La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « giclette »

Giclette

Définitions de « giclette »

Wiktionnaire

Nom commun - français

giclette \ʒi.klɛt\ féminin

  1. (Cyclisme) Avancée soudaine et rapide, action de prendre de l’avant
    • "Dis papa, c’est quoi une giclette ? - Tu vois, ce coureur. Eh bien, il a beau rouler vite dans le col de la Colombière, ses copains sont toujours dans sa roue. Alors que l’autre, avec son maillot jaune, en deux coups de pédale, il assomme tout le monde. C’est ça, une giclette. — (L’Express, 22 juillet 2009)
    • Coup de théâtre ! Ou coup du sort. Andy Schleck déraille quelques secondes plus tard. Contador est alors en train de placer une "giclette" (…) dont il a le secret. Schleck est arrêté et doit attendre un nouveau vélo. Au final, cela fait 39 secondes d’avance à l’arrivée pour le double vainqueur (2007, 2009). Et 8 au général. Andy Schleck perd le maillot jaune. La faute à un ennui mécanique. — (Tour de France : Voeckler gagne l’étape, Contador le jaune, L’Express.fr, 19 juillet 2010)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « giclette »

(Date à préciser) Mot dérivé de gicler, avec le suffixe -ette.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « giclette »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
giclette ʒiklɛt

Évolution historique de l’usage du mot « giclette »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « giclette »

