La langue française

Gaulage

Définitions du mot « gaulage »

Trésor de la Langue Française informatisé

Gaulage, subst. masc.Action de gauler. C'était de petites fêtes pour la fenaison, la tonte des moutons, le gaulage des noix, la cueillette des pommes (Pourrat, Gaspard,1922, p. 148).[gola:ʒ]. Ds Ac. 1932. 1reattest. 1845 (Besch.); de gauler, suff. -age*.

Wiktionnaire

Nom commun

gaulage masculin

  1. Action de gauler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GAULAGE. n. m.
Action de gauler.

Littré (1872-1877)

GAULAGE (gô-la-j') s. m.
  • Action de gauler ; résultat de cette action.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « gaulage »

 Dérivé de gauler avec le suffixe -age.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « gaulage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gaulage golaʒ

Évolution historique de l’usage du mot « gaulage »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « gaulage »

  • Une ambiance s’installe dans les champs devenus très animés. Une animation qui s’étale sur toute la durée de la campagne de ramassage des olives. Saïd en arrivant à son champ commence par l’essentiel comme d’habitude, en allumant un feu de bois. Il conduit les bêtes dans un endroit où il y a beaucoup de maquis et point d’arbres qui donnent des fruits et demande à son jeune garçon de les surveiller. Il va avec son autre fils vers un grand olivier pour entamer le gaulage, pendant que les ramasseuses chauffent leurs mains tout en discutant. En l’espace d’une heure, tapant par ci et par là avec les gaules, faisant tomber le fruit à terre qui devient toute noire et bien couverte d’olives étalées tout autour de l’arbre. Mission terminée pour les deux hommes qui appellent les femmes à rentrer en action pendant qu’à leur tour, ils se dirigent vers le feu pour se chauffer les mains de la tiédeur. Quelques minutes leurs ont suffi pour se remettre d’aplomb et aller ensuite vers un autre arbre recommencer le gaulage. Des gestes qu’ils font à longueur de journée et qu’ils répètent tout le long de la campagne. Les ramasseuses mettent les olives dans des récipients qu’elles versent une fois pleins dans des sacs en jute. Une fois trois sacs remplis, qui est équivalent d’une charge utile que peut prendre un mulet, ils seront mis sur sa selle et c’est le fils aîné qui se charge de le conduire jusqu’à l’huilerie où une place leur était réservée pour le dépôt de leur production. Il est midi, quand tout le monde se met à côté du feu pour recevoir sa ration alimentaire que sert à chacun l’une des femmes. Ce piquenique dure environ une heure. L’activité des champs donne une faim de loup, rendant les repas délicieux. La journée est merveilleusement vécue dans les champs. Outre la nature qui étale ses plus beaux atours avec la verdure qui domine, les oiseaux qui gazouillent dans l’air et sur les branches des arbres, l’air pur qui oxygène les poumons et l’eau qui ruisselle dans les rivières, une animation inhabituelle règne avec des fumées se dégageant des brasiers et montent haut dans le ciel, des coups de gaules qu’on entend de tous les côté. Il y a aussi la présence des étourneaux qui passent dans le ciel. Ils sont chassés partout quand ils se posent sur terre, rendant toute la surface noirâtre. Une fois volant dans l’air, ils sont attaqués parfois par un épervier, ils se mettent en boule pour se protéger. Mais la plupart du temps quand il en attrape un, il abandonne la chasse pour se poser sur la branche d’un arbre et le manger. En fin de journée, la fatigue gagne les membres qui travaillent sans répit toute la journée et ce n’est que l’après-midi qu’ils rentrent à la maison. Les chanceux sont ceux qui ont des voitures. Ils ne mettent pas longtemps pour arriver au village. Les autres prennent les chemins du retour par des sentiers sinueux et serpentés faits de descentes et de montées, rentrant à la tombée de la nuit. Et ce n’est pas fini, puisque les femmes doivent préparer le diner et les hommes se rendent aux huileries pour voir leurs productions. Ils préparent éventuellement la journée du lendemain. Ceux qui ne possèdent pas du tout ou suffisamment d’oliveraies achètent au kg des olives ou ouvrant des points de ventes. Ils ont commencé par acheter le kg d’olives à 70 DA et