La langue française

Jujubier

Définitions du mot « jujubier »

Trésor de la Langue Française informatisé

JUJUBIER, subst. masc.

Arbre répandu dans les régions méditerranéennes, dont le bois est épineux et le fruit comestible. On trouve des maisons enterrées à deux mètres sous des terrains qui ont glissé de la montagne ravinée par la pluie. La montagne plantée d'oliviers, de jujubiers, de figuiers, de noyers, de mûriers, de grenadiers (Barrès, Cahiers, t. 11, 1914, p. 41).Nous jouions au bord du fleuve qui a de l'eau, sous les jujubiers (...) dont les épines ensanglantèrent la tête de votre prophète, et que nous appelons l'arbre du paradis (Benoit, Atlant.,1919, p. 240).
BOT. Arbre de l'ordre des Sapindales et de la famille des Rhamnées dont le type est le jujubier commun, zizyphus vulgaris.
Prononc. et Orth. : [ʒyʒybje]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1546 (J. Martin trad. de F. Colonna, Discours du Songe de Poliphile, fol. 107 rods Quem. DDL t. 12). Dér. de jujube*; suff. -ier*. Fréq. abs. littér. : 15.

Wiktionnaire

Nom commun

jujubier \ʒy.ʒy.bje\ masculin

  1. (Botanique) Arbre de la même famille que le houx et le fusain, dont le bois tortueux est armé de fortes épines.
    • Entre les hauts-plateaux et les massifs montagneux de l'intérieur et le sahel côtier, où les steppes de palmiers nains alternaient avec de vastes maquis de lentisques, de jujubiers, de myrtes et de genêts, les plaines subatlantiques déployaient leur immense paillasson poussiéreux, […]. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 115)
    • La recherche en matière de foresterie s’intéresse à une domestication des jujubiers orientée vers l’obtention de variétés productives de fruits de qualité. — (Abdoulaye Dia, ‎Robin Duponnois, La grande muraille verte: Capitalisation des recherches et valorisation des savoirs locaux, 2012)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

JUJUBIER. n. m.
T. de Botanique. Arbre de la même famille que le houx et le fusain, dont le bois tortueux est armé de fortes épines. Le jujubier croît en Provence et dans les contrées méridionales.

Littré (1872-1877)

JUJUBIER (ju-ju-bié ; l'r ne se prononce et ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie ; des ju-ju-bié-z en fleurs) s. m.
  • Terme de botanique. Genre de la famille des rhamnées, dont le type est le jujubier commun, zizyphus communis, L. qui croît dans les contrées chaudes.

HISTORIQUE

XVIe s. L'on plante le jujubier après l'hyver, De Serres, 696.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

JUJUBIER, s. m. ziziphus, (Bot.) genre de plante à fleur en rose, composée de plusieurs pétales disposés en rond. Il sort du calice un pistil qui devient dans la suite un fruit oblong, ressemblant à une olive, & charnue, il renferme un noyau divisé en deux loges, où il y a des semences. Tournefort, Inst. rei herb. voyez Plante.

A ce caractere général nous ajouterons que c’est un petit arbre que l’on cultive dans les contrées méridionales de l’Europe par rapport à son fruit qui est d’usage en Medecine. Cet arbre ne s’éleve qu’à 12 ou 15 piés. Sa tige est courte, tortue & couverte d’une écorce brune, raboteuse & crévassée ; il se garnit de beaucoup de rameaux qui sont épineux. Ses feuilles sont ovales, unies, légerement dentelées sur les bords, luisantes en dessus, & relevées en dessous de trois nervures principales ; la verdure en est agréable quoiqu’un peu jaunâtre ; elles sont placées alternativement sur des branches fort minces d’environ un pié de long, qui se desséchent après la chute des feuilles, & tombent à leur tour. La fleur & le fruit viennent aussi sur ces petites branches à la naissance des feuilles ; cette fleur qui est petite, herbacée, n’a nul agrément : elle commence à paroître les premiers jours de Juillet, & elle se succede pendant deux mois. Le fruit qui la remplace se nomme jujube ; il est oblong, charnu, rouge en dehors, jaunâtre en dedans, d’un goût doux & relevé ; il renferme un noyau qui sert à multiplier l’arbre.

