La langue française

Gonfalonier

Sommaire

  • Définitions du mot gonfalonier
  • Étymologie de « gonfalonier »
  • Phonétique de « gonfalonier »
  • Citations contenant le mot « gonfalonier »
  • Traductions du mot « gonfalonier »
  • Synonymes de « gonfalonier »

Définitions du mot gonfalonier

Wiktionnaire

Nom commun

gonfalonier \ɡɔ̃.fa.lɔ.nje\ masculin (pour une femme on dit : gonfalonière)

  1. (Histoire de l’Italie) Celui, celle qui porte le gonfalon. Titre donné, au Moyen Âge, aux chefs de quelques-unes des républiques d’Italie.
    • Ce fut pendant que ce grand artiste exécutait cet ouvrage, qu’il reçut la visite du gonfalonier Soderini, le seul gonfalonier perpétuel qu’ait eu la république. — (Alexandre Dumas, Une année à Florence, 1851, p. 397)
  2. (Par extension) Figure emblématique, porte-drapeau.
    • C’est assez indiquer qu’Alcide Toutaupoil ne manifeste aucune vocation sérieuse pour le rôle de gonfalonier de la rigolade moderne. — (Alphonse Allais, À se tordre : Tickets !, Paul Ollendorff, 1891, p. 195)
    • En vérité le déclin du Quai d’Orsay ne date pas de Nicolas Sarkozy, loin de là, comme le prouve la succession indéchiffrable de profils ministériels hétéroclites : Villepin, Barnier, puis Douste-Blazy ; le gonfalonier des droits de l’homme Bernard Kouchner, puis l’apparatchik UMP Michèle Alliot-Marie. — (Christian Makarian, Un président sans diplomatie, L’Express, n° 3113, mars 2011)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GONFALONIER. n. m.
Celui qui porte le gonfalon. On a longtemps donné ce titre aux Chefs de quelques-unes des républiques d'Italie, au moyen âge.

Littré (1872-1877)

GONFALONIER (gon-fa-lo-nié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : les gon-fa-lo-nié-z et…) s. m.
  • 1Celui qui porte le gonfalon.

    Officier qui porte, à Rome, l'étendard de l'Église.

    Gonfalonier de l'Église, nom donné aux protecteurs établis par les papes dans les villes d'Italie, pendant leur lutte contre les empereurs. Un paysan nommé Jocomuzio, qui se fit soldat, et qui changea son nom en celui de Sforza, devint favori de la reine, connétable de Naples, gonfalonier de l'Église, Voltaire, Mœurs, 74.

  • 2Titre du chef de plusieurs républiques de l'Italie. Sa réputation [de Cosme de Médicis] valut à ses descendants la principale autorité dans la Toscane ; son fils l'administra sous le nom de gonfalonier, Voltaire, Mœurs, 105.

    On dit aussi gonfanonier.

HISTORIQUE

XIe s. Gefrei d'Anjou, le rei [du roi] gunfanuner, Ch. de Rol. VIII.

XIIe s. Confenonier, Ronc. p. 6. En non Dieu, dame, bien seront dix millier ; Del sor Geri ferai confanonier, Raoul de C. 42.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GONFALONIER, s. m. (Hist. mod.) nom de celui qui portoit le gonfanon ou la banniere de l’église. (G)

Gonfalonier, (Hist. mod.) chef du gouvernement de Florence, dans le tems que cet état étoit républicain. Il y a encore à Sienne trois gonfaloniers ou capitaines, qui commandent chacun à un des trois quartiers de la ville. La république de Lucques est gouvernée par un gonfalonier choisi d’entre les nobles. Il n’est que deux mois en charge ; il a une garde de cent hommes, & loge dans le palais de la république. On lui donne pour adjoints dans l’administration des affaires, neuf conseillers dont le pouvoir ne dure que deux mois comme le sien ; mais ni lui ni eux ne peuvent rien entreprendre d’important sans la participation & l’aveu du grand-conseil qui est composé de vingt six citoyens. Le magistrat de police de Sienne conserve aussi le titre de gonfalonier, & porte pour marque de sa dignité une robe ou manteau d’écarlate, par-dessus un habit noir ; son autorité est fort bornée depuis que les ducs de Toscane n’ont laissé à cette ville qu’une legere ombre de son ancienne autorité. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « gonfalonier »

Dérivé de gonfalon avec le suffixe -ier, sous l’influence de l’italien gonfaloniere.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Gonfalon ; provenç. gomfanonier, gonfaronier ; ital. gonfaloniere.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « gonfalonier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gonfalonier gɔ̃falɔnje

Citations contenant le mot « gonfalonier »

