La langue française

Espagnolisme

Sommaire

  • Définitions du mot espagnolisme
  • Étymologie de « espagnolisme »
  • Phonétique de « espagnolisme »
  • Évolution historique de l’usage du mot « espagnolisme »
  • Citations contenant le mot « espagnolisme »
  • Traductions du mot « espagnolisme »
  • Synonymes de « espagnolisme »

Définitions du mot « espagnolisme »

Trésor de la Langue Française informatisé

Espagnolisme, subst. masc.Attitude, tendance favorable aux Espagnols ou présentant certaines caractéristiques propres aux Espagnols. Je suis enchanté (...) de la portée que vous donnez à votre espagnolisme dont vous voulez qu'il agisse sur les âmes (Barrès, Cahiers,t. 1, 1896-98, p. 270). [εspaɳ ɔlism̥]. 1reattest. 1836 « caractère, comportement analogue à celui des Espagnols » (Stendhal, H. Brulard, t. 1, p. 233); de espagnol, suff. -isme*. Fréq. abs. littér. : 11.

Wiktionnaire

Nom commun

espagnolisme \ɛs.pa.ɲɔ.lism\ masculin

  1. Caractère de qui est propre à l'Espagne, hispanisme, hispanité.
  2. (Généralement) Amour de l'Espagne et de ce qui lui est attaché, propension ou posture favorable à ce pays.
    • Stendhal fut pendant longtemps victime d’« espagnolisme » c’est-à-dire d’une tendance à être incroyablement passionné. (Wikipedia - Vie de Henri Brulard)
    • La suite de De Falla, libre de cet espagnolisme de pacotille qu’on nous enfonce si souvent dans la gorge, conclut le programme en beauté.
    • Le 4 septembre le comte de Berlaymont est emprisonné à Bruxelles, on l’accuse d’espagnolisme. (Wikipedia - Berlaimont)
  3. (Par extension) Nationalisme espagnol, opposition aux mouvements indépendantistes catalan, basque ou galicien.
    • La Catalogne et l'espagnolisme chauvin post-franquiste. — (Mediapart, 20 octobre 2014)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ESPAGNOLISME (è-spa-gno-li-sm') s. m.
  • Patriotisme espagnol étroit. L'espagnolisme et la bigoterie stupide, ces deux plaies de tous les petits centres en Esgagne, Morel-Fatio, Rev. histor. t. III, p. 408.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « espagnolisme »

(Siècle à préciser) De espagnol avec le suffixe -isme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « espagnolisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
espagnolisme ɛspaɲɔlism

Évolution historique de l’usage du mot « espagnolisme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « espagnolisme »

