La langue française

Endocrâne

Définitions du mot « endocrâne »

Trésor de la Langue Française informatisé

endocrâne , subst. masc., anat. « 1. Surface intérieure du crâne. 2. Terme désignant parfois la dure-mère cérébrale » (Méd. Biol. t. 2 1971). Anton. exocrâne.Le cerveau creuse des empreintes sur l'endocrâne (Gérard, Anat. hum.,1912, p. 7)

Wiktionnaire

Nom commun

endocrâne \ɑ̃.do.kʁan\ masculin

  1. (Médecine) Partie intérieure du crâne.
    • Contrairement aux feuillets plus externes (arachnoïde et dure-mère) qui suivent l'endocrâne, la pie-mère dans sa partie cranienne épouse étroitement le relief du parenchyme en suivant les sillons, scissures et circonvolutions du cortex cérébral ce qui fait que sa surface est beaucoup plus importante que celles des autres méninges qui sont tendues au-dessus des renfoncements du tissu nerveux.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ENDOCRÂNE (an-do-krâ-n') s. m.
  • Terme d'anthropologie. Surface interne de la cavité crânienne, Rev. d'anthrop. t. V, p. 520.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « endocrâne »

Ἔνδον, en dedans, et crâne.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De « crâne » avec le préfixe endo-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « endocrâne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
endocrâne ɑ̃dɔkran

Évolution historique de l’usage du mot « endocrâne »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « endocrâne »

  • Néanmoins, une zone du cerveau est difficilement observable sur l'endocrâne : la frontière entre le lobe pariétal et le lobe occipital. « Dans tous les cerveaux de singes, un sillon (sulcus lunatus) bien défini se rapproche de la limite antérieure du cortex visuel primaire des lobes occipitaux », explique Dean Falk de l'université de Floride et coauteur de l'étude dans un communiqué de presse. Futura, Le cerveau de Lucy était plus proche des singes que des Hommes modernes
  • Pour évaluer cette asymétrie, les auteurs ont analysé la cavité interne du crâne chez l’homme et les grands singes. Cet « endocrâne » révèle la forme générale du cerveau. L’équipe allemande a ainsi examiné les endocrânes de 95 Homo sapiens (issus d’Afrique, d’Asie, d’Europe ou des Amériques), 47 chimpanzés, 43 gorilles et 43 orangs-outans. Ces spécimens provenaient des collections anatomiques des universités de Leipzig et de Vienne (crânes humains) ou de musées d’histoire naturelle (à New York, Washington, Vienne, Berlin, Leipzig et Londres). Le Monde.fr, L’asymétrie, inscrite dans le cerveau des grands singes
  • Le cerveau des hommes préhistoriques est la partie du corps la plus compliquée à étudier. Comme les tissus mous ne se conservent pas, il est impossible d'en retrouver un ! Par chance, le cerveau appuie sur la surface interne du crâne et y dépose des marques tout au long de la vie de l'individu. Lorsqu'un crâne fossile est découvert, sa surface interne est moulée pour reconstituer son endocrâne. Les chercheurs ont ainsi accès à la forme d'ensemble du cerveau, mais aussi à de petits sillons qui traduisent l'extension de lobes et autres zones cérébrales. Si le volume du cerveau a bien augmenté parmi la grande famille des hommes, les homininés, au cours des sept derniers millions d'années, cela n'a pas été une croissance régulière, comme on pourrait le penser. L'exception qui confirme la règle est l'homme de Flores, qui a vécu pendant quelques centaines de milliers d'années et s'est éteint il y a 50.000 ans. Il n'avait qu'un endocrâne de 430 cm3 alors qu'à la même époque les plus gros cerveaux de l'humanité étaient ceux des néandertaliens, avec une moyenne qui atteignait 1.600 cm3. Les premiers représentants de notre espèce, Homo sapiens, avaient un cerveau à peine plus petit, aux alentours de 1.500 cm3. Toutefois, la taille de cet organe a diminué au cours du temps, et la moyenne chez les hommes actuels n'est plus que de 1.350 cm3. Les Echos, Le mythe du gros cerveau qui rend intelligent | Les Echos
  • - la face supérieure appartient à l'endocrâne ; Figaro Santé, Sphénoïde - Qu’est-ce que c’est ? - Fiches santé et conseils médicaux
  • Implications pour la connaissance du comportement des homininés fossiles Ces résultats ont d'importantes implications concernant les possibles relations entre les asymétries de l'endocrâne et les capacités fonctionnelles chez les homininés fossiles. Il était par exemple proposé qu'une pétalia occipitale du côté gauche couplée à une pétalia frontale droite indique qu'un fossile était droitier et avait des capacités de langage. Or, il est maintenant démontré que les grands singes ont aussi ce type d'asymétrie, bien qu'ayant des modalités de préférence manuelle différentes et ne disposant pas du langage articulé des Hommes actuels. Ceci illustre la dissociation entre les activités latéralisées et les asymétries neuroanatomiques, qui ne sont pas propres à la lignée humaine. Au contraire, certaines activités latéralisées comme le langage, la cognition spatiale ou certaines modalités des activités manuelles le sont sans doute. Notes (1) Antoine Balzeau est chargé de recherche au CNRS (UMR 7194 Muséum national d'Histoire naturelle/CNRS). Il est co-auteur avec Sophie A. de Beaune, de "La Préhistoire" aux éditions Chroniques et CNRS ; Emmanuel Gilissen est conservateur des collections de mammifères du Musée Royal de l'Afrique Centrale de Tervuren, Belgique, et assistant en histologie à l'Université Libre de Bruxelles ; Dominique Grimaud-Hervé est professeur en paléoanthropologie du Muséum national d'Histoire naturelle (UMR 7194 Muséum national d'Histoire naturelle/CNRS). (2) Les pétalias sont les asymétries des points les plus antérieurs des deux lobes frontaux et des points les plus postérieurs des lobes occipitaux sur un hémisphère par rapport à l'autre. Le schéma le plus fréquent est une pétalia frontale droite et occipitale gauche, donnant l'impression en vue supérieure que le cerveau subit une rotation anti-horaire. (3) L'endocrâne correspond à l'ensemble des empreintes laissées par l'encéphale et ses enveloppes méningées sur la surface interne du crâne, et constitue ainsi le seul matériel disponible pour étudier la forme du cerveau, qui ne se conserve pas, chez les homininés fossiles. (4) Les homininés regroupent tous les Hommes préhistoriques et actuels et ont comme caractéristique commune la bipédie. Les hominidés réunissent les homininés et les grands singes (chimpanzés, bonobos, gorilles et orang-outans). , Un cerveau asymétrique pour l'Homme et les grands singes- Hominidés

Traductions du mot « endocrâne »

Langue Traduction
Anglais endocranium
Espagnol endocráneo
Italien endocranium
Allemand endokranium
Chinois 颅内膜
Arabe بطانة القحف
Portugais endocrânio
Russe эндокран
Japonais 頭蓋内
Basque endocranium
Corse endocraniu
Source : Google Translate API

Endocrâne

Retour au sommaire ➦

Partager