La langue française

Féminisme

Définitions du mot « féminisme »

Trésor de la Langue Française informatisé

FÉMINISME, subst. masc.

A.− Mouvement social qui a pour objet l'émancipation de la femme, l'extension de ses droits en vue d'égaliser son statut avec celui de l'homme, en particulier dans le domaine juridique, politique, économique; doctrine, idéologie correspondante. Le féminisme, c'est de ne pas compter sur le prince charmant (Renard, Journal,1904, p. 928).Féminisme. Oui, je crois qu'il est convenable, avant que de faire un enfant à une femme, de lui demander si elle veut (Renard, Journal,1905, p. 963).Les excentricités du début du féminisme sont oubliées aujourd'hui en raison du succès de ce mouvement qui avait commencé par une opposition systématique aux usages et aux goûts reçus (Suavet1970).
B.− BIOL. Présence, chez un individu de sexe masculin, de caractères sexuels secondaires féminins. Anton. masculisme, virilisme.Chez les hommes, elle [la mythomanie] est un signe d'infantilisme ou de féminisme (Mounier, Traité caract.,1946, p. 381):
... certaines lésions traumatiques ou pathologiques des testicules peuvent entraîner la chute de la barbe, l'hypertrophie des seins et un certain degré de féminisme. Apert dsNouv. Traité Méd.,fasc. 8, 1925, p. 412.
Rem. Emploi isolé au sens de « caractère féminin − ou considéré comme tel − ». Le serpent sous le charme de la flûte (...) il se radoucit, il accourt, il est dompté par le féminisme du procédé (Griveau, Élém. beau, 1892, p. 112).
Prononc. et Orth. : [feminism̥]. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. 1. 1837 « doctrine visant à l'extension du rôle des femmes » (Fourier ds M. Braunschvig, Notre littérature étudiée ds les textes, t. II, p. 409, n. 2 ds Fr. mod., p. 136); 2. 1892 « arrêt du développement de l'homme vers l'adolescence qui lui donne certains attributs de la féminité » (Guérin). Dér. du rad. du lat. femina (femme*); suff. -isme*. Fréq. abs. littér. : 14. Bbg. Quem. DDL t. 5, 8, 13.

Wiktionnaire

Nom commun

féminisme \fe.mi.nism\ masculin

  1. Mouvement revendicatif ayant pour objet la reconnaissance ou l’extension des droits des femmes dans la société.
    • L’avènement du féminisme, mais d’un féminisme sérieux et familial, sera de toute manière indispensable à la rénovation de nos manières de vivre. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Cet homme du XVIIe siècle […] qui a publié en 1808 un livre où il proposait un plan audacieux de nouvelles relations sexuelles et où il jetait les bases du féminisme moderne, va s'apercevoir qu'il était encore loin d'imaginer le degré de dévergondage que certains milieux pouvaient atteindre, que ses propres nièces, sous des dehors cafards, forment une bande de partouzardes fieffées, qui se gaussent de sa naïveté. — (Émile Lehouck, Vie de Charles Fourier, Éditions Denoël & Gonthier, 1978, p. 151)
  2. (Médecine) Aspect d’un individu mâle qui présente certains caractères secondaires du sexe féminin.
    • À l’étude de l’infantilisme on a récemment joint celle du puérilisme, du féminisme, du masculinisme. — (Anatomie & anatomie descriptive et comparée, anthropologie, embryologie, histologie, actes du XVe Congrès International de Médecine, Lisbonne, 19-26 Avril 1906, imp. A. de Mendonca, 1908, p. 127)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FÉMINISME. n. m.
Doctrine qui a pour objet l'extension des droits civils et politiques à la femme.

Étymologie de « féminisme »

(1837) Du latin femina. → voir féminin et -isme
« Le mot féminisme a été utilisé pour la première fois par Alexandre Dumas fils, qui l’emploie dans un sens négatif ; il reprend un terme médical qui désigne une pathologie affectant les hommes, “féminisant”, en réalité, les hommes. » — (Christine Bard, à l’émission Questions d’éthique sur France Culture, 18 juillet 2013)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « féminisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
féminisme femɛ̃ism

Évolution historique de l’usage du mot « féminisme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « féminisme »

