La langue française

Insulinorésistance

Sommaire

  • Définitions du mot insulinorésistance
  • Étymologie de « insulinorésistance »
  • Phonétique de « insulinorésistance »
  • Citations contenant le mot « insulinorésistance »
  • Traductions du mot « insulinorésistance »

Définitions du mot insulinorésistance

Wiktionnaire

Nom commun

insulinorésistance \ɛ̃.sy.li.no.ʁe.zis.tɑ̃s\ féminin

  1. (Médecine) Fait pour les récepteurs cellulaires de sous-réagir à la production d’insuline, provoquant une hausse du glucose dans le sang.
    • La fréquence de l’insulinorésistance, souvent mal dépistée, est en constante progression et annonce dans un proche avenir une épidémie de syndromes métaboliques (ou syndrome X). — (Jacques Médart, Manuel pratique de nutrition: l’alimentation préventive et curative, éditeur De Boeck Supérieur, 2009)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « insulinorésistance »

Dérivé de insuline et de résistance.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « insulinorésistance »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
insulinorésistance ɛ̃sylɛ̃ɔresistɑ̃s

Citations contenant le mot « insulinorésistance »

  • « Répété quotidiennement, ces pics d’insuline pourraient induire à terme une insulinorésistance périphérique mais aussi cérébrale via le stress oxydatif et l’inflammation, ce qui favoriserait le développement des démences, des phénomènes auxquels les porteurs de l’allèle E4 sont plus sensibles », a expliqué Sylvaine Artero, directrice de l’équipe de recherche. L-FRII, Un lien entre la consommation de sucre et le risque de démence établi par une étude française - L-FRII
  • Au niveau endocrinien et métabolique, les atteintes sont probablement liées au fait que l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2), qui est le récepteur d’entrée dans la cellule du SARS-CoV-2, est présente sur de nombreux organes : testicules, ovaires, hypothalamus, hypophyse, thyroïde et pancréas. On peut par exemple observer un déficit de la production de testostérone qui pourrait contribuer à l’état de profonde fatigue et est corrélé à la sévérité de la maladie. L’hypokaliémie fréquemment rapportée pourrait résulter de la fixation du virus sur l’ACE2 et de la synthèse accrue d’aldostérone. La lymphopénie observée dans certaines formes graves ne permet pas d’exclure des situations d’hypocortisolisme, qui avaient déjà été observées avec le SARS. Des cas de thyroïdite subaiguë ont été rapportés. Une hypocalcémie peut être observée, de même qu’une hyperglycémie favorisée par la majoration de l’insulinorésistance et une atteinte directe de la glande pancréatique avec une élévation des taux d’amylase et de lipase. Medscape, COVID-19 : les symptômes inhabituels qui doivent alerter
  • Quand le patient peine à améliorer son hygiène de vie ou que la glycémie est de toute façon très élevée, le médecin propose un traitement. Pas de panique, sa mise en place est graduelle et le spectre de la piqûre d'insuline ne se profile pas. On commence par un antidiabétique oral comme la metformine qui diminue l'insulinorésistance. Et depuis le début du mois d'avril, de nouvelles molécules sont commercialisées pour faciliter l'élimination du sucre par les reins. Normalement, la glycémie redevient progressivement normale et un contrôle sanguin est effectué dans les deux mois pour mesurer l'efficacité du traitement. Vous êtes repassé sous le seuil critique? Vous voilà protégé. À vous de maintenir la vigilance! NotreTemps.com, Diabète: pourquoi il faut rester vigilant
