La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « lampas »

Lampas

Définitions de « lampas »

Trésor de la Langue Française informatisé

LAMPAS1, subst. masc.

A. − PATHOL. ANIMALE. [Chez les Équidés] Tumeur inflammatoire de la muqueuse du palais, derrière les incisives supérieures. Synon. fève.Ce cheval ne mangera que quand vous lui aurez ôté le lampas (Ac.1835, 1878).
B. − Vx, pop. Palais, gosier. (Dict. xixeet xxes.).
Expr. Humecter, s'humecter, s'arroser le lampas. Boire, généralement du vin. À bout de salive, les musiciens (...) dans les cafés (...) s'y humectaient le lampas (C. Lemonnier ds Bruant1901, pp. 243-244).
Prononc. et Orth. : [lɑ ̃pɑ] et [-a:s]. [-ɑ] et [-ɑ:s] ds Pt Rob., mais [-ɑ] ds Littré et Lar. lang. fr. Att. ds Ac. 1694, 1762 et dep. 1835. Étymol. et Hist. 1. 1erquart xiiies. « tumeur inflammatoire du palais en arrière des pinces (des chevaux) » (Reclus de Molliens, Miserere, 45, 7 ds T.-L.); 2. 1665 humecter le lampas « boire » (La Fontaine, Conte d'un paysan qui avoit offensé son seigneur, 44 ds Œuvres, éd. H. Régnier, t. 4, p. 136). Dér., à l'aide du suff. -as*, de lampe « fanon de bœuf », var. nasalisée de lape, de même sens, ces formes n'étant attestées que dans les dial., v. FEW t. 16, p. 432 b. Lape vient de l'a. b. frq. labba « bout d'étoffe, lambeau » (v. lambeau). Le sens 2 a prob. subi l'infl. du verbe lamper*. Bbg. Gamillscheg (E.). Etymologische Miszellen. Rom. Jahrb. 1950, t. 3, p. 289.

LAMPAS2, subst. masc.

TEXT. Étoffe de soie d'origine orientale, à grands dessins de couleur généralement différente de celle du fond et utilisée surtout en ameublement. Je dormis, comme on dort, au bruit des chouettes et des rats, dans un vieux lit de lampas à ramages (Jouy, Hermite, t. 4, 1813, p. 255).C'est trop cossu ici (...) de la moquette, de la soie, des rideaux de lampas (Augier, Lionnes,1858, IV, p. 100).
P. méton. Rideau, tenture de cette étoffe. J'habite cette chambre (...) où flotte comme une tristesse de jadis dans les plis à larges cassures d'un vieux lampas jonquille, ramagé d'argent mat (Lorrain, Âmes automne,1898, p. 152).
REM. 1.
Lampasse, subst.,synon.En disposant les plis onduleux du lampasse vert au-dessus du lit (Balzac, Chouans,1829, p. 346).De beaux rideaux de lampasse blanc à fleurs vertes (Balzac, Tén. affaire,1841, p. 87).Les dict. ne sont pas d'accord sur le genre du mot. D'autre part, lampasse désigne, pour certains, une toile de coton peinte d'origine indienne.
2.
Lampasser, verbe trans.Donner un effet de lampas (à quelque chose). Il l'aperçut un soir où le jour traînant lampassait la chambre de rayons jaunes (La Varende, Cavalier seul,1956, p. 235).
3.
Lampassé, -ée, adj.[En parlant d'un meuble] Qui est recouvert de lampas. Sièges cloutés, frangés et lampassés (Sand, Beaux MM. Bois-Doré, t. 1, 1857, p. 69).
Prononc. et Orth. : [lɑ ̃pɑ] et [-ɑ:s]. [-ɑ] et [-ɑ:s] ds Pt Rob., mais [-ɑ:s] ds Littré. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. a) 1723 lampasse (Savary); b) 1762 lampas (Ac.). Mot d'orig. incertaine, peut-être à rattacher à la famille de lambeau*. Fréq. abs. littér. : 23.

