La langue française

Gallicisme

Définitions du mot « gallicisme »

Trésor de la Langue Française informatisé

GALLICISME, subst. masc.

LINGUISTIQUE
Emploi, tournure propre à la langue française. (Dict. xixeet xxes.)
Emprunt d'une langue étrangère au français. On l'accusait [Hume], ainsi que Gibbon, d'avoir surchargé la langue anglaise de gallicismes (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 500).
Rare. Attitude propre aux Français. Le Comte. − Vous me glacez quelquefois avec vos gallicismes : quel talent prodigieux pour la plaisanterie! jamais elle ne vous manque, au milieu même des discussions les plus graves; mais voilà comment vous êtes, vous autres Français! (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb., t. 1, 1821, p. 435).
Prononc. et Orth. : [galisism̥]. Cf. gallican. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1578 « construction ou emploi propre à la langue française » (H. Estienne, Deux dialogues du nouveau langage françois italianizé, éd. P. Ristelhuber, t. 2, p. 177); 2. 1694 « construction française abusivement introduite dans une autre langue » (Ac.). Dér. savant du lat. gallicus, v. gallican; suff. -isme*. Bbg. Deroy (L.). L'Empr. ling. Paris, 1967, 472 p. - Dresch (J.-E.). Gallicismes et germanismes. Paris, 1896. - Gspann (L.). Gallicismes et germanismes. ParisBruxelles-Montréal, 1971, 577 p. - Rog. 1966.

Wiktionnaire

Nom commun

gallicisme \ɡa.li.sism\ masculin

  1. (Linguistique) Construction ou emploi propre à la langue française.
    • « Il vient de mourir, Il va venir, Si j’étais que de vous » sont des gallicismes.
  2. (Linguistique) Emprunt fait au français par une autre langue.
    • La majorité du vocabulaire anglais est constitué de gallicismes.
    • Ce thème latin serait bon s’il n’était si plein de gallicismes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GALLICISME. n. m.
Construction propre et particulière à la langue française. Il vient de mourir, Il va venir, Si j'étais que de vous, etc. sont des gallicismes. Il se dit également des Façons de parler de la langue française transportées dans une autre langue. Ce thème latin serait bon s'il n'était si plein de gallicismes.

Littré (1872-1877)

GALLICISME (gal-li-si-sm') s. m.
  • 1Forme de construction propre à la langue française. Un bon traité des gallicismes serait un ouvrage important pour notre langue, D'Olivet, Rem. sur Racine, § 97. Quelquefois aussi nos gallicismes ne sont autre chose qu'une ellipse ou plusieurs ellipses combinées qui ont fait disparaître peu à peu divers mots, diverses liaisons qu'un long usage rend faciles à sous-entendre, quoiqu'il ne fût pas toujours facile de les suppléer ni même de les deviner, D'Olivet, ib.
  • 2Façon de parler empruntée du français et transportée dans une autre langue. Il y a des gallicismes dans le discours latin prononcé à la distribution des prix du concours général des lycées et colléges de Paris.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GALLICISME, s. m. (Gramm.) c’est un idiotisme françois, c’est-à-dire une façon de parler éloignée des lois générales du langage, & exclusivement propre à la langue françoise. Voyez Idiotisme.

« Lorsque dans un livre écrit en latin, dit le dictionnaire de Trévoux sur ce mot, on trouve beaucoup de phrases & d’expressions qui ne sont point du-tout latines, & qui semblent tirées du langage françois, on juge que cet ouvrage a été fait par un françois ; on dit que cet ouvrage est plein de gallicismes ». Cette maniere de parler semble indiquer que le mot gallicisme est le nom propre d’un vice de langage, qui dans un autre idiome vient de l’imitation gauche ou déplacée de quelque tour propre à la langue françoise ; qu’un gallicisme en un mot est une espece de barbarisme. On ne sauroit croire combien cette opinion est commune, & combien on la soupçonne peu d’être fausse : elle a même surpris la sagacité de cet illustre écrivain, que la mort vient d’enlever à l’Encyclopédie ; ce grammairien créateur à qui nous avons eu la témérité de succéder, sans jamais oser nous flater de pouvoir le remplacer ; ce philosophe exact & profond qui a porté la lumiere sur tous les objets qu’il a traités, & dont les vûes répandues abondamment dans les parties qu’il a achevées, feront le principal mérite de celles que nous avons à remplir ; en un mot M. du Marsais lui-même paroît n’avoir pas été assez en garde contre l’impression de ce préjugé. Voici comme il s’explique à l’article Anglicisme. « Si l’on disoit en françois foüetter dans de bonnes mœurs (whip into good manners), au lieu de dire fouetter afin de rendre meilleur, ce seroit un anglicisme ». Ne semble-t-il pas que M. du Marsais veuille dire que le tour anglois n’est anglicisme que quand il est transporté dans une autre langue ? C’est une erreur manifeste, & que ceux mêmes qui paroissent l’insinuer ou la répandre ont sentie : la définition que les auteurs du dictionnaire de Trévoux ont donnée du mot gallicisme, & celle que M. du Marsais a donnée du mot anglicisme, en fournissent la preuve.

