Jeûner : définition de jeûner


Jeûner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

JEÛNER, verbe intrans.

A. − Ne pas s'alimenter volontairement ou être, par force, privé de nourriture. Je refusai de déjeuner. Ma mère (...) me regarda avec une inquiétude qui me fit de la peine. Je n'en jeûnai pas moins (France, Livre ami,1885, p. 63).Je lui ai rendu récemment visite dans le taudis de Rummelsburg où ses séquestres le font jeûner ou le gavent selon l'intensité qu'ils veulent donner à leur phare (Giraudoux, Siegfried,1922, p. 43):
1. jeannette : Je leur ai donné mon pain : la belle avance! Ils auront faim ce soir; ils auront faim demain. (...). Jeûner, jeûner ne serait rien. On jeûnerait tout le temps si ça servait tout le temps. On jeûnerait tout le temps si ça servait une fois. On jeûnerait tout le temps si ça servait jamais. Péguy, Myst. charité,1910, p. 19.
Jeûner de.Être privé de. Nous jeûnons encore de lait, toutes les vaches sont ou ont été malades, demain on jette la sixième aux loups (E. de Guérin, Lettres,1831, p. 6).
En partic., fam. S'abstenir de boire (de l'alcool). Crommelynk (...) s'enivre ou Claudel jeûne (Colette, Jumelle,1938, p. 81).
En partic. S'abstenir volontairement d'aliments dans certaines conditions fixées par la religion et par esprit de mortification. Jeûner le mois du Ramadan. Les bernardines-bénédictines de cette obédience font maigre toute l'année, jeûnent le carême et beaucoup d'autres jours qui leur sont spéciaux (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 578).Quand je ne puis faire maigre ni jeûner, y suppléer par quelque mortification, ou au moins par un psaume de la pénitence (Dupanloup, Journal,1866, p. 272):
2. Se tournant vers messire Jean Bruant, son voisin : − (...) Avez-vous jeûné hier? − Il était convenable de le faire (...). La veille de l'Épiphanie est nommée vigile (...) et qui dit vigile dit jeûne. France, Clio,1900, p. 142.
B. − Au fig. S'abstenir ou être privé de toutes espèces de plaisirs et jouissances :
3. À la comtesse de Grammont, railleuse et piquante, Fénelon conseille de jeûner [it. ds le texte] de conversation mondaine; au duc de Chevreuse, spéculatif et renfermé en lui-même, il conseille de jeûner [it. ds le texte] de raisonnement. Sainte-Beuve, Caus. lundi, t. 10, 1854, p. 38.
Pop. Être chaste. Ah! il est avec Rose, maintenant, dit-elle (...). Voyez-vous, ce cafard! Ça vous a pris des habitudes, ça ne peut plus jeûner seulement huit jours! (Zola, Nana,1880, p. 1292).
Prononc. et Orth. : [ʒøne], (il) jeûne [ʒø:n]. Cf. jeûne. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1119 « s'abstenir volontairement de nourriture par esprit de pénitence » (Philippe de Thaon, Comput, 3281 ds T.-L.); ca 1160 « être privé de nourriture » (Eneas, 334, ibid.); 1erquart xiiies. fig. « se priver de quelque chose » (Reclus de Molliens, Miserere, 131, 11). Du lat. chrét. jejunare « jeûner, faire abstinence », fig. « se priver, se tenir à l'écart de ». Fréq. abs. littér. : 185. Bbg. Cohen 1946, p. 71.

Jeûner : définition du Wiktionnaire

Verbe

jeûner intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Manger peu, manger moins qu’il ne faut, ou même ne pas manger du tout, soit par une privation volontaire, soit par une abstinence forcée et faute d’aliments.
    • C’est un avare qui fait jeûner ses domestiques. - Il est trop gros, il faut le faire jeûner pour le guérir.
    • Les soldats ont souvent jeûné pendant cette campagne. - Ce médecin fait jeûner ses malades.
  2. (Figuré) (Familier) S’abstenir ou être privé de certaines jouissances, etc.
    • Il y a plus de six mois que je n’ai pu aller au spectacle : c’est trop longtemps jeûner.
  3. (Religion) S’abstenir d’aliments ou de certains aliments, par esprit de dévotion, de mortification.
    • Jeûner au pain et à l’eau. - Il jeûne tous les vendredis. - Jeûner tout le carême, durant tout le carême.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Jeûner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

