La langue française

Flexibilisation

Définitions du mot « flexibilisation »

Wiktionnaire

Nom commun

flexibilisation \flɛk.si.bi.li.za.sjɔ̃\ féminin

  1. Rendre flexible.
    • De même, rappelle l’étude, il est désormais établi que la flexibilisation des marchés du travail a contribué à la hausse des inégalités. — (Marie Charrel, La paupérisation des classes moyennes gonfle la dette des ménages sur LeMonde.fr, Le Monde. Mis en ligne le 2 septembre 2017, consulté le 6 septembre 2017)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « flexibilisation »

 dérivé de flexibiliser avec le suffixe -ation.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « flexibilisation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
flexibilisation flœksibilisasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « flexibilisation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « flexibilisation »

  • Ainsi, les ordonnances issues de la loi de l’Etat d’urgence sanitaire étendent le pouvoir patronal à des terrains jusqu’alors épargnés. Le patronat a dorénavant la possibilité de faire travailler ses salariés jusqu’à 60 heures par semaine et ce sans accord collectif ni autorisation de l’inspection du Travail, ce que la loi El Khomri contraignait encore. L’employeur peut désormais imposer librement les RTT ou modifier des dates en dérogeant au délai fixé par la loi, et obtient une garantie de flexibilisation du travail. La loi de l’Etat d’urgence sanitaire s’attaque également dans le même sens aux congés payés que l’employeur a la possibilité d’imposer ou de modifier en s’affranchissant des délais de prévenance (un mois jusqu’alors) pour informer les personnes concernées. Et ce alors que la réduction des délais de consultation des CSE dans des domaines aussi variés que le licenciement de salariés ou l’accord de performance collective (APC) – un CSE qui peut dorénavant même être consulté a posteriori – entérinent l’accroissement du pouvoir patronal, lorsque le poids des syndicats est réduit et que la possibilité de négocier directement au niveau de l’entreprise permet à l’employeur de tirer parti de l’échelle où il a le meilleur rapport de force. Ou encore en individualisant l’activité partielle, les directions d’entreprises disposent maintenant de l’assise légale pour choisir ceux qu’elles veulent voir reprendre le travail et ceux qu’elles veulent écarter. Révolution Permanente, Attaques contre les travailleurs. Vers un assouplissement du travail le dimanche ?
  • L’ubérisation est plus qu’une étape supplémentaire dans la flexibilisation du monde du travail: elle fait apparaître de nouveaux modèles économiques et d’organisation du travail. Au cœur: l’exploitation des données et l’utilisation d’algorithmes. Le Figaro.fr, Florian Forestier: Comment «désubériser» l’économie?
  • Diminuer le temps de travail est la solution la plus largement avancée pour une meilleure répartition du travail. De la théorie à la pratique, il existe un large spectre d’opinions sur l’impact de la réduction collective du temps de travail (RCTT) sur la création d’emplois. Le passage en France aux 35 heures semaine suscite encore, 10 ans plus tard, le débat sur le nombre et la pérennité des emplois créés. Les opinions, toutefois, convergent sur la corrélation réelle, quoique non linéaire, entre la réduction du temps de travail et l’augmentation du coût horaire du travail et par conséquent l’augmentation du cout des services et produits. Cette relation présente un risque non seulement pour notre compétitivité mais également un risque encore plus important pour le pouvoir d’achat des salaires bas et modérés. Une réduction unilatérale du temps de travail va créer des tensions entre une offre de produits et services plus chère pour un pouvoir d’achat stable ; apportant de la rigidité là où nous voulons plus de fluidité. En contrepartie, une flexibilisation plus large du temps de travail, une ouverture plus volontaire vers le temps partiel devraient permettre, à la fois, de mieux partager le travail mais aussi de répondre à de nouveaux besoins et nouvelles aspirations. Notre organisation du travail est largement formatée par des emplois ‘temps plein’ : ce sont des limites que nous même, employeurs et employés nous imposons. La nouvelle génération conceptualise très bien ce besoin d’adapter