  • – les atteintes endocriniennes et métaboliques sont probablement liées à la large distribution organique de l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2), récepteur du SARS-CoV-2 : testicule, ovaire, hypothalamus, hypophyse, thyroïde et pancréas. Contribuant à l’état de profonde fatigue et corrélé à la sévérité de la maladie, on peut observer un déficit de la production de testostérone. L’hypokaliémie fréquemment rapportée résulterait de la fixation du virus sur l’ACE2 et de la synthèse accrue d’aldostérone. La lymphopénie observée dans certaines formes graves de Covid-19 ne permet pas d’exclure des situations d’hypocortisolisme, déjà documentées au cours du SARS. Des cas de thyroïdite subaigüe ont été rapportés. Une hypocalcémie peut être observée, de même qu’une hyperglycémie favorisée par la majoration de l’insulinorésistance et une atteinte directe de la glande pancréatique avec une élévation des taux d’amylase et de lipase.  Caducee.net, Quels symptômes inhabituels doivent faire rechercher une Covid-19 ?
  • Il existe plusieurs classes de médicaments. Reposant sur des mécanismes d’action différents, ils peuvent être proposés seuls ou en association. Parmi les principaux, la metformine, chef de file de la classe des biguanides. Prescrite en première intention, elle réduit la glycémie en retardant l’absorption intestinale du glucose, diminuant sa production par le foie (anti-hyperglycémiant) et l’insulinorésistance, sans risque d’hypoglycémie, ni prise de poids. Inconvénient : elle peut provoquer des troubles digestifs et doit être évitée si les reins fonctionnent mal. , Antidiabétiques : un traitement personnalisé 
  • Mieux : les chercheurs ont même réussi à démontrer la relation de cause à effet sur des myotubes humains sains. Ainsi en altérant les échanges entre les deux organites, ils ont réussi à développer une insulinorésistance des cellules. A l'inverse, ils ont pu observer un défaut de communication entre la mitochondrie et le réticulum endoplasmique après avoir créé une insulinorésistance par un traitement des cellules au palmitate (un des acides gras les plus courants chez les animaux). En restaurant artificiellement cette interaction, la sensibilité à l'insuline était améliorée. "La prochaine étape consistera à tester s'il est possible de restaurer la sensibilité à l'insuline in vivo (chez l'animal), en agissant sur la communication entre les mitochondries et le réticulum endoplasmique", conclut Jennifer Rieusset, co-auteur de l'étude. Et peut-être dans quelques années, pouvoir "stimuler la fonction mitochondriale" pour restaurer la "sensibilité à l'insuline musculaire" chez les patients atteints de diabète de type 2, concluent les auteurs dans l'étude. Sciences et Avenir, Diabète de type 2 : la résistance à l'insuline provient d'un défaut de communication - Sciences et Avenir
  • Les chercheurs ont ici évalué les données de 23 patients atteints de fibromyalgie, suivis dans un centre de traitement de la douleur pour une douleur myofasciale. Tous ont subi des tests sanguins de routine mesurant notamment le taux d’HbA1c, biomarqueur de la résistance à l’insuline. Un taux élevé est notamment un symptôme de prédiabète. Grâce à cette mesure, les scientifiques ont pu mettre en évidence un lien entre fibromyalgie et insulinorésistance, car leur taux de HbA1c est relativement plus élevé que celui du groupe témoin, lorsque l’on compare par tranche d’âge. Santé Magazine, La fibromyalgie pourrait être liée à une insulinorésistance | Santé Magazine
  • Les patients insulinorésistants ont une diminution de la captation du glucose stimulée par l’insuline dans les muscles squelettiques et cardiaques, dans les adipocytes, le foie et le tube digestif. L’étiologie de cette insulinorésistance est complexe, faisant intervenir à la fois des facteurs génétiques et acquis. On sait que l’élévation chronique de la glycémie altère l’action de l’insuline : c’est ce qu’on appelle la glucotoxicité. En abaissant la glycémie, on améliore la sensibilité à l’insuline chez les diabétiques de type 2. Toutefois, les mécanismes moléculaires de cette glucotoxicité sont mal caractérisés. Ceci a conduit l’équipe de Ralph DeFronzo à examiner chez des sujets normaux ayant une tolérance au glucose normale, les effets de 3 jours d’hyperglycémie sur la captation du glucose, les activités enzymatiques, la signalisation de l’insuline et la O-GlcNAcyclation des protéines dans le muscle squelettique des sujets ayant ou non des antécédents familiaux de diabète de type 2. egora.fr, Diabète de type 2 : les raisons de la glucotoxicité expliquées | egora.fr