  • Pas sur la place des personnes trans au sein de la lutte féministe : tout le monde y est, je l’espère, bienvenu. Le féminisme réac’ n’est pas du féminisme, et la destruction du patriarcat doit se faire avec toutes les personnes de bonne volonté. Club de Mediapart, Dans le genre féministe | Le Club de Mediapart
  • Delphine Chedaleux, « Cultures féminines et féminisme », La Vie des idées , 30 juin 2020. ISSN : 2105-3030. URL : https://laviedesidees.fr/Cultures-feminines-et-feminisme.html , Cultures féminines et féminisme - La Vie des idées
  • * Le féminisme décolonial ne se focalise pas sur l’égalité de genre mais se place du point de vue des femmes racisées, dénonce un féminisme «civilisationnel» qui a éludé la lutte antiraciste, et critique surtout un capitalisme néolibéral racial et patriarcal. Le Temps, Françoise Vergès: «Il ne peut y avoir de justice environnementale sans justice raciale et féministe» - Le Temps
  • Je n'ai jamais réussi à définir le féminisme. Tout ce que je sais, c'est que les gens me traitent de féministe chaque fois que mon comportement ne permet plus de me confondre avec un paillasson. De Rebecca West
  • Le féminisme, c'est ne pas compter sur le Prince Charmant. De Jules Renard / Journal
  • Le féminisme a supprimé l’humour qui permettait aux hommes et aux femmes de ne pas se combattre. De Frédéric Beigbeder / Au secours pardon
  • Face au féminisme, les hommes retombent volontiers en enfance. De Benoîte Groult / Extrait de l'interview de l'Express du 25 septembre 2008
  • Le féminisme ne peut être une question de sexe puisque le Français est plus femme que l'Anglaise. De Natalie Clifford Barney
  • Tant qu'une seule femme sur la planète subira les effets du sexisme, la lutte des femmes sera légitime, et le féminisme nécessaire. De Isabelle Alonso / Chiennes de garde - Mars 2001
  • Je déteste quand le féminisme devient trop normatif, après avoir tant lutté contre les normes. De Camille Froidevaux-Metterie / Télérama, 25 février 2015
  • Le féminisme a toujours avancé sur deux fronts : celui de la théorie et celui de la lutte. De Camille Froidevaux-Metterie / Télérama, 25 février 2015
  • Au micro de la journaliste, Carla Bruni reste d'abord dans le flou quant à sa première sortie. "Ah bon ? Je ne m'en souviens pas". Avant de livrer son regard sur ce combat : "Je viens d'une génération qui a beaucoup bénéficié d'un certain féminisme militant. Cela nous a ouvert la porte à beaucoup de liberté pour les femmes. J'ai une reconnaissance pour le mouvement féministe." Europe 1, Carla Bruni-Sarkozy l'assure : "J'admire le féminisme"
  • C'est un élément essentiel du féminisme aujourd'hui. Et puis, il y a un deuxième élément. C'est bien sûr celui du retour à la notion de patriarcat, notion compensée un peu oubliée, un peu surannée sur ce retour du patriarcat. Ce retour du terme. Il est très fort et je crois qu'il signale quelque chose d'extrêmement important en ce début de XXIe siècle. C'est la persistance du patriarcat ou, si vous préférez, sa réorganisation. Et cette réorganisation du patriarcat tient au fait que, précisément, le féminisme lui même se réorganise, qu'il est d'une certaine manière de plus en plus présent et que donc, bien précisément, il faut le combattre face à une révolution qui sera peut être d'ailleurs la grande révolution du XXIe siècle : Le féminisme. On organise des contre feux, des contre-révolutions. Et donc, il y a bien aujourd'hui une contre révolution que l'on peut nommer à mon sens une contre-révolution patriarcale. France Culture, Où va le féminisme ?
  • La victoire du féminisme ne sera possible que lorsqu’il ne fera qu’un avec l’individualisme. Contrepoints, Les femmes devraient être individualistes plutôt que féministes | Contrepoints
  • Je vais essayer d’écrire sur une cartographie du sexisme, et du féminisme donc. Car souvent on ne nous représente pas une carte, on nous représente un des groupes dominés : les femmes (et en miroir le groupe dominant comme « les hommes »). Ce qui revient à invisibiliser les autres groupes opprimés par le sexisme, ce qui revient à invisibiliser les violences cis et hétérosexuelles comme racines du sexisme y compris pour les femmes. Ce qui revient à oublier que le groupe dominant en la matière est celui des hommes cis hétérosexuels. Club de Mediapart, «Femme» n’est pas le principal sujet du féminisme | Le Club de Mediapart
  • A Nancy, les collectifs Osez le féminisme 54, Witch Bloc et Les Colleuses appellent au rassemblement place Stanislas ce vendredi 10 juillet à 14 heures. Une mobilisation pour protester contre les nominations d'Éric Dupont-Moretti et Gérald Darmanin au gouvernement. France Bleu, A Nancy, les féministes appellent au rassemblement contre le remaniement ministériel vendredi
  • Avez-vous noté comment cette transposition de la lutte des classes à une guerre des sexes se décline autour du racisme? Tugdual Derville fait un état des lieux du débat sur le féminisme. , Féminisme: nom masculin