  • Comme hier au sommet de la montée de Bisanne, Julian Alaphilippe (Quick Step) a fait parler sa giclette au sommet du col de la Madeleine, dans une partie un peu plus roulante, pour prendre 20 points au classement du maillot à pois. , A la Une | Revivez le film de la 12e étape du Tour de France 2018
  • Faire la différence en soutenant un effort maximal pendant quelques minutes est devenu sa spécialité. Ses démarrages sont fulgurants et épatent toujours autant. Même ceux qui ont plusieurs années chez les professionnels au compteur. "C’est le meilleur puncheur au monde. Il met des gros coups de force tout de suite. Il a un put*** de démarrage et un rapport poids-puissance (1,73m, 62kg) hors normes! Il est aussi endurant", s’emballe Anthony Roux. "Alaphilippe et Van der Poel ont une 'giclette' beaucoup plus forte que n’importe quel autre coureur au monde. Quand tu as les jambes pour suivre Julian, il faut vraiment le faire. Il faut aller le chercher, il ne faut surtout pas le laisser sortir", prévient le moteur belge Oliver Naesen, qui sait de quoi il parle. RMC SPORT, Mondiaux cyclisme: hyperactivité, instinct et mimiques, le monstre Alaphilippe vu de près
  • "Dis papa, c'est quoi une giclette? - Tu vois, ce coureur. Eh bien, il a beau rouler vite dans le col de la Colombière, ses copains sont toujours dans sa roue. Alors que l'autre, avec son maillot jaune, en deux coups de pédale, il assomme tout le monde. C'est ça, une giclette."  LExpress.fr, Andy Schleck offre la victoire à son frère Frank... sans lâcher Contador - L'Express
  • La giclette des teletubbies Jeuxvideo.com, Overwatch - Un skin inédit pour Symmetra à gagner ce week-end - Actualités - jeuxvideo.com
  • Meilleur puncheur que ses deux compagnons d’échappée, "Alaph" a tranquillement attendu la rampe du dernier kilomètre et ses passages à 16 % pour placer sa giclette et couper la ligne devant le Danois d’Astana. C’est la première victoire d’un Français sur l’épreuve italienne, après la 2e place de Bardet l’an passé. , Le vélo qu'on aime: Alaphilippe enlève la Strade Bianche à sa première tentative
  • En haut du Tourmalet, il est le seul à lever les bras. Grâce au train imprimé par un très grand David Gaudu, il parvient à décramponner Bardet, Uran et Porte, plus tard Thomas. Parmi le groupe aux avants-postes, il est le seul encore capable d’attaquer et finalement de s’imposer seul grâce à une giclette intacte malgré les heures d’efforts. Il met 6 secondes à Alaphilippe et Kruijswijk, 8 à Bernal et Buchmann. Surtout, il s’impose comme le meilleur grimpeur du peloton, par conséquent le grandissime favori de ce Tour, promis à un montagnard. , Les 30 moments marquants de 2019 : le Tour de France de Thibaut Pinot
  • "La meilleure giclette du peloton", selon le Belge Oliver Naesen qui en a notamment fait les frais lors de Milan-San Remo au printemps. La Primavera, Les Strade Bianche quelques jours avants, la Flèche Wallonne quelques semaines après... Pas grand-chose ne résiste à "Loulou" en cette année 2019. Numéro 1 mondial, porteur du maillot jaune pendant deux semaines sur le dernier Tour de France, il a gagné à peu près partout où il est passé. Son punch, son instinct, et sa résistance à l’effort en font l’un des principaux favoris de la course dimanche, lui qui a frôlé la médaille en 2017 à Bergen en Norvège. Avec une équipe entièrement à son service, il sera en Angleterre dans un vrai carrosse. Mais attention, la saison a été longue, et ses récentes 7e et 13e places lors de classiques au Canada, n’ont pas forcément de quoi rassurer. "Faux", dit-on dans son entourage. "Justement, il a été présent dans le final, il a attaqué… il monte en puissance." RMC SPORT, Mondiaux de cyclisme: Quels sont les favoris?
