La langue française

Halieute

Sommaire

  • Définitions du mot halieute
  • Étymologie de « halieute »
  • Phonétique de « halieute »
  • Citations contenant le mot « halieute »
  • Traductions du mot « halieute »
  • Synonymes de « halieute »

Définitions du mot halieute

Wiktionnaire

Nom commun

halieute (h muet)\a.ljøt\ masculin

  1. (Technique) (Néologisme) Technicien qui s’occupe de surveiller et de gérer les ressources halieutiques.
    • Selon l’ONU, moins de 66 % des stocks de poissons étaient exploités de façon durable en 2017, contre 90 % en 1970. Encore ces estimations sont-elles discutées par certains halieutes. — (Martine Valo, Les exportations de poissons pèsent plus que la viande, le tabac, le riz et le sucre réunis, Le Monde. Mis en ligne le 10 juin 2020)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « halieute »

De halieutique .
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « halieute »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
halieute aliœt

Citations contenant le mot « halieute »

  • « En priorité pour venir en aide à la filière » explique Laure Robigo. Ingénieure halieute, elle est la fondatrice du site avec Ismaël Bernard, docteur en biologie marine. , Bretagne : en un clic, les produits de la mer en vente directe près de chez vous  | La Presse d'Armor
  • "Les poissons qu’on connaissait, on les verra moins et par contre, on va voir arriver des poissons tropicaux qu’on ne connaissait pas jusqu’à présent". Le constat, qui s’applique à peu près à toute l’Europe, est de Clara Ulrich, ingénieure halieute et directrice adjointe à la direction scientifique de l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer). Exemple emblématique, c’est le retour du thon rouge en mer du nord, indique Clara Ulrich, tout en précisant que ce retour est aussi le "signe d’une bonne gestion". SudOuest.fr, Pêche : quand le changement climatique s’invite dans l’assiette
  • Les halieutes s'intéressent en priorité à l'abondance des espèces. Pour la sardine et l'anchois d'Atlantique, le "recrutement", c'est-à-dire l'arrivée annuelle des jeunes, reste plutôt élevé. Il est à un bon niveau pour la sardine. Pour l'anchois, après une crise dans les années 2000 qui avait amené à la fermeture de la pêcherie entre 2005 et 2010, la population du golfe de Gascogne a retrouvé une abondance satisfaisante. "Mais les pêcheurs nous ont très vite alertés sur le fait que les poissons étaient plus petits, raconte Martin Huret. Comme ils sont plus souvent en mer que nous, les chercheurs, on a vérifié. Leur impression était bonne". Sciences et Avenir, Les sardines et les anchois de plus en plus petits - Sciences et Avenir
  • C'est après une année à travailler sur des bateaux de pêche à « compter les poissons » dans le cadre de ses études d'ingénieur agro-halieute, puis un passage au ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, que Charles Guirriec lance le site Poiscaille avec Guillaume Gréaud en mai 2015. Cette start-up, basée à Montreuil, s'inspire des circuits courts existant pour les petits producteurs de légumes en France. Elle propose des casiers de poissons et coquillages à l'abonnement et à venir récupérer chaque semaine, quinzaine ou mois, dans des points relais. Poiscaille n'est pas une plate-forme de mise en relation. Charles Guirriec se considère plus comme un poissonnier 2.0. Les Echos Executives, Poiscaille, la pêche durable sur abonnement, Le Lab/Idées
  • Car étudier la pêche n’est pas chose si aisée. Il s’agit, pour les halieutes, de « déterminer combien d’individus peuvent être collectés sans causer l’effondrement d’une population de poissons donnée, comme on taille un bonzaï sans vraiment le faire mourir », écrit David Grémillet. Pour ce faire, il faut identifier les espèces présentes, les quantifier, mais également connaître l’âge des poissons. Autant de données relativement connues en Atlantique Nord, mais quasi inexistantes dans l’océan Indien et le Pacifique Sud, où débarqua Daniel Pauly. Reporterre, le quotidien de l'écologie, Daniel Pauly, inlassable défenseur des océans
