La langue française

Invinciblement

Définitions du mot « invinciblement »

Trésor de la Langue Française informatisé

INVINCIBLEMENT, adv.

D'une manière invincible, à laquelle rien ne peut s'opposer. Synon. immanquablement, irrésistiblement.
[Correspond à invincible A] À l'extérieur, elle a dû surmonter, moralement et matériellement, d'innombrables difficultés. Mais, invinciblement, la France Combattante émerge de l'océan (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 678).
[Correspond à invincible B] Démontrer, prouver invinciblement qqc. Ces courants entraînent invinciblement les navires bien loin de leur route (Lamart., Voy. Orient, t. 1, 1835, p. 165).
[Correspond à invincible C] Attirer, entraîner, songer, tendre invinciblement (à/vers qqn/qqc.); se sentir invinciblement porté à + inf. Quand un homme trompe, il est invinciblement forcé d'entasser mensonges sur mensonges (Balzac, Goriot,1835, p. 82).Il reprit ses courses dans la campagne. Elles le ramenaient invinciblement à la ferme de Berthold (Rolland, J.-Chr., Adolesc., 1905, p. 314):
L'abbé Pirard l'avait mené dans plusieurs sociétés jansénistes. Julien fut étonné; l'idée de la religion était invinciblement liée dans son esprit à celle d'hypocrisie et d'espoir de gagner de l'argent. Il admira ces hommes pieux et sévères qui ne songent pas au budget. Stendhal, Rouge et Noir,1830, p. 263.
Prononc. et Orth. : [ε ̃vε ̃sibləmɑ ̃]. Att. ds Ac. 1694. Étymol. et Hist. xves. (G. Tardif, Apol. de L. Valla, II, p. 151, Marchessou ds Gdf. Compl.). Dér. de invincible*; suff. -ment2*. Fréq. abs. littér. : 279. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 418, b) 277; xxes. : a) 501, b) 378.

Wiktionnaire

Adverbe

invinciblement \ɛ̃.vɛ̃.si.blə.mɑ̃\ invariable

  1. D’une manière invincible, d’une manière à laquelle on ne peut résister.
    • Il est vrai qu’en même temps M. de Paris veut qu’on sache […] qu’en reconnaissant une grâce qu’on peut rejeter, il ne prétend point qu’on affaiblisse par là cette victorieuse délectation, cette opération efficace et toute-puissante qui fléchit invinciblement les cœurs les plus obstinés et les fait voulants de non voulants qu’ils étaient auparavant […] — (Jacques-Bénigne Bossuet, Théologie critique : Avertissement sur le livre des réflexions morales VI)
    • Ce n’est pas que tous les hommes soient invinciblement portés par leur nature à faire le mal, et qu’ils le fassent toujours. — (Voltaire, Dieu et les hommes)
    • J’en avais vu plus d’une [jeune personne] dans le monde que l’on n’avait instruite qu’à feindre et à dissimuler ; mais on m’avait dit tant de bien du naturel de celle-ci, et ce naturel me semblait si naïf, si pur et si vrai, si éloigné de toute espèce de dissimulation, de feinte et d’artifice ; la bonté, l’innocence, la tendre modestie, en étaient si visiblement exprimées dans son air et dans son langage, que je me sentais invinciblement porté à le croire tel qu’il s’annonçait ; et si je n’ajoutais pas foi à tant de vraisemblance, il fallait donc me défier de tout, et ne croire jamais à rien. — (Jean-François Marmontel, Mémoires de Marmontel X)
  2. D’une manière à laquelle on ne peut répliquer.
    • Il a invinciblement prouvé sa proposition.
    • Luther demeura invinciblement frappé de la force et de la simplicité de ces paroles : Ceci est mon corps, ceci est mon sang ; ce corps livré pour vous, ce sang de la nouvelle alliance, ce sang répandu pour vous et pour la rémission de vos péchés : car c’est ainsi qu’il faudrait traduire ces paroles de Notre-Seigneur, pour les rendre dans toute leur force. — (Jacques-Bénigne Bossuet, Histoire des variations des Églises protestantes, II, 1688)
  3. D’une manière dont on ne peut triompher.
    • Infiniment éloigné de comprendre les extrêmes, la fin des choses et leur principe sont pour lui [l’homme] invinciblement cachés dans un secret impénétrable ; également incapable de voir le néant d’où il est tiré, et l’infini où il est englouti. — (Blaise Pascal, Pensées, I, 1)
    • J’avouerai même de plus que, si cette pièce était invinciblement retenue et inébranlablement contenue par les deux bouts dans des enchâtres d’une matière inflexible et parfaitement dure, il faudrait une force presque infinie pour la rompre ; car on peut démontrer que pour rompre une pièce ainsi posée, il faudrait une force beaucoup plus grande que la force nécessaire pour rompre une pièce de bois debout, qu’on tirerait ou qu’on presserait suivant sa longueur. — (Georges-Louis Leclerc de Buffon, Expériences sur les végétaux : Premier mémoire : Expériences sur la force du bois)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INVINCIBLEMENT. adv.
D'une manière invincible. Ce fait prouve invinciblement ce que j'avance.