  • Depuis six ans et son retour au sein de l’ASMB, Thomas Régnier constitue « l’âme » de l’équipe. Promu capitaine depuis l’arrivée d’Anthony Hacquard, l’intéressé traverse les saisons avec la même bonhomie : « Vous savez, on ne peut pas plaire à tout le monde et il y aura toujours des détracteurs », s’amuse l’avant-centre belfortain. « J’ai toujours eu une certaine forme de nonchalance dans mon jeu. Je ne le fais pas exprès… J’essaie de faire des efforts (sourires). En plus, le poste a vraiment évolué car, aujourd’hui, il faut défendre et défendre encore. Or, à mes yeux, si un attaquant fait trop d’efforts défensifs, il n’a plus la giclette pour être décisif. Sauf si vous vous appelez Sadio Mané… » , Sport franc-comtois | Thomas Régnier reste un buteur indispensable à l’ASMB
  • Le 30 décembre, il reçoit la visite de Patrick Favre, son entraîneur de tir, et d’Émilien Jacquelin. Le Villardien a « très peu skié avec Martin » mais le sent « très concentré, se rappelle-t-il. Je l’ai vu plus apte à travailler que par rapport à l’été. Il était très méticuleux et savait où il voulait aller. » Il est plus serein. Répète à ceux qu’il croise qu’il est heureux de skier et qu’il a « retrouvé ses sensations, avance Thibaut Baronian, l’un des meilleur trailer français, qui l’a contacté pour une virée à deux. Il m’avait l’air de prendre du plaisir. » Reste que certains doutes l’escortent encore lors de séances plus poussées. « Sur la fin du stage, il m’a dit qu’il n’avait pas de jus, détaille Buttin. Moi, je lui répétais qu’il avait retrouvé sa giclette, lui disait que non. » C’est le message qu’il délivrera aussi à Vittoz. Une semaine, plus tard, il entamait à Oberhof une série de quatre victoires et retrouvait le maillot jaune. Martin était redevenu Fourcade. , Sport | Les 9 jours qui ont changé Fourcade
  • Côté franc-comtois, cela ne s’est pas merveilleusement bien passé. Caroline Colombo (Mouthe), le sourire aux lèvres la saison dernière, à pareille époque parce qu’elle amorçait un magnifique retour, faisait grise mine cette fois en franchissant la ligne d’arrivée. Même si le tir ne s’est pas trop mal passé (5/5 au couché, 3/5 au debout). « Mon ski n’est pas aérien, il n’y a pas de giclette, je ne prends aucun plaisir sur mes skis… et en plus je suis tombée », déplorait-elle, le visage déçu et le genou un peu ensanglanté. Sa 6e place n’est pas si mal dans le fond. , Sport franc-comtois | Célia Aymonier sur le podium à Arçon derrière Justine Braisaz et Myrtille Bègue
  • «Le peloton c’est comme la vie, toutes les règles ne sont pas écrites.» S’il n’a sans doute plus la même giclette que lors de ses grandes années dans le peloton, Thierry Bourguignon (49 ans) a gardé son sens de la formule. Ancien clown du Tour de France durant les années 90, il connaît aussi sur le bout des doigts ces règles tacites qu’un coureur est obligé de respecter. Sous peine de se mettre tous ses collègues à dos. , Tour de France: Pause pipi, partage des primes, sprint... Les codes tacites du peloton
  • "Autant le Tour est chaste, autant le jargon cycliste est érotique, enchaîne-t-il. Ne peut-on pas en effet, sur une étape du Tour, se faire sucer, avant de se faire sauter sur la ligne par quelqu'un qui a la giclette ? On se croirait, avec un tel patois, non chez Gino Bartali mais chez Rocco Siffredi, dont on connait par ailleurs les talents de grimpeur". RTL.fr, Tour de France : "Le jargon cycliste est érotique", raconte Christian Laborde
  • Wilco Kelderman (Sunweb) Le rouleur Néerlandais peut profiter du parcours exigeant pour entrer dans les 10 premiers mais il n’a pas la giclette pour distancer des coureurs comme Lutsenko ou Pinot. Pour sa première course, le Batave verra où il sera physiquement en vue du Tour d’Italie. Le prometteur couteau suisse Marc Hirschi sera à ses côtés quand la route va s’élever. Enfin, Sam Oomen sera très attendu de la part de ses dirigeants depuis son abandon sur le dernier Tour d’Italie. , Les noms à suivre sur le Tour de La Provence 2020
  • Et ce sont d'ailleurs des crabes bien vivants - les araignées de mer sont plus fragiles ! - auxquels vous proposerez un ultime mais bon bain parfumé au court bouillon arrosé d'une giclette de vin blanc pour pouvoir ensuite satisfaire à vos plus bas instincts gourmands. Concernant les tarifs de ce délice de gourmet, ils varient selon le poids de la bestiole pour laquelle en pince l’amphitryon et des cours des criées. , VENDREDI GOURMAND Le crabe tourteau de la poissonnerie Jean Hubert – Objectif Gard