  • « Le mot d’ordre, c’est vraiment la vente directe, du producteur au consommateur. À ce jour, nous recensons 209 points de vente sur toute la France dont une centaine en Bretagne », précise Laure Robigo, ingénieur halieute qui, avec son compagnon Ismaël Bernard, a un bureau d’études en conchyliculture et en pêche, SAS Eurêka Mer, leur activité principale. Mais ils ont voulu faire profiter de leurs réseaux et des filières qu’ils connaissent bien en créant le site enviedemer.com, fin 2018. « Au-delà de la simple promotion de la vente directe, il s’agit d’encourager la curiosité des consommateurs pour les produits qu’ils achètent et sur les métiers », ajoute Ismaël. Le Telegramme, Où acheter des fruits de mer en vente directe ? - Paimpol - Le Télégramme
  • S’il est une personne qui collectionne les talents et force l’admiration, c’est la navigatrice Isabelle Autissier. Ingénieure halieute - spécialiste des milieux aquatiques - , elle sera la première femme à participer à la course autour du monde à la voile en solitaire, avec escales, en 1991. Un exploit qui la rendra célèbre. Elle connut également la terrible édition du Vendée Globe, circum navigation sans escales, de 1996-1997, celle de la disparition de Gerry Roufs. La navigatrice l’a cherché longtemps, dans des conditions dantesques, au cœur du Pacifique. En vain... Lors de l’édition suivante, elle fera naufrage et abandonnera la course, mais pas le large. Dans la foulée, elle devient présidente du WWF France et se met à écrire des romans qui, de Kerguelen, le voyageur au pays de l’ombre (Grasset, 2006) à Soudain, seuls (Stock, 2015), bientôt adapté au cinéma, en passant par L’Amant de Patagonie (Grasset, 2012), reçoivent un très bel accueil public et critique. Elle a la plume virile et poétique, le sens de la narration, le goût de l’aventure, des situations extrêmes dans lesquelles elle plonge ses personnages qui, dans son nouveau roman, Oublier Klara, quittent la ville perdue de Mourmansk, au-delà du cercle polaire, pour les États-Unis ou… le goulag. Très concernée par l’environnement, cette dame des mers et des lettres, complice avec l’académicien Erik Orsenna, évoque l’urgence absolue dans laquelle nous nous trouvons. LaLibre.be, Isabelle Autissier et le sel de la vie: "Je me donne, je mets de ma sensibilité, je m’investis" - La Libre
  • Jean-François Bailleul*, 67 ans, ingénieur ; Anne-Sophie Bezier*, 41, responsable audiovisuel ; Hélène Bihan*, 46 ans enseignante ; Alain Bonnec, 68 ans, retraité ; Michel Bosdevesy, 76 ans architecte ; Gwenaelle Bouillaud, 46 ans enseignante ; Valérie Bourhis, 54 ans ; Vanessa Brabant*, 37 ans, responsable commerciale ; Martial Brindejonc, 57 ans, boulange r ; Celia Cadoret, 31 ans infirmière ; Laure Chaballier, 34 ans ; Frédéric Champagne, 36 ans, chef projet informatique ; Patrick Connan, 70 ans, ingénieur halieute ; Elodie Diverrez, 38 ans, entraineur tennis ; Delphine Drean*, 39 ans, mère au foyer ; Gilles Dutheil*, 66 ans, retraité hôpitaux ; Fañch Galivel*, 42 ans, photographe ; Filippo Geraneo*, 35 ans, technicien naval ; Yves Guyonvarc’h, 73 ans, retraité ; Irène Jacquemot, 35 ans, assistante comptable ; Yves Le Bail, 41 ans, animateur nature ; Emilie Le Breil, 44 ans, orthophoniste ; Xavier Prêtre*, 40 ans, ingénieur du son ; Cécile Robin-Paillard, 47 ans, médecin ; Christine Robin-Toullec, 69 ans, cadre retraitée hôpitaux ; Priscille Rossignol*, 26 ans, couturière ; Roland Schmitt, 64, adjoint technique ; Mathias Taisne*, 28 ans, ingénieur agronome ; Rachel Thebault, 40 ans, coordinatrice enfance-jeunesse. Le Telegramme, Municipales 2020 : Valérie Bourhis conduira la liste Erdeven en transition - Erdeven - Le Télégramme
  • Sistership du Gevred, livré en janvier par les chantiers espagnols Murueta à la Compagnie Française du Thon Océanique, le Pendruc doit arriver le 18 juin à Concarneau. Le tout nouveau navire de la CFTO, long de 77 mètres, présentera la particularité de mettre en œuvre la M3i+. Cette bouée innovante, développée par la société française Isi-Fish et son partenaire espagnol Marine Instruments, est capable de discriminer les espèces cibles. Elle répond donc, selon ses concepteurs, à la volonté des professionnels d’améliorer la gestion des pêcheries de thon tropical en océan Indien. « Cette bouée de nouvelle génération présente le double avantage de réaliser un échantillonnage plus fréquent et plus efficient et surtout de discerner les espèces dont les marques acoustiques diffèrent en fonction de certains caractères physiologiques. Quand les espèces avec vessie natatoire - patudo, albacore - ont une signature acoustique à basses fréquences autour de 50 kHz, les espèces sans vessie - listao - sont mieux détectées dans les hautes fréquences, autour de 200 kHz.  M3i+ a été spécialement développée à partir de ces critères résultant d'études menées par le laboratoire de technologies halieutiques espagnol AZTI. C'est la première bouée sur le marché mondial qui intègre ces deux fréquences. Le capitaine du navire dispose ainsi de plus d'informations lui permettant de mieux appréhender le volume et la nature des espèces et de mieux gérer ses captures. », explique Gildas Bodilis, ingénieur halieute et président d'Isi-Fish. Mer et Marine, Le thonier Pendruc équipé d'une bouée innovante à discrimination acoustique | Mer et Marine