Wiktionnaire

Nom commun 1 - français

lampas \lɑ̃.pa\ masculin

  1. (Médecine vétérinaire) Engorgement ou allongement de la membrane qui tapisse le palais du cheval.
    • Ce cheval ne mangera que quand vous lui aurez ôté le lampas.
  2. (Anatomie) Gorge.
    • …Ah ! ah ! sire Grégoire,
      Vous avez soif ! je crois qu'en vos repas
      Vous humectez volontiers le lampas.
      — (Jean de La Fontaine, Paysan)
    • Là ne pourrait-on pas, attendant le dîner, humecter le lampas  ? — (Ducerceau, Le Faux duc de Bourgogne, II, 7)

Nom commun - ancien français

lampas \Prononciation ?\ masculin

  1. (Nosologie) Lampas.
    • Que s'il buvoit toute la mer,
      Et si n'i eüst point d'amer,
      Sa soif n'en estancheroit pas
      Plus fort mal a que le lampas.
      — (Mahommet, XIIIe siècle)
    • Lampast est une maladie qui vient aux chevaux. — (Médecines des chevaux, XVIe siècle)

Nom commun 2 - français

lampas \lɑ̃.pa\ masculin

  1. (Textile) Étoffe de soie qui venait originairement d’Orient et qui est en général à grands dessins d’une couleur différente de celle du fond.
    • Ils déroulèrent de magnifiques étoffes de soie de la Chine, des lampas découpés à jour. — (Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie)
    • Le lampas sert surtout à l’ameublement.
    • Avant de lui répondre je la conduisis jusqu’à ma porte. Celle-ci en s’ouvrant fit refluer la lumière rose qui remplissait la chambre et changeait la mousseline blanche des rideaux tendus sur le soir en lampas aurore. — (Marcel Proust, Sodome et Gomorrhe, in À la recherche du temps perdu, t. III, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1988, p. 222)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LAMPAS. n. m.
Étoffe de soie qui venait originairement de Chine et qui est en général à grands dessins d'une couleur différente de celle du fond. Le lampas sert surtout à l'ameublement.

Littré (1872-1877)

LAMPAS (lan-pâs') s. m.
  • Étoffe de soie de la Chine à grands dessins d'une couleur différente de celle du fond. Ils déroulèrent de magnifiques étoffes de soie de la Chine, des lampas découpés à jour, Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virg.

    On le trouve aussi écrit lampasse.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LAMPAS, s. m. (Maréchallerie.) sorte d’enflure qui arrive au palais du cheval, ainsi appellée, parce qu’on la guérit en la brulant avec une lampe ou un fer chaud.

Le lampas est une inflammation ou une tumeur au-dedans de la bouche du cheval, derriere les pinces de la mâchoire supérieure. Il vient de l’abondance excessive du sang dans ces parties, qui fait enfler le palais au niveau des pinces ; ce qui empêche le cheval de manger, ou du moins fait tomber son manger à demi-mâché de sa bouche.

Le lampas est une infirmité naturelle qu’il faut qu’un cheval ait tôt ou tard, mais que tout maréchal est en état de guérir.

Lampas, (Manufacture en soie.) espece de persienne qui, tous les quatre ou six coups, reçoit un coup de navette de fil d’argent, en place de la navette blanche. Il y a des lampas sans dorure : cette étoffe a cinq huitiemes de large.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « lampas »

(Maladie équine) (XIIIe siècle) De l’ancien français lampas.
(Étoffe décorative) (XVIIIe siècle) Origine obscure[1], peut-être[2] à rattacher à la famille des mots de lambeau.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « lampas »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lampas lɑ̃pa

Citations contenant le mot « lampas »

  • Deuxième séquence : « Rois et Reines ». Tassinari et Chatel a reproduit sur des lampas de soie, un dessin recouvrant les sièges du cabinet intérieur de Marie-Antoinette au château de Choisy-le-Roi. Deux bouquets ont éclot sur les tissus. L'un au centre de l'assise des fauteuils est composé d'œillets, de lilas et de petites roses. L'autre, au centre du dossier, évoque un panier d'osier et des roses anciennes. L'Essor Loire, Etoffes d'excellence pour lieux de prestige et haute couture

Images d'illustration du mot « lampas »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « lampas »

Langue Traduction
Anglais lampas
Espagnol lampas
Italien lampassi
Allemand lampas
Chinois lampas
Arabe لامباس
Portugais lampas
Russe lampas
Japonais ランパス
Basque lampas
Corse lampassi
Source : Google Translate API

Synonymes de « lampas »

Source : synonymes de lampas sur lebonsynonyme.fr

Lampas

Retour au sommaire ➦

Partager