  • « Le diabète de type 2 évolue inexorablement au fil du temps, si le patient ne change pas son mode de vie », rappelle le Dr Jean-Michel Lecerf, chef du service de nutrition de l'Institut Pasteur de Lille. Tout commence par le fait que l'insuline ne peut plus fonctionner correctement, en raison d'un excès de graisse dans le corps. Les spécialistes parlent d'insulinorésistance. Le pancréas augmente alors la production de cette hormone pour contrer ce phénomène, mais il finit par s'épuiser. Ce qui aboutit à un manque d'insuline et donc à l'obligation, pour les malades, de s'injecter cette précieuse substance. Sauf s'ils adoptent alors une très bonne hygiène de vie, normalisent leur poids ou maigrissent, et font de l'exercice physique. Le Point, Diabète de type 2 : une maladie réversible ! - Le Point
  • Le diabète est une maladie de plus en plus répandue dans le monde, notamment en raison de l’incidence grandissante du surpoids et de la sédentarité. En France, en 2015, 3,7 millions de personnes prenaient un traitement pour le diabète soit 5,4% de la population. Parmi ces malades, 90% sont touchés par l’insulinorésistance ou le diabète de type 2. Le diabète insuline-dépendant, dit diabète de type 1, concerne quant à lui environ 10% des diabétiques. Il s’agit d’une maladie auto-immune aux causes encore méconnues. Le diabète est une pathologie chronique qui expose à de nombreuses complications comme le pied diabétique ou une hypoglycémie. Et par temps chaud, ces risques sont exacerbés, surtout pour les enfants et les personnes âgées, prévient la Fédération Française des diabétiques (FFD) qui publie sur son site une liste de cinq conseils pour un été plus serein. www.pourquoidocteur.fr, Diabète : cinq conseils à suivre en cas de forte chaleur
  • Ces deux anomalies sont les suivantes : soit le pancréas ne produit pas assez d’insuline pour faire diminuer la glycémie (dit insulinopénie), soit ­l’insuline n’agit pas correctement et l’on parle alors d’insulinorésistance. On observe dans les deux cas de figure une dérégulation du taux de glucose dans le sang. , Prévenir et contrer le diabète de type 2 - Alternative Santé
  • Appelé également pitaya, ce joli fruit tout rose à l’extérieur et blanc avec des graines à l’intérieur provient d’un cactus. On commence à en trouver un peu partout, notamment dans les épiceries fines et les magasins asiatiques. Ses atouts ? Il est bien pourvu en bétacyanines, des polyphénols appréciés pour leur capacité à limiter le stress oxydatif, en partie responsable de l’insulinorésistance et donc du diabète de type 2. Il renferme en outre des bétalaïnes, des pigments rouges qui seraient également impliqués dans la prévention du diabète de type 2. En effet, les bétalaïnes favoriseraient la régénération des cellules bêta des îlots de Langerhans, chargées de fabriquer l’insuline dans le pancréas.On le déguste… Dans une salade de fruits, car son goût est un peu fade. , Kiwi, mangue, grenade... Les vertus santé des fruits exotiques
  • Il a été prouvé à maintes reprises qu’un mauvais sommeil favorisait une prise de poids. En effet, chez l’humain, une perturbation aiguë du sommeil peut entraîner une augmentation de l'appétit et de l'insulinorésistance. Aussi, les personnes dormant chroniquement moins de six heures par nuit ont un plus grand risque d’obésité et de diabète de type 2. Toutefois, la façon dont le sommeil et l’alimentation sont liés reste floue. D’après une nouvelle étude parue dans la revue Plos Biology, c’est en fait l’excès de poids qui pourrait favoriser un mauvais sommeil. www.pourquoidocteur.fr, Obésité : on en sait plus sur le lien entre manque de sommeil et prise de poids