  • Un parcours atypique, ça, c’est le moins que l’on puisse dire ! Charles Braine, la trentaine, a toujours évolué dans le monde halieutique. Son diplôme d’ingénieur halieute en poche, il devient mareyeur sur le marché de Rungis puis en Bretagne. Quelques petits jobs plus tard et une mission pour un bureau d’études spécialisé n’ont fait que révéler sa fibre écolo. Ensuite, les circonstances de la vie l’amènent à remplacer un ancien « pote de promo » au WWF. Mais très vite, Charles Braine s’aperçoit qu’il lui faut plus. Rester derrière son écran d’ordinateur à tenter de changer le monde et la mer ne lui suffit plus. Le jeune homme aspire à autre chose. S’il croit en la préservation des ressources, il veut se lancer, tête la première. ConsoGlobe, Charles Braine, l'écolo devenu pêcheur breton
  • Monsieur Diéne FAYE, Ingénieur halieute, matricule de solde n° 607 125/I, précédemment Inspecteur des Affaires administratives et financières, est nommé Directeur des Pêches maritimes au ministère des Pêches et de l’Economie maritime, en remplacement de Monsieur Mamadou GOUDIABY, appelé à d’autres fonctions ; Politique221, Macky Sall nomme MOUSSA SY - Politique221
  • Ce grignotage est à mettre en parallèle avec un doublement de la superficie urbaine depuis 1992 et une consommation galopante. Ces 50 dernières années, la population humaine a plus que doublé, l'économie mondiale a été multipliée par 4 et le commerce mondial par 10. «Nous serons 10 milliards en 2050, c'est un problème dont nous parlons au même titre que le Giec[1]. C'est un des grands facteurs d'impact, mais il va de pair avec l'augmentation de la consommation des ressources naturelles», estime l’halieute Yunne-Jai Shin (Institut de recherche pour le développement –IRD). Une démographie galopante, elle aussi, aux besoins toujours plus importants, conduit nécessairement à une explosion de la demande en énergie et en matériaux. Un constat valable sur terre comme sur mer. , Déclin de la biodiversité : des causes bien identifiées - Journal de l'environnement
  • Selon la FAO, basée à Rome, les statistiques officielles que lui envoient ses membres indiquent que la pêche mondiale est «pratiquement stable»: elle aurait diminué de moins de 1 % par an depuis son pic, en 1996. Mais une reconstruction de la pêche mondiale de 1950 à 2010, dirigée par l'halieute français Daniel Pauly, de l'université de la Colombie-Britannique, à Vancouver, a trouvé pour la même période qu'elle était beaucoup plus grande que celle rapportée à l'agence onusienne (par exemple, 110 millions de tonnes contre 77 en 2010) et qu'elle diminue bien plus vite. Signe que la pêche Le Figaro.fr, L'étude qui dévoile les ravages de la surpêche industrielle
  • Pour garantir un délai de quarante-huit heures entre le moment où le poisson sort de l'eau et sa livraison, la plateforme travaille en direct avec une soixantaine de pêcheurs aux pratiques durables, utilisant des « navires de douze mètres maximum, pas de chalut, pas de drague dans les engins de pêche, des sorties à la journée, pas plus de trois marins à bord », détaille Charles Guirriec, 35 ans, ingénieur agro-halieute de formation et cofondateur de Poiscaille, qui a eu l'idée de ce circuit court de la mer il y a quelques années, alors qu'il comptait les dauphins sur un chalutier en Méditerranée. leparisien.fr, Poiscaille, le circuit court de la mer - Le Parisien
