La langue française

Étamer

Définitions du mot « étamer »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTAMER, verbe trans.

A.− Recouvrir (un métal, un ustensile en métal) d'une mince couche d'étain pour empêcher l'oxydation. Étamer l'intérieur d'une casserole, des éperons, des clous, des boutons (Ac.); étamer du cuivre, du fer; cuivre étamé; fer étamé (Synon. fer blanc). Il existe des pâtes à étamer qui dispensent de toute installation et qui comportent à la fois le décapant et le métal (Gasnier, Dépôts métall.,1927, p. 56).Si l'on se sert de vases de fer-blanc, ils doivent être soigneusement étamés (Rousset, Trav. pts matér.,1928, p. 77):
1. ... nous fûmes en quelque sorte éblouis par les carafes, les bouteilles, les assiettes de vieille faïence peinte, les fourchettes et les cuillères fraîchement étamées, qui reluisaient d'un bout à l'autre de la salle. Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t. 1, 1870, p. 171.
P. anal. Recouvrir d'une couche de métal autre que l'étain. On étame au fer la surface extérieure de la bague de roulement (Ambroise, Monteur mécan.,1949, p. 36).
En partic. Étamer une glace. Recouvrir la face d'une glace d'un amalgame d'étain (tain) qui lui donne la propriété de réfléchir les images. On étame les glaces avec une couche de mercure emprisonnée sous une feuille d'étain (About, Nez notaire,1862, p. 182).
B.− P. anal. ou p. métaph. Recouvrir d'une matière en couche mince ou donner une couleur semblable à celle de l'étain. Le crépuscule qui étamait déjà le bord du ciel de l'autre côté de la Meuse (Hugo, Rhin,1842, p. 47).Les fougères d'argent dont la gelée étamait [les] vitres (Huysmans, En mén.,1881, p. 129):
2. L'hiver est dur, cette année, et jamais on n'a vu cette épaisseur de glace au ruisseau; (...) la lande qui s'en va par le dessus du village est toute étamée de gel. Giono, Regain,1930, p. 51.
Emploi pronom. à sens passif. Le Nil, dont l'eau morte s'étame D'une pellicule de plomb, Luit (Gautier, Émaux,1852, p. 43).
Prononc. et Orth. : [etame]. Ds Ac. 1718-1932. Étymol. et Hist. Ca 1245 fig. li cors se dore et si s'estame (Huon de Cambrai, Regrets N. D., 58, 4 ds T.-L.); 1260 part. passé estamé (E. Boileau, Métiers, 222, ibid.); 1690 « mettre le tain à une glace » (Fur.). Dér. de étain*, avec substitution de -am- à -ain, sous l'infl. de dér. en -am- de estain (v. étaim* et étaminé). Fréq. abs. littér. : 30.
DÉR. 1.
Étameur, subst. masc.a) Ouvrier qui étame les métaux. Pline rapporte une vieille tradition, selon laquelle Alesia était célèbre par ses étameurs et ses argentiers (L'Hist. et ses méth.,1961, p. 714).b) Ouvrier qui étame les glaces. Quant à mon pauvre gendre, Il était étameur de glaces; et les gens, Dans ce vilain métier, ne durent pas dix ans, S'ils n'ont pas les poumons comme un soufflet de forge, À cause du mercure (Coppée, Poés.,t. 3, 1865-1908, p. 10). [etamœ:ʀ]. Ds Ac. 1798-1932. 1resattest. 1390 entameur d'estain (Reg. du Chât., I, 493 ds Gdf. Compl.), ex. isolé, 1723 estameur (J. Savary des Bruslons, Dict. universel de comm., Paris); du rad. de étamer, suff. -eur2*, la forme entameur, prob. sous l'infl. de entamer. Fréq. abs. littér. : 6.
2.
Étamure, subst. fém.Métal ou alliage d'étain et de plomb qui sert à étamer; couche de métal ou d'alliage déposée sur un objet. Cette étamure est trop légère (Ac.). Rem. On rencontre ds la docum. le synon. pop. étame.Eh! Loiseau, r'garde donc s'il reste rien au fond des bouthéons? Avec des grands airs minauds (...) Loiseau avoua : Plus rien... j'ai raclé jusqu'à l'étame. (...) − Faut lui trouver de quoi s'mettre sous la dent tout de même, à la bleusaille (Vialar, Morts viv.,1947, p. 31). [etamy:ʀ]. Ds Ac. dep. 1740. 1resattest. 1508 estimure (Stat. des peintres, Reg. aux délib., A. Abbev. ds Gdf. Compl.), 1611 estameure (Cotgr.); du rad. de étamer, suff. -ure*.

