La langue française

Étambot

Définitions du mot « étambot »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTAMBOT, subst. masc.

MAR. Forte pièce (de bois ou de métal) qui termine l'arrière de la carène et qui porte, en général, les ferrures du gouvernail. Pied, tête de l'étambot; travée de l'étambot. Gouvernail (...) à barre, tournant sur ses gonds scellés dans l'étambot (Hugo, Travaill. mer,1866, p. 102).
Rem. On rencontre ds la docum. la forme vieillie étambord, subst. masc. (cf. Crèvecœur, Voyage, t. 3, 1801, pp. 263-264).
Faux (-)étambot. Pièce de bois ayant le tiers de l'épaisseur de l'étambot et qui double celui-ci à l'extérieur. Pour protéger (...) le faux étambot contre les chocs des glaces, puisque le gouvernail est enlevé, j'accouple trois gros pieux (Charcot, «Pourquoi-Pas?» 1910, p. 246).
[Sur les navires à moteur intégré] Lunette d'étambot. Excavation aménagée dans l'étambot et qui permet le passage de l'arbre d'hélice (enregistré ds Gruss 1952 et Rob.) Tube d'étambot. Dans le cas où il s'agit d'un tube [des arbres porte-hélice d'un navire] placé dans l'axe, ce qui se présente sur les navires à une ou à trois hélices, le cylindre en question prend le nom de tube d'étambot (Croneau, Constr. nav. guerre,t. 2, 1892, p. 156).
P. ext., AVIAT. ,,Tube métallique sur lequel viennent s'assembler deux à deux les longerons de fuselage [d'un avion]`` (Guillemin, Constr., calcul et essai avions, 1929, p. 161).
Prononc. et Orth. : [etɑ ̃bo]. Ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1573 estambor mar. (Dupuys); 1643 estambord (G. Fournier, Hydrographie, p. 31); 1691 étambot (Ozanam, p. 280, 9). De l'a. nord. *stafnbord « bord de l'étrave », composé de stafn « étrave » et de bord « bord (d'un bateau) » (De Vries Anord.). Fréq. abs. littér. : 13. Bbg. La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 24.

Wiktionnaire

Nom commun

étambot \e.tɑ̃.bo\ masculin

  1. (Navigation) Forte pièce de bois ou de métal qui, élevée à l’extrémité de la quille du bâtiment, termine l’arrière de la carène et sert de support au gouvernail.
    • Une des branches de l’hélice avait été faussée, et portait contre l’étambot. — (Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant, 1846)
    • Le gouvernail était l’antique gouvernail, non à roue comme aujourd’hui, mais à barre, tournant sur ses gonds scellés dans l’étambot. — (Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer, 1866)
    • Le gouvernail et l'étambot furent brisés ; mais il suffisait à Mikkelsen que le bateau flottât. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Ce dernier navire corsaire, qui était également le vaisseau amiral, si je ne me trompe, portait sur son étambot, le signe de cette bienheureuse étoile. — (Jean Ray, Harry Dickson, L'Etoile à sept branches, 1935)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉTAMBOT. n. m.
T. de Marine. Forte pièce de bois ou de métal qui, élevée à l'extrémité de la quille du bâtiment, termine l'arrière de la carène. L'étrave et l'étambot. L'étambot sert de support au gouvernail.

Étymologie de « étambot »

De étambord ; du vieux norrois *stafnbord [1].
De étambord ; du moyen français estant (« debout ») et du néerlandais bord (« pièce de bois ») [2]. De l’ancien bas vieux-francique *bord (« bord d’un vaisseau »).
Étymologie obscure, le vieux norrois *stafnborð (« planche de l'étrave »), jamais attesté et traditionnellement proposé par les dictionnaires étymologiques, est incohérent d'un point de vue sémantique car on ne voit pas quelle pièce de charpente il pouvait désigner, car ces fortes pièces de charpente qui s'élèvent de chaque côté de la quille sont désignées par le seul mot étrave en ancien normand comme en ancien scandinave. En outre, une étymologie scandinave est difficilement conciliable avec le foyer linguistique du terme (Bordeaux)— (Élisabeth Ridel, Les Vikings et les mots : l'apport de l'ancien scandinave à langue française, éditions Errance, Paris, 2009, Annexe 3, page 304.). L'islandais utilise d'ailleurs le terme afturstefni « étrave de l'arrière » (cf. aussi le féroien afturstavnur).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « étambot »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
étambot etambɔ

