La langue française

Fébrifuge

Définitions du mot « fébrifuge »

Trésor de la Langue Française informatisé

FÉBRIFUGE, adj.

MÉD., vieilli. Qui a la propriété de supprimer ou de diminuer la fièvre. (Quasi-)synon. antipyrétique (méd., mod.).Des apozèmes laxatifs et fébrifuges (Geoffroy, Méd. pratique,1800, p. 18).
Emploi subst. masc. Remède ayant cette propriété. Une espèce de noix d'Abyssinie que l'on dit être un fébrifuge à peu près aussi puissant que le sulfate de quinine (Flaub., Corresp.,1850, p. 102).
Prononc. et Orth. : [febʀify:ʒ]. Ds Ac. 1718-1932. Étymol. et Hist. 1666 d'apr. Dauzat 1973; 1681, 17 mars subst. (Observations sur les Fievres et les Febrifuges ds Journ. du Sav. ds Beitr. rom. Philol. t. 3, 2epart., p. 122); 1690 adj. remedes febrifuges (Fur.). Empr. au b. lat. febrifuga, febrifugia (de febris « fièvre » et fugare « fuir »). Fréq. abs. littér. : 9. Bbg. Schwake (H.-P.). Zur Frage der Chronologie französischer Wörter. In : [Mél. Wartburg (W. von)]. Tübingen, 1968, t. 2, p. 506.

Wiktionnaire

Adjectif

fébrifuge \fe.bʁi.fyʒ\ masculin et féminin identiques

  1. (Médecine) Qui a la propriété de combattre la fièvre.
    • Un remède, une plante fébrifuge.

Nom commun

fébrifuge \fe.bʁi.fyʒ\ masculin

  1. Produit faisant baisser la fièvre.
    • Administrer un fébrifuge.
    • L’antipyrine, la quinine sont des fébrifuges.
    • Alors, pour tâcher de la contraindre à modifier sa réponse, nous nous adressâmes à une autre créature du même règne, mais plus puissante, qui ne se contente pas d’interroger le corps mais peut lui commander, un fébrifuge du même ordre que l’aspirine, non encore employée alors. — (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, tome 3, Le Côté de Guermantes, 1920–1921)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FÉBRIFUGE. adj. des deux genres
. T. de Médecine. Qui a la propriété de combattre la fièvre. Un remède fébrifuge. Une plante fébrifuge. Substantivement, Administrer un fébrifuge. L'antipyrine, la quinine sont des fébrifuges.

Littré (1872-1877)

FÉBRIFUGE (fé-bri-fu-j')
  • 1 Adj. Terme de médecine. Qui combat, qui guérit les fièvres d'accès. Sa seule partie précieuse [du quinquina] est son écorce, connue par sa vertu fébrifuge, et à laquelle on ne donne d'autre préparation que de la faire sécher, Raynal, Hist. phil. VII, 23.
  • 2 S. m. Un fébrifuge. La centaurée en qui le ciel a mis Quelque âpreté, quelque force astringente, Non d'un tel prix ni de l'autre approchante [du quinquina], Mais quelquefois fébrifuge certain, La Fontaine, Quinquina, II.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FÉBRIFUGE, adj. pris subst. (Med. Thérapeut.) febrifuga, antifebritia ; on donne en général ces épithetes à tout médicament employé directement pour faire cesser la fievre, ou pour en détruire la cause & les effets.

Aimsi on ne qualifie pas de fébrifuges les purgatifs dont on use dans le traitement des fievres ; parce qu’ils ne sont pas ordinairement censés agir directement contre le vice qui les a produites & les entretient, mais pour préparer les voies aux autres sortes de médicamens qui sont particulierement jugés propres à cet effet : tels que la plûpart des amers, & le quinquina principalement, qui est regardé comme spécifique à cet égard.

Ce sont donc ces derniers, auxquels l’usage soûtenu par l’expérience ou le préjugé, a attribué spécialement la qualité de fébrifuge, sur-tout pour ce qui regarde les fievres intermittentes ; mais bien improprement, puisqu’on peut la trouver dans tous les moyens, quels qu’ils soient, qui peuvent être employés efficacement contre la cause des lésions de fonctions, en quoi consiste la fievre, de quelque nature qu’elle puisse être, soit continue, soit intermittente.

En effet quel est le fébrifuge, même le plus sûr spécifique en ce genre, qui opere aussi promptement, pour faire cesser la fievre, qu’un émétique, un cathartique placés à-propos ? Cependant ces remedes évacuans ne sont jamais compris au nombre des fébrifuges : on ne cherche communément ceux-ci que dans la classe des altérans.

Or comme le mouvement accéléré, soit absolu, soit respectif, dans l’exercice des fonctions vitales, qui est le signe pathognomonique de la fievre, est le plus souvent le seul instrument que la nature mette en usage pour détruire la cause morbifique, & qui la détruise en effet, souvent même sans qu’il suive aucune évacuation, en agissant comme simple altérant ; ne pourroit-on pas conséquemment regarder à juste titre le mouvement, l’action des solides, des fluides, en un mot l’agitation fébrile, comme le premier & le plus universel des fébrifuges ? Mais on n’a peut-être pas encore bien généralement des idées justes à ce sujet ; on confond le plus souvent les effets de la fievre, c’est-à-dire les mouvemens extraordinaires qui la caractérisent, avec la cause même qui rend ces mouvemens nécessaires. Voy. Effort (Econ. anim.) On n’a encore trop communément en vûe que des matieres médicinales, lorsqu’il s’agit de fébrifuges dans la Medecine pratique.

