La langue française

Jan

Définitions du mot « jan »

Trésor de la Langue Française informatisé

JAN1, subst. masc.

JEU DE TRICTRAC
A. − Table sur laquelle on dépose les pions au début de la partie (petit jan) ou sur laquelle on termine la partie (grand jan) :
La table de trictrac à peine installée dans le salon, les soirées se passaient pour le père et pour la fille à jeter les dés qui sonnaient avec un bruit sec contre le rebord de bois. Les termes cabalistiques de petit jan, de grand jan, de jan de retour, de bezet, de terne, de quine, les « je bats » et les « je remplis » se mélangeaient maintenant aux propos tenus par la marquise et ses deux compagnes de travail. Bourget, Disciple,1889, p. 139.
Faire son petit, son grand jan. ,,Remplir les cases de la première, de la seconde table`` (Ac. 1835, 1878).
Jan de retour. ,,Se dit lorsque, après avoir passé toutes ses dames dans le jeu de l'adversaire, on revient dans son propre jeu. Faire son jan de retour, en être au jan de retour`` (Ac. 1835, 1878). Cf. supra ex.
B. − Coup qui fait perdre des points à un joueur ou à son adversaire. (Dict. xxes.).
Prononc. et Orth. : [ʒ ɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1762. Homon. gens, gent. Étymol. et Hist. 1. 1510 [éd. 1527] Jehan « coup au trictrac » (G. Cretin, A. Macé de Villebresme, 43 ds Œuvres poétiques, éd. K. Chesney, p. 260 : en tablier faire ung Jehan begayer); 1546 Jan (Rabelais, Tiers livre, chap. XII, éd. M. A. Screech, p. 96 : le Jan en vault deux); 2. 1752 « chacune des deux tables du trictrac » (Trév.). Orig. incertaine. Tiré, pour une raison obscure, du prénom Jean (FEW, t. 5, pp. 46b-47a).

JAN2, subst. masc.

Région. (Normandie). Synon. de ajonc.La nouvelle route de Barneville, solitaire et cultivée (...), le jan, comme on dit ici, en fleur, comme sur la route de Gayross, et faisant muraille d'or à droite et à gauche (Barb. d'Aurev., Memor. pour l'A... B...,1864, p. 428).Alors, il s'approcha du sable et se pencha entre les touffes de jan, d'ajoncs, qui garnissaient la lèvre de la dune (La Varende, Homme aux gants,1943, p. 133).
Prononc. : [ʒ ɑ ̃]. Étymol. et Hist. xiiies. [copie du xviies.] jaam (Vie du Bienheureux Thomas Hélie de Biville, éd. Couppey, p. 113 ds Gdf.); début xves. gean (Coutumier des forêts de Normandie, fo705 ro, Arch. S.-Inf. ds L. Delisle, Études sur la condition de la classe agricole [...] en Normandie, p. 351); 1550 jan (Poppe, p. 169). Mot dial. répandu en Normandie et en Bretagne. Var. de ajonc* (dont la forme originale semble avoir été *(a)jaon, v. Romania t. 70, pp. 153-154 et t. 77, pp. 497-499), prob. issu d'un rad. prérom. ou préindo-européen *aggabone (Z. rom. Philol. t. 71, pp. 241-242; Hubschmid fasc. 2, pp. 68 et 120); aphérèse du a- initial de *(a)jaon prob. à la suite d'une fausse coupure; forme -an par réduction du groupe -aon (cf. Bourc.-Bourc. § 91, Rem. III). V. aussi FEW t. 21, p. 105, EWFS2, s.v. jonc2, Bl.-W.5, s.v. ajonc, Cor., s.v. gayuba, Roll. Flore t. 4, pp. 80-89.

Wiktionnaire

Nom commun

jan \ʒɑ̃\ masculin

  1. Chacune des deux tables du jeu de trictrac.
    • Je remplis mon grand jan par doublet : six points pour moi.
  2. Se dit aussi de la marque des points pour l’un ou l’autre des joueurs.
    • Ce jan de mézéas me permet de marquer deux trous sans bouger.
  3. (Normandie)(Botanique) Nom régional de l'ajonc.

Adjectif

jan \jàn\

  1. Haut.
  2. Grand.
  3. Long.
  4. Éloigné.

Nom commun

jan \jan\

  1. Piège.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

JAN. n. m.
Chacune des deux tables du jeu de Trictrac. Il se dit aussi du Coup qui fait perdre des points à l'un ou à l'autre des joueurs.