  • Si la France était encore une république souveraine, Paris serait dirigé par un préfet ; ou mieux (soyons créatifs) par un gonfalonier élu par une Convention citoyenne de 150 Français tirés au sort, les résidents élisant pour leur part un ou une représentant(e) pour porter leurs revendications domestiques. Marianne, L’état de la nation après les municipales et la nomination du préfet Castex | Marianne
  • C'est sa propre silhouette qu'il voit à travers celle de son frère. C'est lui qui devrait se tenir sur ce cheval caparaçonné de toile d'or, dont les harnais sont bordés de clochettes d'argent, avec cette épée sculptée dans son fourreau en vermeil. C'est à lui que devrait revenir ce titre de premier personnage de l'Etat après le pape, en tant que capitaine et gonfalonier de l'Eglise. leparisien.fr, Histoire : fratricide chez les Borgia - Le Parisien
  • Cela n’empêche pas la République de se réformer et de créer la charge de gonfalonier à vie, endossée par Pierre Soderini le 22 septembre 1502. Quant à Borgia, il commence à connaître quelques difficultés dans ses relations avec la France, et surtout avec ses condottieres : il demande l’aide de Florence, qui lui envoie un émissaire…Machiavel ! Le Florentin est aux premières loges pour assister aux conséquences de la Diète de la Magione, qui scelle l’alliance des condottieres contre Borgia et entraine le soulèvement du duché d’Urbino. Le Valentinois doit demander l’aide de la France, et à la fin de l’année il a réussi à se débarrasser des conjurés et à récupérer ses territoires. , Machiavel, philosophe politique italien de la Renaissance
  • Ancien conseiller des Médicis, Pier Soderini (1452-1522) est élu gonfalonier et tente de redresser une ville meurtrie par l’invasion française et la parenthèse théocratique de Savonarole. Mais ses années à la tête de Florence sont marquées par une forte instabilité et un pouvoir faible. Geo.fr, Florence et les Médicis : quatre siècles d'histoire toscane - Geo.fr
  • L’assassinat n’avait pas totalement réussi, puisque l’un des deux frères était encore en vie. L’archevêque Salviati décida pourtant de s’en tenir au plan des conjurés, qui consistait à réaliser un coup d’Etat en profitant de la panique. Accompagné d’une poignée d’hommes de main et de quelques Pazzi, il marcha vers le Palazzo Vecchio, le palais de la Seigneurie. Le gonfalonier Petrucci, alerté par les clameurs montant de la rue, ferma les portes. Chef du gouvernement, l’homme était acquis à la cause des Médicis. Les conjurés espéraient qu’en apprenant la mort des deux plus éminents d’entre eux, il se rallierait à leur entreprise. Mais voilà que des nouvelles arrivent aux oreilles de Petrucci. Laurent serait encore en vie, à l’abri dans la cathédrale. C’est à ce moment que l’histoire bascule. Le gonfalonier fait arrêter Salviati, deux de ses parents, ainsi qu’un Pazzi, Jacopo, et sans autre forme de procès, ordonne qu’ils soient pendus au balcon du palais, exposés à la vue de tous. Les autres conjurés sont jetés par les fenêtres, livrés à la foule, qui, furieuse d’apprendre l’attentat, les lynche un par un. «De par la cité tout entière, on acclamait le nom des Médicis, et partout l’on voyait les membres des morts fichés à la pointe des armes ou traînés dans la boue et sur les pavés», décrit Jacques Heers. De nombreux Pazzi, qui n’avaient pourtant pas pris part à la conjuration, furent également massacrés. Quant à ceux qui tentèrent de s’enfuir, ils furent tous rattrapés, au cours d’une curée qui agita pendant une semaine toute la Toscane. Au terme de cette purge sanglante, le nom des Pazzi fut banni de Florence, leurs emblèmes effacés des monuments de la ville, et leurs morts, maudits. Geo.fr, Florence : la répression sanglante de Laurent de Médicis - Geo.fr
  • On dira, bien entendu, qu’il s’agit aussi du déclenchement de sa propre campagne à l’échelle hexagonale, et on aura raison. La République en marche (LREM) dispose désormais de sa feuille de route, d’ailleurs fort bien tournée, en termes clairs et vifs, sans pompe inutile et sans clichés traditionnels. Elle trouve aussi - qui en doutait ? - son véritable chef de file pour la bataille électorale. La tête de liste officielle ne sera que le héraut d’armes, que le gonfalonier du chef de l’Etat. Il est vrai que cela s’est toujours produit en de telles circonstances pour le parti du président en exercice, mais c’est bien la première fois que celui-ci abat aussi clairement, aussi ostensiblement ses cartes, non seulement à l’échelle française mais aussi à l’échelle de l’Europe des Vingt-Huit. Libération.fr, Emmanuel Macron au secours de l’Europe - Libération
  • C’est un effet direct des attentats de janvier et de novembre : François Hollande a sorti les drapeaux, a exhorté les Français à pavoiser leurs fenêtres du tricolore. Le Président invoque maintenant «l’âme française» comme le firent, avant lui, Jules Ferry et Ernest Renan après le choc de la défaite de 1871. Le chef de l’Etat, l’ancien premier secrétaire du PS, en appelle donc au patriotisme. Dans l’épreuve, il s’agit de rassembler les citoyens et d’incarner l’unité nationale. C’est la vocation même de sa fonction et cela n’a rien d’illégitime de la part d’un socialiste, mais cela constitue, néanmoins, une inflexion visible et taillée pour l’être. Face aux jihadistes, devant la perspective d’une longue et difficile lutte contre le terrorisme, François Hollande arbore son fanion officiel aux trois couleurs dont il se veut, comme son statut l’y incite, le dépositaire ostensible. Chacun comprend qu’il ne veut laisser la marque ni aux Républicains (LR) ni a fortiori au Front national (FN). Il entend bien être le porte-drapeau de la République et même, puisqu’il s’agit d’une forme de guerre, son gonfalonier. Patriotisme d’abord. Libération.fr, Les socialistes et le patriotisme - Libération

Traductions du mot « gonfalonier »

Langue Traduction
Anglais gonfalonier
Espagnol gonfalonier
Italien gonfaloniere
Allemand gonfalonier
Chinois 贡法洛尼尔
Arabe gonfalonier
Portugais gonfaloneiro
Russe хоругвеносец
Japonais ゴンファロニエ
Basque kargu jarri
Corse gonfalonier
Source : Google Translate API

Synonymes de « gonfalonier »

Source : synonymes de gonfalonier sur lebonsynonyme.fr
Partager