La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « fruiterie »

Fruiterie

Variantes Singulier Pluriel
Féminin fruiterie fruiteries

Définitions de « fruiterie »

Trésor de la Langue Française informatisé

FRUITERIE, subst. fém.

A.− HIST. Office de la maison du roi auquel incombait l'achat, le soin, le service des fruits ainsi que la fourniture des chandelles. L'hôtel du roi, avec les six services de la panneterie, de l'échansonnerie, de la cuisine, de la fruiterie, de l'écurie et de la chambre (Faral, Vie temps st Louis,1942, p. 28).
B.− Local où l'on conserve les fruits frais (cf. fruitier II A). Porter du fruit à la fruiterie (Ac.1932).Sur les planches de l'ancienne fruiterie restées en place, se débandaient quelques moulages d'antiques (Zola, Œuvre,1886, p. 68).
C.− Boutique où l'on vend des fruits et légumes frais et, accessoirement, des laitages. Une de ces jolies rues de Belleville où les fruiteries embaument (Bernanos, Mauv. rêve,1948, p. 961).
P. ext. Commerce des fruits et légumes frais. Il a été plusieurs années dans la fruiterie (Ac.1932).
Prononc. et Orth. : [fʀ ɥitʀi]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1261 « ensemble de fruits » (Orden. de l'ost. le Roy, Arch. JJ 57, fo23 vods Gdf.) − xvies., Hug.; 2. 1328 « endroit où on garde les fruits » (Douët d'Arcq, Nouv. recueil de comptes de l'argenterie des rois de France, p. 84); 1862 « magasin où l'on vend des fruits » (Goncourt, Journal, p. 1029); 3. fin xives. « office qui fournissait les fruits à la table du roi » (Eustache Deschamps, IX, 140 ds T.-L.). Dér. de fruit1*; suff. -erie*. Fréq. abs. littér. : 17. Bbg. Lew. 1960, p. 191, 207.

Wiktionnaire

Nom commun - français

fruiterie \fʁɥit.ʁi\ féminin

  1. Lieu, entrepôt où l’on garde, où l’on conserve le fruit.
    • Porter du fruit à la fruiterie.
    • Serrer du fruit dans la fruiterie.
    • En Norvège, on a publié des résultats d'essais entrepris pendant ces dernières années. Nous remarquons que les fruiteries aménagées de manière à pouvoir régler la ventilation selon les nécessités, ont donnés de meilleurs résultats que les caves. — (Dufour, F., Traité complet d'arboriculture fruitière, cinquième édition, éditions « L'Avenir », Bruxelles, p.525.)
  2. (Plus courant) Boutique où l’on vend au détail des fruits, du fromage, du beurre, etc.
    • Cette gamine vicieuse et prétentieuse est la fille d'une grosse commère qui tenait, naguère, une fruiterie dans les environs du Barbès. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 198)
  3. (Par extension) (Collectivement) Commerce au détail des fruits, du fromage, du beurre.
    • Il a été plusieurs années dans la fruiterie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FRUITERIE. n. f.
Lieu où l'on garde, où l'on conserve le fruit. Porter du fruit à la fruiterie. Serrer du fruit dans la fruiterie. En ce sens, on dit plus ordinairement FRUITIER. Il désigne plus souvent une Boutique où l'on vend au détail des fruits, du fromage, du beurre, etc. Il se dit aussi du Commerce au détail des fruits, du fromage, du beurre. Il a été plusieurs années dans la fruiterie.

Littré (1872-1877)

FRUITERIE (frui-te-rie) s. f.
  • 1Endroit où l'on conserve le fruit. Faire porter et ranger dans la fruiterie les fruits qui ne mûrissent qu'après être serrés, La Quintinye, Jardins, I, III, 11.
  • 2Office où sont déposés les fruits, etc.
  • 3Le commerce du fruitier ; sa boutique.
  • 4Lieu où l'on fait des fromages, en Franche-Comté.

HISTORIQUE

XVe s. Valet de la fruiterie, Du Cange, fructuarius.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FRUITERIE, s. f. (Econ. rustiq.) est le lieu où l’on serre les fruits, bien différent de la serre qui n’est employée qu’à recevoir pendant l’hyver des orangers, des myrthes, & autres arbres délicats.

Une fruiterie doit être bien fabriquée, bien percée, élevée d’environ 10 à 12 piés, éloignée du foin, de la paille, du fumier, du fourrage, des amas de linge sale, exposée au midi ou au levant, avec des murs de deux piés d’épaisseur, des doubles chassis, & des portes ; il y doit entrer peu de jour, & seulement dans la belle saison, pour purifier l’air du dedans ; il faut bien calfeutrer les fenêtres & les portes durant l’hyver, en sorte que l’air étranger ne détruise point l’air tempéré de la fruiterie ; s’il y geloit malgré toutes ces précautions, on couvriroit les fruits avec des couvertures de lits, de matelats, ou on les porteroit dans une cave si le froid étoit long ; pour éviter d’allumer du feu, qui seroit très-nuisible à la conservation des fruits.

Les fruiteries seront entourées de tablettes de 18 pouces de large, & d’un pié de distance, un peu en pente, avec des tringles dans leur bord, qui retiennent les fruits : on les rangera sur du sable fin, sur de la mousse seche, ou sur des feuilles d’arbre plûtôt que sur de la paille. Il est essentiel de mettre des sourricieres, ou de laisser des entrées pour les chats, & de faire de plus une visite journaliere pour ôter les fruits pourris & emporter ceux qui sont mûrs.

Il est bon qu’il y ait dans toute fruiterie une table qui occupe le milieu de la place ; cette commodité est nécessaire pour dresser les diverses corbeilles de fruits qu’on veut servir.

Les pêches, pavies, brugnons, abricots, seront rangés deux ou trois jours avant d’être mangés, sur des feuilles de verjus bien seches, ou sur de la mousse d’arbre, & assises sur l’endroit de leurs queues.

Les poires d’été se rangeront de même sur l’œil, la queue en-haut.

Les poires d’hyver ne veulent aucun air ; les pommes se mettent dans toute sorte de situation ; & pour qu’elles ne sentent point la paille ou le foin, on les rangera sur du bois.

Les abricots & les prunes resteront dans les mêmes corbeilles où ils ont été mis lors de la cueillée ; de peur de les défleurir, on les entourera de feuilles d’ortie, & on les laissera rafraîchir dans la fruiterie.

Les figues seront rangées sur le côté, & jamais sur l’œil, où il doit y avoir une larme de syrop ; on les étendra sur des feuilles, & on ne les cueillera jamais en plein soleil.

Les raisins & muscats qu’il faut cueillir un peu verds, seront suspendus au planche d’un lieu sec.

Les nefles & les cormes se mettent sur la paille pour mûrir.

L’expérience a appris que quand les pommes sont gelées, elles ne veulent point être approchées du feu ni maniées ; elles dégeleront d’elles-mêmes, & reprendront le goût que la gelée leur avoit fait perdre, quoique la Quintinie (page 221. tome II.) dise le contraire.

Au reste la cave ni le grenier ne sont point propres à faire une fruiterie bien entendue : la cave, à cause d’un goût moisi, & d’une chaleur humide qui pourrit tout ; & le grenier, à cause de la trop grande chaleur en été, & en hyver à cause du froid ou des pluies. (K)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « fruiterie »

 Dérivé de fruit, avec le suffixe -erie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fruiterie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fruiterie frµitri

Évolution historique de l’usage du mot « fruiterie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fruiterie »