  • «La pêche est un enjeu de sécurité alimentaire, notamment en Asie, en Amérique du Sud et en Afrique, insiste l’halieute Philippe Cury, de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) français. Au Sénégal, où le mérou a quasiment disparu, la dernière ressource locale est la sardinelle que les femmes de pêcheurs faisaient sécher et qui était vendue dans toute l’Afrique de l’Ouest. Puis la Chine a construit 41 usines au Sénégal et en Mauritanie pour produire de la farine de poisson exportée en Asie pour nourrir les poissons d’élevage. La transformation locale de la sardinelle est en chute libre, ce qui entraîne du chômage et une baisse des apports alimentaires en protéines en Afrique de l’Ouest. C’est dramatique.» Le Temps, Alerte mondiale à la surpêche - Le Temps
  • De son côté, Bloom n’hésite pas à chausser de gros sabots, au risque d’un excès contre-productif : "[…] d’immenses filets lestés raclent les fonds marins jusqu’à 1800 mètres de profondeur et dévastent des écosystèmes multimillénaires et des espèces vulnérables, dont certaines sont menacées d’extinction" peut-on lire sur le site de l’ONG. Ou, commentant la conférence de presse organisée par la Scapêche et son titre "Journée vérité sur la pêche profonde" : "Le titre caricatural de cet événement est une réminiscence des grandes entreprises de fabrication du mensonge industriel telles qu’elles ont été décrites dans de brillants ouvrages. Les arguments qu’Intermarché va faire valoir sont bien connus des ONG qui les entendent depuis précisément cinq ans (Grenelle de la Mer). C’est alors que ces dernières avaient découvert puis dénoncé publiquement la complaisance du rapporteur de la mission 'pêche profonde', l’halieute de l’Ifremer Alain Biseau, et sa collusion avec le secteur industriel de la pêche. C’est lui qui officiera au nom de 'la science' aujourd’hui." usinenouvelle.com/, Le buzz de la BD anti pêche en eaux profondes fait réagir la filiale pêche d'Intermarché - L'Usine Agro
  • Malgré sa popularité, l'espèce se porte plutôt bien. "Nous surveillons le homard depuis 2009, les stocks sont très stables", observe Laure Robigo, ingénieure halieute. A en croire les spécialistes, la pêche au homard serait même un modèle de durabilité. "C'est une pêche qui a beaucoup de vertus car elle est bien encadrée, les tailles de capture sont bien respectées par les pêcheurs et on ne peut pas augmenter de manière insensée son effort de pêche", estime Martial Laurans, chercheur à l'Ifremer. ladepeche.fr, Le homard bleu, roi des fêtes et fierté des pêcheurs bretons - ladepeche.fr
  • Pour nous aussi, « ça coûte très cher le braconnage », se défend Claude Bougault, président de l’association des plaisanciers de Saint-Quay-Portrieux (22). Cette pêche, qui distille de fortes doses d’adrénaline, est très appréciée des pêcheurs amateurs. Une école de patience, assure-t-il. « On peut être deux jours sans en trouver et, brusquement, on voit les oiseaux plonger et les thons sont là (…) Mais une fois qu’on en a accroché un, bon courage pour le ramener, c’est vraiment une pêche sportive ! ». C’est une pêche « très difficile, qui peut même être dangereuse. Il faut s’équiper sérieusement avant d’aller chercher le thon », assure Bertrand Coûteaux, plaisancier et ingénieur halieute de formation, qui a pêché dans toutes les mers du monde. « L’été dernier, on a fait plusieurs combats qui ont pu durer des heures, tous perdus. Le poisson fatigue, mais l’homme aussi. Jusqu’à ce jour de septembre 2018 où nous en avons pris un de 100 kg ! ». Le Telegramme, Thon rouge. Il est de retour dans la Manche - Économie - Le Télégramme
  • … si je ne m’étais pas inscrite à une mini-transat en solitaire pour petits bateaux de 6,50 mètres. C’était fin 1987, j’étais ingénieure halieute, trentenaire, je naviguais beaucoup, mais ce n’était qu’un hobby. J’ai fait cette incursion dans le monde de la course par curiosité, juste pour découvrir ce qu’était la compétition, et je me suis prise au jeu. Je m’étais énormément préparée, j’avais suivi des cours de météo marine, puis, sur le bateau, j’ai navigué à fond les ballons, avec une énergie folle. Et ça a marché ! Grâce à un « coup » météo, en m’éloignant de la route directe pour trouver des vents favorables, j’ai fini troisième sur cinquante-trois concurrents, moi qui étais « Miss Tartempion », une inconnue sur laquelle personne n’aurait misé. Je me suis dit : « J’adore ça, c’est mon histoire ! » Et je me suis lancée dans la course au large. Le Monde.fr, Isabelle Autissier : « La planète peut devenir un gros caillou chauve »