L’essence du gallicisme consiste en effet à être un écart de langage exclusivement propre à la langue françoise. Le gallicisme en françois est à sa place, & il y est ordinairement pour éviter un vice ; dans une autre langue, c’est ou une locution empruntée qui prouve l’affinité de cette langue avec la nôtre, ou une expression figurée que l’imitation suggere à la passion ou au besoin, ou une expression vicieuse qui naît de l’ignorance : mais par-tout & dans tous les cas, le gallicisme est gallicisme dans le sens que nous lui avons assigné.

Chacun a son opinion, c’est un gallicisme où l’usage autorise la transgression de la syntaxe de concordance, pour ne pas choquer l’oreille par un hiatus desagréable. Le principe d’identité exigeoit que l’on dit sa opinion ; l’oreille a voulu qu’on fît entendre sonn-opinion, & l’oreille l’a emporté suavitatis causâ.

Elles sont toute déconcertées ; c’est un gallicisme, où l’usage qui met le mot toute en concordance de genre avec le sujet elles, n’a aucun égard à la concordance de nombre, pour éviter un contre-sens qui en seroit la suite : toute est ici une sorte d’adverbe qui modifie la signification de l’adjectif déconcertées, comme si l’on disoit, elles sont totalement déconcertées ; au contraire toutes au pluriel seroit un adjectif collectif, qui détermineroit le sujet elles, comme si l’on disoit, il n’y en a pas une seule qui ne soit déconcertée : c’est donc à la netteté de l’expression que la loi de concordance est ici sacrifiée.

Vous avez beau dire, c’est un gallicisme, où l’usage permet à l’ellipse d’altérer l’intégrité physique de la phrase (voyez Ellipse), pour y mettre le mérite de la brieveté. Un françois qui sait sa langue entend cette phrase aussi clairement & avec plus de plaisir, que si on employoit l’expression pleine, mais diffuse, lâche & pesante, vous avez un beau sujet de dire ; c’est ici une raison de briéveté.

Il est incroyable le nombre de vaisseaux qui partirent pour cette expédition ; c’est un gallicisme, où l’usage consent que l’on soustraye les parties de la phrase à l’ordre qu’il a lui-même fixé, pour donner à l’ensemble un sens accessoire que la construction ordinaire ne pourroit y mettre. On auroit pu dire, le nombre de vaisseaux qui partirent pour cette expédition est incroyable ; mais il faut convenir qu’au moyen de cet arrangement, aucune partie de la phrase n’est plus saillante que les autres : au lieu que dans la premiere, le mot incroyable qui se présente à la tête, contre l’usage ordinaire, paroît ne s’y trouver que pour fixer davantage l’attention de l’esprit sur le nombre des vaisseaux, & pour en exagérer en quelque sorte la multitude ; raison d’énergie.

Nous venons d’arriver, nous allons partir ; ce sont des gallicismes, où l’usage est forcé de dépouiller de leur sens naturel les mots nous venons, nous allons, & de les revêtir d’un sens étranger, pour suppléer à des inflexions qu’il n’a pas autorisées dans les verbes arriver & partir, non plus que dans aucun autre : nous venons d’arriver, c’est-à-dire nous sommes arrivés dans le moment ; expression détournée d’un prétérit récent, auquel l’usage n’en a point accordée d’analogique : nous allons partir, c’est-à-dire nous partirons dans le moment ; expression équivalente à un futur prochain, que l’usage n’a point établi. Ces sortes de locutions ont pour fondement la raison irrésistible du besoin.

Nous ne prétendons pas donner ici une liste exacte de tous les gallicismes ; nous ne le devons pas, & l’exécution de ce projet ne seroit pas sans de grandes difficultés.

Il est évident en premier lieu qu’un recueil de cette espece doit faire la matiere d’un ouvrage exprès, dont l’exécution supposeroit une patience à l’épreuve des difficultés & des longueurs, une connoissance exacte & réfléchie de notre langue & de ses origines, & une philosophie profonde & lumineuse ; mais dont le succès, en enrichissant notre grammaire d’une branche qu’on n’a pas assez cultivée jusqu’à présent, assûreroit à l’auteur la reconnoissance de toute la nation, & une réputation aussi durable que la langue même. Si cette matiere pouvoit entrer dans un dictionnaire, elle ne pourroit convenir qu’à celui de l’académie, & nullement à l’Encyclopédie. On ne doit y trouver, en fait de Grammaire, que les principes généraux & raisonnés des langues, ou tout au plus les principes, qui, quoique propres à une langue, sont pourtant du district de la Grammaire générale ; parce qu’ils tiennent plus à la nature de la parole, qu’au génie particulier de cette langue ; qu’ils constituent ce génie plûtôt qu’ils n’en sont une suite ; qu’ils prouvent la fécondité de l’art ; qu’ils peuvent passer dans les langues possibles, & qu’ils étendent les vûes du grammairien. Mais tout détail qui concerne le pur matériel de quelque langue que ce soit, doit être exclu de ce Dictionnaire, dont le plan ne nous laisse que la liberté de choisir des exemples dans telle langue que nous jugerons convenable. Nos scrupules à cet égard vont jusqu’à nous persuader qu’on auroit dû omettre l’article anglicisme, qui ne devoit pas plus paroître ici que l’article arabisme qu’on n’y a point mis, & mille autres qui n’y seront point. L’article idiotisme qui les comprend tous, est le seul article encyclopédique sur cet objet ; & nous ne donnons celui-ci que pour céder aux instances qui nous en ont été faites. Les articles A (mot) ad, anti, ce, di ou dis, elle, en & dans, es, futur (adj.) sont encore bien plus déplacés ; on ne devoit les trouver que dans une grammaire françoise ou dans un simple vocabulaire.

Nous ajoûtons en second lieu, que le projet de détailler tous les gallicismes ne seroit pas sans de grandes difficultés. Le nombre en est prodigieux, & plusieurs habiles gens ont remarqué que, si l’on en excepte les ouvrages purement didactiques, plus un auteur a de goût, plus on trouve dans son style de ces irrégularités heureuses & souvent pittoresques, qui ne paroissent violer les lois générales du langage que pour en atteindre plus sûrement le but. D’ailleurs, à-moins de bien connoître les langues anciennes & modernes où la nôtre a puisé, il arriveroit souvent de prendre pour gallicismes, des expressions qui seroient peut-être des hellénismes, latinismes, celticismes, teutonismes, ou idiotismes de quelque autre genre ; & la précision philosophique que l’on doit sur-tout envisager dans cet ouvrage, ne permet pas qu’on s’y expose à de pareilles méprises. (E. R. M.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « gallicisme »

Lat. gallicus, qui appartient aux Gaulois, aux Français.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin gallicus (« gaulois puis français »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « gallicisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gallicisme galisism

Évolution historique de l’usage du mot « gallicisme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « gallicisme »

  • Voici un exemple de gallicisme flagrant : « His passé leg in a multiple pirouette sweeps through rond de jambe en l’air into the opening battement of a series of grands jetés en tournant. » C’est ainsi qu’un journaliste américain rendait compte, en 1975, dans le magazine New Yorker en 1975 d’un spectacle de danse. Apparemment, le compte-rendu n’avait pas suscité l’ire des puristes outre-Atlantique. Certes, cette phrase est une exception, d’autant que la danse comme la mode (chic, décolleté, négligé, déshabillé, chignon, collier…), la gastronomie (apéritif, dessert, entrée, potage, menu, mayonnaise, béchamel) ou l’art de la guerre (batterie, cadet, capitaine, commandant, grenadier…) sont des domaines où les mots et les expressions françaises sont passés souvent tel quel dans les autres langues européennes, notamment en anglais. RFI, Anglicismes, gallicismes, faut-il en avoir peur?
  • Flanieren. Ce gallicisme emprunté par les germanophones convient parfaitement au projet réalisé sous ce titre par les artistes de la revue zurichoise Strapazin dans son dernier numéro. Sept dessinateurs et dessinatrices du magazine sont partis crayons en main là où ils habitent ou ont passé leur enfance, dans plusieurs villes alémaniques, plus Genève et Lugano. Leur mission: flâner, divaguer, observer, et rapporter ce qu’ils ont vu, (re)découvert, ressenti, ou laisser dériver leur imagination. Le Temps, De Zurich à Genève, suivez les dessinateurs flâneurs - Le Temps
  • Employer « tenir » en français dans ce sens est tout à fait correct, et n’est pas du tout un anglicisme, même si les Anglais ont une expression analogue ( font ils un gallicisme?) « Un tient vaut mieux que deux tu l’auras »… Air Journal, Southwest attend ses 737 MAX, Wizz Air tient son A320neo | Air Journal
  • Bonjour Nanteuil, merci pour votre lecture attentive. En effet, c'était gallicisme,c'est modifié. Il s'agit d'un poste de chargé de cours. , Jacques Chaniol quitte la direction de l'Inseec Business School - Educpros

Traductions du mot « gallicisme »

Langue Traduction
Anglais gallicism
Espagnol galicismo
Italien gallicismo
Allemand gallizismus
Chinois 高卢主义
Arabe مصطلح فرنسي
Portugais galicismo
Russe галлицизм
Japonais ガリシズム
Basque gallicism
Corse u gallicisimu
Source : Google Translate API

Gallicisme

Retour au sommaire ➦

Partager