devant la forte demande il a atteint déjà les 90 DA/le kg chez certains. Ceux qui n’ont pas les moyens se contentent des résidus laissés sur les arbres qu’ils cueillent en sillonnant les oliveraies déjà cueillies par leurs propriétaires. Cette opération s’appelle «ahaouache». Les pauvres sont pris en charge par les gros propriétaires d’oliveraies qui engrangent de grandes quantités d’huile en leur donnant de petites quantités appelées «laâchour». Suivant les augmentations des prix des produits manufacturés fabriqués à l’usine, le prix du litre de l’huile d’olive a, lui aussi, grimpé atteignant la barre des 700 dinars chez les huileries par rapport à l’année passée, où il n’a pas dépassé la barre des 600 dinars le litre. Nous avons posé la question à un oléiculteur sur le pourquoi de ces augmentations des olives et de l’huile d’olive qui nous donnera les raisons. «Les prix de tous les produits manufacturés ont augmenté ces derniers mois, suite à la crise qui s’installe dans notre pays et personne ne trouve à dire. Mais quand c’est le prix du litre de l’huile d’olive qui augmente, les acheteurs se demandent pourquoi une telle augmentation. D’abord la dégradation du pouvoir d’achat touche également le fellah qui ne vit que des produits agricoles tirés de ses champs, fruit de son labeur et sueur. Ensuite, les prix des produits manufacturés qu’il utilise ainsi que les salaires de la main d’œuvre augmentent aussi. Cela a fait que le fellah a le droit de voir ses efforts valorisés par l’augmentation des prix des produits qu’il vend», a-t-il expliqué. Du côté des huileries industrielles qui nécessitent beaucoup de productions d’olives pour tourner à plein régime, un gérant d’une huilerie moderne nous a fait savoir que les rendements sont médiocres cette année et qu’il s’approvisionnerait en olives des autres régions arabophones pour s’en sortir. «Cette année, les rendements sont faibles, ce qui explique le nombre de tas d’olives réduit dans la cour que vous voyez là. Cela étant, je vais m’approvisionner en olive dans les régions de l’Est et de l’Ouest du pays pour m’en sortir. C’est ce que je faisais dans le passé quand les rendements étaient faibles comme cette année», a-t-il. La campagne de cueillette des olives comme celle des figues fraîches et de barbarie (akermous) comptent beaucoup dans la vie des kabyles qui trouvent un malin plaisir de se revigorer de ses fruits du terroir, fétiches et adulés par les populations. La Dépêche de Kabylie, La campagne de cueillette des olives s’accélère - La Dépêche de Kabylie
  • Une journée technique sur les procédés à appliquer par les oléiculteurs pour une meilleure huile d’olive tant sur le plan qualité que quantité, a été organisé jeudi au niveau de la Chambre d’agriculture de la wilaya de Bouira. Cette conférence a été animée par un professionnel, M. Zoheir Sebaî, spécialiste dans le contrôle de la qualité de l’huile d’olive à l’Institut technique d’arboriculture fruitière et de vigne (ITAFV), qui a détaillé point par point l’itinéraire technique à suivre par les agriculteurs afin d’avoir une huile d’olive de qualité. “L’huile d’olive est avant tout un jus de fruit, elle est l’unique jus de fruit que l’on peut consommer en l’état. Seulement, il y a un itinéraire technique à suivre qui se définit en trois phases, à savoir l’irrigation, le taillage et le choix de la qualité, pour avoir une bonne huile à consommer sans risque”, dira Zoheir Sebaî. Concernant la récolte d’olives, ce spécialiste affirme que l’époque des récoltes est liée directement au degré de maturité de l’olive, c'est-à-dire qui passe de la couleur verte, semi-verte à la couleur noire. Il dira à cet effet : “Il faut que l’olive passe par 3 stades de maturation.” Il recommandera par la suite aux oléiculteurs la récolte à la main, au filet, ou bien, la récolte mécanique. Par contre, “le gaulage des olives est très déconseillé, car il blesse le fruit en l’escamotant. Le système d’extraction est le travail qui va déterminer le broyage, le malaxage et la séparation des différentes phases”, dira-t-il. Abordant par la suite l’étape de transport des olives aux huileries, il recommandera le transport des olives dans des caisses en plastique, ou le transport en vrac. “Mais, aucunement dans des sacs qui est le