Le jujubier est commun dans nos provinces méridionales, en Italie, en Espagne, &c. il lui faut un terrein médiocre & léger ; il se plaît dans les lieux les plus chauds, exposés au soleil & à l’abri du vent : dans une telle exposition il resistera à de grands hivers, même dans la partie septentrionale de ce royaume : cet arbre n’exige même presqu’aucune culture.

On peut multiplier le jujubier par les rejettons qui viennent au pié des vieux arbres ; mais il vaut mieux le faire venir de semence. Il faut avoir des jujubes fraîches, & les semer, s’il est posible, avant l’hiver dans des caisses ou terrines, que l’on mettra dans une serre qui puisse les garantir des fortes gelées. On pourra les sortir au commencement de Mars, & les jujubes leveront au bout d’un mois ou environ. Au printems suivant, il faudra transplanter les jeunes plants dans des pots séparés, où on les laissera pendant trois ou quatre ans, avec la précaution de les faire passer les hivers dans la serre, après quoi ils seront assez forts pour être transplantés à demeure, & pour résister aux intempéries de notre climat septentrional. Mais il sera bien rare de l’y voir porter du fruit ; il faut pour cela des années bien favorables : les arbres de ce genre qui sont au jardin du Roi à Paris en ont donné plusieurs fois.

Le jujubier par rapport à la beauté de son feuillage dont la verdure est brillante, doit trouver place dans les bosquets d’arbres curieux ; il a aussi quelque chose de singulier dans l’arrangement de ses branches qui sont de deux sortes ; les unes plus grosses & moins confuses sont permanentes ; les autres plus menues & dont la destination est de porter la fleur & le fruit, ne sont qu’annuelles ; & comme l’arbre se garnit d’une grande quantité de ces branches du second ordre, qui sont toutes à peu près d’égale longueur, cette singularité en contrastant avec les autres arbres, peut contribuer à la variété.

Les jujubes dans leur fraîcheur peuvent se manger, mais elles sont indigestes, & d’un goût trop relatif aux drogues de la Pharmacie : ce n’est qu’en Medecine qu’on en fait principalement usage. Voyez Jujubes.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « jujubier »

 Dérivé de jujube avec le suffixe -ier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « jujubier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
jujubier ʒyʒybje

Citations contenant le mot « jujubier »

