La langue française

Gentiane

Définitions du mot « gentiane »

Trésor de la Langue Française informatisé

GENTIANE, subst. fém.

A. − Plante dicotylédone, monopétale, herbacée, à suc amer et dont les fleurs sont jaunes, bleues ou violettes, selon les espèces. La racine de la gentiane est topique. J'ai foulé dans les bois l'azur noir des gentianes et je n'ai pas pleuré (Jammes, Clairières,1906, p. 109).Je me souviens de ce marais maléfique dans la lande (...). Nous aimions y cueillir des gentianes, de la couleur du ciel d'été (Mauriac, Mém. int.,1959, p. 179).
B. − P. méton. Boisson préparée avec la racine de cette plante. Élixir, liqueur, sirop, tisane de gentiane. Pour lui, celui d'apéritif qu'il préférait, c'était la gentiane-cassis. Pas méchant d'habitude et puis après du picolo, pas très gentil (Céline, Voyage,1932, p. 301).
REM.
Gentianées, subst. fém. plur.Famille de plantes dicotylédonées dont la gentiane est le type (cf. Planchon, Collin, Drogues orig. végét., 1895-96, p. 645).
Prononc. et Orth. : [ʒ ɑ ̃sjan]. Buben 1935, § 98, indique une hésitation pour l'initiale entre [ɑ ̃] et [ε ̃]. Ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 2emoitié xiiies. (Antidotaire Nicolas, éd. P. Dorveaux, p. 3); 1890 « liqueur à base de la racine de cette plante » (DG). Empr. au lat. class.gentiana « gentiane ». Fréq. abs. littér. : 36.

Wiktionnaire

Nom commun

gentiane \ʒɑ̃.sjan\ féminin

  1. (Botanique) Grande plante herbacée, de nom scientifique Gentiana lutea, vivace, au suc amer, de la famille des Gentianacées (Gentianaceae) dont elle est le type.
    • Les Aconits, les Asphodèles, les grandes Gentianes qui sont la parure de nos pâturages subalpins sont des plantes refusées par le bétail. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.29)
    • La racine de la gentiane est topique utilisée en phytothérapie, autrefois les utilisations pouvaient être médicinales.
  2. Liqueur alcoolisée amère à base des racines de cette plante.
    • Boire de la gentiane.
  3. (Désuet) (Par extension) Sirop, tisane faite avec la racine de cette plante.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GENTIANE. (TI se prononce CI.) n. f.
T. de Botanique. Plante de la famille des Gentianées dont elle est le type à suc amer. La racine de la gentiane est topique. Par extension, il se dit du Sirop, de la tisane faite avec la racine de cette plante. Boire de la gentiane.

Littré (1872-1877)

GENTIANE (jan-si-n') s. f.
  • Genre de plantes qui croissent surtout dans les montagnes ; on y distingue la gentiane jaune ou grande gentiane, gentiana lutea, L.

HISTORIQUE

XVIe s. De là est venu que la gentiane a pris son nom de Gentius, roy des Illyriens, Paré, Préf.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GENTIANE, s. f. gentiana, (Hist. nat. bot.) genre de plante à fleur monopétale campaniforme, évasée ou tubulée & découpée. Le pistil sort du calice, traverse le fond de la fleur, & devient un fruit membraneux, ovoïde, & pointu, compose de deux panneaux & d’une capsule, & rempli de semences ordinairement plates, rondes, & entourées d’un limbe. Tournefort, inst. rei herb. Voyez Plante. (I)

Les Botanistes comptent plusieurs especes de gentiane, dont quelques-unes sont cultivées dans les jardins des curieux, entr’autres la gentianelle, qui en vaut bien la peine ; Bradley dit qu’elle est d’un si beau bleu, que l’outre-mer ne l’égale pas. On cultive aussi la grande gentiane jaune, gentiana major lutea de C. Bauh. Parkins. Tournef. Boerh. elle est employée des Medecins, & c’est celle qu’il nous suffira de décrire.