moyen le plus déconseillé étant donné que les sacs altèrent la qualité de l’olive et sa fermentation est très dangereuse”, a-t-il précisé aux agriculteurs présents, avant de passer à l’élaboration de l’huile d’olive vierge qui débute avant la campagne oléicole et nécessite le nettoyage générale des unités de trituration (huileries), le contrôle de la qualité du fruit, l’humidité, son acidité et son rendement. Concernant la cueillette d’olives, celle-ci se déroule dans certaines régions de la wilaya de Bouira de manière quelque peu timide, tandis que son regain est attendu ces jours-ci, notamment pendant les vacances scolaires d’hiver. Il faudra s’attendre à un rendement des plus moyens, de l’avis des propriétaires d’oliveraies et autres petits cultivateurs. L’un de ces derniers a tenu à nous éclairer un peu plus sur la situation qui prévaut : “Il est vrai que les prévisions des services agricoles sont si souvent prometteuses, mais la réalité est toute autre. Nous avons connu une maturité précoce de l’olive avec la canicule qui a sévi durant deux mois sans discontinuité, et ce n’est pas bien pour son développement naturel. Hormis les aléas climatiques, les oliveraies n’ont pas subi de maladies spécifiques comme dans le passé, et cela grâce à la sensibilisation et les journées d’études et techniques lancées au profit des agriculteurs et oléiculteurs afin de prémunir leurs vergers oléicoles des maladies parasitaires qui peuvent affecter sérieusement l’olive.” http://www.liberte-algerie.com/, “Le gaulage des olives est contre-indiqué”: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com
  • Ce sont ces amphores qui sont commentées ce matin : que pouvons-nous apprendre de leurs étiquettes et de leurs itinéraires, des amphores trouvées dans l’épave la Cavalière vers 100 av. J.-C., celles de Cologne ou la jarre de Dios dans le désert oriental de l’Egypte. Jean-Pierre Brun nous propose des extraits de textes, ceux de Theophraste, de Varron, de Pline, de Virgile… il évoque des scènes de fresques, des décors de céramiques, qui décrivent la culture et l’exploitation des oliviers et de ses produits, la récolte des olives, tantôt ramassées au sol - et nous verrons quelles critiques font nos auteurs savants de cette méthode répandue dans le Bassin Méditerranéen -  la cueillette à la main, le « secouage » et le gaulage, offrant de charmantes scènes où deux personnages agitent un bâton pour faire tomber les fruits... France Culture, Récolte des olives et préparations culinaires - Ép. 3/10 - Technique et économie de l'huile d'olive dans la Méditerranée antique
  • La bonne taille des arbres, le travail des sols, la réalisation de cuvettes au pied des arbres, le bannissement du gaulage lors de la cueillette afin de préserver le fruit, et aussi l’utilisation des caisses à la place des sacs pour le transport et l’entreposage des olives ainsi que la réduction de la durée de stockage sont autant de mesures qui doivent être entreprises afin de réduire le phénomène d’alternance tout en augmentant la production et en améliorant la qualité de l’huile d’olive. M. Laib a par ailleurs noté une autre performance enregistrée cette année, à savoir celle de la qualité de l’huile obtenue. «Nous produisons de plus en plus d’huile d’olive extra vierge avec un taux d’acidité inférieure à 0,8 % et de l’huile vierge (0,8 à 2%)», a-t-il dit. El Watan, Tizi Ouzou : 19,6 millions de litres d’huile d’olive produit | El Watan
  • Ceci démontre clairement que les faibles rendements obtenus au niveau national sont le résultat d’une absence presque totale des techniques culturales. Cette absence se traduit entre autre par une hauteur de l’arbre élevée ce qui oblige, lors de la récolte, de faire recours à un gaulage sévère lequel anéantit une bonne partie des brindilles qui porteront la production de l’année suivante. Le manque d’entretien et le gaulage emprisonnent les arbres dans un cycle d’alternance parfois bisannuel. Ajoutons à cela, le stress hydrique est plus fréquent dans les vergers conduits en pluvial. AgriMaroc.ma, Olivier: La croissance végétative, un facteur déterminant des rendements