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTAMER, verbe trans.

A.− Recouvrir (un métal, un ustensile en métal) d'une mince couche d'étain pour empêcher l'oxydation. Étamer l'intérieur d'une casserole, des éperons, des clous, des boutons (Ac.); étamer du cuivre, du fer; cuivre étamé; fer étamé (Synon. fer blanc). Il existe des pâtes à étamer qui dispensent de toute installation et qui comportent à la fois le décapant et le métal (Gasnier, Dépôts métall.,1927, p. 56).Si l'on se sert de vases de fer-blanc, ils doivent être soigneusement étamés (Rousset, Trav. pts matér.,1928, p. 77):
1. ... nous fûmes en quelque sorte éblouis par les carafes, les bouteilles, les assiettes de vieille faïence peinte, les fourchettes et les cuillères fraîchement étamées, qui reluisaient d'un bout à l'autre de la salle. Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t. 1, 1870, p. 171.
P. anal. Recouvrir d'une couche de métal autre que l'étain. On étame au fer la surface extérieure de la bague de roulement (Ambroise, Monteur mécan.,1949, p. 36).
En partic. Étamer une glace. Recouvrir la face d'une glace d'un amalgame d'étain (tain) qui lui donne la propriété de réfléchir les images. On étame les glaces avec une couche de mercure emprisonnée sous une feuille d'étain (About, Nez notaire,1862, p. 182).
B.− P. anal. ou p. métaph. Recouvrir d'une matière en couche mince ou donner une couleur semblable à celle de l'étain. Le crépuscule qui étamait déjà le bord du ciel de l'autre côté de la Meuse (Hugo, Rhin,1842, p. 47).Les fougères d'argent dont la gelée étamait [les] vitres (Huysmans, En mén.,1881, p. 129):
2. L'hiver est dur, cette année, et jamais on n'a vu cette épaisseur de glace au ruisseau; (...) la lande qui s'en va par le dessus du village est toute étamée de gel. Giono, Regain,1930, p. 51.
Emploi pronom. à sens passif. Le Nil, dont l'eau morte s'étame D'une pellicule de plomb, Luit (Gautier, Émaux,1852, p. 43).
Prononc. et Orth. : [etame]. Ds Ac. 1718-1932. Étymol. et Hist. Ca 1245 fig. li cors se dore et si s'estame (Huon de Cambrai, Regrets N. D., 58, 4 ds T.-L.); 1260 part. passé estamé (E. Boileau, Métiers, 222, ibid.); 1690 « mettre le tain à une glace » (Fur.). Dér. de étain*, avec substitution de -am- à -ain, sous l'infl. de dér. en -am- de estain (v. étaim* et étaminé). Fréq. abs. littér. : 30.
DÉR. 1.
Étameur, subst. masc.a) Ouvrier qui étame les métaux. Pline rapporte une vieille tradition, selon laquelle Alesia était célèbre par ses étameurs et ses argentiers (L'Hist. et ses méth.,1961, p. 714).b) Ouvrier qui étame les glaces. Quant à mon pauvre gendre, Il était étameur de glaces; et les gens, Dans ce vilain métier, ne durent pas dix ans, S'ils n'ont pas les poumons comme un soufflet de forge, À cause du mercure (Coppée, Poés.,t. 3, 1865-1908, p. 10). [etamœ:ʀ]. Ds Ac. 1798-1932. 1resattest. 1390 entameur d'estain (Reg. du Chât., I, 493 ds Gdf. Compl.), ex. isolé, 1723 estameur (J. Savary des Bruslons, Dict. universel de comm., Paris); du rad. de étamer, suff. -eur2*, la forme entameur, prob. sous l'infl. de entamer. Fréq. abs. littér. : 6.
2.
Étamure, subst. fém.Métal ou alliage d'étain et de plomb qui sert à étamer; couche de métal ou d'alliage déposée sur un objet. Cette étamure est trop légère (Ac.). Rem. On rencontre ds la docum. le synon. pop. étame.Eh! Loiseau, r'garde donc s'il reste rien au fond des bouthéons? Avec des grands airs minauds (...) Loiseau avoua : Plus rien... j'ai raclé jusqu'à l'étame. (...) − Faut lui trouver de quoi s'mettre sous la dent tout de même, à la bleusaille (Vialar, Morts viv.,1947, p. 31). [etamy:ʀ]. Ds Ac. dep. 1740. 1resattest. 1508 estimure (Stat. des peintres, Reg. aux délib., A. Abbev. ds Gdf. Compl.), 1611 estameure (Cotgr.); du rad. de étamer, suff. -ure*.

