La langue française

Hellénophone

Sommaire

  • Définitions du mot hellénophone
  • Étymologie de « hellénophone »
  • Phonétique de « hellénophone »
  • Citations contenant le mot « hellénophone »
  • Traductions du mot « hellénophone »

Définitions du mot hellénophone

Wiktionnaire

Adjectif

hellénophone \e.le.nɔ.fɔn\ masculin et féminin identiques

  1. Grécophone.
    • Ingénieurs en télécoms hellénophone — il a étudié à Athènes —, Mohamed rallie la banlieue est via l’avenue Omar al-Moukhtar, que balisent de nombreux check-points. — (« En Libye, Tripoli revient à la vie », L’Express.fr, 26 aout 2011)

Nom commun

hellénophone \e.le.nɔ.fɔn\ masculin et féminin identiques

  1. Grécophone.
    • […] ce n’est qu’en 1998 qu’une nouvelle loi est venue remplacer celle de 1979 pour les hellénophones d’Albanie. — (Pierre Sintès, La raison du mouvement, 2010)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « hellénophone »

 Dérivé de hellène (« grec ») avec le suffixe -phone.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « hellénophone »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hellénophone ɛlenɔfɔ̃

Citations contenant le mot « hellénophone »

  • C’est une comparaison entre le monde chinois et le monde hellénophone, avant l’irruption du bouddhisme dans le premier et du christianisme dans le second. L'ouvrage tente de montrer, par une série de questionnements individuels, les nombreuses similitudes et, évidemment, les différences entre les deux civilisations. Le Point, Phébé - Grèce et Chine antiques, si loin, si proches - Phebe | Le Point
  • Un oncle retraité, Ayhen Eminel, est ému de travailler dans le sud de l’île. Cet hellénophone raconte avoir fui les terres de son enfance près de Paphos (sud-ouest) après avoir été fait prisonnier de guerre. GoodPlanet mag', Sur l'île de Chypre divisée, une huile d'olive "pour la paix" - GoodPlanet mag'
  • Un oncle retraité, Ayhen Eminel, est ému de travailler dans le sud de l'île. Cet hellénophone raconte avoir fui les terres de son enfance près de Paphos (sud-ouest) après avoir été fait prisonnier de guerre. Le Point, Sur l'île de Chypre divisée, une huile d'olive "pour la paix" - Le Point
  • Plutarque est né grec, puis il est devenu romain. Prêtre à Delphes, il était au service du temple d’Apollon, mais il était aussi un homme du monde : un magistrat, un archonte, un ambassadeur et même une célébrité, connu dans le monde hellénophone pour ses réflexions philosophiques et ses biographies d’empereurs. Il avait une chevelure épaisse et un visage étrangement symétrique – c’est du moins l’image que donne le buste qui est exposé au Musée archéologique de Delphes et remonte au IIe ou IIIe siècle. Son front en marbre semble terreux. Il a l’air sérieux, voire maussade, et plongé dans ses pensées. Courrier international, Histoire d’œufs. L’œuf ou la poule, une question bien embrouillée
  • L’histoire est assez ingrate avec Izmir. Elle est présentée comme la troisième ville du pays de part sa population et le deuxième plus important port et pourtant, très peu sont ceux qui la reconnaîtront en dehors de la Turquie. C’est qu’elle est bien plus célèbre sous son ancien nom : Smyrne. Cette cité millénaire fut fondée durant l’Antiquité par des colons venus de Grèce. Durant les siècles qui suivirent, elle prit progressivement de l’importance avant d’atteindre son âge d’or en tant que province romaine d’Asie. Après la division de l’Empire romain elle fut province de Byzance. Mais c’est réellement à partir de 1426, sous l’Empire ottoman, dont elle était la cité la plus riche, qu’elle atteint son apogée économique et culturelle. Elle faisait partie d’une des principales « Échelles du Levant », statut par lequel le sultan avait renoncé à certaines de ses prérogatives, notamment juridiques, en faveur des négociants français. A la faveur de ces « Capitulations » accordées par l’Empire ottoman, Smyrne bénéficia de relations commerciales variées et notamment d’une location de choix sur la route de la soie. D’autre part, lieu de passage en tant qu’important port commercial, elle a vu coexister en son sein à la même époque Européens, chrétiens orthodoxes et catholiques, musulmans, juifs… C’est à cela qu’elle doit son surnom de « Smyrne l’Infidèle » que lui affublait ses habitants non-musulmans. Jusqu’à la Première Guerre Mondiale, la force de Smyrne résidait donc dans son économie florissante, son cosmopolitisme et aussi sa semi-autonomie par rapport au gouvernement central. Mais la chute de l’Empire ottoman et les événements qui s’en suivirent constituèrent véritablement un point de rupture dans sa longue histoire. La ville fut attribuée à la Grèce en 1920 par le traité de Sèvres, en raison de son peuplement majoritairement hellénophone ; ce qui précipita la ville au cœur de la guerre d’indépendance turque et aboutit à sa prise par l’armée kémaliste en 1922. Après confirmation par le Traité de Lausanne en 1923, la ville fut cédée à la Turquie. Malheureusement, quelques jours après cette grande victoire pour la jeune République, un incendie se déclara et ravagea la ville presque entièrement. Ce fut la fin de la première vie de Smyrne, qui naquit à nouveaux selon les plans de deux urbanistes français, René et Raymond Danger. Rebaptisée Izmir, la ville reconstruite, paradoxalement tombée dans l’oubli auprès du grand public, est devenue l’un des symboles de la nouvelle Turquie. Aujourd'hui la Turquie, Smyrne fait-elle toujours de l'ombre à Izmir ? - Aujourd'hui la TurquieAujourd'hui la Turquie
  • Éclairant fort à propos ce débat, l'historien Sylvain Gouguenheim montre que la qualification d'« âges sombres » ne convient pas à la période médiévale. En effet, l'Europe du haut Moyen Âge ne s'est jamais coupée du savoir grec, dont quelques manuscrits restaient conservés dans les monastères. Des noyaux de peuplement hellénophone s'étaient maintenus en Sicile et en Italie du Sud, Salerne ayant ainsi produit une école de médecine indépendante du monde arabo-musulman. Enfin, durant les premiers siècles du Moyen Âge, il existait aussi une « authentique diaspora chrétienne orientale ». Car, nous dit l'auteur, si l'islam a transmis le savoir antique à l'Occident, c'est d'abord « en provoquant l'exil de ceux qui refusaient sa domination ». Assez naturellement, les élites purent se tourner vers la culture grecque, favorisant ces mouvements de « renaissance » qui animèrent l'Europe, de Charlemagne à Abélard. D'ailleurs, avant même que les lettrés ne vinssent chercher en Espagne ou en Italie les versions arabes des textes grecs, d'importants foyers de traduction de manuscrits originaux existaient en Occident. À cet égard, M. Gouguenheim souligne le rôle capital joué par l'abbaye du Mont-Saint-Michel où un clerc italien qui aurait vécu à Constantinople, Jacques de Venise, fut le premier traducteur européen d'Aristote au XIIe siècle. Ce monastère serait donc bien « le chaînon manquant dans l'histoire du passage de la philosophie aristotélicienne du monde grec au monde latin ». Le Figaro.fr, Les tribulations des auteurs grecs dans le monde chrétien

Traductions du mot « hellénophone »

Langue Traduction
Anglais hellenophone
Espagnol hellenófono
Italien hellenophone
Allemand hellenophon
Chinois 希腊电话
Arabe هيلينوفون
Portugais helenofone
Russe hellenophone
Japonais ヘレノフォン
Basque hellenophone
Corse ellenofonu
Source : Google Translate API
Partager