La langue française

Drac, drak

Sommaire

  • Définitions du mot drac, drak
  • Étymologie de « drac »
  • Phonétique de « drac »
  • Traductions du mot « drac »

Définitions du mot « drac, drak »

Trésor de la Langue Française informatisé

DRAC, DRAK, subst. masc.

Région. (Sud de la France), FOLKL. Esprit follet, capricieux et malfaisant. [La fée :] Ah! si nous avions été là, nous autres, de tous ces Allemands qui sont entrés en France, pas un seul ne serait sorti vivant. Nos draks, nos feux follets, les auraient conduits dans des fondrières (A. Daudet, Contes lundi,1873, p. 202):
Sachez seulement que les bords de la Garonne sont hantés (...) par des fées et des nains (...) Les Dracs se montrent quelquefois dans la campagne. Ce sont de petits esprits occupés surtout à tourmenter les chevaux. France, La Vie littér.,1892, p. 76.
Spéc. (Cantal). Esprit malin, protéiforme, qui noie celui qui le chevauche lorsqu'il a pris la forme d'un cheval. Du reste, soit simplesse native, soit instinct d'avarice, il n'est pas un pâtre cévenol qui n'ait entretenu, à différentes époques de sa vie, quelque commerce secret avec Dieu ou le « Drac » [le démon] (F. Fabre, Courbezon,1862, p. 4).Son aventure préférée [à cette conteuse], c'était celle du Drac qui prend toutes les formes (...). Cette histoire vous transportait (...) sur le chemin d'Aurillac (D'Espabès, Lég. outil,1903, p. 242).
Rem. On rencontre chez Hugo le synon. drée, subst. fém. désignant plutôt un animal fantastique. À l'hydre, un peu banale, de Lerne, il [le génie moderne] substitue tous ces dragons locaux de nos légendes (...) la drée de Montlhéry (Préf. Cromw., 1827, p. 11). Le burg brave la nue (...) Les guivres, les dragons, les méduses, les drées, Grincent des dents au fond des chambres effondrées (Légende, t. 1, 1859, p. 324).
Étymol. et Hist. 1690 drac (Fur., s.v. drague); 1873 drak (A. Daudet, loc. cit.). Empr. au prov. drac (dep. ca 1140 dra « dragon, lutin » ds Brunel 1926, no32, 1; drac « dragon » début xiiies. Vie de Ste Enimie, fol. 35 ds Raynouard; v. aussi Mistral), du lat. class. draco « dragon » utilisé en lat. chrét. pour désigner le dragon de l'Apocalypse (12, 3) et le diable (Blaise). Bbg. Gsell (R.). Ét. ling. du nom du drac. B. mens. de l'Ac. Delphinale. 1959, no30.

Wiktionnaire

Nom commun

drac \dʁak\ masculin

  1. (Occitanie) Esprit malin ou animal fabuleux, généralement maléfique.
    • Le peuple n’a pu se persuader que ce fleuve ne fut un fleuve ; il a bien vu que la violence du Rhône était de la colère, et reconnu les convulsions d’un monstre dans ses gouffres tourbillonnants. Le monstre c’est le drac, la tarasque espèce de tortue-dragon, dont on promène la figure à grand bruit dans certaines fêtes. — (Jules Michelet, Tableau de la France, dans le vol.2 de Histoire de France, Hetzel, 1831 — éd. Paris : Les Belles Lettres & Offenbourg/Mayence : Lehrmittel, 1947, page 47)
    • Pour le Rhône, à Lyon, c’est déjà, non un petit drac, mais l’horrible et énorme « Mâchecroute » qui a gîté sous l’actuel pont de la Guillotière. La bête, maîtresse de la profondeur, est responsable de l’inondation. — (Henri Dontenville, Mythologie française, Payot, Paris, 1973, page 154)

Nom commun

drac masculin

  1. Dragon.

Nom commun

Drac \ˈdɾak\ masculin

  1. Dragon (animal fabuleux).

Nom commun

drak \dʁak\ masculin

  1. (Occitanie) Esprit malin ou animal fabuleux, généralement maléfique.
    • — Le drak ! ici tous les assistants trouvèrent leurs poitrines trop étroites. Le consul Jean Lannes recula d’un pas, et une vieille femme qui avait eu particulièrement à se plaindre des mauvais procédés de ce génie malfaisant à son égard, faillit s’évanouir de frayeur. Le drak est l’ennemi juré des habitants du Lauraguais : c’est lui qui passe toutes les nuits à égrainer le millet dans leurs galetas, qui s’amuse à éteindre dans les veillées le calel des fileuses, retient leur devidoir pour l’empêcher de tourner, et fait sauter leur peloton dans le feu. — (Louis Dupau, « Fourquevaux » dans Le Routier des provinces méridionales, H. Lebon, Toulouse, 1841, page 190)
    • Ah ! si nous avions été là, nous autres, de tous ces Allemands qui sont entrés en France pas un ne serait sorti vivant. Nos draks, nos feux follets les auraient conduits dans des fondrières. — (Alphonse Daudet, Les fées de France, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 150)
    • D’Héloé. — Madame ramène… et rapporte ?
      D’Anletrin. — Comme un drak allemand.
      D’Héloé, — Quoique Portugaise !
      D’Anletrin. — Portugais, Prussiens, le baron est de Hambourg, quoique de Panama.
      — (Jean Lorrain, La petite classe, P. Ollendorff, Paris, 1895, page 137)

Nom commun

drak \drak\ (Indénombrable)

  1. Corail.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « drac »

De l‘occitan drac.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin draco.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « drac »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
drac drak

Traductions du mot « drac »

Langue Traduction
Anglais drac
Espagnol drac
Italien drac
Allemand drac
Chinois 德拉克
Arabe دراك
Portugais drac
Russe драка
Japonais ドラック
Basque drac
Corse drac
Source : Google Translate API
Partager