Wiktionnaire

Verbe

étamer \e.ta.me\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Recouvrir un ustensile de métal d’une couche d’étain fondu, pour l’empêcher de s’oxyder.
    • Étamer l’intérieur d’un récipient de cuivre, d’une casserole, d’une marmite.
    • Étamer du fer, de la tôle, pour en faire du fer-blanc.
    • Étamer un mors, des éperons, une serrure, des clous, des boutons.
    • Étamer une glace, recouvrir la face interne d’une glace d’un mélange d’étain et de mercure dit tain.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉTAMER. v. tr.
Recouvrir un ustensile de métal d'une couche d'étain fondu, pour l'empêcher de s'oxyder. Étamer l'intérieur d'un récipient de cuivre, d'une casserole, d'une marmite. Étamer du fer, de la tôle pour en faire du fer-blanc. Étamer un mors, des éperons, une serrure, des clous, des boutons. Étamer une glace, Recouvrir la face interne d'une glace d'un mélange d'étain et de mercure dit TAIN.

Littré (1872-1877)

ÉTAMER (é-ta-mé) v. a.
  • Recouvrir la surface d'un métal d'une couche d'étain.

    Étamer une glace, y mettre le tain.

HISTORIQUE

XIIIe s. Quiconques vuet estre lormiers à Paris, c'est à savoir feseres de frains et de lorains [rênes] dorés, seur-argentés, estamés et blans, estre le puet, Liv. des mét. 222.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « étamer »

(XIIIe siècle)[1] Dénominal de étain. Le TLFi[2] explique la forme en -am par le radical en -am de son homophone étaim et de ses dérivés étamine, etc.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étain, par un changement de l'n en m. comme dans venimeux, de venin ; génev. tamer ; wallon, ristainé.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « étamer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
étamer etame

Évolution historique de l’usage du mot « étamer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « étamer »

  • La direction régionale de La Poste a de nouveau convié les membres de l'intersyndicale à une rencontre en vue d'étamer des négociations. RCI, La direction de La Poste propose une nouvelle rencontre | RCI
  • Le chalumeau de bijoutier est un très bon outil pour les pièces massives d’accastillage et il est très précis. Il en existe de différents prix, certains avec une pane amovible spéciale pour étamer les pièces avant soudure. Pour des fines soudures utilisez du fil d’étain pour montages électroniques avec une âme centrale en décapant. Il en existe de plusieurs diamètres. Une boîte de "graisse à souder" vous sera très utile : on ajoute un peu de cette matière lors de l’étamage des pièces. , [Navimodélisme RC - Le Malamok - Le Balcon du Malamok ]
  • Par exemple, des groupes d’élèves présents à L’Oasis étaient en compétition à l’atelier en réparation de véhicules légers pour étamer des fils de cuivre tandis qu’en formation coiffure, les participants avaient comme défi d’enlever la crème à raser sur une baudruche à l’aide d’un rasoir effilé, sans la crever. Le défi ferblanterie consistait à mettre à niveau une conduite d’aération dans les sens horizontal et vertical à une hauteur précise. Le Quotidien, Plus de 800 élèves au Défi des recrues | Affaires | Le Quotidien - Chicoutimi
  • «On me sollicite des quatre coins de la Tunisie. Des jeunes filles qui veulent des accessoires pour leur hammam de mariage, des dames qui veulent décorer leurs nouvelles maisons, des femmes qui veulent étamer et remettre en forme de vieux couscoussiers, à la veille de Ramadan», se réjouit Mohamed. Mais les artisans n’ont-ils pas été touchés par la crise économique qui a sévi après la révolution ? La Presse de Tunisie, Reportage - Les Souks de la Médina : Encore de la résistance | La Presse de Tunisie

Traductions du mot « étamer »

Langue Traduction
Anglais tin
Espagnol estaño
Italien lattina
Allemand zinn
Chinois
Arabe القصدير
Portugais lata
Russe банка
Japonais
Basque lata
Corse tin
Source : Google Translate API

Synonymes de « étamer »

Source : synonymes de étamer sur lebonsynonyme.fr

Étamer

Retour au sommaire ➦

Partager