Littré (1872-1877)

JAN (jan) s. m.
  • Terme du jeu de trictrac, qui désigne tous les accidents par lesquels on peut gagner ou perdre des points ; les jans sont donc très nombreux. 1° Le petit jan, celle des deux tables sur laquelle on range les dames en commençant la partie ; quand il est plein, on gagne quatre points par coup de dé que l'on peut tenir. 2° Le grand jan, l'autre table. Faire son petit jan, faire son grand jan, remplir toutes les cases dans l'une de ces parties. 3° Jan de retour, le petit jan de l'adversaire quand on y passe ses dames, et qui vaut aussi quatre points par chaque coup de dé que l'on peut jouer sans détruire son plein. 4° Jan de puissance, quand le point amené par le dé porte sur une dame découverte de l'adversaire. 5° Jan qui ne peut, lorsque le point formé par la somme des deux dés portant sur une dame découverte, en décomposant on tombe sur une dame couverte de l'adversaire ; c'est alors lui qui compte les points. Exemple : j'amène 4 et 3, en tout 7 ; avec 7, j'atteins une dame découverte ; mais, par le 3 et par le 4, je tombe sur une de ses dames couvertes : alors les points que j'aurais comptés sont pour lui. On dit plus souvent battre à faux. 6° Jan de trois coups ; c'est lorsqu'en commençant la partie on amène en trois coups de dés les six nombres, 1, 2, 3, 4, 5 et 6. 7° Le jan de deux tables, quand, n'ayant que deux dames abattues, le coup de dé fait battre votre coin par l'une et le coin de l'adversaire par l'autre. 8° Le jan de mézéas, lorsque, votre coin étant pris, sans aucune autre dame abattue de votre côté, vous amenez un as, le coin de l'adversaire étant vide. 9° et 10° Ces deux derniers ont des contre-jans qui comptent pour l'adversaire quand il occupe déjà son coin.

    Par extension, on a donné le nom de jan aux parties du trictrac où ces jans ont lieu : on dit le petit jan, le grand jan, le jan de retour pour la première partie, la seconde, et enfin la première de l'adversaire.

HISTORIQUE

XVIe s. C'est ce que l'on dit que le jan en vault deux, Rabelais, p. 66, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

JAN, s. m. (jeu.) au trictrac se dit de la disposition du jeu, lorsqu’il y a douze dames abattues deux à deux, qui font le plein d’un des côtés du trictrac. Il y en a qui font dériver ce mot de Janus, auquel les Romains donnoient plusieurs faces, & disent qu’on l’a mis en usage dans le jeu du trictrac pour marquer la diversité des faces ; il y a plusieurs sortes de jans, comme le grand & le petit jan, le jan de trois coups, le jan de deux tables, le contre jan de deux tables, jan de Mézéas, contre jan de Mézéas, jan de retour, jan de récompense, jan qui ne peut. Voyez tous ces termes expliqués à leur article.

Quelques-uns définissent encore le jan en général un coup de trictrac qui apporte du profit ou de la perte aux joueurs, quelquefois l’un & l’autre ensemble.

Jan de Mézéas, au trictrac, est un coup qui se fait quand au commencement d’une partie ; on se saisit de son coin de repos sans avoir aucune autre dame abattue dans tout son jeu. Ce jan vaut quatre points lorsqu’on amene un as, & six, si l’on en amene deux.

Jan qui ne peut, au trictrac, se fait toutes les fois que les nombres de points qu’on amene tombent sur une dame découverte de l’adversaire, & que les cases ferment les passages ; & il se fait encore au jan de retour, lorsque vous ne pouvez jouer les nombres que vous avez amenés.

Jan de récompense. On fait un jan de récompense au trictrac, lorsque le nombre de points produits par les dés jettés, tombe en les comptant sur une dame découverte de son adversaire ; le gain qu’on fait dans la table du coin de repos, & celle du petit jan, sont différens. Dans la premiere on ne gagne sur chaque dame découverte que deux points par simples pour chaque moyen, & quatre points par doubles ; au lieu que dans la derniere on profite de quatre points par simples, & de six par doubles. Mais si on bat par deux manieres simples, on gagne huit points, & douze par trois.

Le jan de récompense arrive quantité de fois dans le jeu de trictrac, comme on vient de le voir, & il se fait encore, quand s’étant saisi de son coin de repos, on bat celui de son adversaire qui est vuide, & pour lors on gagne quatre points par simples, & six par doubles.