  • Les chercheurs ont également associé la consommation de cannabis à des niveaux plus faibles d’insulinorésistance, ce qui est une excellente nouvelle pour les cannabinophiles à risque de diabète. De nombreuses études ont tenté de déterminer exactement quels cannabinoïdes ont un impact positif sur le diabète et comment. Blog-Cannabis, Un cannabinoïde rare semble prometteur pour le diabète
  • Le prédiabète, comme le diabète avéré, répond à plusieurs mécanismes physiopathologiques et il est donc logique de penser qu’adapter le type de traitement au type physiopathologique de prédiabète, en donnant des médicaments plutôt actifs sur l’insulinosécrétion ou plutôt des médicaments actifs sur l’insulinorésistance pourrait améliorer la survenue d’un diabète. egora.fr, Prévention du diabète chez les prédiabétiques : bien connaître le mécanisme physiopathologique pour adapter la prise en charge | egora.fr
  • Les chercheurs concluent que le microbiote agit sur le fonctionnement de l'épithélium intestinal et qu'il faudra désormais identifier clairement quelles sont les bactéries responsables de l'insulinorésistance. Doctissimo, Diabète : le microbiote en cause dans le dysfonctionnement de l'insuline
  • La mesure du tour de taille est un des critères de détection d'une insulinorésistance. Un tour de taille supérieur à 102 cm chez un homme est un des critères du syndrome métabolique et témoigne d'une obésité androïde avec augmentation du tissu graisseux abdominal viscéral. L'excès de graisse viscérale est le premier critère du syndrome métabolique. Cet excès de graisse est associé biologiquement à une résistance à l'action de l'insuline dans certains tissus comme le muscle squelettique, le foie et le tissu adipeux. Soignez-vous, Le syndrome métabolique - Maladies - Soignez-vous
  • Enfin une étude publiée le 4 mars 2019 dans le journal scientifique British Journal of Clinical Pharmacology, les personnes qui prennent des statines peuvent présenter un risque plus élevé d’hyperglycémie, d’insulinorésistance et éventuellement de diabète de type 2. Presse santé, Statines : Diabète, douleurs musculaires, de redoutables effets secondaires
  • L’irritabilité est, avec les bouffées de chaleur, l’un des principaux signes de la périménopause. Ces modifications hormonales qui débutent vers 45 ans sont souvent responsables d’une insulinorésistance (accumulation de sucre dans le sang), et donc d’une prise de poids, pouvant aller jusqu’à 5 kg, et qui se concentre plus volontiers sur la sangle abdominale. Le ventre s’épaissit et devient mou, au point de pouvoir être saisi entre les mains. Peu flatteuses pour la silhouette, ces graisses ne sont pas graves pour la santé. Mais mieux vaut les déloger rapidement avant qu’elles ne s’ancrent profondément. Je réagis. En alliant diététique et activités! Sans oublier la visite chez le gynécologue. Il pourra envisager un traitement hormonal de la ménopause (THM ou THS): celui-ci joue sur la répartition des graisses afin qu’elles soient moins concentrées sur la sangle abdominale. , Magazine Santé | J’ai du ventre, oui, mais quel ventre?
  • Dans leur article, les scientifiques précisent qu’aux Etats-Unis environ 40 % des adultes ont déjà un certain degré d’insulinorésistance et à peu près autant développeront un véritable diabète. En France, 4,6 % de la population serait globalement diabétique de type 2 mais l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) considère que ce pourcentage est « largement sous-estimé », car « 20 % des personnes diabétiques âgées de 18 à 74 ans ne sont pas diagnostiquées. » Le Monde.fr, Le fructose est le principal moteur du diabète
  • Dix ans plus tard, la même équipe a démontré, toujours chez la souris, que l’utilisation d’une forme pasteurisée de la bactérie offrait une protection encore plus efficace que la bactérie vivante contre divers facteurs de risque de maladies cardiovasculaires tels que l'insulinorésistance, l'hypercholestérolémie ou le stockage de graisse dans le tissu adipeux. www.pourquoidocteur.fr, Une bactérie intestinale pourrait limiter les problèmes cardiovasculaires
