La langue française

Lendore

Sommaire

  • Définitions du mot lendore
  • Étymologie de « lendore »
  • Phonétique de « lendore »
  • Traductions du mot « lendore »

Définitions du mot « lendore »

Trésor de la Langue Française informatisé

LENDORE, subst. et adj.

Vx et fam. (Personne) apathique, qui a l'air endormi. Synon. fam. lambin, mollasson, mollusque, moule.Je ne sais pas à quoi elle pense, cette lendore-là... Mon Dieu! qu'elle est lente! (Balzac, Pts bourg.,1850, p. 125).Encore en retard! Qu'est-ce que tu as donc à trôler [flâner] dans les rues, hé! lendore? (Arnoux, Solde,1958, p. 95).
Prononc. et Orth. : [lɑ ̃dɔ:ʀ]. Att. ds Ac. 1694-1878. Étymol. et Hist. 1534 plur. subst. Landores (Rabelais, Gargantua, éd. M. A. Screech, p. 161, ligne 27). Prob. issu, par croisement avec le verbe endormir (d'où l'élém. -ore), du rad. germ. land-, que l'on retrouve p. ex. dans le subst. all. de la Souabe Landel « femme méprisable », et qui aurait été répandu dans les autres pays par l'arg. international des voleurs. Bbg. Colomb. 1952/53, pp. 395-397. - Thurneysen 1884, p. 104.

Wiktionnaire

Nom commun

lendore \lɑ̃.dɔʁ\ masculin

  1. (Désuet) Personne lente, nonchalante, qui semble un peu endormie.
    • Une indicible pitié vint au jeune homme […] pour ces maussades lendores qui vivaient, l’œil constamment fixé sur un vague Chanaan, sur une imaginaire Palestine. — (Joris-Karl Huysmans, À rebours, 1884)
    • On les nommait autrefois des cagnards et des lendores, mais je ne sais trop comment les appeler maintenant. — (Nicolas Gogol, Les Âmes mortes, 1842 ; traduction de Henri Mongault, 1925, p. 296)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

LENDORE (lan-do-r') s. m.
  • Personne lente et paresseuse qui semble toujours assoupie. Le voilà enfin à Paris [le jeune Grignan] ; il est vrai qu'il a été un peu lendore sur son départ de cette garnison, Sévigné, 1er fév. 1690. J'en dis un mot [d'un mariage] en badinant à Mlle de Blois, et elle me répondit d'une façon qui me surprit, avec son ton de lendore : je ne me soucie pas qu'il m'aime, je me soucie qu'il m'épouse, Caylus, Souvenirs, p. 241, dans POUGENS.

HISTORIQUE

XVIe s. Les oultragearent grandement, les appelans… landores, malauctruz…, Rabelais, Garg. I, 25. Il y a force grands [hommes de grande taille] qui sont grands landores, tant mal bastis et adroits que c'est pitié, Brantôme, Cap. franç. t. II, p. 401.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « lendore »

Berry, lendord, endormi, sans énergie ; wall. landrôie, paresseuse, souillon ; norm. lendorer, faire le lendore ; landreux, dans le dict. d'Oudin ; champen. lendras, endormi, paresseux, lander, landiner, fainéanter ; bas-bret. landar, paresseux, landrea, être paresseux. D'après Diez, lendore ne tient qu'en apparence à l'endormi ; ce que montrent les diverses formes ; il le rattache au flamand lenteren, être lent, nonchalant. Cette étymologie n'est pas bien assurée ; car pourquoi le d et non le t ? Il est vrai que ceux qui disent lendore comprennent l'endort, de endormir ; mais, si telle était l'étymologie, comment, au XVIe siècle (on n'a pas d'exemple plus ancien), a-t-on écrit par un e final lendore ?

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « lendore »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lendore lɑ̃dɔr

Traductions du mot « lendore »

Langue Traduction
Anglais lendore
Espagnol lendore
Italien lendore
Allemand lendore
Chinois 伦多尔
Arabe lendore
Portugais lendore
Russe lendore
Japonais レンドール
Basque lendore
Corse lendore
Source : Google Translate API
Partager