La langue française

Légiférable

Phonétique du mot « légiférable »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
légiférable leʒiferabl

Citations contenant le mot « légiférable »

  • La prise de conscience de cette condition terrestre, elle en passe d’abord par l’expérience partagée d’un paysage discontinu, instable et différencié, traversé par une variété d’êtres et de formes de vie. Celle-ci s’inscrit en complète contradiction avec la logique d’aménagement du territoire qui se confond toute entière avec le temps du projet, c’est-à-dire avec le temps d’une réalisation nécessaire et inéluctable, toute orientée par sa fin : la production en masse et la mise en circulation de biens échangeables. L’aménageur, représentant de l’État, pense et délimite le territoire depuis un point d’extériorité et de surplomb (le bureau d’études du cabinet ministériel, des patrons ou des ingénieurs de Vinci) qui dénie la discontinuité spatio-temporelle coextensive de l’habiter au profit d’une continuité homogène légiférable à l’aune d’une norme unique : celle du régime des propriétés. Celui-ci ne recouvre pas seulement le titre juridique de propriété mais aussi la logique de distribution, administration et location des terres par une instance étatique, le brevetage du vivant (de la graine aux animaux), la rationalisation et le rendement des parcelles, la monoculture et la technologie industrielle, les services capitalistiques d’assurance ou de subventions, le découpage de l’espace en fonction des axes routiers, la définition de standards et de normes généralisables, le paramétrage des usages et pratiques. Il attribue des statuts qui imposent à chacun de se soumettre à la seule finalité considérée comme légitime : la production (-destruction). C’est cette logique qui préside à l’argumentaire de l’ultimatum lancé par le secrétaire d’État M. Le Cornu aux dits « illégaux » de la Zad, c’est-à-dire aux non propriétaires. Au même titre que les migrants sans papiers sur le territoire national, ils seront chassés de la Zad car considérés comme illégitimes du point de vue de l’État de droit, c’est-à-dire du point de vue d’un système politique exclusivement fondé sur le régime des propriétés. Et c’est ainsi que l’État nous rejoue, à nouveau frais, le processus d’ « enclosure » qui a présidé à ce que Marx appelait « l’accumulation primitive du Capital », dont la « primitivité » relève moins d’une origine historique que d’une opération de fondation : enclore les terres communes en les soumettant au régime des propriétés constitue l’acte fondateur sans cesse reconduit et sans cesse invisibilisé de l’Etat de droit. C’est ce régime des propriétés que l’État veut réinstaurer au plus vite, afin de suturer la brèche qui s’est ouverte à NDDL à travers l’affirmation d’une nouvelle manière d’habiter le monde. Derrière « le monde de l’aéroport » il y a l’État et toute la cohorte de ses serviteurs : aménageurs, entreprises, administrateurs, industries, laboratoires, etc. Derrière « le monde de la Zad » il y a les habitants, c’est-à-dire à la fois les paysans, les nomades, les arpenteurs, les naturalistes en lutte, les tritons, les fougères, les musaraignes, les nuages, les forêts, l’assemblée des usages et des pratiques. Club de Mediapart, La condition terrestre en luttes | Le Club de Mediapart

Traductions du mot « légiférable »

Langue Traduction
Anglais legislable
Espagnol legislable
Italien legislable
Allemand gesetzlich
Chinois 可立法的
Arabe قابل للتشريع
Portugais legislável
Russe legislable
Japonais 立法
Basque legislable
Corse legislabile
Source : Google Translate API

Légiférable

Retour au sommaire ➦

Partager