  • Il semblerait que depuis que les femmes parviennent un tant soit peu à s'exprimer dans l'espace public sur leur condition, dans l'élan de cette dernière vague du féminisme favorisée, dans un premier temps du moins, par les réseaux sociaux (hommage à Marguerite Stern, Adèle Haenel, Marie Laguerre…), il faille absolument que ce combat ne leur appartienne pas vraiment.  Club de Mediapart, Oui, les femmes sont le sujet du féminisme | Le Club de Mediapart
  • On la retrouve aisément sur le terrain lors des manifestations du 14 juin ou lorsqu’il s’agit de défiler contre le racisme et les violences policières. Afro-féministe assumée, défenseure d’un féminisme intersectionnel qui prend en compte les oppressions multiples auxquelles les femmes peuvent être confrontées, la jeune femme déplore sans tabous le manque d’engagement des hommes noirs dans cette lutte. Le Temps, Pamela Ohene-Nyako, l’afro-féministe partisane de l’art thérapeutique - Le Temps
  • C’est un paragraphe dédié dans le programme du premier tour d’Alain Fontanel (LREM), un dans celui du second tour de Jeanne Barseghian (EELV), et… une proposition, pour la lutte contre la précarité menstruelle, dans celui de Catherine Trautmann (PS). Les questions d’égalité de genre et de féminisme donnent un sentiment de « service minimum » dans la campagne des élections municipales, selon Ursula Le Menn, porte-parole de la branche strasbourgeoise d’Osez Le Féminisme ! : Rue89 Strasbourg, Municipales : le féminisme, une "grande cause" bien maltraitée pendant la campagne
  • Dans un débat dans l'émission "C a vous" sur France 5 en 2018, face à Raphaëlle Rémy-Leleu de l'association "Osez le féminisme", l'avocat s'était montré très agacé par la position des militantes féministes. Eric Dupond-Moretti prenait la défense du chanteur : "Cet homme a purgé sa peine, il est sorti, et il reprend son métier. Vous avez le droit de ne pas aller le voir, moi j'ai le droit d'aller le voir si j'ai envie. Où est le problème, je ne comprends pas, c'est du maccarthysme. (...) Il ne se produit pas en tant que meurtrier et auteur de coups mortels, il se produit en tant qu'artiste." France Inter, Éric Dupond-Moretti, l'anti #MeToo
  • Les trans font fi du sexe biologique. Les Terfs sont, en général, les héritières de la seconde vague du féminisme, celle des années 1970-1980. Plus précisément, elles se définissent en majorité comme « radicales » et « matérialistes ». Matérialistes dans le sens où, à leurs yeux, la catégorie « femme » est fondée sur une différence biologique irréductible. Ainsi, début 2020, les signataires de la tribune « Suffit-il de se proclamer femme pour pouvoir exiger être considéré comme telle ? » affirmaient que « les femmes sont tout d’abord des êtres humains femelles. Elles ont un double chromosome X et, sauf malformation ou anomalie, elles ont un appareil génital qui permet la gestation et l’accouchement d’un enfant. » Premier grief, évident, à l’encontre des militants trans, qui découplent sexe biologique et identité de genre. Les Terfs y voient d’ailleurs, en général, un paradoxe : si la biologie est sans importance pour définir l’identité de genre, pourquoi les personnes trans s’efforceraient-elles d’imiter l’anatomie du sexe dans lequel elles se reconnaissent ?  , Trans contre féministes radicales : la nouvelle fracture | Philosophie Magazine
  • Plusieurs centaines de manifestantes se sont réunies ce vendredi soir à 19 heures devant la mairie de Bordeaux, à l’appel d’organisations féministes, dont le collectif NousToutes, Osez le féminisme, Le Planning familial. Elles protestaient contre les nominations au ministère de l’Intérieur de Gérald Darmanin, accusé de viol, et d’Eric Dupond-Moretti au ministère de la Justice, très critique envers le mouvement #MeToo. SudOuest.fr, Bordeaux : manifestations contre les nominations de Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti
  • Très inquiète du féminisme qu’annonce Elisabeth Moreno. Clairement libéral mais aussi conservateur. La « complémentarité entre les sexes » qu’elle évoque est une notion directement inspirée de la doctrine catholique, la négation du principe de la déconstruction des rôles de genre. pic.twitter.com/Dp6K58Rutm Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle, Élisabeth Moreno, la ministre qui vante « la grande complémentarité » entre hommes et femmes
  • Ces dernières années, l'inventeur est devenu une icône dans la culture masculiniste, un courant de l'anti-féminisme moderne, qui entend se soucier de la condition masculine, en crise selon eux. Au-delà du génie, c'est sa vie privée qui fascine, notamment son choix de rester célibataire à vie. «Les tentatives d'instrumentalisation n'ont pas manqué de la part de soi-disant sectes spiritualistes», constate Massimo Teodorani dans son livre. En récupérant l'image de Nikola Tesla, les masculinistes veulent prouver qu'un homme a beaucoup plus de potentiel intellectuel en restant célibataire qu'en se mariant: «Il a choisi de ne pas se distraire avec les femmes. […] Il a déposé des centaines de brevets et a façonné le XXe siècle. Pensez-vous vraiment qu'il aurait pu créer tout cela s'il avait eu une femme et des enfants à charge?», avance dans une vidéo Sandman, un YouTuber américain très populaire dans la communauté Mgtow. Slate.fr, Nikola Tesla est devenu une icône pour les masculinistes | Slate.fr