  • Cette classification acte donc une nette différence de pronostic entre les 3 premiers groupes et les 2 derniers. Les implications thérapeutiques sont évidentes et incitent à traiter de manière plus intensive les diabètes des 3 premiers groupes, sachant que c’est l’insuline qui sera privilégiée dans les 2 premiers et que ce sont les médicaments permettant de lutter contre l’insulinorésistance qui seront privilégiés dans le Groupe 3. www.pourquoidocteur.fr, Santé : il y aurait 5 types de diabète et non 2, selon les médecins
  • Avant l'arrivée des sucres ajoutés industriels l'homme consommait assez peu de sucres, seulement ceux des fruits, du miel et du lait, et encore selon les saisons ou les disponibilités. Or aujourd'hui nous dépassons allègrement ce seuil de 10% pour atteindre parfois les 40% de calories quotidiennes en sucres. Or le glucose en excès se transforme en matières grasses sous-cutanée, donc en gain de poids; mais aussi, de par son absorption très rapide (sucre "rapide"), peut provoquer une insulinorésistance puis un diabète de type 2 à plus long terme. Le fructose en excès se transforme en lipides (triglycérides) dans le foie menant à la stéatose hépatique (foie gras) puis à la stéatohépatite (inflammation du foie qui se surajoute) et à l'insulinorésistance hépatique; entraînant aussi indirectement une résistance à la leptine (l'hormone de satiété) qui normalement régule l'action de la dopamine, l'hormone du "plaisir", en stoppant sa sécrétion. On est alors rassasié et on n'a même plus envie de continuer à manger un aliment qui nous ferait plaisir. L'excès de glucose et de fructose fait donc le lit de l'obésité et du diabète de type 2, ces deux maladies métaboliques chroniques augmentant ensuite les risques des maladies cardiovasculaires et de certains cancers. Le Huffington Post, Vous ne le savez pas mais vous consommez beaucoup plus de sucre que ce que votre corps peut accepter | Le Huffington Post LIFE
  • Dans la plupart de ces cas, les patients n’ont pas les caractéristiques cliniques habituelles du syndrome de Cushing. Ces hypercortisolismes sont définis comme « infracliniques » ou « subcliniques ». Faire le diagnostic d’un hypercortisolisme infraclinique est important car ces hypercortisolismes semblent associés à une insulinorésistance, une hypertension et une obésité qui peuvent contribuer aux complications cardiovasculaires et à une mortalité supérieure, ainsi qu’à des fractures vertébrales. Faire le diagnostic d’hypercortisolisme infraclinique repose actuellement sur toute une série de tests qui justifient parfois une hospitalisation afin d’établir ces petites altérations de la sécrétion du cortisol et cette dysrégulation de la physiologie du cortisol. egora.fr, Le profil stéroïdien plasmatique pour mieux diagnostiquer les syndromes de Cushing infracliniques | egora.fr
  • Le diabète de type 2 autrefois appelé Insulino dépendant se différencie du diabète de type 1. L’hyperglycémie est causée par deux anomalies : soit un problème au niveau du pancréas, celui-ci ne fabrique plus d’insuline, c’est l’insulinopénie. Soit par la mauvaise action de cette insuline dans l’organisme c’est l’insulinorésistance. Elle est traitée par des médicaments, et en cas de non régulation par injection d’insuline. , Comment savoir si vous êtes diabétique : symptômes et dépistage - Terrafemina
  • L’activité physique régulière « augmente l’utilisation du sucre par les muscles, aide le corps à mieux répondre à l’action de l’insuline (et ainsi diminuer l’insulinorésistance), et réduit les facteurs de risque pour les maladies cardiovasculaires ». SudOuest.fr, Quand le diabète touche le cœur