  • Repéré par le botaniste Yves Maccagno, le jujubier de la rue du Vignault s'affirme être le plus gros du département. midilibre.fr, Brignon : le jujubier d'Arlette est le plus gros du département - midilibre.fr
  • Ziziphus jujuba ‘Lang’ montre un tronc droit et court d’où se développe un houppier arrondi et aéré. Les branches sont ramifiées de façon régulière et porte des feuilles, alternes, ovales oblongues de 3 à 6 cm de longueur; elles montrent un limbe glabre, épais et luisant, vert vif, plus pâle au revers. Chez le jujubier commun, le pétiole des feuilles est épineux et les branches le sont également, mais la variété ‘Lang’ a l’agréable particularité de n’être que très peu épineuse. Autres particularités de cette variété, elle montre une croissance plus rapide, et est capable de produire des fruits au bout de 2 ans de culture. auJardin.info, Jujubier Lang, Dattier chinois, Datte rouge : planter, cultiver, récolter
  • Le jujubier (Ziziphus jujuba), appelé « ennab » au Liban, est un arbre de la famille des rhamnacées, largement cultivé au Liban.Cet arbre épineux, dont la hauteur atteint les huit à dix mètres, peut pousser sur plusieurs types de sol. Il est très résistant à la sécheresse et à la pauvreté des sols. Il existe plusieurs dizaines de variétés de jujubiers, aux fruits tous comestibles. Néanmoins, ils ne sont pas tous savoureux. Les jujubes des pays méditerranéens sont aussi petits que les olives, et lorsqu'ils sont mûrs, ils virent au rouge vif. Ils font en général de 2 à 5 cm de long. Par contre, les jujubes de Chine sont largement plus gros, ce qui leur a valu le surnom de « jujube de Chine ».Le jujubier est un symbole de défense. Dans certains pays arabes, il protégerait contre le mauvais œil. En Grèce, on place une feuille dans la main des nouveau-nés pour bien les préparer à la vie. En Chine, les garçons placent une tige de fleurs de jujube sur leurs chapeaux pour séduire les filles par l'odeur de cet arbre. Il est également de coutume en Chine que la mariée serve à ses beaux-parents, au lendemain de la cérémonie nuptiale, un thé sucré aux jujubes et aux marrons.La fleur du jujubier attire les abeilles. Le miel qui est produit est réputé pour son goût et ses propriétés aphrodisiaques.En médecine populaire, un mélange des cendres du bois du jujubier et de vinaigre est appliqué sur les plaies causées par des morsures de vipère. En fait, ce fruit figurait au nombre des ingrédients de « l'eau céleste », utilisée pour chasser les animaux venimeux et protéger contre la peste et la lèpre.Les feuilles du jujubier contiennent des molécules aux propriétés antibactériennes, cicatrisantes et antidiabétiques. En médecine traditionnelle chinoise, les graines grillées des jujubes sont utilisées pour lutter contre l'insomnie, l'irritabilité et les sueurs nocturnes. De même, l'huile de jujube est prescrite pour traiter plusieurs maladies de la peau. L'huile essentielle de jujube est quant à elle réputée pour être antibactérienne.Les fruits séchés utilisés en décoction sont émollients et diurétiques. Ils sont aussi connus pour leurs vertus pectorales (c'est-à-dire pour lutter contre les affections pulmonaires). Ils sont également indiqués pour soulager les rhumes, la toux et l'enrouement. Avec les figues, les dattes et les raisins secs, le jujube entre dans la composition de l'infusion « Les quatre fruits pectoraux ».Comme c'est un fruit calorifique, le jujube est indiqué aux convalescents pour les aider à reprendre du poids.Le jujube ne présente pas de toxicité importante. Il n'en reste pas moins que les graines de ce fruit sont contre-indiquées en cas de grossesse. L'Orient-Le Jour, Le jujubier, un arbre aux multiples vertus antibactériennes - L'Orient-Le Jour
  • C’est bientôt la rentrée scolaire et les élèves profitent à fond des derniers jours des vacances d’été. Dans la campagne, l’on s’affaire à récolter les fruits d’été et s’en gaver à satiété. L’on raffole aussi des fruits sauvages qui poussent à l’état naturel, comme, à juste titre, les baies du jujubier qui ont mûri ces derniers jours. Dans la région de la vallée du Sahel, à l’est de la wilaya de Bouira, la cueillette de ce fruit au goût chocolaté fait fureur parmi les enfants et même les adultes qui s’en donnent à cœur joie. Dans les bois environnants, des grappes de jeunes et moins jeunes s’adonnent à la récolte de ces baies appelées communément en kabyle «Azugar ou Azuwar». La Dépêche de Kabylie, La récolte de baies du jujubier bat son plein ! - La Dépêche de Kabylie

Traductions du mot « jujubier »

Langue Traduction
Anglais jujube tree
Espagnol azufaifo
Italien giuggiola
Allemand jujubebaum
Chinois 枣树
Arabe شجرة العناب
Portugais árvore de jujuba
Russe мармелад
Japonais ナツメの木
Basque jujube zuhaitza
Corse arbre jujube
Source : Google Translate API

Synonymes de « jujubier »

Source : synonymes de jujubier sur lebonsynonyme.fr

Jujubier

Retour au sommaire ➦

Partager