  • Eric Dupond-Moretti s’illustre par sa misogynie et son anti-féminisme dans la presse depuis des années. On leur demande de démissionner. France 3 Bourgogne-Franche-Comté, "Darmanin violeur dégage" : à Dijon, des associations manifestent contre la venue du ministre de l'Intérieur
  • Mordante, unique, géniale. Pionnière des documentaires sur le féminisme. Le regard porté par cette écrivaine new-yorkaise est parfaitement d’actualité dans un pays en pleine ébullition du fait de la contestation noire. Le Soir Plus, Sandra Hochman: «La technologie est aussi dangereuse que le nazisme» - Le Soir Plus
  • A ce sujet une aparté, je m'adresse ,aux féministes qui croient dur comme fer que les choses évoluent dans leurs sens, et que le combat est juste, tout d'abord le féminisme est le pendent féminin du machisme, donc pas très égalitaire comme credo, ensuite mettez vous bien en tête que le féminisme et son combat n'est qu'un facteur supplémentaire que les élites ont laissé émergé pour créer plus de divisions chez les riens, en sommes un espèce d'esprit communautaire supplémentaire qui nous retire encore un peu plus la capacité de nous unir face au véritables dangers. Club de Mediapart, Quels nouveaux ministres | Le Club de Mediapart
  • Christine Bard - Oui, les antiféministes ont sans cesse pathologisé la cause et ses militantes. Le féminisme était jugé "contre-nature" – argument particulièrement présent du côté de l’adversité religieuse au féminisme, que l’on retrouve aujourd’hui chez la sexologue catholique qui a la parole dans le dossier de Valeurs actuelles, Thérèse Hargot. Les militantes de l’égalité des sexes qui osaient s’affirmer dans la sphère publique et contester l’ordre patriarcal ne pouvaient être que des folles motivées par des problèmes personnels, en particulier le ressentiment à l’égard des hommes, le désir de se distinguer, la haine du féminin (le féminisme étant présenté comme le désir des femmes de vouloir devenir des hommes) etc. Les Inrockuptibles, Une de Valeurs Actuelles sur les féministes : “Le degré zéro de l’analyse”
  • Qu'est-ce qu'être féministe à l'heure actuelle ? Invitées dans "Pas son genre", la militante Raphaëlle Rémy-Leleu, la scénariste et comédienne de la série "Zérostérone" Marion Seclin, et la créatrice des "Chiennes de Garde" Florence Montreynaud dressent un état des lieux du féminisme depuis le mouvement #MeToo. France Inter, Depuis #MeToo, où en est le féminisme ?
  • À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, les associations féministes préparent des initiatives inédites, comme une grève féministe les 8 et 9 mars. Charlie Hebdo a décidé de rendre compte, toute la semaine, de cette mobilisation. Deuxième épisode : un guide non-exhaustif des différentes tendances au sein du féminisme. Charlie Hebdo, "Nouveau féminisme" : qui dit quoi ? - Charlie Hebdo
  • Nous avons dès lors la chance de voir revivre à l’écran des figures historiques du féminisme américain, chacune étant au centre d’un épisode et apportant sa pierre à la reconstruction de ce moment déterminant de la lutte. La ratification de l’E.R.A. n’est pas gagnée, comme le dit le mari de Schlafly (John Slattery) : « No one likes feminists, not even liberals ! » Et à sa femme d’acquiescer en riant. Exaspérant. DIACRITIK, Sororité, le défi : à propos de Mrs America
  • Éric Zemmour et Michel Onfray unis pour dénoncer l’islamo-gaucho-narco-féminisme des Verts Télérama, Éric Zemmour et Michel Onfray unis pour dénoncer l’islamo-gaucho-narco-féminisme des Verts
  • Laura Kipnis : Je m'intéresse à la liberté des femmes – la liberté sexuelle bien sûr, mais aussi intellectuelle et politique. Trop souvent, la position par défaut est que la réglementation, en particulier la réglementation faite par les hommes, est soit le chemin qui mène vers la liberté soit son prix payer. En passer par une réglementation est, dans une certaine mesure, nécessaire – après tout, nous voulons tous que la loi nous protège contre la brutalité et la force. Mais dans la sphère du genre, ces protections ont pour effet de réinstaller les versions les plus archaïques et rétrogrades des rôles masculins et féminins. Certaines versions du féminisme – et bien sûr, je m'identifie tout à fait comme féministe – réinterprètent par des voix détournées des formes très traditionnelles de la féminité (elle donne des exemples dans le livre). Une part de mon ambition, et de ce livre, a donc été d'essayer de démêler ce que je pense être les versions émancipatrices du féminisme de celles conservatrices. Le Point, Laura Kipnis : le féminisme est un paternalisme - Le Point