  • Le PDeCat, qui est un parti paradoxal, postCDC mais regroupant les historiques de CiU-CDC, est ce qu'il y a de plus à droite dans l'indépendantisme. Et sa tentative de se conserver en tant que parti dans la nouvelle organisation que met en route l'entourage de Carles Puigdemont ainsi que le refus de celui-ci de l'accepter signifient l'émergence d'un parti à large spectre politique, cherchant à rassembler à gauche comme à droite, en se revendiquant d'être sans concession sur la nécessité de l'indépendance (contre la stratégie de négociation stérile sur le sujet avec Madrid menée par la gauche républicaine, ERC, Esquerra Republicana de Catalunya) et désormais contre le manque de pugnacité indépendantiste des droitiers du PDeCat. Cela donne, et c'est le deuxième grand marqueur du nouveau parti, un leadership indiscutable à la figure prestigieuse qu’est Carles Puigdemont pour sa décision de s'exiler et pour son succès à devenir député européen. Son aura d'opposant n°1 à l'espagnolisme et sa proclamation que l'indépendance (le droit d'autodétermination) reste l'objectif stratégique, sont appelées à lui permettre de fédérer largement autour de sa personne à droite et à gauche. Il a, au demeurant, reçu un appui particulièrement décisif pour son projet de nouveau parti : celui des prisonniers politiques membres du PDeCat qui, comme l'ensemble des condamnés du "procès", jouissent , comme l'ancien président de la Généralité, d'un immense prestige parmi la population, mais à la différence de celui-ci, au-delà de tout clivage partidaire. Club de Mediapart, L'indépendantisme catalan à la veille d'une recomposition d'envergure | Le Club de Mediapart
  • La chose sembla claire. L’espagnolisme ayant toujours porté chance à Jacques Offenbach, son Maître Péronilla ne pouvait être qu’un franc succès. Mais le sort en décida autrement. Retirée de l’affiche après quelques cinquante représentations l’année même de la création, l’œuvre disparut à tout jamais. L’échec était-il dû au fait que, pour une fois, Offenbach lui-même avait écrit le livret ? Rien n’est moins sûr. L’histoire rocambolesque autour d’une femme épousant deux maris le même jour est pour le moins originale. Et l’espagnolisme fut à la mode. , Maître Péronilla, redécouverte d’un chef-d’œuvre « À Emporter « ResMusica
  • Carles Puigdemont évite, depuis Bruxelles, de mettre les mains dans ce cambouis politicien de la catalanité institutionnelle en occupant une position bonapartiste, au-dessus de cette mêlée, se permettant tout au plus de faire vibrer, mais sans trop appuyer, la fibre indépendantiste au détriment d’ERC. En somme l’indépendance est vraiment la chose exclusive de ce personnage et il parvient à l’incarner mais, pour le coup, dans sa radicalité intransigeante. Une radicalité qui peut se prévaloir des succès contre l’Etat espagnol que sont les successifs rejets par les justices européennes des demandes d’extradition à son encontre et surtout l’acquisition, par un frontal désaveu infligé récemment par la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) au Tribunal Suprême et à tout le « deep state » à forte connotation franquiste qu’il condense, de son mandat de député européen et de l’immunité qu’il lui reconnaît et qui le met à l’abri, sauf peu probable levée,  de toute extradition. C’est de tout ceci dont lui est reconnaissant le peuple indépendantiste, toutes tendances confondues par-delà les clivages politiciens dont il vient d’être question, et c’est cela qui s’exprimera avant tout à Perpignan sur fond d’hommage au courage dont il est crédité pour avoir pris le chemin d’un long exil, en total contrepoint de la campagne médiatique de l’espagnolisme le présentant comme « un lâche fuyard de la justice de son pays (sic) ».  , Perpignan, capitale d’un jour de l’indépendantisme catalan ! | NPA