  • « On retrouve clairement l'impact de l'obésité (modification de la réaction immunitaire, insulinorésistance, inflammation de bas grade). En regardant en détail les classes d'obésité, on a déterminé que l'obésité sévère avec un IMC>40 était un facteur indépendant prédictif de mortalité » indique le Pr Bertrand Cariou, interrogé par Medscape édition française. Medscape, Qui sont les diabétiques avec des formes sévères de COVID ?
  • Le diabète est une maladie dont le taux a doublé depuis les années 1980. Il en existe deux types : le premier est caractérisé par une insulinodépendance et le deuxième par une insulinorésistance. Ici, nous allons nous intéresser au diabète de type II. Il est représenté par une hyperglycémie, c’est-à-dire un taux de glucose sanguin beaucoup trop élevé, car supérieur au taux normal de 1 g/L. Les cellules responsables de l’absorption du glucose ne répondent plus à l’insuline, cette hormone responsable de l’entrée du glucose dans les cellules du corps humain. Le pancréas, organe régulateur de la glycémie, produit alors encore plus d’insuline pour pallier un taux de glucose sanguin trop important. Les cellules bêta appartenant au pancréas et responsables de la production d’insuline perdent en efficience, rendant l’élévation du taux d’insuline impossible. Le pancréas tombe alors en dégénérescence et le diabète s’installe. Sciencepost, Nouveaux traitements : le diabète est peut-être enfin curable !
  • Mais comment ? Différents mécanismes comme l'insulinorésistance, l'expression des gènes ou des voies hormonales variant selon les individus peuvent être invoqués. Mais le tissu adipeux ne peut être ignoré dans la responsabilité à la reprise de poids, déclare le docteur. So Soir, 95% des régimes échouent, voici pourquoi
  • Tout semble fait dans notre corps pour nous reconduire à notre poids maximum et nous y installer durablement en confortant ce poids. Différents mécanismes explicatifs sont invoqués. On peut citer l'insulinorésistance, des modifications dans l'expression de nos gènes (l'épigénétique) variant selon les individus, des voies hormonales impliquant le rassasiement ou au contraire la stimulation de l'appétit. Futura, Le RV du docteur Cocaul : l'échec des régimes
  • Les auteurs ont identifié 5 grands clusters reproductibles de patients diabétiques qui ont des caractéristiques significativement différentes en termes de patients et de risques de complications du diabète. Le cluster 1 (6.4 % de la cohorte initiale) est composé des patients dont le début de diabète a été précoce, avec un IMC relativement faible, un mauvais contrôle métabolique, un déficit en insuline et la présence d’Ac anti-GAD : ce cluster a été baptisé « diabète autoimmun sévère » (severe autoimmune diabetes, SAID). Le cluster 2 (17.5 % des patients) est étiqueté comme diabète insulinopénique sévère (severe insulin-deficient diabetes, SIDD) est identique au cluster 1 mais sans anticorps anti-GAD. Le cluster 3 (15.3 % des patients) qui est étiqueté comme diabète insulinorésistant sévère (severe insulin-resistant diabetes, SIRD) est caractérisé par une insulinorésistance et un IMC élevé. Le cluster 4 (21.6 % des patients) est aussi caractérisé par une obésité mais sans insulinorésistance et est étiqueté comme diabète modéré en rapport avec une obésité (mild obesity-related diabetes, MOD). Le cluster 5 (39.1 % des patients) est étiqueté comme diabète modéré en relation avec l’âge, est constitué de sujets plus âgés que dans les autres clusters avec des caractéristiques identiques au cluster 4 et des troubles métaboliques modestes (mild age-related diabetes, MARD). egora.fr, Diabète de type 2 : de l’intérêt de classer les patients en 5 sous-groupes | egora.fr
  • En outre, certaines affections liées au vieillissement — notamment l’insulinorésistance, l’inflammation et le stress oxydatif — étaient moins marquées dans ce groupe. Radio-Canada.ca, Le secret de la longévité passerait-il par le microbiote et les intestins? | Radio-Canada.ca