  • Le renouveau du féminisme intervient réellement à la fin des années 2000, selon Caroline Fayolle. « Cette génération de militantes se démarque par de nouveaux référents théoriques, en s’appuyant sur les études de genre américaines. Celles-ci différencient le sexe biologique du genre, qui est une norme sociale née d’un rapport de domination, précise l'historienne. Les notions de sexualité et de corps deviennent fondamentales. Contrairement aux féministes des années 1970, qui étaient généralement pour la suppression de la prostitution et contre la pornographie, certaines militantes envisagent désormais la sexualité comme un champ de résistance, et cherchent à trouver de nouvelles voies pour que, au sein de ces pratiques, les femmes puissent se défendre et s’émanciper. » Le plaisir des femmes devient un enjeu qui s’affiche dans les rues, comme en 2011, à la faveur de la campagne « Osez le clito », menée par l’association Osez le féminisme. National Geographic, Féminisme en France : le très long combat pour l’égalité
  • Le féminisme doit-il être noir ou blanc, "universaliste" ou "décolonial" ? En France on a longtemps fait un détour par les Etats-Unis pour penser ensemble racisme et sexisme. Mais des chercheuses confrontent le modèle féministe majoritaire pour rendre audible une autre histoire de l'émancipation. France Culture, Féminisme noir, race et angles morts : l'histoire du genre n'est pas cousue de fil blanc
  • Si l’écart se resserre depuis quelques années, les différences de salaires persistent, la "bataille du travail", une des batailles du féminisme, n’est pas encore gagnée. France Culture, Le féminisme est un sport de combats
  • Laissez-moi commencer tout de suite par une confession : je n’ai pas envie d’être une féministe. Oui, vous avez bien lu. D’après les sondages, 54% des citoyens français s’identifient aujourd’hui au féminisme, et une majorité des français se déclare sensible au combat pour l’égalité des genres. Suite à l’impact phénoménal du mouvement #MeToo, de plus en plus de personnes à travers le monde se définissent comme étant féministes. Pour autant, je n’ai pas envie d’être une féministe. Charlie Hebdo, « Je n'ai pas envie d'être féministe » - Charlie Hebdo
  • Cependant, malgré des avancées juridiques et symboliques significatives qui ont transformé la vie de nombreuses femmes (et d’hommes par extension), leur mise en pratique reste limitée. Mais aussi contestée. En effet, le féminisme évolue dans un contexte politico-social où se combinent un néo-libéralisme, qui considère la réalité des différences sociales qu’en termes de comportements individuels, et un conservatisme attribuant ces mêmes différences à des déficiences morales. Dans ce cadre le féminisme comme mouvement social devient inapproprié, voire même dangereux dans la mesure où il propose un autre paradigme, une lecture différente du monde. S’ensuit alors un combat mené par les forces sociales réactionnaires face au développement politique incontestable du féminisme qui sera résumé ici sous le vocable d’ “antiféminisme”. Pour A. M. Devreux, c’est un combat sommes toutes logique si l’on prend en compte le fait qu’il est structuré par un conflit d’intérêts antagonistes entre des femmes dominées en recherche d’émancipation face à des hommes déterminés à maintenir le pouvoir (A. -M. Devreux, D. Lamoureux, 2012). Ceci étant dit, il persiste certaines interrogations. Comment ce combat pour l’essentiel masculin est-il mené ? dans quels cadres ? Par quels moyens ? A l’inverse, quelles solutions épistémologiques et théoriques peuvent être apportées au mouvement féministe dans l’optique de maintenir un renouvellement perpétuel de ses logiques d’actions ? Il faut préciser que ce renouvellement, dans un contexte libéral d’instrumentalisation des luttes par le pouvoir, offre la possibilité de maintenir une relative autonomie. Club de Mediapart, Comprendre le féminisme et son pluralisme. | Le Club de Mediapart
  • Le thread de Marguerite Stern, ancienne activiste Femen et à l’initiative du mouvement de collages contre les féminicides, avait mis à nu une profonde divergence politique et morale au sein même du féminisme, que l’affaire de la tribune du HuffPost relance et ravive. Elle évoquait la place du transactivisme et de ses débats au sein du féminisme qui, selon elle, «prennent de plus en plus de place dans le féminisme, et cristallisent même toute l’attention». Jusqu’à affirmer : «J’interprète ça comme une nouvelle tentative masculine pour empêcher les femmes de s’exprimer.» Libération.fr, Quel est le point de départ de la polémique sur la place des trans dans le féminisme ? - Libération