JEÛNER. v. intr.
Manger peu, manger moins qu'il ne faut, ou même ne point manger du tout, soit par une privation volontaire, soit par une abstinence forcée et faute d'aliments. C'est un avare qui fait jeûner ses domestiques. Il est trop gros, il faut le faire jeûner pour le guérir. Les soldats ont souvent jeûné pendant cette campagne. Ce médecin fait jeûner ses malades. Il signifie quelquefois, figurément et familièrement, S'abstenir ou être privé de certaines jouissances, etc. Il y a plus de six mois que je n'ai pu aller au spectacle : c'est trop longtemps jeûner. Il signifie spécialement S'abstenir d'aliments ou de certains aliments, par esprit de dévotion, de mortification. JÉSUS-CHRIST jeûna pendant quarante jours. Jeûner régulièrement. Jeûner au pain et à l'eau. Il jeûne tous les vendredis. Jeûner tout le carême, durant tout le carême.

Jeûner : définition du Littré (1872-1877)

JEÛNER (jeû-né) v. n.
  • 1Manger moins qu'il ne faut, ou même ne point manger du tout, soit volontairement, soit par force. Faire jeûner ses domestiques. Depuis que chez ma cousine Qui jeûnait en carnaval…, Béranger, Voisin.

    Fig. S'abstenir ou être privé de. Ce n'est rien de jeûner des viandes grossières qui nourrissent le corps, si on ne jeûne aussi de tout ce qui sert d'aliment à l'amour-propre, Fénelon, t. XVIII, p. 126.

  • 2 Particulièrement. S'abstenir d'aliments ou de certains aliments par esprit de dévotion. Aucun dans le banquet ne veut l'abandonner [Jésus-Christ], Mais dedans le désert il est seul à jeûner, Corneille, Imit. II, 11. Ayant jeûné quarante jours et quarante nuits, il [Jésus] eut faim ensuite, Sacy, Bible, Évang. St Matthieu. IV, 2. Il vaut mieux ne pas jeûner et en être humilié, que jeûner et en être complaisant, Pascal, Pens. XXV, 127, éd. HAVET. On a beau jeûner, ce n'est rien faire, si on ne ferme les avenues de son cœur à la vanité, Maucroix, Hom. de StChrysost. dans RICHELET. Jeûnent-ils toujours au pain et à l'eau ? Sévigné, 239. Elle [Mme de Maintenon] jeûnait si austèrement les carêmes, qu'elle faisait peser son pain, Mme de Caylus, Souvenirs, p. 66, dans POUGENS. J'ai peur que certains hommes d'État ne fassent comme Mme de Bouillon, qui disait : comment édifierons-nous le public le vendredi saint ? faisons jeûner nos gens, Voltaire, Lett. d'Alembert, 8 mai 1764.
  • 3L'infinitif, pris substantivement. Le trop jeûner, le trop boire, et autres excès. Descartes, l'Homme.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

XIIe s. Or faites jejuner deus jours quatre lions, Roncisv. p. 200. Ce dist li uns : Les ordes gloutes Ont creanté à juner toutes, Lai d'Ignaurès.

XIIIe s. Ensi geuna Salehedins deux jours et deux nuits sans boire et sans mangier, Chr. de Rains, 108. Et Renart fu moult enpiriez De geüner et de mal traire, Ren. 1951. Sire, par le saint quaresme, Qu'à juner commanda Dieux…, Bibl. des chartes, 4e série, t. V, p. 29.

XIVe s. Car de juner deus jours se poit on mal tenir, Baud. de Seb. x, 1151.

XVe s. Et sachez que les quatre parts d'eux jeunerent par deffaute de vivres…, Froissart, II, II, 109.