Évolution historique de l’usage du mot « étambot »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « étambot »

  • Il existe trois types de jonction entre le tube d’étambot et l’arbre d’hélice. Ces joints permettent de faire un raccord mécanique presque étanche et sont des pièces à vérifier avant chaque saison. , Presse-étoupe et joint tournant, ce qu’il faut savoir! - Québec Yachting
  • Les hélices montées sur ligne d'arbre classique sont particulièrement soumises aux perturbations crées par la chaise, la quille ou l'étambot (pour les voiliers). Aussi un bon positionnement et un profilage de qualité de ces appendices permettent de limiter la perturbation du flux d'eau sur les pales. Ce phénomène appelé masquage peut déséquilibrer la propulsion et être amplifié avec une hélice à 3 pales. Passer à une hélice à 4 pales peut être un bon investissement, car le fait d'avoir des pales en opposition limite les effets des turbulences. Bateaux.com, Assurer la hauteur du montage d'un moteur hors-bord
  • Pas de doute, le coupe-orin est LA solution pour se protéger du cordage pris dans l'hélice. Le danger vient quand le cordage est retenu à une extrémité. C'est le cas par exemple sur un voilier, si une écoute traine dans l'eau. Ou bien pour un bateau à moteur s'il s'agit du cordage d'un casier. Une fois torsadé autour de l'hélice, avec la puissance du moteur, le cordage risque d'endommager l'arbre. En se coinçant, il peut tordre la chaise ou détruire l'étambot. Au pire cela peut créer une voie d'eau qui peut être importante et difficile à endiguer… Bateaux.com, Coupe-orin Delot, un modèle breveté qui a fait ses preuves
  • Fier comme un trois-mâts, le Jean-Bart se dresse au centre de l’espace Tourville. 57 mètres de longueur, de l’éperon à l’étambot, 17 mètres de hauteur au plus haut point du bateau, ce vaisseau de premier rang, typique de la flotte du roi Soleil donne des idées d’aventures. LA VDN, Sur le chantier du Jean-Bart à Gravelines, à l’abordage!
  • Ce fut le premier défi car la documentation technique sur le chasseur construit par les établissements dirigés par Marcel Bloch – qui prendra le nom de Marcel Dassault en 1945, à son retour des camps de concentration – se révèle très réduite. Seuls sont disponibles les standards de conception du bureau d’études Bloch en 1938 et quelques rares éléments de structures issus d’épaves (une portion de voilure, un étambot, une plaque de blindage du cockpit…). , Projet pour un Bloch MB-152 – aeroVFR
  • Le succès de Christophe Colomb a été rendu possible par les progrès de la marine, notamment l'apparition en Europe du nord, dès le XIIe siècle, du gouvernail d'étambot, robuste et approprié aux manoeuvres. , 1492 - La vérité sur les bateaux de Colomb - Herodote.net
  • Pour fonctionner, ce type de disque doit attendre que le cordage se tende en s'enroulant sur l'arbre avant d'espérer le voir se couper. Mais dans ce cas, il est déjà trop tard, car l'entortillement sur l'arbre est rédhibitoire. Le cordage risque en se tendant de tordre l'arbre ou d'endommager l'étambot risquant alors de créer une fuite d'eau. Le seul avantage de ce type de coupe-orin est leur petit prix (environ 200 €). Bateaux.com, Spurs, le seul coupe orin qui coupe vraiment !

Traductions du mot « étambot »

Langue Traduction
Anglais sternpost
Espagnol popa
Italien dritto di poppa
Allemand heckpfosten
Chinois 船尾柱
Arabe سترنبوست
Portugais poste de popa
Russe ахтерштевень
Japonais 船尾
Basque sternpost
Corse sternpost
Source : Google Translate API

Étambot

Retour au sommaire ➦

Partager