  • Mon rapport au féminisme, jusqu’à il y a deux ans, était finalement très confortable : j’y croyais comme à une évolution naturelle, un penchant inarrêtable de nos sociétés, des sociétés féministes par inertie, féministes en tant qu’occidentales et en tant qu’on n’avait pas inventé mieux que le féminisme pour trancher, une dernière fois, le débat un peu rance sur la hiérarchie entre les civilisations : l’Afrique avait l’excision, l’Islam lapidait les femmes, la Chine les tuait à la naissance, l’Inde les violait aux toilettes et nous, nous avions inventé la mini-jupe. Je caricature évidemment, mais à peine : vu du Elle, dont la lecture valait pour un homme brevet de féminisme, c’était plus au moins l’idée. La condition féminine aura été, pour faire simple, notre dernier impérialisme — dont le choc de l’affaire Weinstein, naturellement : l’ogre votait démocrate et c’est toute une vision du monde qui s’est écroulée avec lui. La pointe avancée de la civilisation occidentale, Hollywood, a perdu d’un coup une bonne partie de son sacré — la chose, pour en donner un équivalent antique, n’aurait pas été plus grave si les romains avaient découvert que leurs vestales partouzaient dans leur temple. Le féminisme institutionnel, celui du Elle et d’Hollywood, celui qu’a pu soutenir Weinstein lui-même, ce féminisme de la mauvaise foi et des incantations, ce féminisme simplifié pour empire vieillissant n’aura pas survécu à l’automne 2017.  France Culture, Le féminisme
  • Que la situation des femmes ait été un peu moins mauvaise qu’ailleurs et que celà soit prouvé que celà apporte de la prospérité, tant mieux. Mais que de là à ce que celà soit du féminisme -l’égalité des droits juridiques et réels- peut etre pas... La société anglaise a peut etre été plus sympa avec les femmes, mais en France entre Rousseau et Napoleon, tout le monde était d’accord pour laisser les femmes aux « joies » des taches domestiques et éducatives. Le Point, Phébé – Comment le féminisme a permis la prospérité occidentale - Phebe | Le Point
  • Antoinette est la cadette des trois enfants de Valérie. La jeune femme de 23 ans, qui finit ses études d’ethnologie à Paris, revendique un féminisme plus ancré dans le combat d’idées et dans la défense des grands principes. Quitte à militer au nom de femmes a priori éloignées de sa propre vie. Elle est ainsi bénévole au sein de l’association « Lalab », créée en 2016, qui prône notamment la liberté pour les femmes musulmanes de porter le voile. Cette position polémique est loin de faire l’unanimité parmi les féministes, qui voient souvent le voile comme un objet de domination masculine. Pas Antoinette. « Je suis blanche et non-musulmane, explique-t-elle. Je me reconnais dans cette association parce qu’elle montre les femmes dans leur différence. Je n’aime pas le féminisme qui décide à la place des femmes de ce qui est bon pour elles, sans leur demander leur avis. » Elle s’empresse néanmoins d’ajouter : « Je n’en parle pas à ma grand-mère qui a fait 1968 parce que, si elle m’entendait dire ça, elle ne comprendrait pas. » La Croix, De mère en fille, à chacune son féminisme
  • Le féminisme islamique, pour certains, ce serait oxymorique. il y aurait un oxymore et une contradiction à parler ou à associer le féminisme à l'islam et à l'adjectif islamique. Nous recevons pour en parler l’universitaire Leïla Tauil. France Culture, Le féminisme islamique est-il oxymorique ?
  • Catharine A. MacKinnon est une des grandes figures du féminisme américain. Professeure de droit et de sciences politiques dans différentes universités prestigieuses, avocate à la Cour suprême, conseillère spéciale auprès de tribunaux internationaux, elle a défendu bénévolement des femmes victimes d'atrocités sexuelles en ex-Yougoslavie. Auteure de nombreux livres, théoricienne, militante, son œuvre constitue à ce jour encore une référence mondiale.Sa loi sur le harcèlement sexuel peut être considérée comme un préalable au mouvement #MeToo, qui avec la vague sans précédent de prise de parole des femmes, lui a donné son efficacité. , Les classiques du féminisme américain, maintenant en poche
  • "Derrière les événements révolutionnaires, il y a toujours cette espèce de structure de la domination qui perdure. Mais à côté de ces événements qui ont quand même un effet à terme, les femmes, elles, n'ont jamais cessé de se mobiliser. Il y a un féminisme sans le nom, car il faut bien voir que le mot féminisme date de la fin du XIXème et pas il n'existait pas auparavant." Michelle Perrot France Culture, La longue marche des combats féministes
  • Paradoxalement, ce sont les adversaires du féminisme qui ont créé le nom. L’histoire des féminismes est ainsi étroitement liée à l’antiféminisme : un ouvrage interdisciplinaire en retrace les parcours parallèles. , Le féminisme et ses ennemis - La Vie des idées
  • Au fil de l’histoire, les relations entre féminismes et religions n’ont pas toujours été conflictuelles. Aujourd’hui, l’Église catholique reste critiquée pour la place qu’elle réserve aux femmes en son sein et son essentialisme, mais la place des religions dans le combat féministe a plutôt tendance à être revalorisée. Série « Les femmes, l’avenir de Dieu ? » (11/15). La Croix, Le féminisme religieux est-il dépassé ?
