous sommes confrontés au caillot de toutes les catastrophes qui a provoqué le développement libériste, mais également à un saut encore plus inquiétant. L'état d'exception va bien au-delà de l'urgence sanitaire; comme toujours, il peut permettre aux dominants de faire des choix impensables pour les mortels ordinaires relégués à la condition d'impuissance de la gestion de la pandémie. Ce n'est pas un hasard si Trump décide de proclamer l'état d'urgence afin d'avoir les mains libres à partir d'une opération financière choquante (Fed inject 1,5 trilions sur le marché financier) profitant de l'absence d'un gouvernement européen des finances efficace, des difficultés de la Chine et de l’effondrement du prix du pétrole pour réimposer la domination du dollar américain. La guerre économique entre les États-Unis et la Chine et ses conséquences sur le reste du monde est plus ouverte que jamais et la situation pandémique est également utilisée dans ce différend. Et ce n'est pas un hasard si certaines personnalités du pouvoir convoquent les dirigeants des forces armées et de la police pour réfléchir sur le risque d'émeutes ou "d'insurrections" suite à l'urgence pandémique (cela arrive en Italie et probablement dans tous les pays alors que la Chine a déjà montré comme fonctionne la gestion totalitaire de l’urgence). Rappelons qu'à plusieurs reprises lors des catastrophes, l'État finit par recourir au couvre-feu sous prétexte de frapper des chacals tout en visant à apprivoiser la "foule paniquée" (rappelons-nous la dernière fois que cela est arrivé lors de l’ouragan Katrina à Nouvelle Orléans: Bush a ordonné le couvre-feu puis une sélection darwiniste de la population pour la ville reconstruite selon les critères libériste). La panique est bien prévisible face non seulement à une pandémie qui ne trouve pas de traitement suffisant, mais surtout face au désespoir des damnés du monde libériste: les contaminés qui ne peuvent être guéris faute de dispositifs sanitaires suffisants, les sans-abris, les prisonniers, les travailleurs des économies souterraines et en général ceux qui perdent même une partie des revenus qu'ils avaient auparavant et n’auront pas d’indemnisations car au semi-noir ou au noir total. Selon Boris Johnson, la pandémie se guéri avec ce que quelqu'un imagine comme une sorte d’élimination de 4 à 500 000 personnes âgées; cela résoudrait le problème des retraites. Ferrara (sur il Foglio) pose la question au professeur Francesco Giavazzi: "un monde écrémé de ceux qui ne peuvent pas résister à une pandémie de pneumonie qui étouffe les voies respiratoires avec la violence du coronavirus serait-il meilleur ou sans alternatives civilisées? La réponse, de haut cynisme des personnes directement impliquées dans le changement dû à l'âge, avait été effrayante et technique: OUI. Les coûts de la vieillesse sont très élevés, presque insupportables, et ce ne serait pas la première fois que la civilisation et la nature sont alliées dans une forte sélection démographique". Club de Mediapart, La pandémie subsume tous les désastres du libérisme | Le Club de Mediapart
  • Il apparaît évident que la plus grande mobilité se situe dans les années 2000-2019, la période de pleine expansion de l’économie libériste qui provoque en particulier un fort remplacement des résidents d’auparavant dans le petit commerce et la restauration, ainsi qu’une forte augmentation des services tandis que nombre de retraités quittent Milan ainsi que nombre de familles pas aisées; à cela s’ajoutent les naissances -surtout enfants d’immigrés et les décès -presque uniquement de milanais. Le plus bas nombre de résident après 1971 (année dans laquelle on avait enregistré le maximum) on l’a eu en 2011, depuis il y a eu une augmentation continue; aujourd’hui le total des résidents (inscrits à l’état civil) sont 1.378.689, soit 20,4% moins qu’en 1971. La population d’aujourd’hui est composée d’immigrés italiens venant d’autres communes ainsi que d’immigrés étrangers et aussi de quelques milanais qui est retourné; bref, une population dans laquelle les Milanais “de souche” -plus de trois générations- sont rarissimes -tout comme les Parisiens à Paris … par ailleurs les nés à Milan ne sont que 40-45%). Club de Mediapart, Italie: migrations et déclin démographique: aucun paradoxe; c’est le libérisme | Le Club de Mediapart