  • Désormais, malgré de larges plages de consensus maintenues par le PSOE avec le bloc élitaire et les secteurs les plus franquisés de la justice et de la police, nous assistons à une offensive virulente de ces derniers pour gérer directement les affaires du pays en profitant de l'émergence  de l'extrême droite ouvertement profranquiste (Vox). Et cela en se servant de l'épouvantail constitué par un Podemos ayant pourtant fait allégeance à la monarchie, gigotant quelque peu en faveur de la libération des prisonniers politiques catalans mais faisant vite profil bas quand maître Sánchez décide que l'on ne joue plus. Le fond du problème reste sans surprise la Catalogne qui, défaite après les événements de 2017, n'a pas rendu les armes ou, si l'on préfère, reste l'arme au pied. Avec, péché impardonnable pour les fanatiques de l'Espagne une et éternelle, l'obligation qu'ont les gauches gouvernementales de chercher leur majorité introuvable du côté des...indépendantistes catalans et même basques. Ceux qui parmi les premiers (ERC) acceptent le deal de négociations avec le gouvernement de Madrid sur les droits nationaux de la Catalogne, ont beau s'être embarqués dans un processus sans avenir sur le droit d'autodétermination et, en divisant le front indépendantiste, se prêter de façon bien pataude aux manoeuvres du "sanchisme" cherchant à rester au pouvoir en jouant des contradictions des uns et des autres sans franchir aucune ligne rouge, pour les fous furieux de l'espagnolisme un tabou a sauté : se rapprocher des indépendantistes catalans, même si c'est pour les instrumentaliser en faveur du système, c'est trahir ! Sánchez (et Iglesias) se voit, en toute injustice, accusé de "révolutionner" les fondamentaux de la belle Espagne, il doit tomber. Club de Mediapart, Espagne. Chronique d'une crise de régime orpheline de dénouement | Le Club de Mediapart
  • L'espagnolisme récent durera-t-il? "Il faudrait pour cela que la crise catalane dure", ce qui est imprévisible à ce stade, estime le journaliste d'El Confidencial, Ramon Gonzalez Ferriz. Ce Madrilène d'adoption note toutefois une conséquence paradoxale de l'agitation catalaniste: "alors qu'en dehors de la région la plus riche d'Espagne, on tendait mettre tous les Catalans dans le même sac, depuis l'énorme manifestation anti-indépendantiste du 8 octobre, le reste du pays a pris conscience qu'il existe plusieurs Catalogne".  LExpress.fr, La crise catalane a-t-elle réveillé le nationalisme espagnol? - L'Express
  • Les indépendantistes chercheront à convertir les élections catalanes de 2015 en scrutin plébiscitaire pour la sécession.  L’indépendantiste perdra son pari avec 48% de suffrages en faveur de la déconnexion d’avec l’Espagne, mais obtiendra tout de même une majorité parlementaire grâce au soutien des extrémistes de la Cup. Le parti anticapitaliste éjectera Artur Mas, et obtiendra un remplaçant à la tête de la Catalogne avec un profil plus musclé: Carles Puigdemont. De janvier 2016 à octobre 2017, la situation ne cessera de se dégrader et la pression de monter. L’indépendantisme caféiné et l’espagnolisme excité feront monter la tension politique jusqu’à un niveau de vertige saisissants. Deux nationalismes catalan et espagnol s’affrontent. La Catalogne ne parle plus que de quitter l’Espagne via un rėvėrendum autorisé par Madrid. L’inteligtensia madriléne demande d’appliquer les mesures les plus radicales pour stopper l’independantisme une fois pour toutes. A la fin de ce dialogue de sourds, la Generalitat prend la dėcision de convoquer sans l’accord légal de Madrid un réfėrendum d’auto-determination. En réponse le gouvernement espagnol envoie 6.000 policiers nationaux à la recherche d’urnes, de bulletin de votes, de cartes électorales, d’affiches de propagande. L’Espagne portera un énorme coup à l’organisation du référendum en perquisitionnant la vice-présidence du gouvernement  Rambla Catalunya.  Grace à un réseau de bénévoles sur-motivés et sur-organisés, la Catalogne a réussi à organiser le vote en cachant les urnes en France, à Elne près de Perpignan. En plein cœur de l’Europe du XXIe siècle, une journée électorale s’est déroulée avec du sang dans les urnes. Les 6.000 policiers espagnols ont frappé, bousculé, chargé et gazé une foule de votants majoritairement composée de personnes âgées et de familles. Bien sûr, le oui a gagné avec le score soviétique de 90.18 %, une valeur légale nulle et sans reconnaissance d’aucune instance internationale sérieuse. Equinox, Pourquoi la Catalogne organisait il y a 2 ans un référendum unilatéral 

Traductions du mot « espagnolisme »

Langue Traduction
Anglais spanishism
Espagnol españolismo
Italien spanishism
Allemand spanisch
Chinois 西班牙主义
Arabe الاسبانية
Portugais espanholismo
Russe spanishism
Japonais スペイン語
Basque spanishism
Corse spagnolismu
Source : Google Translate API

Synonymes de « espagnolisme »

Source : synonymes de espagnolisme sur lebonsynonyme.fr
Partager