  • Martine Storti L’expression « sociétés libérales » doit être précisée. Pour ma part je ne confonds pas libéralisme économique, libéralisme culturel, libéralisme politique. Je ne considère pas que les trois sont indissolublement liés, qu’ils forment un tout, qu’ils sont synonymes. Le néolibéralisme économique peut en effet s’accompagner d’une poussée conservatrice au plan politique et sociétal, comme nous le voyons, par exemple, aux États-Unis ou au Brésil. Mais le capitalisme, particulièrement dans sa forme néolibérale, peut s’accommoder de tout, du conservatisme sociétal comme du libertarisme le plus échevelé. Pour être franche, je me réjouis de vivre dans une « société libérale », je la préfère, et de loin, à une société où les droits individuels, les libertés civiles et civiques n’existent pas. L’antiféminisme et le « masculinisme » n’ont pas attendu le néolibéralisme pour se manifester. Je me méfie de cette régression qui consiste à attribuer une cause unique à la domination masculine. Celle-ci est très ancienne, commune à des organisations sociales et politiques, des cultures, des idéologies, des religions différentes. Raison pour laquelle les luttes féministes, par-delà leurs contextes et leurs moments historiques, relèvent de l’universel. L'Humanité, Table ronde. Quels sont les combats féministes pour aujourd’hui ? | L'Humanité
  • Le dernier épisode « Les lieux du possible », se tourne vers le féminisme comme territoire mental et les lieux qui peuvent l’accueillir et l’infuser dans la société. Squats, bars, lycées et écoles, scènes de théâtre ou plateaux de cinéma, tous les lieux sont investis pour incarner, jouer, militer, transmettre, une égalité des droits entre les hommes et les femmes, et une liberté d’exister quel que soit son genre. Un éloge de la diversité. France Culture, Les lieux du possible - Ép. 4/4 - La Pologne et le féminisme
  • Inscrit dans un courant ancien, le féminisme dans le monde arabe connaît une renaissance et colore les soulèvements populaires en cours. L'Humanité, Monde. La reconquête féministe | L'Humanité
  • Mais pourquoi un manuel explicatif ? Parce que les réticences encore éprouvées à l'encontre du féminisme, d'autant plus à l'heure des dernières révolutions militantes (de #MeToo aux manifestations écoféministes) naissent parfois moins des railleries d'usage ou d'une détestation claire que de la méconnaissance du sujet, tout simplement. Il faut dire que ce sont des choses que l'on apprend guère à l'école, et c'est bien dommage. "Depuis toujours, le féminisme rencontre des résistances, parfois par idéologie, souvent par méconnaissance du sujet", admet en ce sens le centre francilien pour l'égalité femmes-hommes. , Féminisme : un guide à télécharger pour argumenter contre les sceptiques - Terrafemina
  • J’ai rencontré mon copain il y a 9 mois, lors d’une soirée pendant laquelle nous avons échangé sur le féminisme. Et, très vite, nous sommes tombés d’accord sur une même philosophie. Avec toutes les autres qualités que je lui ai reconnues, nous avons fini par nous mettre ensemble et habitons depuis peu sous le même toit. , « Il ne veut plus me suivre dans mes convictions féministes »
  • A l'occasion de la journée internationale des droits des femmes, qui se déroule dimanche 8 mars, la société SEMrush, plateforme d'analyse de la visibilité en ligne et spécialiste du marketing digital, a conduit une enquête concernant les requêtes des internautes Français autour des mots-clés « féminisme » et « préservatif féminin ». ladepeche.fr, Journée internationale des droits des femmes : le féminisme avance sur le web - ladepeche.fr
  • Durant l'Ancien Régime, les affiches, appelées aussi "placards", servaient surtout à rendre publics les avis officiels, côtoyant sur les murs des avis séditieux imprimés par des opposants au pouvoir royal. Pendant la Révolution française, la pionnière du féminisme, Olympe de Gouges, fut la première femme à utiliser les placards pour diffuser ses idées, nous apprend Christine Bard. Vous pouvez consulter ici l'un de ses placards, où elle se présente comme "défenseur officieux de Louis Capet" au moment du procès de Louis XIV en 1792. En voici un extrait : France Culture, Le féminisme en affiches, d'Olympe de Gouges aux murs anti-féminicides
  • Et l’ère du féminisme comme un enjeu électoral à part entière, susceptible de mobiliser un vote et d’influencer les états-majors des partis dans leur positionnement, à l’instar de l’écologie, n’est pas encore advenue. Même si, peu à peu, le volet « égalité hommes femmes » devient un passage obligé des programmes. Le Monde.fr, Le féminisme, enjeu souterrain des élections municipales
  • Dans une époque marquée par le mouvement #MeToo, quelle place accorder à la prise de parole des hommes ?Pour moi, il était primordial de leur donner voix au chapitre. Dans l’épisode sur le rapport aux filles, beaucoup ne parviennent pas à se positionner en tant que féministes, tout en se disant résolument du côté des femmes. Je trouve important qu’ils osent en parler, sans se sentir mis de côté ou jugés. J’ai vu très peu d’hommes s’exprimer en ligne sur l’affaire Polanski et les César, c’est dommage. Je trouve important qu’ils affichent leur soutien aux femmes, sans parler à leur place. Mais le mot “féminisme” leur fait encore peur. Télérama, “Le mot ‘féminisme’ fait encore peur aux hommes”