  • 4) Voilà donc encore une fois comment la gestion libériste de l’urgence réduit considérablement les possibilités d’endiguer la pandémie. L’économie ne doit pas être arrêté disent tous les gouvernants (Macron et Trump en tête). Il est alors probable qu’on va avoir un nombre de morts assez élevé. Comme dit l’infectiologue Galli, «On a des chiffres (de morts et contaminés) épouvantables mais ils continueront à monter. On a trop de gens en circulation”. Entretemps on découvre que demi millions de tampons a été vendu par une entreprise de Brescia aux Etats-Unis. Club de Mediapart, Le talon d’Achille du confinement, hypocrisies et chasse aux pestiférés | Le Club de Mediapart
  • 1) L’Italie a décidé de se mobiliser contre l’épidémie en retard et avec maladresse. La santé publique italienne au cours de la dernière décennie a été démantelée : 37 milliards de coupures budgétaires dans les dernière dix ans, fermeture de plusieurs structures hospitalières et perte de lits passant de 4,5 lits par 1000 habitants à 3,2 en 2017 (la moyenne éuropéenne est de 5 places lits par 1000 habitants). En 2018, selon les données de l’OCDE, le cout public de la santé italienne par habitant a été de 2.200 dollars ; en France et en Allemagne le double. Voilà donc comme la gestion libériste du pays a créé l’affaiblissement des capacités de réaction face à la pandémie. A cela s’ajoute la maladresse : presque 5 mille médecins et travailleurs de la santé publique (presque 9% du total des contaminées en Italie) ont été contaminés et à leur ont transmis le virus à pas mal de gens cela parce que les contaminés étaient amenés directement dans les bureaux ou salles de visite et pas mis dans des SAS pour ensuite les filtrer vers la thérapie intensive ... Club de Mediapart, Sur la forte diffusion de la pandémie en Italie | Le Club de Mediapart
  • Une gestion militaro-policière de la crise sanitaire et économique plutôt qu’une sérieuse gestion purement sanitaire et économique était-elle indispensable? Pourquoi la sécurité sanitaire et économique doit être placée sous l’égide militaro-policière? Le confinement ne pourra pas être réalisé par sollicitation des autorités sanitaires appelant tout le monde à “sauver la vie de chacun et de tous”? Un appel soutenu par tout le monde sans besoin de contraintes militaro-policières-judicaires ? Et pour cela, ne serait-il urgent une santé publique en mesure de faire face non seulement au fléau Covid19 mais à toutes les maladies dues aux contaminations toxiques ou aux conditions de travail et de vie insoutenables, maladies qui provoquent la grande majorité de morts chaque année (presque 60 millions à l’échelle mondiale, en Allemagne 12 par mille, en Italie 11, en France, au Royaume Uni et en Espagne 9 etc.). Il est alors évident qu’il faudrait déconstruire tous les dommages provoqués par la gestion néo-libériste de la santé publique qui a misé sur la privatisation et les cadeaux aux industries pharmaceutiques et des soins, voir même à la mafia sanitaire. Logique néo-libériste qui a dévasté tous les secteurs essentiels (écoles, transports, protection de l’environnement, gestions des déchets etc. etc.). Club de Mediapart, L’inquiétante gestion militaro-policière de la crise sanitaire et économique | Le Club de Mediapart
  • Comme a été montré par quelques recherches, tout cela s’est inscrit dans les conséquences du triomphe néo-libériste, notamment dans ce que Loïc Wacquant a appelé le passage du welfare state au workfare state et donc l’emprisonnement des pauvres. Le sécuritarisme et l’incarcération massive sont ainsi devenues l’un des aspects du business de la fin du XXe et du début du XXIe siècle. Club de Mediapart, Ce que nous apprennent les revendications du mouvement antiraciste aux États-Unis | Le Club de Mediapart
  • Cyrille Marck capitalise aujourd’hui sur sa double expérience de libériste chevronné et de commerçant pour lancer sa propre marque de voiles, «  Way Gliders  » (glider signifie planeur en anglais). Lacy EN A Light , Cosy EN B , Sexy 2 Acro , c’est le nom des trois premières voiles auxquelles deux autres, parties en production, viendront s’ajouter… dès que le coronavirus aura quitté le ciel du massif. , Economie | Marck vole de ses propres voiles

Traductions du mot « libériste »

Langue Traduction
Anglais liberist
Espagnol liberista
Italien liberista
Allemand liberist
Chinois 自由主义者
Arabe ليبرالي
Portugais liberista
Russe liberist
Japonais 自由主義者
Basque liberist
Corse liberistu
Source : Google Translate API
Partager