Jan de retour, au trictrac, est un jeu qu’on ne peut faire sans avoir rompu son grand jan, parce qu’il faut se servir des mêmes dames qui le composoient. Pour y parvenir, on passe les dames dans la premiere table de son adversaire, & on les conduit dans la seconde qui est celle où étoient d’abord les tas de bois ou de dames de celui contre qui l’on joue ; & si-tôt que les cases de cette derniere table sont remplies, le jan de retour est fait. On ne sauroit passer que la fleche sur laquelle on prend passage, ne soit absolument nue, autrement le passage est fermé : c’est un passage pour la battre, & même une autre qui seroit plus loin ; mais on ne pourroit pas passer pour cela ; tant qu’on garde son jan de retour, & lorsqu’on le fait, on gagne autant qu’au grand & petit jan. On saura pour regle générale, que qui ne peut jouer tous les nombres qu’il a faits au jan de retour, perd deux points pour chaque dame qu’il ne peut jouer, soit qu’il ait joué par simples ou par doubles ; quand le jan de retour est rompu, on leve à chaque coup, selon les dés, les dames du trictrac ; & celui qui a plutôt fait, gagne quatre points par simples, & six par doubles. Après quoi on empile de nouveau le bois pour recommencer à abattre les dames, & faire de nouveaux plains jusqu’à ce qu’on ait gagné les douze trous qui sont le tout ou la partie complette du trictrac.

Jan de deux tables au trictrac, est celui qui se fait quand au commencement d’une partie on n’a que deux dames abattues, & placées de sorte que de votre dé vous pouvez mettre une de ces dames dans votre coin de repos, & l’autre dans celui de votre adverse partie. Jan de deux tables est un hasard du jeu de trictrac qui tourne à l’avantage de celui qui le fait. Il vaut quatre points par simple & six par double, qu’il faut marquer, quoiqu’on ne puisse pas placer ses dames dans l’un ni dans l’autre de ses coins, ne pouvant être pris que par deux dames à la-fois ; cependant, parce qu’on a la puissance de les y mettre on en tire le profit.

Jan de trois coups, au trictrac, se dit d’un joueur qui au commencement d’une partie abat en trois coups six dames de suite depuis la pile jusqu’où est comprise la case de sannes. Le jan de trois coups vaut ordinairement quatre points à celui qui le fait, & pas plus, parce qu’il ne peut se faire par doublets. Pour que ce jan profite, les regles du jeu n’obligent point à jouer le dernier coup ; on peut seulement marquer quatre points pour son jan, & faire une case dans son grand jan, avec le bois battu dans le petit.

Il y a encore d’autres jans, tels que jan de courtes chausses, ou celui où par un coup de dés fâcheux on ne peut achever son jan de retour ; jan de rencontre ou celui où en commençant la partie, les deux joueurs amenent les mêmes dés, &c. On néglige aujourd’hui dans la pratique du jeu la plûpart de ces jans.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « jan »

L'origine est fort incertaine ; mais les livres de trictrac s'accordent à tirer le mot de Janus, qui avait deux ou plusieurs faces. On prétend que ce nom fut employé pour exprimer la diversité des coups qui se présentaient.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1546) Très incertaine. D’après le Littré, les livres de trictrac le lient au nom du dieu Janus. Le Petit Robert le fait descendre du prénom Jean.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « jan »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
jan ʒɑ̃

Citations contenant le mot « jan »

  • 18 janvier 2021, Marc Sériau Paddock GP, Décès de Jan de Vries, une légende des « tasses à café » - Paddock GP
  • A l’occasion de son audition par la Commission Spéciale sur la bioéthique du Sénat, le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, a rappelé le calendrier du projet de loi de bioéthique. Mardi 12 janvier, une dizaine de militants pro-euthanasie ont été interpelés dans toute la France, dans le cadre d’une enquête sur le trafic de pentobarbital. « Est-ce problématique de faire parler les morts ? Y a-t-il une atteinte au principe de respect de la dignité de la personne humaine ? » Autant de questions qui s’imposent alors que « Microsoft a déposé en janvier 2021 le brevet d’un « chatbot » qui permet de communiquer avec nos proches décédés ». Gènéthique, La semaine bioéthique - 19 jan. 2021 - Gènéthique

Images d'illustration du mot « jan »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « jan »

Langue Traduction
Anglais jan
Espagnol ene
Italien jan
Allemand jan.
Chinois 一月
Arabe يناير
Portugais jan
Russe январь
Japonais ヤン
Basque jan
Corse ghjinnaghju
Source : Google Translate API

Jan

Retour au sommaire ➦

Partager