Littré (1872-1877)

INVINCIBLEMENT (in-vin-si-ble-man) adv.
  • 1D'une manière invincible, d'une manière à laquelle on ne peut résister. Cette opération efficace et toute-puissante [de la grâce] qui fléchit invinciblement les cœurs les plus obstinés, Bossuet, Avert. sur le liv. des réflex. mor. VI. Ce n'est pas que tous les hommes soient invinciblement portés par leur nature à faire le mal et qu'ils le fassent toujours, Voltaire, Déf. Mil. Bolingbroke, ch. 1. Je me sentais invinciblement porté à le croire tel qu'il s'annonçait, Marmontel, Mém. X.
  • 2D'une manière à laquelle on ne peut répliquer. Il a invinciblement prouvé sa proposition. Luther demeura invinciblement frappé de la force et de la simplicité de ces paroles : ceci est mon corps, Bossuet, Var. II.
  • 3D'une manière dont on ne peut triompher. Infiniment éloigné de comprendre les extrêmes, la fin des choses et leur principe sont pour lui [l'homme] invinciblement cachés dans un secret impénétrable, Pascal, Pensées, I, 1, édit. HAVET. Si cette pièce était invinciblement retenue et inébranlablement contenue par les deux bouts dans des enchâtres d'une matière inflexible et parfaitement dure, il faudrait une force presque infinie pour la rompre, Buffon, Hist. nat. Part. exp. Œuv. t. VIII, p. 180.

HISTORIQUE

XVIe s. La grandeur de son courage faisoit qu'il s'obstinoit invinciblement en toutes choses, quand il les avoit une fois entreprises, Amyot, Alex. 51.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « invinciblement »

(1490) Dérivé de invincible avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Invincible, et le suffixe ment.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « invinciblement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
invinciblement ɛ̃vɛ̃siblǝmɑ̃

Citations contenant le mot « invinciblement »