  • Cette insulinorésistance sollicite le pancréas qui finit par s’épuiser à secréter cette hormone. D’évolution plus insidieuse que son homologue de type 1, le diabète de type 2, appelé aussi diabète non insulinodépendant (DNID) car il ne nécessite pas de recours aux injections d’insuline, n’en est pas moins grave. Cette insulinorésistance précède de 10 à 20 ans le DNID lui-même. , Traitement naturel du diabète de type 2 - Alternative Santé
  • D’autre part, il semble qu’une consommation importante en omega 3 agisse sur l’activité et le nombre des récepteurs à l’insuline et pourrait donc améliorer l’insulinorésistance rencontrée dans la pathologie diabétique. ConsoGlobe, Les aliments riches en omega 3
  • Les noix de pécan contre le risque cardio-métabolique : cette recherche de l'université de Tufts révèle qu’une poignée de noix de pécan par jour, durant4‘ semaines, permet à des adultes âgés de 45 ans en surpoids mais en bonne santé de bénéficier de changements favorables dans leurs facteurs de risque cardio-métaboliques, notamment concernant la glycémie, l'insulinorésistance et la fonction cellulaire productrice d'insuline. Des recherches supplémentaires restent nécessaires pour déterminer si une petite portion quotidienne de noix de pécan peut contribuer à réduire le risque de maladie cardiovasculaire et de diabète de type 2 chez les adultes d'âge moyen ou plus âgés en surpoids ou obèses (cf Abstract 2). santé log, ALIMENTATION : Ces aliments qui combattent les maladies | santé log
  • Dans d’autres études, la consommation de produits laitiers a été associée à des effets bénéfiques sur les comorbidités liées aux maladies cardiovasculaires, telles que l'hypertension, le diabète de type 2 et l'insulinorésistance. www.pourquoidocteur.fr, La consommation régulière de yaourts bonne contre l'hypertension et les maladies cardiovasculaires
  • Il n'y a pas de limite supérieur. Cela veut dire qu'il existe une insulinorésistance importante. Souvent cela est lié à une surcharge de graisse dans le foie. Allo docteurs, Diabète : vivre avec
  • À l’inverse, les sucres simples, vite absorbés, étaient accusés de tous les maux : prise de poids, insulinorésistance, diabète… On sait aujourd’hui que des sucres complexes, comme la purée ou le pain, même complet, ont une vitesse d’absorption aussi rapide que celle du saccharose. Santé Magazine, Fructose, lactose, amidon… Quels sucres privilégier dans son alimentation ? | Santé Magazine
  • Ces cellules artificielles servent en particulier à réaliser des diagnostics ultra-rapides, bon marché et ne nécessitant pas la présence de professionnels de santé. Le simple changement de couleur d’une bille dans les urines indique l’insulinorésistance, un état précurseur du diabète. Elles pourraient à terme servir à détecter des pesticides. Les travaux de Franck Molina ont fait l’objet de nombreux transferts industriels vers des entreprises telles que BioRad, Alcediag, Tronico, DiaDx et Skillcell. ♦   CNRS Le journal, Champions de l'innovation | CNRS Le journal
  • L'insulinorésistance Le poids corporel , VALBIOTIS : Présentation investisseurs – Avril 2020 | Zone bourse
  • Dans leur article, les scientifiques précisent qu’aux Etats-Unis, environ 40% des adultes ont déjà un certain degré d’insulinorésistance et à peu près autant développeront un véritable diabète. En France, 4,6% de la population serait globalement diabétique de type 2 mais l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) considère que ce pourcentage est «largement sous-estimé», car «20% des personnes diabétiques âgées de 18 à 74 ans ne sont pas diagnostiquées». Le Temps, Le fructose est le principale moteur du diabète - Le Temps

Traductions du mot « insulinorésistance »

Langue Traduction
Anglais insulin resistance
Espagnol resistencia a la insulina
Italien resistenza all'insulina
Allemand insulinresistenz
Chinois 胰岛素抵抗
Arabe مقاومة الأنسولين
Portugais resistência a insulina
Russe резистентность к инсулину
Japonais インスリン抵抗性
Basque intsulinarekiko erresistentzia
Corse resistenza à l'insulina
Source : Google Translate API
Partager