Ses racines sont longues, charnues, jaunâtres, un peu branchues, & fort ameres ; ses fleurs ressemblent à celles de l’hellébore blanc ; elles sont en grand nombre près de la racine, placées vis-à-vis les unes des autres le long de la tige, qu’elles embrassent en se réunissant par leur base ; elles ont trois ou cinq nervures, comme les feuilles de plantain ; elles sont unies, luisantes, ce qui les distingue des feuilles de l’hellébore blanc : ses tiges ont une à deux coudées, & quelquefois davantage ; elles sont simples, lisses, & portent des fleurs qui naissent par tas au nombre de huit ou de dix, disposées en maniere d’anneaux ; elles sont d’une seule piece, en forme de cloche, évasées, découpées en cinq quartiers, de couleur d’un jaune-pâle, garnies d’un pistil de même couleur, qui s’éleve du fond du calice à la hauteur d’un pouce, & perce la partie inférieure de la fleur : ce pistil devient ensuite un fruit membraneux, ovale, terminé en pointe, qui n’a qu’une loge : cette loge s’ouvre en deux panneaux, & est remplie de plusieurs graines rougeâtres, rondes, applaties, & bordées d’un feuillet membraneux.

Pline prétend que cette plante doit son nom à Gentius roi d’Illyrie. Elle vient dans les Pyrénées, dans les montagnes d’Auvergne, & sur-tout dans les Alpes. Haller en donne une charmante description poétique. « C’est ici, dit-il en parlant des Alpes, que la noble gentiane éleve sa tête altiere au-dessus de la foule rampante des plantes plébéïennes ; tout un peuple de fleurs se range sous son étendard ; l’or de ses fleurs est formé en rayons, il embrasse sa tige ; ses feuilles peintes d’un verd-foncé, brillent du feu d’un diamant humide ; la nature suit chez elle la plus juste des lois, elle unit la vertu avec la beauté ». Il est du-moins vrai, pour parler plus simplement, que sa racine est d’un très-grand usage. Voyez Gentiane, (Matiere méd.)

Je n’ajoûte qu’un mot sur la petite gentiane d’Amérique, à fleur bleue, gentianella americana, flore cæruleo, parce que l’artifice & la précaution de la nature pour la conservation de son espece, paroissent en elle évidemment. Il ne faut pas douter que les capsules ne soient les meilleures défenses qu’on puisse imaginer pour la conservation des graines ; car c’est dans cet étui qu’elles demeurent garanties des injures de l’air & de la terre, jusqu’à l’approche du tems le plus propre à les faire sortir. Alors aussi les graines mûres de cette plante sont répandues & semées en terre presqu’aussi exactement que le pourroit faire le plus habile semeur. Dès que la moindre humidité touche le bout de ces capsules, elles crevent avec force, sautent subitement, & par leur vertu élastique répandent les graines à une distance où elles rencontrent un lieu propre à les recevoir. C’est une observation faite par le chevalier Hans Sloane, pendant son séjour à la Jamaïque, sur les capsules de la gentiane de ces pays-là, & cette observation se trouve vérifiée par d’autres exemples semblables. (D. J.)

Gentiane, ou Grande-Gentiane, (Matiere médic.) La racine de gentiane est la seule partie de cette plante qui soit employée en Medecine ; elle est très-amere, & elle est fort employée à ce titre, comme stomachique & vermifuge. Voy. Stomachique & Vermifuge. Elle est recommandée contre les obstructions des visceres du bas-ventre, contre la jaunisse, & contre les fievres intermittentes. C’étoit un des fébrifuges que l’on employoit avec le plus de succès avant la découverte du quinquina ; elle passe pour résister aux poisons & à la peste même ; elle est célebre depuis long-tems contre la morsure des animaux venimeux : c’est une des vertus que lui donne Dioscoride. Elle a été recommandée aussi contre la morsure des chiens enragés ; on peut la donner en poudre depuis demi-gros jusqu’à deux. On n’employe intérieurement ni sa décoction ni son suc, à cause de sa grande amertume ; mais on les applique extérieurement pour mondifier les plaies & les ulceres. Ces liqueurs fournissent aussi de bons collyres dans les legeres inflammations des yeux.

On préparoit un extrait de gentiane dès le tems de Dioscoride. Cet extrait contient la partie vraiment médicamenteuse de la plante, qui peut être administrée très-commodément sous cette forme.

La racine de gentiane entre dans les compositions suivantes de la pharmacopée de Paris ; savoir l’eau générale, le décoctum amer, l’élixir de vitriol, le sirop de longue vie, le dioscordium, l’opiate de Salomon, la thériaque, la thériaque diatessaron, le mithridate, l’orviétan ordinaire, l’orvietanum præstantius, le baume oppodeldoc, la poudre arthritique amere. L’extrait entre dans la thériaque céleste. (b)

Gentiane, (petite) ou Gentiane-croisette, (Mat. médicale.) La racine de petite gentiane est très estimée par les modernes, dit Ray, contre la peste & la morsure des animaux venimeux. Mathiole assûre que cette racine étant pilée & appliquée sur le bas-ventre en forme de cataplasme, est un remede éprouvé contre les vers des intestins ; & que la plante fraîche pilée ou séchée, & pulverisée, est d’une grande efficacité contre les ulceres écroüelleux.