son temps de travail aux circonstances et périodes de la vie. Est-il incongru de travailler 3 jours semaine pour un employeur et de consacrer 2 jours à des activités plus personnelles, rémunératrices ou non. Et ce professeur mi-temps qui exerce, en indépendant complémentaire la profession qu’il enseigne ? On peut multiplier les exemples pour se rendre compte de l’intérêt de nombre de citoyens de partager leur temps entre des activités professionnelles, citoyennes, familiales et personnelles. Il en résultera, probablement, une organisation plus complexe du travail sans pour autant en occulter les bénéfices : l’organisation d’une unité de travail avec deux emplois à mi-temps permet une meilleure flexibilité en cas d’absence ou de congés, une meilleure transition en cas de rotation de personnel, et bien souvent une force de travail plus stable. La fonction publique, en précurseur, a montré le chemin à suivre pour gérer efficacement les temps partiels. L’intention n’est pas de revendiquer une généralisation systématique du temps partiel pas plus qu’éradiquer à tout jamais la réduction collective du temps de travail (RCTT). Mais, de nos jours, le temps partiel répondra mieux aux aspirations personnelles et présentera moins de risque économique. Encore faut-il lui donner ses lettres de noblesse – à chacun d’y contribuer : la ‘Société’ valorisera le partage du travail, l’Etat réduira la fiscalité pour renforcer son attractivité, l’employeur y verra une opportunité pour une nouvelle organisation du travail. A titre illustratif, il faut souligner, avec énormément de respect la proposition du personnel ‘volant’ de Brussels Airlines qui fait le choix ‘volontaire’ du temps partiel pour éviter une vague de licenciement au sein même du personnel. , Quel monde du travail pour demain ? - La Libre
  • Tribune. Si les migrations vers l’Europe et la France occupent les discours politiques et médiatiques, leurs modalités d’exploitation par le travail y sont bien moins évoquées. Les vies rendues illégales constituent une réserve de main-d’œuvre exploitable et hyperflexible, dans un contexte précisément de flexibilisation et d’ubérisation du travail, notamment par le développement des applis de VTC ou de livraison. Dans leurs travaux portant sur les liens entre migrations et travail, Sandro Mezzadra et Brett Neilson précisent que «la flexibilité, qui fabrique de la précarité, est devenue la norme», tandis que les migrations forment «un terrain crucial d’expérimentation pour de nouvelles formes de "capture" du travail». Libération.fr, Flexibiliser le travail et produire des vies illégales - Libération
  • La flexibilisation du cours de change du dirham suit son cours. Cette réforme, actée depuis janvier 2018, est sur les bons rails selon les autorités compétentes. C’est en effet à l’occasion d’une rencontre, en marge de la visite de travail au Maroc de la directrice générale du FMI (Fonds Monétaire International) du 17 au 20 février, que le ministre des Finances, Mohamed Benchaâboun et le wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri ont passé en revue la réforme en vue de rassurer sur sa mise en œuvre en cours. « La flexibilité du dirham est un choix souverain fait par le Maroc. L’objectif est d’aller progressivement vers le flottement qui arrivera dans un certain nombre d’années que nous n’avons pas encore arrêté, parce que nous sommes dans une démarche volontaire, graduelle. Nous ne voulons pas que cela soit imposé un jour sous la contrainte de chocs extérieurs. Certains pays ayant subi ces chocs exogènes ont été contraints de dévaluer leur monnaie pour pouvoir survivre », a souligné le ministre des Finances. Mohamed Benchaâboun a aussi indiqué que les indicateurs jusqu’à présent, montrent que le dirham est bien aligné et que les indicateurs macroéconomiques du Maroc permettent d’aller plus loin.  Challenge.ma, Flexibilisation du dirham : à quand la prochaine étape de la réforme ? | Challenge.ma

Traductions du mot « flexibilisation »

Langue Traduction
Anglais flexibilization
Espagnol flexibilización
Italien flessibilizzazione
Allemand flexibilisierung
Chinois 柔韧性
Arabe المرونة
Portugais flexibilização
Russe гибкости
Japonais 柔軟化
Basque flexibilization
Corse flessibilizazione
Source : Google Translate API

Flexibilisation

Retour au sommaire ➦

Partager