  • Cependant, on a fait remarquer que la récolte ne s’est pas vraiment déroulée comme il se doit. Le gaulage était inopportun et maladroit, les olives ont mis du temps pour être triturées, en plus des mauvaises conditions de stockage et du mode de conditionnement, tout aussi inappropriés, de l’huile. La conformité avec les normes de qualité n’est pas encore au rendez-vous. Enfin, il convient de signaler que l’huile d’olive de cette année coûte entre 700 et 800 DA. La bonne huile se vend de bouche à oreille, car souvent des escrocs sans scrupule profitent de l’absence de circuits commerciaux pour écouler une marchandise frelatée à bas prix. Il faut savoir, au passage, que l’olivier se décline sous différentes variétés. Les plus connues et répandues dans cette région sont l’Alemli, qui est une espèce cultivée sur les hauteurs, au flanc des montagnes, en raison de sa résistance à la rudesse du climat, Achemlal, cultivée dans des vallons de basse altitude, car n’ayant pas les mêmes facultés d’adaptation que la précédente. C’est une espèce qui produit une huile meilleure et sa fertilité est constante, contrairement à la première variété ayant une production bisannuelle. La Dépêche de Kabylie, Clôture de la campagne oléicole - La Dépêche de Kabylie
  • Mais comme il faut bien entamer la récolte, ils commencent par ramasser les grains qui sont tombés, en éliminant ceux qui sont pourris, puis ils étalent leurs filets de récolte et attaquent le gaulage des olives ou mieux, les arrachent à la main pour ne pas blesser les branchettes et, partant, ne pas compromettre la récolte de l’année prochaine. La Dépêche de Kabylie, Les grains d'olives tombés avant terme - La Dépêche de Kabylie
  • Le coup d’envoi de la campagne de cueillette des olives a été donnée, au début du mois de novembre par le gouverneur de Kairouan, Mohamed Bourguiba. Et la récolte d’olives est estimée, cette saison, à 180.000 tonnes (contre 82.000 l’année dernière et 128.000 en 2017-2018., soit l’équivalent de 35.000 tonnes d’huile de plus). Des mesures ont été prises afin de garantir les meilleures conditions de cueillette qui devra durer jusqu’au mois de mars 2020. Ainsi, l’on a sensibilisé les fellahs quant à la question de la bonne méthode de cueillette afin qu’ils évitent le gaulage et utilisent des caisses pour le transport des olives et non des sacs en plastique. La Presse de Tunisie, Campagne oléicole | Kairouan : Une récolte record estimée à 180.000 tonnes | La Presse de Tunisie
  • Notre interlocutrice ajoute que cette année a été marquée par «des précipitations importantes enregistrées durant la période de floraison ayant provoqué une forte chute des fleurs. Par la suite, le manque de pluie durant la période de grossissement du fruit, en septembre, a empêché la maturation du grain». D’autres facteurs relatifs cette fois-ci aux pratiques culturales sont à mettre en cause dans la chute de la production d’olives, d’après Mme Hadjih, qui cite notamment «le gaulage, qui détruit les boutures porteuses de la prochaine production, ainsi que la mauvaise maîtrise de la taille, la récolte tardive et le manque d’entretien des vergers. El Watan, Tizi Ouzou : 1,2 million de litres d’huile d’olive produits | El Watan
  • Un autre coup porté au développement durable des arganeraies est la technique du gaulage, qui consiste à frapper un arbre avec une gaule pour en faire tomber les fruits. «C’est une pratique très répandue dans les arganeraies car les fruits gaulés se vendent plus cher, de par leur poids plus élevé», explique le chercheur. , Fikra #22 : Les arganiers marocains germeront-ils encore demain ?
  • D’autres facteurs relatifs cette fois-ci aux pratiques culturales sont à mettre en cause dans la chute de la production d’olive, d’après Mme Hadjih qui cite notamment «le gaulage qui détruit les boutures porteuses de la prochaine production ainsi que la mauvaise maîtrise de la taille, la récolte tardive et le manque d’entretien des vergers. El Watan, Tizi Ouzou : 10,3 millions de litres d’huile d’olive produits | El Watan

Traductions du mot « gaulage »

Langue Traduction
Anglais galling
Espagnol mortificante
Italien irritante
Allemand ärgerlich
Chinois 擦伤
Arabe غضب
Portugais irritante
Russe заедание
Japonais かじり
Basque galling
Corse galling
Source : Google Translate API

Synonymes de « gaulage »

Source : synonymes de gaulage sur lebonsynonyme.fr

Gaulage

Retour au sommaire ➦

Partager