  • La pêche cible principalement la daurade rose, la lingue bleue, le grenadier, l'empereur, le sabre. Ces espèces ont une croissance lente, une maturité sexuelle tardive et une reproduction fragile qui les rendent vulnérables: "en moyenne, ces poissons vivent jusqu'à 36 ans et commencent à se reproduire à l'âge de 12 ans" expose Philippe Cury, halieute à l'Institut pour la recherche et le développement (IRD). Sciences et Avenir, 6 questions sur la pêche en eaux profondes - Sciences et Avenir
  • Pêche durableMalgré sa popularité, l'espèce se porte plutôt bien. « Nous surveillons le homard depuis 2009, les stocks sont très stables », observe Laure Robigo, ingénieure halieute. À en croire les spécialistes, la pêche au homard serait même un modèle de durabilité. « C'est une pêche qui a beaucoup de vertus car elle est bien encadrée, les tailles de capture sont bien respectées par les pêcheurs et on ne peut pas augmenter de manière insensée son effort de pêche », estime Martial Laurans, chercheur à l'Ifremer (Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer).Une vision partagée par Jérôme Lafon. « C'est l'emblème d'un produit de qualité, d'une ressource bien gérée (...) »,considère-t-il, même s'il trouverait « pratique » que le roi des fêtes soit un peu plus consommé en été, temps fort de la saison de pêche. L'Orient-Le Jour, Le homard bleu, roi des fêtes... - L'Orient-Le Jour
  • Directeur de recherche et président du Conseil scientifique de l’Institut de recherche pour le développement (IRD), Philippe Cury est d’accord avec cela. Sur le constat et la solution. En dépit de la bien meilleure santé des stocks de l’Atlantique du nord-est, et de celle du thon rouge de Méditerranée que l'on avait cru un moment en voie de disparition, le grand halieute français est tout aussi pessimiste que son collègue. Il nous rappelle tout d’abord une évidence qui, comme toute évidence, mérite d’être sans cesse redite : le lien entre pêche et biodiversité est très fort, car la pêche est une des dernières activités de prélèvement massif de ressources sauvages. « L’empreinte est colossale. 200 millions de km2 d’océans sont exploités pour produire 8 % des protéines mondiales, à comparer aux 50 millions de km2 utilisés pour l’agriculture ! La pêche est aussi une filière dont les productions s’échangent énormément et en moyenne plus que les autres denrées : 50 % des poissons sont échangés au niveau mondial, » nous explique-t-il en montrant une photo de l’étal d’un marché marseillais où seul… le couteau représente la faune locale. En un petit demi-siècle, la consommation moyenne d’un être humain est passée de 6-9 kg à plus de 21 kg. L’effort de pêche, porté par la technologie et le faible coût du gasoil a délivré ses fruits. Pourtant, les captures sauvages, c’est-à-dire en milieu naturel, stagnent depuis le début des années 2000. « La croissance de l’approvisionnement est assurée actuellement par l’aquaculture qui elle-même a un impact sur la ressource sauvage, car elle fait appel à la pêche pour nourrir les poissons d’élevage. 68 % des captures servent à nourrir l’élevage, ce qui représente 20 à 30 millions de tonnes de poissons transformés en farine par an. Qui plus est, de grandes fermes aquacoles sont actuellement développées (40 en Chine par exemple) et impactent les modes de vie des petits pêcheurs traditionnels par leurs prélèvements massifs de la ressource. » Sans compter les conséquences sur les réseaux trophiques de ce prélèvement qui ne finit pas dans le ventre d’autres espèces. Le tableau est un peu noir, car la part de farines de poisson dans l’alimentation des poissons d’élevage « nobles », les prédateurs tels que le saumon et le bar, en Europe, se réduit année après année. Club de Mediapart, L’assiette et la planète, les relations tendues entre alimentation et biodiversité | Le Club de Mediapart
  • Monsieur Diéne FAYE, Ingénieur halieute, matricule de solde n° 607 125/I, précédemment Inspecteur des Affaires administratives et financières, est nommé Directeur des Pêches maritimes au ministère des Pêches et de l’Economie maritime, en remplacement de Monsieur Mamadou GOUDIABY, appelé à d’autres fonctions ; senegaalnet, Nomination : Abdou Fall casé à l’APIX – senegaalnet

Traductions du mot « halieute »

Langue Traduction
Anglais fishery
Espagnol pesquería
Italien pesca
Allemand fischerei
Chinois 渔业
Arabe مصايد الأسماك
Portugais pesca
Russe рыболовство
Japonais 漁業
Basque arrantza
Corse pesca
Source : Google Translate API

Synonymes de « halieute »

Source : synonymes de halieute sur lebonsynonyme.fr
Partager