Cette plante est absolument inusitée parmi nous.

Usage chirurgical de la racine de gentiane. C’est un fort bon dilatant pour aggrandir un ulcere fistuleux, & en entretenir l’ouverture. Voyez Dilatans & Dilatation. Pour completer sommairement ces articles, nous devons remarquer que la dilatation des sinus fistuleux convient principalement à ceux qui sont environnés de toutes parts de parties respectables, telles que sont les nerfs, les gros vaisseaux, les tendons, les ligamens, &c. Le seul moyen de conserver une ouverture nécessaire contre les progrès de la réunion, est l’usage des dilatans. On dilate, & l’on entretient une ouverture dilatée, pour deux vûes générales ; 1°. pour attendre une exfoliation ou un corps étranger, dont l’extraction ou la sortie se doivent différer ; 2°. pour conserver dans certains cas une issue aux écoulemens, & une entrée aux secours nécessaires à la cure. Ce sont ordinairement des cannules qui remplissent cette seconde vûe. La racine de gentiane s’employe particulierement pour écarter & forcer, pour ainsi dire, la plaie ou l’ulcere à devenir plus large. Elle n’a pas l’inconvénient de l’éponge préparée, qui acquiert dans un sinus où on l’a mise, cinq ou six fois autant de volume qu’elle en avoit en l’y mettant ; & comme elle se gonfle plus où elle trouve moins de résistance, on a quelquefois beaucoup de peine à la retirer. La racine de gentiane introduite dans une plaie, se gonfle, à la vérité ; mais elle ne peut pas acquérir un si grand volume, capable de mettre trop de disproportion. Elle mérite d’ailleurs des préférences sur l’éponge préparée, parce qu’elle a une qualité détersive & antiputride ; elle détruit les chairs fongueuses & calleuses. La poudre de racine de gentiane mise sur les fontanelles ou cauteres dont la suppuration se tarit, ranime les chairs, & produit de nouveau une exudation purulente ; on peut en former des boules en forme de pois, pour mettre dans le creux de ces ulceres artificiels. (I)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « gentiane »

(XIIIe siècle) Emprunté au latin gentiana. De Gentios, roi d'Illyrie au (IIe siècle avant J-C), la légende lui attribue la découverte des vertus médicinales de la plante.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. gentiana, de Gentius, roi d'Illyrie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « gentiane »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gentiane ʒɑ̃sjan

Évolution historique de l’usage du mot « gentiane »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « gentiane »

  • Il n’est pas rare d’entendre ou de lire qu’il faut appliquer du violet de gentiane sur les mamelons d’une femme allaitante ou dans la bouche d’un nourrisson si une candidose est suspectée. Dans son dernier numéro, la revue de médecins Prescrire alerte sur le potentiel effet irritant et cancérogène de ce produit. Doctissimo, Violet de gentiane et allaitement : des risques cancérogènes et d’irritation pour la mère et l’enfant
  • Le Parc des Bauges organisait ce samedi 20 juin un campagne d'éradication des vératres qui poussent sur les alpages, à Aillon-le-Vieux en Savoie. Cette plante qui ressemble à la gentiane peut empoisonner les animaux venus pâturer en été. France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, Savoie : dans les alpages, opération "Fauche qui peut" contre le coriace et toxique vératre
  • Le Tour 1958 est loin, et pourtant le jaune est toujours là. Ce n’est plus celui du maillot, mais celui de la gentiane que Raphael Géminiani, clope au bec, offre à ses invités : "De la gentiane d’Auvergne ! On peut trinquer, c’est permis." À croire que cela conserve, puisque l’ancien maillot jaune du Tour, qui a aussi été le directeur sportif de Jacques Anquetil, vient de fêter ses 95 ans. Franceinfo, "J’avais peur que le Tour ne se fasse pas" : Raphaël Géminiani, légende du cyclisme français, attend la Grande boucle avec impatience

Images d'illustration du mot « gentiane »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « gentiane »

Langue Traduction
Anglais gentian
Espagnol genciana
Italien genziana
Allemand enzian
Chinois 龙胆
Arabe الجنطيانا
Portugais genciana
Russe горечавка
Japonais りんどう
Basque gentian
Corse gentiana
Source : Google Translate API

Synonymes de « gentiane »

Source : synonymes de gentiane sur lebonsynonyme.fr

Gentiane

Retour au sommaire ➦

Partager