  • Soudain, il s’est dressé sur les pédales. Calé derrière Vincenzo Nibali, parti à l’abordage, Philippe Gilbert attendait patiemment, dans la roue de son coéquipier Björn Leukemans. Au chaud dans le peloton, le Wallon s’était fait discret tout au long de la journée, en roublard qu’il est. Au pied du Cauberg, «Phil» a abandonné ses galères du début de saison quand, victime de problèmes dentaires, il n’avait pu défendre ses chances dans ses chères classiques ardennaises. Sur la rampe finale de l’Amstel Gold Race, théâtre de ses triomphes en 2010 et 2011, Gilbert n’avait tout simplement aucun adversaire à la mesure de sa «giclette». Dans son jardin limbourgeois, le natif de Verviers s’est arraché au bitume du «Philberg» pour creuser un écart rédhibitoire sur ses poursuivants, le Norvégien Edvald Boasson Hagen et l’Espagnol Alejandro Valverde, pour la quatrième fois sur un podium mondial. Lors des 2km de plat qui le séparaient du maillot de champion du monde, ce Graal irisé, son visage crispé, ses mâchoires serrées trahissaient sa souffrance extrême, alors que ses yeux fixaient cette ligne d’arrivée qui se faisait tant désirer. Dans une folle ambiance de kermesse, si caractéristique dans la patrie de vélo, le coureur de BMC pouvait savourer son triomphe. Sport24, Gilbert, roi de Valkenburg - Cyclisme
  • Benoît Fanouillère marchait sur l’eau ou plus exactement sur la boue. Et quand dans les 50 derniers mètres, l’expérimenté Yakoub Delhoum (Haute-Bretagne Athlétisme) l’a passé, il n’a rien lâché. « Je me suis dit : ce titre, il ne se représentera peut-être jamais. Il fallait tout donner ». Le crossman a trouvé l’énergie pour sauter sur la ligne le Rennais. « Je ne sais pas comment il sort cette giclette », avouait le vice-champion de Bretagne. Le champion de Bretagne 2018 ne le sait pas non plus. Le Telegramme, Running. Cross de la Ligue. La surprise Benoît Fanouillère - Running - Le Télégramme
  • Les courses FFC d’une centaine de bornes me permettent de garder l’explosivité, la giclette. J’ai encore gagné deux courses 2e  catégorie en 2018… C’est complémentaire et il est important pour les jeunes, surtout, de faire leurs gammes sur les courses FFC. , Sport franc-comtois | Damien Vuillier : plus vite, plus haut, plus fort
  • Emilien Jacquelin : « Contrat rempli même dans la manière malgré ces deux pioches. J’ai respecté les consignes même si c’était plus fort que moi. Je devais rester dans les skis et garder ma giclette pour le dernier tour. Dès le deuxième, j’ai voulu attaquer. Je mets le bâton entre les jambes et je tombe. Les tirs étaient très attaqués mais il y a eu pas mal de pioches. » , SkiChrono | Martin Fourcade et la France sur le podium du relais de Ruhpolding
  • Sur la question physique, en revanche, rien n’a changé. Il est toujours aussi pro mais il a toujours aussi ce manque de grosse giclette de par sa cadence de pédalage et des lacunes en contre-la-montre. Pour moi, le jour où un cap est changé, c’est s’il arrive par exemple à devenir champion de France de chrono. Là, ce serait un gros changement. » , Tour de France 2018: Cette année c’est la bonne, pourquoi une victoire de Romain Bardet est vraiment possible
  • Un coureur ayant la giclette est un coureur ayant dans les jambes l’énergie pour placer une attaque sèche, violente et rapide. Lepape-Info, Le jargon du peloton | Lepape-Info
  • Hélas. Je n'arrive pas à trouver mon second souffle et mes jambes ne pédalent plus que mécaniquement. J'ai beau essayer de relancer mon rythme, j'en suis incapable. Pas de giclette en stock. Je me jure alors de faire du vélo bien plus souvent, pour éviter de me retrouver à nouveau dans cet état. Une de ces résolutions qu'on se lance parfois sur un coup de tête alors qu'on est encore moins susceptible de les tenir que celles qu'on prend après les 1er janvier de chaque année. www.lamontagne.fr, Tour de France : j'ai grimpé pour vous la côte de Saint-Just, col de catégorie 3 de l'étape Saint-Étienne - Brioude - Brioude (43100)
  • Une question que se posait également Hassan Chahdi dans la course masculine. Mais, contrairement à l’année dernière, le marathonien n’avait pas sa giclette habituelle aujourd’hui, malgré un parcours taillé pour les purs crossmen. Parti prudemment, derrière un Alexandre Saddedine très vite dans le top 10, Chahdi remontait un temps autour du Top 5, avant de retomber au classement. Lepape-Info, Europe de cross : Des Espoirs et un relais | Lepape-Info
  • En plus de la victoire d'étape, même le maillot de meilleur grimpeur a échappé aux hommes de Jean-René Berneaudeau, chipé sur le fil à Sylvain Chavanel par le Letton Toms Skujins (Trek-Segafredo). « Mais le coureur de Trek (Skujins) avait plus de giclette que nous, il était plus fort sur les Grands Prix de la montagne. On a été battus par plus fort à ce classement. Ce coureur, je lui ai d'ailleurs demandé à plusieurs reprises pourquoi il ne voulait pas collaborer alors qu'on voyait qu'il avait une grosse puissance. Ca ne l'intéressait pas, il ne croyait pas en la victoire... » Défaite amère. Mais pas de quoi décourager totalement les Direct Energie dans leur stratégie offensive, à commencer par Lilian Calmejane, vainqueur en solitaire d'une étape l'an dernier. « Ce sont des journées frustrantes. Depuis le début du Tour, j'ai passé les trois-quarts de mon temps dans les derniers du peloton à ronger mon frein. Donc quand on se retrouve à l'avant dans un groupe de sept, avec des coureurs de qualité, une avance un peu confortable, je ne dis pas qu'on aurait dû gagner mais il y avait mieux à faire. Mais on retentera. Pourquoi pas aller prendre le maillot à pois au coureur de la Trek. Ce serait un beau clin d'oeil... ». Le Telegramme, Cyclisme. Tour de France. Calmejane : « Cette philosophie, c'est navrant » - Cyclisme - Le Télégramme
  • "La dernière semaine, on a croisé six ours blancs, mais ça c'est bien passé. Il a juste fallu envoyé une giclette de bombe au poivre à l'un d'eux qui était à 2 m de nous... Il était très intéressé par ce qu'on était en train de manger". midilibre.fr, Le périple dantesque du Cévenol Sébastien Roubinet en Antarctique - midilibre.fr
  • Après cette cruelle désillusion, Adrien se ménage quelques semaines de repos pour attaquer la deuxième partie de saison. Cette stratégie sera payante puisqu’il vaincra à quatre reprises en l’espace de deux mois : Nice-Annot-Nice, étape du Trophée de la Côte d’Azur, Circuit Eerta et Marseille-Nice. Des courses aujourd’hui oubliées qui réunissaient pourtant les meilleurs coureurs méridionaux et les meilleurs Piémontais (Orecchia, Gremo, Camusso…). Cette fin d’année 1932 permet à Adrien de faire montre de sa valeur et de prouver de quoi il est capable lorsqu’il est délesté de son sempiternel rôle d’équipier. La manière dont il gagne prouve aussi que le garçon exploite au mieux ses capacités. Avant tout réputé pour son esprit offensif, ce qui n’était pas un vain mot dans ces années-là, il jouit aussi d’une fameuse pointe de vitesse (le bonhomme faisait souvent de l’omnium) et d’une giclette des plus appréciables. Ses victoires sont souvent acquises face à des coureurs au pédigrée plus impressionnant, mais sa hargne et sa ténacité ont souvent raison de la résistance d’adversaires plus huppés. Pour paraphraser le célèbre Blondin de Sergio Leone, « le cyclisme se divise en deux catégories : ceux qui ont la classe et ceux qui souffrent ». Buttarocchi fait partie de la seconde catégorie, mais il sait souffrir comme peu de ses concurrents, ce qui lui confère un avantage que la classe seule ne suffit pas toujours à surmonter. Revigoré par sa fin de saison, l’Azuréen affiche résolument ses ambitions de victoires pour 1933. Mais son départ de Lutecia pour rejoindre les rangs de la prestigieuse Heylett Hutchinson ne servira guère son palmarès. Rejoindre une cylindrée supérieure nuira naturellement à ses ambitions personnelles. Il gagnera bien Marseille-Nice, mais courra essentiellement - de bon gré - pour favoriser les desseins de ses leaders. , Adrien Buttafocchi, coureur populaire au destin tragique
  • Victorieuse à plusieurs reprises sur des XCC la saison dernière, Annika Langvad (Specialized), l'une des rares à rouler en tout-suspendu ce week-end, doit se contenter seulement de la 5e place. La Danoise, qui a brillé sur route ce printemps, notamment sur les Ardennaises, a semblé manquer un peu de "giclette". , Infos Vélo : Coupe du monde XC, à Albstadt / Courtney et Van der Poel gagnent le short-track
  • Malgré une saison cahoteuse, elle a fait le choix de doubler VTT et route à Rio. "Sur le sujet, j'ai préféré ne pas me prononcer, dit Absalon. Ce devait être sa décision. Je ne me permettrais pas non plus de lui donner des conseils d'entraînement. Elle a sa manière de fonctionner et des gens autour d'elle pour la conseiller." Sur le matériel, le choix des pneus, son expérience se révèle tout de même profitable. Désormais, ces deux-là partagent aussi le même entraîneur (Gérard Brocks). Et donc de plus en plus de séances d'entraînement. Les sorties sur route donnent lieu à quelques "sprints pancarte", à la vue d'une entrée de village. Pauline a l'air d'aimer : "Au démarrage, je suis un peu plus rapide, j'ai plus de giclette! Bon, après il est plus costaud…" lejdd.fr, Un podium pour deux : les trois couples français des JO
  • Dans le peloton, José Maria Jiménez était connu sous le patronyme “d’El Chava” – prononcez Chaba – référence au sobriquet “Chabacano” dont était affublée la famille du coureur dans son village d’El Barraco en Castille-León. “El Chava”, traduisez le “mal élevé”, car sur un vélo comme dans la vie, José Maria Jimenez n’en faisait souvent qu’à sa tête, allant parfois à l’encontre du politiquement correct. Exemple, lors du Tour de France 1996, où “El Rey” – le Roi – Miguel Indurain en personne est obligé de rappeler son lieutenant de luxe à l’ordre dans les Alpes, alors que celui-ci vient de se lancer à corps perdu à la poursuite du Danois de la Telekom Bjarne Riis (futur vainqueur du Tour cette année-là), en oubliant derrière lui son leader de la Banesto. Un Indurain qui ne gagnera pas une 6e Grande Boucle consécutive, ni aucune autre d’ailleurs. Toute sa vie, le coureur prendra le parti pris du contre-pieds, en exceptionnel grimpeur qu’il était, doté d’une giclette hors-du-commun. La montagne, c’était toute sa vie, c’est ce que vous diront tous les gens qui le côtoyaient au quotidien, comme son “beauf” le coureur espagnol Carlos Sastre – vainqueur de la grande boucle en 2008 – qui résume parfaitement ce qu’était son beau-frère de coureur : “aujourd’hui Chava se promène là-haut et prépare sa prochaine escarmouche, cherche un nouveau col à dompter, ou simplement mitonne une embuscade pour pouvoir encore une fois en découdre avec ses adversaires. Les adieux sont cruels envers un homme aussi jeune aussi bon que je côtoie depuis près de vingt ans. Chava était une force de la nature, un lion sur un vélo, qui aurait pu devenir, pour peu qu’on le lui eût permis, un habitué des podiums. Mais la tête ne suivait pas… et dans ce sport, la volonté de se dépasser vaut tous les muscles”. Au Stade, "El Chava" José Maria Jimenez: l’esthète au destin tragique
  • Alors que les pois ne sont pas encore sur le Tour, cette période est pourtant celles où se révèlent ceux que l’on considère comme les grimpeurs ayant le plus marqué l’histoire de la Grande Boucle. Pour le premier d’entre eux, il s’agit de l’espagnol Federico Bahamontes, surnommé “l’aigle de Tolède” (sa province d’origine), sextuple (!) vainqueur du grand prix de la montagne sur le Tour (1954,58,59,62,63 et 64 pour le dernier, à 36 ans). Si Bahamontes a réussi à tant marquer l’histoire de la petite reine, c’est grâce à des qualités de grimpeurs et de “giclette” exceptionnelles mais aussi à un tempérament d’attaquant hors du commun qui soulevait les foules. S’il ne remporta au final le Tour qu’à une seule reprise en 1959, il le doit certainement à ses faiblesses tactiques (parfois ces grands