  • Hélas, la subversion de la lutte des classes en lutte des races n’est pas le seul renoncement que la gauche a opéré durant ces dernières années. Le féminisme, autre pionnier de la libération gauchiste des années 60, a également souffert de l’indigénisme ambiant. Valeurs actuelles, “Capitalisme racial”, “race sociale”, “blantriarcat” : quand la gauche troque la lutte des classes pour la lutte des races | Valeurs actuelles
  • Des siècles de combat pour que le concept égalité femmes-hommes cesse de faire ricaner, et que le féminisme devienne un combat salué. Des siècles d’une conquête jalonnée d’héroïnes souvent écrasées par la notoriété d’hommes à gros muscles ou gros cerveaux. Alors oui, merci à la viking islandaise Gudrid Thorbjarnardottir d’avoir joué les globe-trotteuses sans peur dans les années 1000 ; à Emilie du Châtelet (philosophe, mathématicienne…) qui irradia au temps des Lumières, aux audacieuses révolutionnaires, aux suffragettes, à toutes celles qui ont décrassé les vieilles pensées et fait bouger le droit. Libération.fr, Révisez (ou apprenez) le féminisme - Libération
  • DAILY 5 // Le féminisme vous intéresse ? Les séries ont de quoi nourrir votre curiosité ! Les Echos Start, 5 séries féministes à regarder selon vos questionnements | Les Echos Start
  • "Les mâles du siècle", c'est le nom d'un projet de documentaire, un long métrage en préparation sur les hommes et le féminisme. France Bleu, Le féminisme aujourd'hui : qu'en pensent les "mâles du siècle" ?
  • Les féminismes islamiques (et juifs) s’appuient ainsi sur l’interprétation (ijtihad) pour remettre en question de façon radicale l’autorité masculine, le patriarcat, et au-delà toutes les formes de pouvoir politique, voire de théocraties, qui imposent des lois aux femmes (et aux hommes) en prétendant s’inspirer de la parole divine. The Conversation, L’interprétation des textes religieux, au cœur des combats féministes
  • D’un recueil de textes épars, Geneviève Fraisse fait une passionnante histoire des concepts du féminisme. Le Monde.fr, « Féminisme et philosophie », de Geneviève Fraisse: éclairer le temps long d’une pensée de l’émancipation
  • Qu’est-ce qui vous vient en tête quand on parle de féminisme ? « C’est une affaire de filles », « Le féminisme, c'est détester les mecs, c’est une vraie chasse à l’homme franchement », « Être féministe et porter des mini-jupes, ça ne va pas ensemble », « Les féministes vont trop loin, féministe OK, mais pas extrême », « Tu es en couple/mariée ? Mais je croyais que tu tenais à ta liberté ? »… Le terme « féministe » a mauvaise presse dans notre société, bien souvent en proie à des jugements hostiles et stéréotypés. Un gros mot, ou presque, balancé telle une insulte, on lui attribue une image extrémiste. D’ailleurs, lorsqu’Alexandre Dumas emploie pour la première fois, en 1872, le terme « féministe », c’est dans un pamphlet afin de ridiculiser les hommes qui souhaitent donner plus de pouvoir aux femmes. Il faut attendre une dizaine d’années et son appropriation par la journaliste Hubertine Auclert, pour que le mot se réfère à un mouvement pour l’égalité entre hommes et femmes. The Body Optimist, Féminisme : sujets sur l'égalité hommes-femmes, Metoo...
  • Ceci étant, les inquiétudes du magazine en matière de “féminisme” ne sont pas nouvelles. Il y consacrait déjà un dossier au mois de mai 2019, intitulé “La nouvelle terreur féministe”. Le HuffPost, La Une de "Valeurs Actuelles" sur les féministes a tout d'une parodie | Le HuffPost
  • Tribune. Le féminisme est de plus en plus à la mode. A la télévision, dans les publicités, dans les hits et les films de l’année, dans nos fils d’actualité ainsi que dans la mode. Il n’est pas rare de croiser quelqu’un(e) vêtu(e) d’un tee-shirt à effigie «féministe» en se promenant dans les rues des métropoles françaises. «I’ve got the power», «Girl Power», «The Future is Female», «Pussy Power», «sexe fort», «male tears» sont autant de slogans tapageurs que l’on peut découvrir au détour des quartiers branchés et même au-delà. Pour défendre sa cause, il convient bien entendu d’attirer l’œil, de frapper fort, pour faire réfléchir. Un simple tee-shirt porté dans l’espace public devient facilement politique. Or allier marketing, ego trip et empowerment est-il un bon moyen de faire adhérer les autres à sa cause ? N’y a-t-il pas un risque d’exclure inutilement certaines et certains avec ces slogans parfois trop «matriarcaux», en réponse au patriarcat ? Rappelons que le féminisme préconise simplement l’égalité entre l’homme et la femme. Libération.fr, Empowertainment : le féminisme comme argument de vente - Libération

Images d'illustration du mot « féminisme »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « féminisme »

Langue Traduction
Anglais feminism
Espagnol feminismo
Italien femminismo
Allemand feminismus
Chinois 女权主义
Arabe النسوية
Portugais feminismo
Russe феминизм
Japonais フェミニズム
Basque feminismoa
Corse u feminisimu
Source : Google Translate API

Synonymes de « féminisme »

Source : synonymes de féminisme sur lebonsynonyme.fr

Féminisme

Retour au sommaire ➦

Partager