La langue française

Éristique

Sommaire

  • Définitions du mot éristique
  • Étymologie de « éristique »
  • Phonétique de « éristique »
  • Évolution historique de l’usage du mot « éristique »
  • Citations contenant le mot « éristique »
  • Traductions du mot « éristique »

Définitions du mot éristique

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉRISTIQUE, adj. et subst.

I.− Emploi adj. Relatif à la controverse. Dialogue, écrit éristique. Euclide de Mégare fonde (...) une école éristique qui dégénère bientôt en une école de scepticisme (Cousin, Hist. philos. mod.,t. 1, 1847, p. 135).À 2 h., conversation un peu éristique. Je compris les côtés difficiles et négatifs de la sœur (Michelet, Journal,1852, p. 196).
Rem. Ac. 1932 indique ,,S'emploie en mauvaise part pour désigner un tempérament chicaneur et sophistiqué. Humeur éristique.``
II.− Emploi subst.
A.− Subst. masc. Philosophe appartenant à l'école de Mégare. Les disciples d'Euclide reçurent successivement trois noms différents : celui de mégariques, d'éristiques et de dialecticiens (Franck1875).
B.− Subst. fém. Art de la controverse philosophique :
Le Philèbe, de son côté, distingue la Dialectique qui s'astreint à traverser les étapes intermédiaires (mésa) et l'éristique qui veut faire Un ou Plusieurs immédiatement (euthus), vole au but tout droit et d'un seul coup d'aile et se dispense de passer Per gradus debitos. Jankél., Je-ne-sais-quoi,1957, p. 153.
[En mauvaise part] ,,Art des raisonnements spécieux et des arguties sophistiquées`` (Lal. 1968).
Prononc. et Orth. : [eʀistik]. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. 1765 subst. et adj. « relatif à la controverse » (Encyclop. t. 10, s.v. mégarique). Empr. au gr. ε ̓ ρ ι σ τ ι κ ο ́ ς « qui aime la controverse » d'où subst. fém. η ̔ (τ ε ́ χ ν η) ε ̓ ρ ι σ τ ι κ η ́ « l'art de la controverse », masc. ο ̔ ε ̓ ρ ι σ τ ι κ ο ́ ς « celui qui s'y adonne », de ε ̓ ρ ι ́ ζ ε ι ν « se quereller, disputer ». Fréq. abs. littér. : 3.

Wiktionnaire

Adjectif

éristique \e.ʁis.tik\ masculin et féminin identiques

  1. (Philosophie) (Rhétorique) Qui se rapporte à la controverse elle-même.
    • École éristique.
  2. S’emploie pour désigner un tempérament chicaneur et sophistique.
    • Humeur éristique.

Nom commun 1

éristique \e.ʁis.tik\ masculin et féminin identiques

  1. (Philosophie) Philosophe appartenant à l’école de Mégare.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun 2

éristique \e.ʁis.tik\ féminin

  1. (Rhétorique) Art de la controverse.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉRISTIQUE. adj. des deux genres
. Qui se rapporte à la controverse elle-même. École éristique. Il s'emploie en mauvaise part pour désigner un Tempérament chicaneur et sophistique. Humeur éristique. Il s'emploie aussi comme nom féminin pour désigner l'Art de la controverse.

Littré (1872-1877)

ÉRISTIQUE (é-ri-sti-k') adj.
  • Terme didactique. Qui appartient à la controverse. Écrit éristique.

    S. f. L'éristique, l'art de la controverse.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « éristique »

Ἐριστιϰὸς, de ἔρις, querelle, controverse.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Adjectif) (1765) Du grec ancien ἐριστικός, eristikos (« qui aime la controverse »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « éristique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
éristique eristik

Évolution historique de l’usage du mot « éristique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « éristique »

  • La dialectique éristique est l’art de la controverse, celle que l’on utilise pour avoir raison par tous les moyens, aussi bien honnêtes et rationnels que malhonnêtes et sophistiques. Car il peut arriver un moment où les arguments traditionnels ne suffisent plus à emporter la conviction de l’auditoire. Contrepoints, 10 moyens d’avoir toujours raison avec Schopenhauer | Contrepoints
  • La dialectique éristique est l’art de la controverse, celle que l’on utilise pour avoir raison par tous les moyens, aussi bien honnêtes et rationnels que malhonnêtes et sophistiques. Car il peut arriver un moment où les arguments traditionnels ne suffisent plus à emporter la conviction de l’auditoire. Cela n’implique pas nécessairement que notre thèse soit fausse. Cela signifie simplement que l’argument décisif nous échappe temporairement. En effet, si un adversaire réfute une preuve, et par là donne l’impression de réfuter notre thèse, il peut pourtant exister d’autres preuves. Les rôles ont donc été inversés : l’adversaire donne l’impression d’avoir raison alors qu’il a objectivement tort. Ainsi, la véracité objective d’une phrase et sa validité pour le débatteur et l’auditeur sont deux choses différentes. C’est précisément sur cette validité que repose la dialectique) Contrepoints, L’art de la controverse selon Arthur Schopenhauer | Contrepoints
  • La dialectique éristique , L’Art d’avoir toujours raison - La Revue des Ressources
  • Les journalistes disent beaucoup que les débats électoraux doivent être des affrontements sur le fond, censés aider à la manifestation de la vérité. Ce que dit Schopenhauer, c'est que le débat est d'abord l'art d'avoir raison, la «dialectique éristique», l'art de l'emporter sur son adversaire. Il montre la dimension cynique du débat et liste 38 «stratagèmes» qui permettent de remporter la bataille aux yeux de ceux qui l'observent et qui ont du coup une responsabilité. Nous sommes aussi coupables que les politiques de faire du débat une bataille qui n'a rien de constructif. Dans l'émission de Laurent Ruquier, quand les snipers font face à des politiques, on est en plein dans cette problématique de la joute. Libération.fr, Schopenhauer, ce coach média de Sarkozy... - Libération
  • «Prouver que j'ai raison serait accorder que je puis avoir tort», a dit Beaumarchais. Avoir raison est une obsession humaine. Et ce, dans tous les contextes. Qui n'a jamais osé parier avec un proche - une somme d'argent ou une bouteille de vin - qu'il avait raison, à propos d'un chiffre ou d'une anecdote? Dans le monde du travail, détenir la vérité rend respectable. Elle rend digne d'être admiré. Lorsqu'on n'arrive pas à avoir raison - sans toutefois admettre que l'on a tort! - nous nous sentons parfois coupables, honteux. Avoir raison a été érigé au rang d'art par le philosophe allemand Arthur Schopenhauer (1788-1860) qui a publié sa «dialectique de l'éristique» en 1831... Le Figaro.fr, Cinq arguments pour avoir toujours raison au travail

Traductions du mot « éristique »

Langue Traduction
Anglais eristic
Espagnol erístico
Italien eristic
Allemand eristisch
Chinois 有力
Arabe إريستيك
Portugais erístico
Russe эристика
Japonais 奇妙な
Basque eristic
Corse eristica
Source : Google Translate API
Partager