raids en solitaires avaient quelques chose d’un peu suicidaire) ainsi qu’à ses piètres qualités de descendeurs (il perdait souvent toute son avance dans les descentes du fait d’une grande crainte, née d’un nombre de chutes important, notamment au début de sa carrière). L’Espagne fut pendant de longues années la référence en matière de grand grimpeur car après la décennie de domination de l’aigle de Tolède vint celle d’un autre ibérique qui lui succède : Julio Jiménez, triple lauréat successif du graal des grimpeurs en 1965,66 et 67. Par la suite, le début des années 1970 marque l’avènement d’une autre nation sur les routes du Tour, à savoir la Belgique. En effet, pendant qu’un certain Eddy Merckx, dit “le cannibale” remporte 5 Tour de France entre 1969 et 1974, un de ses compatriotes arrive à exister dans l’ombre du Grand Eddy grâce à ses qualités de grimpeur hors du commun : Lucien Van Impe. Outre son succès lors du Tour 1976, le belge impressionne de par sa domination dans les cols : doté d’un petit gabarit parfaitement adapté aux forts pourcentage, il règne sur les cimes françaises pendant plus d’une décennie – 13 ans, entre son premier grand prix de la montagne en 1971 et son dernier…maillot à pois à 37 ans, en 1983. Au Stade, Le maillot à pois est-il devenu le maillot du super-baroudeur ?
  • Avec les séries et les finales, la demoiselle qui est loin d’être au physique une ogresse s’est appuyée dans l’après-midi entre 15h30 et 18h05, quatre courses et deux concours. Evidemment, c’est une spécialiste des épreuves combinées, nous direz-vous. Et une internationale espoir sur le pentathlon et l’heptathlon qui plus est. Mais quand même. Quand on sait que le sprint court se joue avant tout sur la fraîcheur et l’étincelle, le punch et la giclette, on comprend l’exploit qu’a réussi, hier, à Vittel, la protégée de Julien Choffart. Après avoir pris la 3 e place au poids avec un jet à 10,55 m en deçà de sa perf’de pointe, Pauline a trouvé le jump nécessaire pour accrocher à son cou une autre médaille à la hauteur (3 e avec 1,57 m). Est-ce parce que la performance loin de son meilleur saut à 1,68 m l’avait déçue que la rage aidant, la Forbachoise a tout mis dans ses courses ? Peut-être. , Athlétisme | Pauline Lett crée la sensation
  • Notre père Noël était un véritable professionnel de la livraison puisque, dans le civil, il était facteur. Il connaissait sa tournée les yeux fermés comme on reconnaît dans la nuit noire le parfum de celle (de celui) que l’on aime. On ne lui a connu qu’un seul vélo avec lequel il allait qu’il pleuve, qu’il vente ou que la canicule cogne. Sauf les jours de grandes congères où il faisait sa trace dans la neige avec ses croquenots qui nous rappelaient nos premières Galibier. Les commères bovarisant derrière leurs rideaux en dentelles prétendaient que c’est son vélo qui le ramenait le plus souvent à la Poste. Mauvaises langues va, une giclette de gnôle dans le café du matin n’a jamais fait le pochetron. C’était juste pour s’ébaudir avant d’attaquer la côte dans le bois de la Crochère avec les sacoches remplies à ras-la-gueule de mandats postaux, de lettres de troufions, de pattes de mouches fébriles d’amoureux transis, du dernier numéro du Chasseur français, de la Semaine du Boulonnais et de la Voix du Jura… Libération.fr, Le père Noël est une garbure - Culture / Next
  • Par ailleurs, il manque à XRD la fluidité, la manœuvrabilité et le coup de giclette des GGX oldschool. Dans XRD je me flingue le pouce simplement pour manœuvrer de gauche à droite les BMW qui font office de perso. , Test BlazBlue : Cross Tag Battle - Gamekult

Images d'illustration du mot « giclette »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « giclette »

Langue Traduction
Anglais squirt
Espagnol chorro
Italien schizzare
Allemand spritzen
Chinois 喷出
Arabe بخ
Portugais esguicho
Russe спринцовка
Japonais 潮吹き
Basque squirt
Corse squirt
Source : Google Translate API

Synonymes de « giclette »

Source : synonymes de giclette sur lebonsynonyme.fr

Giclette

Retour au sommaire ➦

Partager