XVIe s. Qui sur escuelle d'autrui s'asseure, quand il pense manger, il jeusne, Leroux de Lincy, t. I, p. 32. L'homme qui a femme ne peut pas jeuner, Leroux de Lincy, p. 255.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Jeûner : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

JEÛNER (faire) un arbre. Cette opération est encore fort récente dans le jardinage. On suppose un arbre dont un côté pousse vigoureusement pendant que l’autre est très-maigre. On fait soustraction des sucs de la terre en ouvrant le côté gras de la bonne terre jusqu’aux racines, & en lui substituant de la terre maigre ou un sable de ravine ; on fait pareille fouille du côté maigre, & l’on y met les engrais nécessaires. On s’apperçoit quelque tems après d’un changement total, par l’égalité d’embonpoint où se trouve l’arbre ; si c’est un arbre en espalier, on dépalisse les branches maigres pour les laisser pousser en liberté, & l’on contraint un peu les branches vigoureuses pour en arrêter la seve, souvent même on les tord un peu. (K)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « jeûner »

Étymologie de jeûner - Littré

Provenç. junar, jeonar ; portug. jejuar ; du lat. jejunare, de jejunus, à jeun (voy. JEÛNE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de jeûner - Wiktionnaire

Du latin jejunare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « jeûner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
jeûner play_arrow

Conjugaison du verbe « jeûner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe jeûner

Citations contenant le mot « jeûner »

  • “O Abû Dharr, si tu jeûnes trois jours chaque mois, jeûne les treizième, quatorzième et quinzième” (rapporté par at-Tirmidhî, n° 761, an-Nassâ’ï, n° 2424) ; Milhân affirme : “Le Prophète nous enjoignait de jeûner les jours blancs : les treizième, quatorzième et quinzième” (rapporté par Abû Dâoûd, n° 2449, an-Nassâ’ï, n° 2432). Al-Kanz - Economie islamique en France et dans le monde, Jours blancs du mois de dhu al-qi’da 1441
  • Le carnivore, qui vit dans les régions arctiques où la température peut descendre jusqu'à -40°C en hiver, peut jeûner pendant des mois, notamment pendant la période estivale où la banquise fond chaque année.  RTL.fr, Réchauffement climatique : une étude envisage l'extinction des ours polaires d'ici 2100
  • Les jeûnes représentent ainsi, dans ces contextes de reconstruction de soi pour mieux aborder le futur, des désirs de se référer à des groupes qui rassurent en temps de crise. Mais le jeûne affirme aussi un individualisme qui refuse un pouvoir particulier ou construit, de façon égotique, un projet optimiste (nouveau modèle alimentaire, nouvelle silhouette, parfaite santé). Gageons que l’heure du déconfinement et du « dé-jeûner » sera celle de la valorisation d’aliments porteurs de sens. The Conversation, Ce que jeûner indique de notre sociabilité
  • Le carnivore, qui vit dans les régions arctiques où la température peut descendre jusqu'à -40 °C en hiver, peut jeûner pendant des mois, notamment pendant la période estivale où la banquise fond chaque année. Mais avec le réchauffement de la planète, deux fois plus rapide en Arctique, l'absence de glace dure de plus en plus longtemps. Incapables de trouver dans leur environnement une autre alimentation aussi riche que les phoques, de plus en plus d'ours affamés s'aventurent déjà parfois loin de leur territoire, près de zones habitées. Franceinfo, Le réchauffement climatique pourrait signer l'extinction des ours polaires d'ici à 2100
  • Le carnivore, qui vit dans les régions arctiques où la température peut descendre jusqu’à -40°C en hiver, peut jeûner pendant des mois, notamment pendant la période estivale où la banquise fond chaque année. , Réchauffement: Vers l'extinction des ours polaires d'ici 2100
  • Du 16 au 18 juillet, les Malawites ont été invités par leur président, Lazarus Chakwera, ancien pasteur des Assemblées de Dieu, à jeûner et prier pour demander à Dieu d’endiguer la propagation du coronavirus. Ces jours de jeûne ont été suivis par une journée d’action de grâce, dimanche 19 juillet. La Croix, Covid-19 : au Malawi, le président décrète trois jours de jeûne et de prière
  • Pour toi, quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage. , Évangile selon saint Matthieu, VI, 17

Traductions du mot « jeûner »

Langue Traduction
Corse veloci
Basque azkarra
Japonais 速い
Russe быстро
Portugais velozes
Arabe بسرعة
Chinois 快速
Allemand schnell
Italien veloce
Espagnol ayunar
Anglais fast
Source : Google Translate API

Synonymes de « jeûner »

Source : synonymes de jeûner sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires