La langue française

Fraisil

Définitions du mot « fraisil »

Trésor de la Langue Française informatisé

FRAISIL, subst. masc.

A.− Poussière de charbon subsistant en forêt sur la place des meules de charbon de bois après combustion. Et jamais, jamais je ne respire plus l'odeur humide des feuilles pourries et des étangs jonceux, ni l'âcreté légère du vent qui a passé sur les bois où cuit le fraisil (Colette, Cl. Paris,1901, p. 105).
Charbon pilé dont on saupoudre le moule où on jette la fonte, ou bien utilisé dans les hauts fourneaux, en métallurgie. Projeter du fraisil dans le four (cf. Barnérias, Aciéries,1934, p. 47).
B.− ,,Cendre du charbon de terre, dans une forge`` (Ac. 1798-1932). Fraisil de forge (Ser, Phys. industr.,1888, p. 458).
C.− P. anal. ,,Particules et résidus provenant du fraisage des métaux`` (Jossier 1881).
REM.
Fraisille, subst. fém.Poussières légères provenant du fraisage. Des fraisilles s'accrochaient à sa poitrine [du charpentier] sur quoi bâillait sa chemise (Pourrat, Gaspard,1922, p. 57).
Prononc. et Orth. : [fʀ εzi] ou p. harmonis. vocalique [fʀe-]. Pt Rob. note la possibilité de prononcer l final. Le mot est admis ds Ac. 1762-1932. Cf. chenil, fenil. Étymol. et Hist. 1676 « cendre du charbon de terre qui se trouve dans les ateliers des artisans qui travaillent le fer » (Félibien, p. 600). Altération, peut-être sous l'infl. de fraiser* de l'a. fr. faisil « noir de charbon, mâchefer » (1244-48, Huon de Cambrai, Regres Notre Dame, éd. A. Långfors, 76, 9; v. aussi Gdf.) encore vivant dans les dial. (cf. FEW t. 3, p. 357b) et remontant à un lat. pop. *facilis « qui appartient au, qui vient du brandon » (dér. du class. fax, facis « torche, flambeau, brandon »). Bbg. Cohn (G.). Arch. St. n. Spr. 1899, t. 103, p. 237.

Wiktionnaire

Nom commun

fraisil \fʁɛ.zi\, \fʁe.zi\, \fʁɛ.zil\ ou \fʁe.zil\ masculin

  1. (Génériquement) Menus morceaux de charbon de terre ou de charbon de bois.
    • Par dessus on met du fraisil ou de la terre argileuse légèrement humectée et que l’on bat fortement. On forme ainsi une couverte destinée à empêcher l’accès trop rapide de l’air pendant la combustion. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 165)
    • Ensuite, le dresseur dispose une couche de feuilles mortes afin de retenir le fraisil (une terre noire, sèche, légère et friable) qui va recouvrir la meule. — (Trame de vies, Bulletin de la Maison du Patrimoine d’Orchamps (Jura), page 10)
    1. (Par extension) (Métallurgie) Petits morceaux de pierre volcanique.
      • Etude du dégazage H2 lors du refroidissement de tôles à l’air et sous fraisil (roche volcanique isolante) après laminage à chaud. — (Mickaël Mourot, Ingénieur d’études en aéronautique, Arcelor-Mittal)
  2. (Métiers du feu) Menues braises à demi consumées.
    • Dès qu’ils sont refroidis, on les place dans le fraisil tiède de la forge, où on les laisse l’espace d’une heure environ. — (Alexandre Édouard Baudrimont, Jérôme Adolphe Blanqui, Dictionnaire de l’industrie manufacturière, commerciale et agricole, p. 218)
  3. Reste de terre calcinée et de charbon de bois après l'enlèvement d'une meule de charbonnier.
  4. (Marine) Petits morceaux de charbon qui passent à travers la grille de la chaudière et qui tombent dans le cendrier, sur un navire à vapeur.
    • Pour toute distraction les passagers n'ont que les rares et trop rapides escales où le vapeur charbonne et d'où il s'empresse de partir, tout poudré encore du fraisil de la houille. — (Jean Ray, Harry Dickson, On a volé un homme !, 1932)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FRAISIL. (On ne prononce point l'L.) n. m.
Cendre du charbon de terre, dans une forge.

Littré (1872-1877)

FRAISIL (frè-zi ; l'l ne se prononce jamais) s. m.
  • 1Nom que les serruriers et autres artisans en fer donnent à la cendre du charbon de terre qui demeure dans la forge.
  • 2Dans le Berry, poussière ou menues parcelles de charbon restant sur les places à fourneau dans les forêts.

REMARQUE

D'après l'Académie, le fraisil est la cendre du charbon de terre dans une forge ; or ce dernier sens, dans notre pays [le Berry] classique pour l'industrie métallurgique du moins, s'applique exclusivement aux escarbilles, Jaubert, Gloss.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « fraisil »

Du moyen français faisil ; du latin facilis, dérivé du latin fax (« torche, tison »)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Berry, frasil, origine inconnue. On peut pourtant le rapprocher du bas-lat. fractillum, qui signifiait moulin à poivre, et y voir un dérivé de frangere, rompre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « fraisil »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fraisil frɛzi

Évolution historique de l’usage du mot « fraisil »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Images d'illustration du mot « fraisil »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « fraisil »

Langue Traduction
Anglais fresh
Espagnol fresco
Italien fresco
Allemand frisch
Chinois 新鲜
Arabe طازج
Portugais fresco
Russe свежий
Japonais 新鮮な
Basque freskoa
Corse frescu
Source : Google Translate API

Synonymes de « fraisil »

Source : synonymes de fraisil sur lebonsynonyme.fr

Fraisil

Retour au sommaire ➦

Partager