C’est par conséquent sous cette restriction, que pour se conformer aux idées les plus reçûes, il devroit être ici question de cette sorte de remede, s’il étoit possible d’en traiter d’une maniere méthodique : mais ce seroit induire en erreur, que de proposer des genres & des especes de fébrifuges ; ils ne sont pas susceptibles d’une pareille division, à moins que l’on n’en fasse une qui réponde à celle des genres & des especes de fievre ; que l’on n’indique ceux qui conviennent aux différentes natures de fievre : mais alors c’est tomber dans le cas de faire l’exposition de la méthode, de traiter la fievre en général & toutes ses différences en particulier, ce qui n’est pas de cet article : ainsi il faut recourir au mot Fievre, où se trouve, dans le plus grand détail dont soit susceptible cet ouvrage, & d’une maniere qui n’y laisse rien à desirer, tout ce qui peut être dit concernant les différentes curations de toutes les diverses affections qui sont comprises sous ce mot.

Voyez aussi toutes les généralités concernant les remedes évacuans, comme les articles Vomitif, Purgatif, Sudorifique, Diurétique, &c. concernant les altérans, comme les articles Apéritif, Astringent, Anodyn, &c. En un mot presque toutes les classes, tous les genres de remedes tant diététiques, chirurgicaux, que pharmaceutiques, & les moraux même, peuvent fournir des fébrifuges différens, selon la différence des causes de la fievre, selon qu’elle dépend du vice des solides ou de celui des fluides, qu’elle est simple ou compliquée, qu’elle est occasionnée par des affections du corps, ou par celles de l’ame : ainsi on peut dire que le ressort des fébrifuges n’est guere différent de la Thérapeutique entiere, parce qu’il n’est presque point de cause morbifique qui ne puisse être ou devenir celle de la fievre immédiatement ou par accident.

Telle est l’idée que l’on peut donner des fébrifuges en général.

Quant aux médicamens particuliers auxquels on attribue préférablement à tous autres la qualité de fébrifuge, voyez Amer (Mat. med.), Centaurée, Cascarille, &c. mais sur-tout Quinquina ou kina, qui est le fébrifuge par excellence. (d)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « fébrifuge »

Lat. febris, fièvre, et fugare, mettre en fuite.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin febris (« fièvre ») avec le suffixe -fuge (« qui fait fuir »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fébrifuge »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fébrifuge febrifyʒ

Évolution historique de l’usage du mot « fébrifuge »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fébrifuge »

  • Excellent fébrifuge, antigrippal et antipaludéen naturel, il agit efficacement dans le traitement des fièvres palustres, des symptômes forts de la maladie à coronavirus. 237online.com, Coronavirus: L’« Ikouk » ou Quinquina comme solution ? - 237online.com
  • L’huile essentielle de poivre dans un bain stimule la transpiration et participe à faire baisser la fièvre. Cet effet « fébrifuge » (qui a la propriété de combattre la fièvre) est aussi utilisé dans certains médicaments contenant du poivre et recommandés pour soigner les accès fébriles ou l’hyperthermie (augmentation de la chaleur du corps sous l’effet de la fièvre ou à cause de l’environnement). Myafricainfos, Poivre vert, noir, blanc ou rouge, quelle différence ? | Myafricainfos
  • Le gingembre est convoité pour l’action sédative qu’il exerce sur la muqueuse de l’estomac. Il apaise les douleurs gastriques et le protège. Il joue un rôle anti-inflammatoire , antioxydant et fébrifuge. L’extrait aqueux de gingembre contribue à réduire le taux de mauvais cholestérol dans le sang (effet hypocholestérolémiant). Bénin 24 TV, Santé : comment utiliser le gingembre pour une santé parfaite ?
  • Pour la petite histoire, les indiens connaissaient depuis très longtemps les propriétés fébrifuges de la poudre qu’ils tiraient de l’écorce de l’arbre, mais comme celle-ci guérit, au début du XVIIe siècle la Comtesse de Cinchon, épouse du vice-roi du Pérou, les jésuites missionnaires mirent la main sur cette poudre précieuse pour s’enrichir en la vendant sous le nom de "poudre des Jésuites". Décriée par les médecins tout d’abord, la poudre de quinquina fut enfin analysée et son principe actif, la quinine, découvert et reconnu en 1820. Le nom de l’arbre, Cinchola, avait été donné par Carl von Linné en hommage à la Contesse de Cinchon ! Binette & Jardin, Le quinquina, un vin mais aussi un médicament : bienfait et atout santé
  • Le corps médical s’est longtemps divisé sur les vertus du lilas: reconnu comme un fébrifuge exceptionnel dans certains cas, surnommé «succédané indigène du… Journal Le Messager, Journal Le Messager | Les plantes de chez nous
  • Très appréciée en cuisine, la sauge officinale possède des propriétés intéressantes. Ses feuilles, la partie utilisée en phytothérapie, exercent une action tonique qui facilite la digestion, régule le système nerveux et la sécrétion hormonale. Elles ont également une propriété antiseptique, fébrifuge (elles font baisser la fièvre), astringente (elles accélèrent l'assèchement des tissus), antisudorifique (elle prévient la transpiration excessive) et anti-oxydante. La sauge aurait également un effet hypoglycémiant qui lui permettrait de réduire le taux de sucre dans le sang et de combattre le diabète. Topsante.com, La sauge, une plante médicinale aux bienfaits reconnus - Top Santé

Traductions du mot « fébrifuge »

Langue Traduction
Anglais febrifuge
Espagnol febrífugo
Italien febbrifugo
Allemand fieber
Chinois 发热
Arabe حمى
Portugais febrífugo
Russe жаропонижающий
Japonais febrifuge
Basque febrifuge
Corse febrifuga
Source : Google Translate API

Synonymes de « fébrifuge »

Source : synonymes de fébrifuge sur lebonsynonyme.fr

Fébrifuge

Retour au sommaire ➦

Partager