  • À part pour voir des amis ou réaliser des entrevues, pourquoi sortirais-je de mon village? À 100 mètres: une quincaillerie. À 140 mètres: une pharmacie. À 240 mètres: un supermarché et une petite épicerie fine. Au coin de la rue: une fruiterie fait face à un épicier-traiteur marocain. À moins de cinq minutes de marche: huit dépanneurs, dont certains spécialisés dans les bières rares, trois écoles primaires, une école secondaire, un parc avec de magnifiques jeux d’eau, des cliniques dentaires, un comptoir postal, un guichet Desjardins, des restaurants, etc. Mon fils fréquente une garderie à 100 mètres de chez lui qui accueille presque seulement des enfants qui n’habitent pas sensiblement plus loin.  Le Journal de Montréal, «Si tu as besoin d’un vélo, ça commence à être loin» | JDM
  • Des 16 commerces en opération avant la pandémie, la boucherie, la boulangerie et la fruiterie – nouvellement arrivée en décembre – ont fermé leurs portes de façon définitive. Sept ont pris la décision de fermer temporairement. Des six commerces qui ont poursuivi leurs activités, deux l’ont fait à temps partiel. La pâtisserie Cake-toi quittera aussi bientôt le Marché, qui ne répondait plus à ses besoins de plus grandes installations, a annoncé la propriétaire Amélie Lavoie sur Facebook. Le Courrier du Sud, Longueuil réduit temporairement les baux des commerçants du Marché public - Le Courrier du Sud
  • La fruiterie de Mario Zaurrini, située boulevard Saint-Laurent depuis des décennies, est une véritable institution de la Petite-Italie. Depuis le début de la crise, elle continue à servir ses clients, notamment grâce à un système de commandes à emporter. La fruiterie en prépare ainsi plus d’une vingtaine par jour. Journal Métro, Interdiction des voitures : la Fruiterie Milano est «furieuse»
  • Cette panoplie de précautions vise bien sûr à réduire au maximum l'intrusion du virus dans la fruiterie, un commerce considéré essentiel situé près de la station de métro Jarry.     Le Journal de Montréal, Pour combattre la COVID-19, une fruiterie prend tous les moyens nécessaires | JDM
  • Le maire fraîchement réélu de cette petite commune de 200 âmes environ, René Rasle, a adhéré à fond à ce projet. Déclaration en préfecture pour un marché de moins de trois commerçants, barriérage, marquage au sol, publicité sur les communes avoisinantes de Cornusse, Jussy-Champagne et Osmery, le tout complété par du Plexiglas® mis en place par le primeur autour de son étal et voilà La fruiterie de Provence installée. www.leberry.fr, Un primeur prend toutes les mesures de sécurité pour installer son étal de fruits et légumes - Raymond (18130)
  • Lorie Kerr, de la fruiterie Saint-Sauveur, s’approvisionne chaque jour au Marché central de Montréal. « C’est la première fois en 10 ans que je n’ai pas de fraises à cause de la sécheresse! », affirme-t-elle. Accès Laurentides, La sécheresse compromet les récoltes de fraises - Accès Laurentides
  • Plein écranÀ l’été 1980, Christian Cousineau a 21 ans et 2000 $ d’économies en poche. C’est suffisant pour se lancer en affaires et le jeune homme rachète le fleuriste installé au 515 rue Roy Est afin d’y ouvrir une fruiterie. Débute alors une longue épopée pour ce passionné de l’alimentation. Ce ne sera toutefois pas un long fleuve tranquille : en 2001, le propriétaire vend son commerce afin d’explorer de nouvelles avenues. Mais il regrette aussitôt. « Deux mois plus tard, je me suis rendu compte de mon erreur », se souvient-il. Voir.ca, Profession : passionné de l’alimentation | Visite | Voir.ca
  • La fruiterie de Boisbriand est une perte totale. Nord Info - Journal de la ville de Blainville, Ste-Thérèse et les environs sur la rive-nord, Boisbriand et Sainte-Thérèse: Deux fruiteries sont ravagées par les flammes

Traductions du mot « fruiterie »

Langue Traduction
Anglais fruit shop
Espagnol frutería
Italien fruttivendolo
Allemand obstgeschäft
Chinois 水果店
Arabe محل فواكه
Portugais loja de frutas
Russe магазин фруктов
Japonais 果物店
Basque fruta denda
Corse negozio di frutti
Source : Google Translate API

Synonymes de « fruiterie »

Source : synonymes de fruiterie sur lebonsynonyme.fr

Fruiterie

Retour au sommaire ➦

Partager