  • Le théâtre est le moyen le plus actif et le plus prompt d'armer invinciblement les forces de la raison humaine, et de jeter tout à coup sur un peuple une grande masse de lumière. De Louis-Sébastien Mercier
  • Benjamin d'une famille de sept enfants qui exploitait une ferme de cocotiers, Yantra avait d'abord suivi des cours dans un collège technique de Bangkok pour obtenir une licence de tourisme. Il avait été quelque temps guide. Mais cela ne satisfaisait pas ses exigences spirituelles. Son âme était invinciblement attirée par le bouddhisme. Il décida de rompre avec le monde et de mener la vie ascétique et vagabonde des yogis. Des étudiants de l'université Silpakorn se souvenaient de l'avoir rencontré alors qu'il était ermite dans la forêt de l'ile de Ko Samet et d'avoir été impressionnés par son élévation spirituelle. A l'image des sâdhu du Tibet, «il fixe, écrivent ses biographes, pendant des heures le soleil, les marais, les montagnes et le ciel». Il voyage au Népal, revient en Thaïlande, pratique la méditation pendant six mois, suit l'enseignement des vieux maîtres. , En 1995, le "nouveau Bouddha" thaïlandais était un moine débauché
  • Par exemple laisser les élèves bavarder tout à leur aise – ce qui m’évoque invinciblement le « papotis » préconisé par des inspecteurs de Lettres, jamais en retard d’une aberration moderne : « Il faut des professeurs ‘désobéissants’, des professeurs qui ne se réfugient pas derrière les règlements intérieurs et les programmes. Des professeurs qui, par exemple, comprennent que le bavardage est quelque chose de magnifique ; la soif de connaissances passe par le bavardage. Plutôt que de lutter contre ce ‘problème’ pendant la moitié du cours, il faut utiliser cette envie de s’exprimer. » Causeur, Vincent Cespedes, le "philosophe" qui veut peupler la France de migrants - Causeur
  • Sur le plateau quasi-nu, il y a une femme et un homme. Ils ne portent pas de noms car vivent en eux tous les hommes et toutes les femmes que la Terre a portés. La pièce commence par la fin et s’achève par le début. Ou peut-être est-ce l’inverse ? Le récit est devenu cyclique et se passe d’événement, comme pour mieux signifier que nous sommes ici dans le temps du mythe, celui d’un amour absolu qui nous amènerait à tutoyer le sacré. Hybris n’est-il pas le nom de ce péché d’orgueil qui fait croire aux hommes qu’ils peuvent rivaliser avec les dieux ? C’est par le texte, en entrelaçant leurs deux langues sans chercher à les fondre, dans une hybridité savamment entretenue, que Vanille Fiaux et Manuel Garcie-Kilian ont choisi de matérialiser cette quête d’union parfaite perdue d’avance. Laissant de longues plages à la musique live de Seilman Bellinsky, ils donnent corps, en filigrane, à ce qu’il reste d’invinciblement mystérieux et d’indicible dans les sentiments humains. Sceneweb, Vanille Fiaux et Manuel Garcie-Kilian dans Hybris
  • […] j’éprouve encore, et ici surtout, l’absence d’une voix qui m’a été jusqu’ici indispensable ; vous comprendrez bien que tout à l’heure c’est encore mon premier maître que je chercherai invinciblement à entendre. Après tout, de mon projet initial de travail c’est à lui que j’avais d’abord parlé ; à coup sûr, j’aurais eu grand besoin qu’il assiste à l’ébauche de celui-ci et qu’il m’aide une fois encore dans mes incertitudes. Mais après tout, puisque l’absence est le lieu premier du discours, acceptez, je vous en prie, que ce soit à lui, en premier lieu, que je m’adresse ce soir. , « Qu’importe qui parle. » Autour de la fonction-auteur (Acta Fabula)
  • Là est la vraie révolution qui s'invente chaque jour, tranquillement, discrètement, mais invinciblement, sous nos yeux ! Atlantico.fr, Etude sur les conditions de travail : pourquoi la pénibilité a changé de camp | Atlantico.fr

Traductions du mot « invinciblement »

Langue Traduction
Anglais invincibly
Espagnol invencible
Italien invincibilmente
Allemand unbesiegbar
Chinois 立于不败之地
Arabe لا يقهر
Portugais invencivelmente
Russe непобедимо
Japonais 無敵に
Basque eztabaidaezinean
Corse invincibilmente
Source : Google Translate API

Synonymes de « invinciblement »

Source : synonymes de invinciblement sur lebonsynonyme.fr

Invinciblement

Retour au sommaire ➦

Partager